Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Les mondes arctiques, espaces, milieux, sociétés Articles scientifiques Où commence le nord ? Mise à l’épreuve d'un concept par le cas d’une ville « post-arctique » : Noïabrsk en Russie

Dossier : Les mondes arctiques, espaces, milieux, sociétés

Où commence le nord ? Mise à l’épreuve d'un concept par le cas d’une ville « post-arctique » : Noïabrsk en Russie

Publié le 17/10/2019
Auteur(s) : Yvette Vaguet, Maître de conférences HDR en géographie - Université de Rouen
Cet article montre la relativité du « nord », à l’échelle globale puis en Russie, en montrant que l'obstacle peut être surmonté par les valeurs polaires de l’indice de nordicité. Créé dans les années 1960, cet indice est ensuite appliqué pour les années 1960 et 2010, à un lieu géographique en Sibérie occidentale devenu une ville pionnière. Il s’agit de montrer comment le degré de nordicité d'une ville peut décroître en raison des aménagements humains. Noïabrsk serait, à ce titre, un exemple de ville « post-arctique ».

Bibliographie | citer cet article

  Image de couverture : la rue Lénine à Noïabrsk, cliché Yvette Vaguet, 2010 (voir l'original en grand). ulitsa lenina noiabrsk

Le Nord est à la fois un concept, un point cardinal, un espace, un territoire et enfin une construction culturelle, synthèse de dimensions physiques, humaines et mentales. En effet, cette catégorie spatiale n’est pas seulement liée aux conditions inhospitalières du milieu extrême mais également à la perception car l’espace est avant tout construit, perçu et vécu (Lefebvre 1974). Il est donc aussi relatif. Envisagé le plus souvent au singulier, il recouvre plusieurs réalités et diffère entre deux sociétés données (Collignon 2005). Si chacun a une idée de ce qui est arctique, polaire, nordique, celle-ci demeure le plus souvent vague et ne saurait permettre de délimiter simplement la zone arctique, tant cette catégorie spatiale est complexe.

De fait, la question de sa définition demeure, depuis longtemps, parmi les plus débattues. Notamment parce qu’elle implique, dans le cadre de politique de promotion de développement des périphéries, des avantages auxquels ses résidents peuvent prétendre (Burkhanov 1970, Burns et al. 1975, Brunelle 1989, Graham 1990, Hamelin 1968, Petrov 1977, Stammler-Gossmann 2007, Tarakanov 2010).

Dans un contexte de changement climatique et de mondialisation, le développement de la périphérie arctique du système-monde mérite que l’on s’interroge sur ses contours. Nous proposons ici de revenir sur les facteurs qui rendent une localité arctique. Nous discutons dans un premier temps de la définition du Nord à l’échelle mondiale puis à l’échelle d’un pays, la Russie. L’exemple de ce pays qui a défini un Grand Nord, voire un Extrême-Nord, est très instructif quant à la complexité du concept de Nord. Si celui-ci s’applique assurément à des espaces, ses bases n’en font pas pour autant un concept géographique. De plus, ses contours sont mouvants dans le temps.

Dans un second temps, nous revenons sur une définition multiscalaire originale proposée par dans les années 1960 par le géographe canadien Louis-Edmond Hamelin (1968) ; l’indice de nordicité. Celui-ci demeure la base des réflexions au Canada. Nous l’appliquons à la plaine de l’Ob qui a connu une mise en valeur de son sous-sol riche en hydrocarbures par l’exemple d’une ville nouvelle (Vaguet-Marchand, 2005). En effet, durant la période soviétique, des villes ont été créées ex-nihilo dans la région, comme dans toute l’URSS et particulièrement dans la zone arctique. En cela, ce cas est emblématique d’une zone boréale convoitée pour ses ressources, dans le concert de la mondialisation, et habitée dorénavant essentiellement d’urbains.

Enfin, dans un troisième temps, considérant la question à l’échelle locale, nous examinons le mode d'habiter la localité de Noïabrsk, en tant que lieu géographique dans le Grand Nord russe dont l’histoire contemporaine a connu un bouleversement. Les transformations du tissu urbain éclairent la diminution de la valeur polaire de ce lieu signant un processus de « dé-nordification ».

