Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Les mondes arctiques, espaces, milieux, sociétés Études de cas Le fjord d’Ilulissat (Groenland), site classé patrimoine mondial de l’UNESCO, étude de cas d’une patrimonialisation

Dossier : Les mondes arctiques, espaces, milieux, sociétés

Le fjord d’Ilulissat (Groenland), site classé patrimoine mondial de l’UNESCO, étude de cas d’une patrimonialisation

Publié le 04/02/2020
Auteur(s) : Andréa Poiret, Étudiante, master Géographie et master Patrimoine et musées - Paris I Panthéon-Sorbonne
Le site d'Ilulissat, avec son glacier s'avançant dans un fjord échancré, est un point d'observation privilégié du changement climatique. C'est aussi un site archéologique important pour la culture inuite et un lieu touristique majeur, classé à l'Unesco. Cette patrimonialisation pose plusieurs questions : notamment sur la distinction entre patrimoine naturel et culturel et sur les effets potentiellement négatifs de la fréquentation touristique pour la préservation du site.

Bibliographie | citer cet article

La photographie présente le banc d’iceberg du glacier Sermeq Kujalleq situé à Ilulissat (Groenland), également connu sous le nom de Jakobshavn Isstrøm en danois (Jakobshavn Ice Stream en anglais). Il s’agit d’un « glacier côtier », où la langue glaciaire se jette dans un fjord glaciaire qui rejoint l'océan. Il est le glacier le plus actif au monde  (Mikkelsen, Ingerslev, 2008). Les dynamiques du glacier sont les suivantes : la neige s’accumule dans la zone dite d’accumulation puis s'enfonce dans la calotte glaciaire, où elle est compressée et se transforme en glace (métamorphisme de la neige) (Benson 1961). La glace se déplace ensuite vers la zone d’ablation, formant des icebergs (pouvant atteindre 700 mètres d'épaisseur) qui fondent en été. 

Document 1. Photographie du banc d'icebergs

Banc d'icebergs à Ilulissat

Cliché : Andréa Poiret, juillet 2019.

 
 
Quelques chiffres
  • Surface du bassin glaciaire : 40 240 hectares
  • Surface du fjord glaciaire : 70 km²
  • Profondeur : Comprise entre 1000 et 1500 mètres au niveau de l'eau
  • Épaisseur de la calotte glaciaire : 3, 2 kilomètres
  • Volume de la glace intérieure : Entre 2,6 et 2,9 millions de km3
  • Production annuelle de glace : 46  km3 de glace
  • Vitesse du courant glaciaire : 19 mètres par jour en 1998 ; 40 mètres par jour en 2008

 

La patrimonialisation du site

Le Sermeq Kujalleq est le seul vestige, dans l’hémisphère nord, de la dernière période glaciaire du quaternaire. Il s’agit des dernières glaciations (environ 100 000–10 000 ans avant notre ère), de la déglaciation de l´Holocène précoce (10 000–5 000 ans) et de la néoglaciation de l'Holocène tardif (environ 5 000–100 ans) (Mikkelsen, Ingerslev, 2008). Pour ces raisons il est un site très étudié en géomorphologie comme en témoignent les nombreux travaux dont il a fait l’objet (voir cette bibliographie de 12 pages). Il est considéré comme une archive des changements climatiques passés, entre 250 000 et environ 11 550 ans BP (Dansgaard et al, 1993 ; Alley, 2000). Son évolution actuelle est étudiée en interaction avec le changement climatique afin de prévoir les réactions futures des calottes et des ruisseaux glaciaires. Ce site a également une importance historique. Le Groenland est habité depuis 4 500 ans. Le fjord glaciaire Sermeq Kujalleq a constitué un espace de chasse pour les Sermermiut (“peuple glaciaire") et des vestiges archéologiques y sont présents et visibles. C'est pour l'ensemble de ces raisons que le site a été inscrit en 2004 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Il a été inscrit en raison des critères de l'article 44 a savoir le critère (i) : être exceptionnel et le critère (iii) : contenir des phénomènes naturels superlatifs ou des zones d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelle. Ce fjord est rendu aisément accessible depuis la ville d’Ilulissat qui propose trois chemins de randonnée : le sentier bleu (de 6,9 kilomètres), le jaune (de 2, 7 kilomètres) et le rouge (d’un kilomètre). 