Dans une littérature abondante du post-, à la recherche du terme qui pourrait au mieux convenir, l’appellation de post-socialiste qui prend acte des évolutions postérieures à la chute de l’URSS, a beaucoup été utilisée (Coudroy de Lille, 2016). Il pourrait tout-à-fait s’appliquer ici. Noïabrsk, comme ses consœurs de la plaine de l’Ob, pourrait être qualifiée de post-pionnière témoignant d’un développement rapide de la cité pionnière vers la ville comme lieu de diversité et d’offres, un cas de normalisation en quelque sorte. À ceux-ci, nous préférons examiner le terme, volontairement provocateur de « post-arctique » permettant d’interroger ce qui fait l’Arctique. L’histoire du lieu est donc retracée, sous-tendue par la question de sa nordicité dans une dimension temporelle.

 

1. Où est le Nord ? Une définition mouvante

Les critères pour délimiter l’Arctique ou le Nord sont variables et discutés ; chacun est lié à un domaine de connaissance particulier. L’exemple de la Russie montre bien combien la nordicité est relative.

1.1. À l’échelle circumpolaire, une nuée de définitions

À l’échelle globale, l’Arctique présente l’originalité d’être un objet géographique dépourvu d’un centre méritant l’expression de « méditerranée polaire » (Dodds, 2010). Comme le pourtour méditerranéen peut correspondre à l’aire de distribution de l’olivier, la zone arctique peut être bordé par des définitions uni-variables (figure 1). D’abord, la latitude semble évidente, bien que la ligne artificielle du cercle arctique ne décrive guère les réalités vécues, sauf celle d’une nuit de 24 heures au moins une fois l’an. Les facteurs bioclimatiques ayant des effets sur les paysages sont souvent préférés par les environnementalistes. Ainsi, l’isotherme de 10°C en juillet, le mois le plus chaud, est souvent avancé. Pourtant, une situation moyenne d’un seul mois sur douze ne saurait rendre compte d’une situation complexe. La ligne de Koppen, limite des arbres, se veut déjà synthétique et présente intrinsèquement une forte corrélation avec la précédente. En revanche, elle ne dit rien du pergélisol dont la limite méridionale constitue un autre critère qui sera préféré par un pédologue. Toutefois, celle-ci comme la précédente, se déploie sur une large bande et non une ligne. Le pergélisol apparaît d’abord sporadiquement avant de devenir continu sur de grandes profondeurs, les arbres de la taïga deviennent chétifs, puis arbrisseaux épars avant de disparaître tout à fait.

À ces limites opérables pour les sciences naturelles, il faut ajouter celles de l’Arctic Human Development Report (AHDR) et des six Working Group (WG) du Conseil de l’Arctique, lequel existe depuis 1996. Ainsi, le Conservation of Arctic Flora and Fauna (CAFF) considère une définition bien plus large que la limite de Koppen, l’Arctic Monitoring Assessment Program (AMAP) privilégie les régions administratives officielles de chaque pays, l’Emergency Prevention, Preparedness and Response (EPPR) en a une autre, etc. (figure  1).

Figure 1. Pluralités des limites de l’Arctique

Limites de l'Arctique carte

 

Dans tous les cas, ces limites peuvent être actualisées localement mais à l’échelle circumpolaire elles demeurent souvent figées. Or, l’ensemble de la zone se trouve sous la double tension du changement climatique et de la mondialisation, deux tendances de fond qui semblent de nature à impulser une rétractation de la zone arctique. De plus, dans les cas les plus classiques mentionnés ci-dessus, le froid constitue le facteur-clef, direct ou indirect, de la définition de l’Arctique. Or, cette dimension fait abstraction d’une réalité autrement plus complexe : le monde boréal n’est pas seulement le règne du froid mais aussi un monde difficilement accessible qui présente des économies plutôt traditionnelles. Les gouvernements nationaux retiennent cet aspect multiscalaire pour définir et réviser leur limite. Celle-ci a des effets sur l’aire d’application des politiques d’aménagement. En cela, elle est éminemment politique car la ligne que l’on trace a pour les résidents des conséquences au quotidien puisqu’elle leur ouvre des droits à des avantages (facteur multiplicatif du salaire, congés annuels plus longs, retraite anticipée…). Le cas de la Russie est emblématique de la complexité de la question.

1.2. En Russie, des définitions officielles évolutives

En Russie, il y a plus d’un « nord » ; zaployarn’e désigne de façon floue la zone polaire, Evropeiskii est réservé à la partie européenne du nord ; russkii sever se limite à la région habitée par les russes au sens ethnique (slaves) au nord de Saint-Pétersbourg tandis que krainyi sever correspond à la région administrative de l’Extrême Nord ou Grand Nord. À cela s’ajoute la catégorie « régions assimilées au Grand Nord », équivalente mais néanmoins pas incluse dans le Grand Nord (Stammler-Gossmann 2007).

De plus, il y a le Nord relatif. Anna Stammler-Gossmann (2007) a demandé aux habitants de Mourmansk, ville située au-delà du cercle polaire, où commence le Nord. Elle rapporte que, dans la plupart des cas, ceux-ci ne localisent pas leur ville en Arctique. Certains disent associer le début de la zone arctique à la gare ferroviaire nommée ‘Cercle Arctique’ (stantsia polyarnyi krug) dont ils ont entendu parler, pensant qu’elle se trouve bien plus au nord. Or stantsia polyarnyi krug se trouve à des centaines de kilomètres… au sud de Mourmansk. L’auteure conclut en soulignant l’élasticité du terme selon la résidence du répondant, y compris pour les autochtones.

M. A. Tarakanov (2010) reprend l’historique, malheureusement sans inclure de carte, et montre qu’il s’agit originellement d’un concept ethnique et finalement peu géographique. En effet, il émerge dans le jeune état de l’URSS pour désigner les espaces d’actions pour transformer, vers le mode socialiste, la vie des populations autochtones aux formes archaïques de production et d’organisation sociale – soit des économies primitives de chasse et cueillettes, souvent basées sur le nomadisme. Il en résulte que bien des espaces méridionaux se trouvent dans la région administrative officielle du Grand Nord. Un décret « sur l’approvisionnement des peuples de l’Extrême Nord en denrées alimentaires et en produits de première nécessité » date de 1924. Dans les années suivantes, seront classés comme concernées 26 ethnies((Samis, Nénètses, Énètses, Nganassanes, Selkoupes, Khantys, Mansis, Kètes, Tofalars, Touvains, Tchoukches, Koriaks, Itelmènes, Youkaguirs, Tchouvanes, Esquimaux, Aléoutes, Nivkhes, Evenks, Dolganes, Évènes, Néguidales, Nanaïtsy, Oultches, Orotches, Oudihés.)). Certes la majorité d’entre elles vivent aux hautes latitudes, néanmoins certaines vivent aux bords du fleuve Amour soit à la latitude de Kiev (Nivkhes, Oudihés) ou dans les régions montagneuses de l’Altaï, frontalières de la Mongolie (Touvains). Actuellement, et assurément depuis 1945, il existe une liste des régions du « Grand Nord et des régions assimilées » qui est établie, et actualisée, par décret. Très vite, ces régions ont fait l’objet de lois dites protectrices, telle l’interdiction d’y vendre de l’alcool, et insufflant le développement en les rendant attractives. Ainsi, les territoires concernés bénéficient, par loi fédérale, d’avantages supplémentaires pour les travailleurs (coefficient multiplicateur du salaire, retraite avancée…). On voit ici que le Nord est aussi un Orient, rassemblant les régions éloignées de Moscou et de la Russie d’Europe. Autrement dit, il désigne des espaces contraignants, qu’il faut intégrer à l’espace national. On comprend, d’un point de vue historique, le lien entre le Nord et le Goulag (par exemple : Vorkoutlag au nord-ouest ; camp de la Kolyma au nord-est, et le BAMlag pour la voie ferrée du lac Baïkal au fleuve Amour au sud-est).

Pour compliquer d’avantage, d’autres zonages du Nord sont apparus dans un grand nombre de domaines tel celui des livraisons de marchandises, des normes de construction des bâtiments, des normes médicales et d’hygiène, etc. Chacun s’applique à un Nord particulier et si ces espaces se chevauchent fréquemment, ils ne se superposent jamais parfaitement. Par exemple, les livraisons des marchandises vers les régions de « l’Extrême nord et des localités assimilées » avec un accès limité durant l’année existe depuis 2005. Cet espace comprend la région de Birobidjan frontalière avec la Chine, à la même latitude que la Bretagne.