Cette classification de « patrimoine naturel » est à nuancer : du fait de ces éléments culturels, et si l’on considère que la nature est une construction culturelle (Descola, 2005), que chacun a sa propre perception et ses propres représentations de ce qui fait « naturel » (Arnould, Glon, 2006) et que la nature est en perpétuelle évolution (Héritier, Guichard-Anguis, 2008). La qualification de ce site de « patrimoine naturel » sous-entend que ce fjord « rejette toute trace d’intervention humaine » (Héritier, Guichard-Anguis, 2008). Cela pose la question de la protection d’un patrimoine naturel qui par définition évolue sans cesse (ibid.). En le protégeant, ne le rend-t-on pas déjà moins naturel ? Ce site n’est-il d’ailleurs pas devenu patrimoine du fait de sa valorisation touristique et des connaissances scientifiques (Biot, 2008 ; Portal, 2008). Ce « patrimoine naturel » serait alors une « appropriation des potentiels et des ressources de l’environnement » (Héritier, Guichard-Anguis, 2008) à des fins touristiques. L’étude de ce glacier pose la question de la compatibilité entre sa patrimonialisation et l’émergence possible d’un tourisme respectueux de l’environnement. Comment, en somme, concilier conservation, valorisation du site et respect de l’environnement ?

La carte mentale ci-dessous est une carte réalisée de mémoire par le ranger du site, Aron Emil Peterson. Aron Emil Peterson l’a réalisée afin de situer l’endroit de prise de vue de la photographie précédente grâce à l’annotation « us » en anglais (« nous » en français) mais également pour expliquer des certains phénomènes géomorphologiques. Elle permet de situer également le fjord avec au sud les villes d’Ilimanaq et Qasigiammgnut, et au nord, Ilulissat. Elle montre la profondeur des icebergs avec, à l’est du schéma des icebergs d’une profondeur de 900 à 1000 mètres et au centre, là où nous trouvions lors de la prise de vue, des icebergs de 800 mètres d’épaisseur à l’est puis de 450 à 300 mètres plus à l’ouest. Deux des chemins de randonnés sont représentés au nord, à savoir le bleu (« blue trek » sur la carte) et le jaune (« yellow trek »). D’autre part la carte présente également des éléments géomorphologiques du site comme la zone d’accumulation (« producing glacier » sur la carte), l’ancien glacier (« dead glacier » sur la carte) et également le recul du glacier avec sa limite en 1850. Le front de glace a reculé de 26 km entre 1851 et 1950.

Document 2. Carte mentale réalisée depuis le site du document 1 et croquis
carte mentale du ranger croquis ilulissat
Document 2. Carte mentale réalisée en juillet 2019 par le ranger du site, Aron Emil Peterson, orientée au sud (à gauche), et reprise sous forme de croquis à partir de la vue satellite, orienté au nord (à droite). 

Les conséquences de la patrimonialisation

La beauté du site présentée dans la photographie ainsi que les effets positifs de la patrimonialisation figurés par la carte mentale, à  savoir son accessibilité, sont endommagés par les activités anthropiques. Le tourisme dans les régions polaires, relevant du « cryotropisme » (l’attirance pour les régions polaires associée aux paysages englacés et à l’aventure), s’accélère même si le Groenland reste l’une des régions parmi les moins fréquentées (Delmas, 2012 ; 2014). Jusqu’en 2005 les touristes recherchaient en particulier la « wilderness », l’inconnu et le « sauvage ». Le Groenland est devenu un symbole du changement climatique, dont la patrimonialisation du fjord d’Ilulissat est l’un des outils de sa médiation (Delmas, 2012). Ce tourisme se concentre sur la période estivale, de juin à fin août (ibid.). Le nombre de nuitées à Ilulissat est passé de 35 169 en 2004 à 71 739 en 2018 (document 3).

Document 3. Nombre de nuitées à Ilulissat par an

nombre de nuitées par an

Source : http://bank.stat.gl.