Au cours de l’histoire, et à la suite d’âpres discussions, la limite a souvent beaucoup migré vers le sud. Au point qu’Andreï Trevish (2003) a titré son article « Trop de Nord » (en russe). La Russie a d’ailleurs, en décembre 2016, tenté de redéfinir cette limite pour en restreindre l’extension. Nous présentons ici la cartographie de la liste officielle en 2016 des régions du « Grand Nord et des régions assimilées » offrant des avantages pour les travailleurs (figure  2).

Figure 2. Le Grand Nord russe et ses régions assimilées en 2016

Grand Nord et régions assimilées en Russie

 

2. Les valeurs polaires, une définition synthétique

La complexité de la question démontrée, il est possible de considérer une définition synthétique, multiscalaire et applicable à l’ensemble de la région circumpolaire qui permette de rendre compte des changements temporels.

2.1. L’utilité d’un indice composite

Le chiffre de quatre millions d’habitants pour l’Arctique est largement repris depuis le rapport de synthèse Arctic Climate Impact Assessment (Arctic Council 2004) mais il est rare que la limite méridionale considérée soit précisée. Or, il est évident que la population varie grandement selon celle-ci.

Certains rares auteurs ont tenté d’élaborer une définition multiscalaire. Un tableau synthétique récapitule les éléments caractérisant le Nord perçu par l’imaginaire collectif, les indicateurs associés et facteurs d’une éventuelle variabilité temporelle. Enfin, il indique si une limite associée est utilisée quelque part dans la zone arctique (tableau 1).

 
Tableau 1. Éléments du Nord perçu, indicateurs et limites associées
Perçu Indicateur Facteur d’extension/rétractation Limite associée
Nuit hivernale Latitude Aucun NWT & Yukon (Ca)
Froid Température (direct) Changement climatique Isotherme 10°C Juillet
- Pergélisol (indirect) Changement climatique Limite du Pergélisol
Paysage ouvert Végétation (indirect) Changement climatique Limite des arbres
Faiblement peuplé Population Urbanisation/Globalisation Aucune
Difficile d’accès Accessibilité par route/fer/rivière/air Urbanisation/Globalisation Aucune
Économie de cueillette ? Urbanisation/Globalisation Aucune

Source : d’après Vaguet et al., 2017

 

Du côté des scientifiques russes, soviétiques plus exactement à l’époque, le questionnement était orienté vers l’ingénierie de la construction. Les coûts élevés de celle-ci étaient mis en avant en raison de rudes conditions du milieu physique (pas seulement le froid mais aussi la pente…), la quasi-absence d’ouvriers qualifiés et la rareté des denrées pour nourrir les travailleurs (Slavin 1972, Burkhanov 1970).

Du côté canadien, le géographe Louis-Edmond Hamelin (1968 ; 1978) a proposé, à l’échelle du bassin arctique, l’indice de nordicité. C’est actuellement encore, la seule tentative d’inclure tant les dimensions physiques (froid…) que humaines (éloignement…) de l’environnement. Cet indice composite combine dix critères. Premièrement, la latitude permet d’éliminer les localités de latitude inférieure à 45°N. Cinq critères environnementaux sont considérés : le froid annuel, la chaleur estivale, les précipitations, le type de glace (pergélisol) et la couverture végétale. Quatre variables relevant de l’environnement humain complètent le tableau pour correspondre à l’image du Nord : l’accessibilité par voie terrestre, par voie aérienne, la densité du peuplement, et enfin, le type d’activité économique – depuis l’absence de production vers une économie de l’extraction jusque vers un centre multifonctionnel.

Chaque localité se voit attribuer, pour chaque critère, un nombre de points compris entre 0 et 100 selon son caractère nordique. Le nombre de points attribué par critère augmente avec la nordicité (le plus froid, le moins accessible…). Chacune se voit ensuite attribuer une VAleur POlaire (VAPO) égale à la somme totale de ses points. La VAPO varie entre 0, pas polaire du tout, et 1 000 correspondant à la nordicité maximale au pôle nord. À partir des VAPO, le tracé d’isolignes traduit des localités d’égal degré de nordicité, des ‘isonords’ pour reprendre le terme de l’auteur qui considérait celui de 200 comme la limite méridionale de l’Arctique (ligne rouge sur la figure 1). De même, ils permettent de différencier le pré-nord, le moyen-nord, le Grand Nord et enfin l’Extrême Nord (Hamelin 1968).

L’auteur a essuyé des critiques, certaines variables étant corrélées (végétation et température) ou difficiles à mesurer (degré de développement économique). Néanmoins, son travail occupe toujours une place à part et demeure la base de la réflexion au Canada où il continue de fournir les fondements des réflexions pour les indemnités des populations polaires (Brunelle 1989, Graham 1990). Il a notamment le mérite d’autoriser une comparaison dans le temps et dans l’espace.

Dans une approche systémique du Nord, il est clair que là où se trouve un front pionnier, la nordicité diminue. C’est le cas en plaine de l’Ob où se trouve la localité que étudions ci-dessous, Noïabrsk, mais plus généralement, c’est le cas dès lors que la part du peuplement aggloméré et sédentaire augmente, parce que celui-ci induit un désenclavement et une percée de l’économie salariale. L’accessibilité s’améliore et l’économie traditionnelle (de cueillette, de chasse) doit nécessairement, sinon disparaître, cohabiter avec une économie dite « moderne », capable de supporter une sédentarité d’un « grand » groupe humain. L’exemple de Noïabrsk illustre comment, à définition constante, la nordicité d’un lieu évolue au fil de l’histoire comme conséquence de sa trajectoire de développement.

2.2. Application à une ville pionnière

Noïabrsk (63° 12′ N 75° 27′ E), en Iamalie (Sibérie occidentale), se situe dans la région administrative du Grand Nord (figure 2), dans une zone à pergélisol discontinu et une végétation subarctique. La ville se trouve à 4 degrés au nord de Saint-Pétersbourg – le même écart qu’entre Paris et Marseille –, mais à 45° plus à l’est, par-delà les monts Oural, ce qui explique la rigueur du climat continental. Il s’agit d’une ville nouvelle créée durant la période soviétique en relation avec le développement de l’industrie extractive des hydrocarbures de la vaste plaine marécageuse de l’Ob (Russie). En cela, elle est représentative de l’urbanisation rapide de la région durant les dernières décennies du régime communiste (figure 3). De fait, vingt-trois villes nouvelles y ont été créées par la volonté du pouvoir après 1960. Or, cette vaste plaine de 1,2 millions de km2, soit deux fois la France, s’étendant dans le domaine arctique et subarctique, était auparavant le territoire exclusif de populations autochtones nomades (les Khants, les Mantis et les Nenets).

La région a été un front pionnier, soit une « des régions que l'occupation sédentaire des hommes n'a pas encore conquises, régions de lisière, zones-frontière où ils [les pionniers] avancent en tâtonnant, luttant pied à pied contre les rigueurs d'un climat trop chaud, trop froid ou surtout trop sec, terres d'essais et d'expériences » (Demangeon 1932). L’exploitation, en 1964, du gisement pétrolier de Samotlor près de Sourgout marque le début de cette épopée, de l’or noir d’abord, puis celle du gaz. Le front est ici industriel et urbain ; chaque ville, une fois établie, devient base arrière pour un prochain établissement humain dans cette expansion vers le nord. La conquête a largement été nourrie par d’importants apports migratoires pour faire de la région un des plus grands bassins pétrolifères du monde, plaçant le pays parmi les premiers producteurs de gaz (1er) et de pétrole (3e) (Gavrilova, 1997 ; Vaguet-Marchand, 2005 ; Zaitseva, 2002).

Figure 3. Transition géographique de la plaine de l’Ob

Transition plaine de l'Ob 1960 2010

 

Tandis que le transsibérien concentrait les forces vives dans la partie méridionale, l’exploitation des hydrocarbures a inventé un nouvel axe de premier ordre vers le nord, une percée vers l’océan Arctique. Aujourd’hui, Sourgout est devenue la capitale du pétrole du pays et ce corridor de développement se prolonge dans la péninsule de Iamal avec le méga projet de gaz liquéfié (Yamal-LNG) où Sabetta, terminal gazier, stimule la route maritime du nord-est.

La création de chacune de ces villes marque les étapes de la conquête qui a fait reculer les limites de l’œcoumène vers le nord. Dorénavant, la région compte cinq des quinze plus grands établissements humains de tout l’Arctique : Surgout en 2e position derrière Mourmansk, Nefteïougansk (11e), Nijnevartovsk (12e), Noïabrsk (13e) ; Novy Ourengoï (15e).