 

Les nombreux tous opérateurs de la ville d’Ilulissat proposent différentes activités comme des tours en kayak, des excursions en bateau ou en hélicoptère, pour admirer le fjord et observer les baleines, des trajets en bus vers les différentes randonnées, et même les « after hike massages » (des massages proposés à la sortie des chemins de randonnée). Des bateaux de croisière accostent également, amenant des centaines de touristes. Le nombre de passagers de ces bateaux était de 8 250 en 2015 et 12 914  en 2018 (document 4). Cet afflux touristique présente une pression pour le site naturel et notamment sa biodiversité. Ainsi, le passage des touristes sur les chemins de randonnée est de plus en plus visible et le sol végétalisé est désormais à nu. Les flux quotidiens de touristes qui vont en bateau observer les baleines, contribuent aussi à endommager aussi le site archéologique qui est une part de la culture inuite. Le développement du tourisme offre, en contrepartie, une source de revenus due à ces activités et à l’accroissement de la demande d’artisanat traditionnel (Delmas, 2014).

Document 4. Nombre de passagers de bateaux de croisière par an à Ilulissat

nombre de croisiéristes par an

Source : http://bank.stat.gl.

 

Encadrer le tourisme pour limiter la pression sur l’environnement, ou l’accroître ?

Plusieurs projets d’aménagements contribuent à la mise en tourisme du site. Un « centre des visiteurs », le long de la randonnée bleue, est prévu pour l’automne 2020. L’objectif du projet est de « contribuer à notre compréhension du changement climatique [...] du fjord de glace et, surtout, sa culture et son histoire, ainsi que la fonte spectaculaire de la calotte glaciaire du Groenland ». Le cabinet d'architectes danois Dorte Mandrup a prévu une structure en bois qui devrait générer « un dialogue entre l'exposition à l'intérieur et l'environnement naturel du bâtiment ; un dialogue entre l'homme et la nature » (Lomholt, 2019). Elle abritera également l'actuel Icefjord Office qui gère le label patrimoine mondial de l'Unesco, un café, un magasin, une station de terrain pour les chercheurs et une exposition (portant sur le processus de formation de la glace, la culture inuite le long du fjord et le changement climatique actuel). Si ce projet a l’ambition de sensibiliser aux questions climatiques il a d’abord pour objectif de contribuer au développement économique de cette « attraction touristique de classe mondiale » (Lomholt, 2019). Il devrait accueillir près de 25 000 visiteurs par an.

Document 5. Le site d’Ilulissat

Ilulissat croquis

 

Conclusion

La patrimonialisation du site du fjord glaciaire d’Ilulissat est à double tranchant. La conservation, par la mise en place d’une réglementation et d’un contrôle du site du fait du classement au patrimoine mondial de l’Unesco, valorise le site et mais a aussi pour effet d’en menacer sa conservation. Sa mise en tourisme attire sur le site de plus en plus de visiteurs qui piétinent les abords du glacier. Une concertation entre les gestionnaires du site et les responsables de l’économie du tourisme au Groenland pourrait s’avérer utile pour soutenir un tourisme durable. Ce type de tourisme serait représenté par des touristes restant pour une période assez longue pour prendre le temps d’essayer de comprendre les paysages « naturels » et culturels groenlandais. Ce défi de la patrimonialisation, concilier conservation et valorisation, se retrouve pour de nombreux sites classés. C’est par exemple le cas de la ville d’Aguas Calientes (aussi dénommé Machupicchu Pueblo) qui s’est développée autour de l’économie touristique du Machu Picchu. La ville est devenue un alignement d’hôtels, de restaurants et de banques, tandis que le site historique classé au patrimoine mondial de l’Unesco est piétiné par des milliers de touristes par jour. Le fjord d’Ilulissat n’en est pas encore à ce stade étant donné que le coût encore élevé des voyages au Groenland. Cette situation pourrait cependant pourtant évoluer avec la construction de l’aéroport international prévu pour 2023 à Ilulissat.

 


Bibliographie 

 

 

Andréa POIRET
Étudiante, master Géographie et master Patrimoine et musées - Paris I Panthéon-Sorbonne

 

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Andréa Poiret, « Le fjord d’Ilulissat (Groenland), site classé patrimoine mondial de l’UNESCO, étude de cas d’une patrimonialisation », Géoconfluences, février 2020.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/arctique/etudes-de-cas/ilulissat

 

Actions sur le document