Discutant le caractère arctique d’un lieu, nous retenons la définition composite de Louis-Edmond Hamelin (1968), les VAPO évoquées plus haut qui combinent dix critères. Une recherche en cours consiste à (re)calculer celui-ci pour toutes les localités circumpolaires pour deux dates. La date de 2010 donne un tableau de la situation actuelle. Celle de 1960 permet d’évaluer les variations temporelles. Nous ne développons pas ici la méthodologie de ce travail (voir Vaguet et al. 2017). En revanche, nous discutons l’évolution temporelle de la nordicité d’un lieu, Noïabrsk, illustrant un processus de dé-nordification comme conséquence des transformations de ces localités polaires sur la période contemporaine (figure 4).

Figure 4. Noïabrsk, indice de nordicité 1960 et 2010

Noyabrsk VAPO 1960 2010

 

L’indice de nordicité du lieu géographique de Noïabrsk montre une rétractation totale dans le champ des critères de l’environnement humain. En effet, il se trouve aujourd’hui très peuplé, très bien connecté par la route, le train et l’avion, et constitue un centre régional offrant des services multiples. Le changement climatique impacte des critères physiques comme la chaleur estivale - le nombre de jours où la température dépasse 5,6°C a augmenté d’une dizaine de jours – et les précipitations qui restent comprises entre 400 et 500 mm. Au total, avec une valeur polaire (VAPO) supérieure à 600 en 1959, le lieu géographique se trouvait dans le Grand Nord selon Louis-Edmond Hamelin (1968). De nos jours, Noïabrsk, avec une VAPO inférieure à 200, sort de la limite méridionale de l’Arctique.

Le calcul de l’indice de nordicité rend globalement compte de la trajectoire de développement du lieu. Des photographies de terrain sur plusieurs années permettent de s’attarder sur les mutations du tissu urbain lequel continue d’évoluer ce dont ne rend pas compte la VAPO.

 

3. Trajectoire et émergence d’un lieu « post-arctique »

L’histoire de Noïabrsk montre bien comment s’opère la transition entre un lieu réunissant toutes les caractéristiques des espaces arctiques vers un lieu qui frôle les limites de leur définition.

3.1. Émergence d’une ville pionnière arctique

Seuls les Nenets, autochtones éleveurs de rennes, habitaient la zone lorsque le pouvoir central décida de poursuivre le développement de l’industrie extractive vers le nord. Noïabrsk fût créée quand débuta l’extraction du pétrole en 1975, puis du gaz en 1977. L’ouverture de la première ligne de chemin de fer en 1978, constitua un évènement majeur pour la communauté naissante (figure 5). Tandis qu’avant, tout était acheminé par air ou en véhicule à chenillette dans les marécages, le train désenclava définitivement la localité et sa population explosa.

Figure 5. Pose du dernier rail, Noïabrsk 1978

Noyabrsk 1978 le dernier rail

Source : photographie d’archive de la ville

 

De 1981 à 1986, jusqu’à 15 000 personnes arrivèrent chaque année. Néanmoins, beaucoup aussi en repartaient, entre 3 000 et 8 000 (Figure 6b). Le taux d’accroissement annuel de la population atteignit 224 % en 1977‑78 et resta supérieur à 40 % jusqu’en 1982. En 1980, Noïabrsk comptait presque 20 000 habitants quand le pouvoir central lui accorda le statut officiel de ville. Deux ans plus tard, elle avait atteint 45 000 habitants. Ainsi, l’émergence de la ville ne prit que 5 à 7 ans. Ensuite, il y eut un « baby‑boom » local dans les années 1980. L’accroissement de la population de Noïabrsk releva dès lors plus de l’accroissement naturel que de l’apport migratoire (figure 6c). Finalement, l’essor de la localité illustre le modèle de la courbe logistique (en ‘S’), montrant que le plein fut atteint à la fin des années 1980 (figure 6a). De nos jours, Noïabrsk, ville seulement quadragénaire, occupe la première place des villes de Iamalie avec 110 600 habitants et se range à la 13e position parmi les plus grands établissements urbains de la zone circumpolaire.

Figure 6. Noïabrsk, modèle démographique d’une ville pionnière en arctique

Noyabrsk solde démographique migratoire naturel

a. Population totale (en milliers) b. Solde migratoire (en milliers) c. Solde naturel (en milliers)

3.2. Vers une normalisation et une intégration

Durant l’ère soviétique d’urbanisation, les primo-arrivants sont de jeunes actifs majoritairement célibataires. La structure par âge de la localité montre le caractère pionnier de cette population notamment l’absence des personnes âgées. Au départ, la base de la pyramide montre des classes d’âge creuses mais elle ne tarde pas à s’évaser illustrant le baby-boom local (Figure 7a). La population de la cité pionnière contraste alors grandement avec la pyramide des âges de la Russie. Cependant, au dernier recensement de 2010, il est clair que la structure de cette très jeune ville s’est déjà considérablement rapprochée de la moyenne nationale avec un âge médian qui est passé de 23 à 33 ans (Figure 7b).

Figure 7. Évolution des pyramides des âges de Noïabrsk 1989 et 2010
Pyramide des âges Noyabrsk
a. En 1989 (1er recensement où Noïabrsk apparaît) b.  En 2010

Toutes les villes pionnières évoquent, dans leur architecture et leur mode d’habiter, la rudesse de la lutte pour apprivoiser l’espace sauvage et les faibles moyens des primo-arrivants. D’ores et déjà, l’habitat a considérablement évolué à Noïabrsk, traduisant la maturité de la localité (Vaguet 2018). Les premières habitations étaient le plus souvent faites de bois (figure 8), avant que les infrastructures (le train) permettent de construire les immeubles typiquement soviétiques. Les baraques sont encore en usage mais délaissées par leurs résidents dès que possible au profit d’appartements offrant un meilleur confort voire à de luxueux cottages (figure 9).

Figure 8. Premiers habitats

Yvette Vaguet - photographie ville pionnière

a. Habitation aménagée dans une citerne (droite)
b. Dortoirs (gauche)

Clichés : Yvette Vaguet

Yvette Vaguet - photographie ville pionnière
Figure 9. Habitations dernière génération
Yvette Vaguet - photographie ville pionnière

Yvette Vaguet - photographie ville pionnière

Clichés : Yvette Vaguet

Il peut sembler au visiteur que Noïabrsk offrait peu d’atouts pour ses résidents. La production de ses puits de pétrole ayant commencé à décroître avant la chute de l’URSS, elle aurait pu être délaissée durant la décennie 1990, en conséquence du désengagement de l’État. Il n’en a rien été ; mieux, la cité pionnière a connu un développement bénéficiant d’une activité économique phare pour le pays et le monde, mais aussi d’un attachement, et donc d’un engagement, des résidents qu’il ne faudrait pas occulter. Les fonctions économiques se sont diversifiées, modestement certes, néanmoins un petit entreprenariat émerge encouragé par l’État.

 

Conclusion

Il existe une infinité d’approches possibles pour décrire et analyser une ville. Noïabrsk pourrait faire l’objet d’un questionnement sur le fait qu’elle soit une ville elle-même car elle demeure une agglomération très monofonctionnelle. De la même façon, elle aurait pu supporter un raisonnement sur le développement post-socialiste. L’angle de l’Arctique nous semble novateur et essentiel à un moment où la zone circumpolaire attire l’attention et où le processus de mondialisation paraît s’y accélérer. Le processus de dé-nordification de Noïabrsk est réel et même déjà ancien. La trajectoire de ce lieu invite à re-questionner la définition de l’Arctique dès lors que l’on souhaite sortir d’un déterminisme où le froid occuperait toute la place. En cela, la proposition d’Hamelin demeure, cinquante ans plus tard, audacieuse, originale et très intéressante, cependant que le désenclavement des localités polaires revient à étendre les réseaux méridionaux et de fait à diminuer la nordicité. Ainsi, l’exemple développé ici montre toute la difficulté de déconnecter la nordicité de la colonisation par le centre national méridional, à l’exception de l’Islande et le Groenland. Autrement dit, le déploiement d’une économie dite « moderne », salariale et capable de supporter la sédentarité d’un « grand » groupe humain. Il est ainsi représentatif de toutes les villes nouvelles de l’ère soviétique, au premier chef celles de la plaine de l’Ob. Cette région soumise à une bifurcation géographique extraordinaire durant la période 1960-1980 reste un cas exceptionnel à l’échelle circumpolaire. Néanmoins, elle pèse lourd dans le PIB et le peuplement de la zone boréale. Finalement, il faut souligner que l’Arctique change assurément, rapidement et depuis déjà plusieurs décennies, tout en demeurant indéniablement pluriel. Ainsi, d’autres régions pourraient illustrer à l’inverse, un processus de re-nordification, telle la Tchoukotka.

 


Bibliographie

  • Arctic Council. (2004). "Arctic Climate Impact Assessment (ACIA)". Policy Document.
  • Brunelle, R. (1989). Report of the Task Force on Tax Benefits for Northern and Isolated Areas, submitted to the Honourable Michael H. Wilson, minister of finance. Ottawa, Ont.: Minister of Supply and Services, 70 pp.
  • Burkhanov, V.F. (1970). "Criteria for Determining an Engineering-Geographic Boundary of The North of The USSR". Soviet Geography: review an dthanslation, XI, 24–32.
  • Burns, B.M., Richardson, F.A. & Hall, C.N.H. (1975). "A nordicity index". the musk ox, 17, 41.
  • Collignon, Béatrice (2005). "Nord" - Hypergéo.
  • Coudroy de Lille, Lydia (2016). « Entre Est et Ouest : une européanisation urbaine ». Revue Géographique de l’Est, 56.
  • Demangeon, Albert (1932). « Pionniers et fronts de colonisation ». Annales de Géographie, 41, 631–636.
  • Dodds, K. (2010). "A polar Mediterranean ? Accessibility, resources and sovereignty in the Arctic Ocean". Global Policy, 1, 303–311.
  • Gavrilova, N.O. (1997). Le complexe des villes pétrolières et gazières de Sibérie occidentale et sa mise en œuvre (1960-1980). In Actes de la conférence Espace social  (en russe). 73–84.
  • Graham, A. (1990). Indexing the Canadian North: Broadening the Definition. 6, 21–37.
  • Hamelin, Louis-Edmond (1978). Canadian nordicity: it’s your north too. Montreal: Harvest House, 373 pp.
  • Hamelin, Louis-Edmond (1968). "Un indice circumpolaire". Annales de Géographie, 77, 414–430.
  • Lefebvre, Henri (1974). La production de l’espace. Paris: Éd. Anthropos, 4e éd. 2000, 485 p.
  • Petrov, L.S. (1977). "The boundary of the arctic and principles of delimitation." Polar Geography, 1, 189–204, 10.1080/10889377709388624.
  • Slavin, S.V. (1972). The Soviet North: Present Development and Prospects. Moscow.
  • Stammler-Gossmann, Anna (2007). "Reshaping the North of Russia: towards a conception of space". Arctic and Antarctic journal of circumpolar sociocultural issues, 1, 53–97.
  • Tarakanov, M.A. (2010). "Эволюция пространственной локализации э поняти «Крайний Север» и «Север» в России" (Evolution of the spatial concept of the “Extrem North” and “North” in Russia). Стратегия развития экономики, 26, 32–41.
  • Trevish, A. (2003). "Слишком много севера / Too much of the north (in Russian)". Demoscope the Weekly, 95–96.
  • Vaguet, Yvette (2018). « De la ville pionnière à la cité. Les nouveaux paysages des villes pétrolières de la plaine de l’Ob ». Belgeo. Revue belge de géographie, 10.4000/belgeo.24777.
  • Vaguet, Yvette, Couillet, Armèle et Colange, Céline (2017). "Measuring the Nordicity of the Arctic Today". In ICASS IX. Umeä, Suède.
  • Vaguet-Marchand, Yvette (2005). « La conquête des hydrocarbures en Sibérie occidentale, le modèle centre-périphérie revisité ». L’Espace géographique, 2, 145–159.
  • Zaitseva, A.N. (2002). « La population de la province de Tioumen au XXe siècle ». Espace Social (en russe), 20, 65–70.

 

 

Yvette VAGUET
Maître de conférences HDR en géographie, UMR 6266 IDEES-Rouen, Université de Rouen.

 

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Yvette Vaguet, « Où commence le nord ? Mise à l’épreuve d'un concept par le cas d’une ville "post-arctique" : Noïabrsk en Russie », Géoconfluences, octobre 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/arctique/articles-scientifiques/ou-commence-le-nord-noiabrsk

 

 

 

 

 

Actions sur le document