Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques (transversaux) Mobilités, flux et transports Aspects du transport aérien

Mobilités, flux et transports

Aspects du transport aérien

Publié le 29/11/2004
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, Dgesco ENS Lyon

Des clefs pour étudier le transport aérien

Un aéroport est une infrastructure réservée à l'atterrissage et au décollage des avions qui peuvent transporter du fret (avions-cargos) ou des passagers. L'emprise au sol d'un aéroport est importante : pistes, aérogare, tour de contrôle, hangars divers, mais aussi, bien souvent des "zones d'activité liées à un aéroport" (ZALA). Un aéroport génère également un certain nombre de contraintes et de nuisances :

  • réservation d'un cône plus ou moins vaste de l'espace aérien destiné aux mouvements des appareils en phases d'approche et de décollage ;
  • nuisances sonores importantes qui obligent, en France, à l'adoption d'un "Plan d'exposition au bruit" (PEB) ou d'un Plan de gêne sonore (PGS) pour les six principaux aéroports ;
  • organisation des transports terrestres associés à son fonctionnement.

 

"Lieux qui concentrent de l'étendue" selon J.-C. Gray (1992), les aéroports desservent des lignes à différentes échelles, nationales et internationales. Leur activité dépend de ces liaisons : internationale, domestique, de fret (aéroport-cargo, par exemple, Vatry-en-Champagne), etc. Certains aéroports servent de pivot, d'éclatement pour le trafic des compagnies qui s'y sont implantées : il s'agit alors de hubs, plates-formes de correspondance entre lignes internationales et/ou lignes intérieures.

Les aéroports internationaux sont désormais (et davantage que les ports auxquels ils se sont en large partie substitués) les véritables portes d'accès et de sortie des territoires, et ils jouent un rôle majeur dans les mobilités. Ils constituent des "points frontière" à l'intérieur des territoires soumis à une surveillance et à un contrôle s'exerçant sur les flux humains (police de l'air et des frontières en France) afin de détecter les entrées irrégulières, sur les trafics illicites pouvant les accompagner, mais aussi destinés à prévenir la diffusion de risques sanitaires (SRAS ou autres).

Notons enfin que, dans une perspective de tendance au renchérissement de la facture énergétique (kérosène), le secteur du transport aérien est plus particulièrement vulnérable.

 

Aperçus sur le transport aérien mondial

Le trafic aérien mondial est sensible à la conjoncture économique générale, aux événements de nature géopolitique (tensions et guerres au Moyen Orient par exemple), aux situations à risque (épidémie de SRAS et risque terroriste), au prix des hydrocarbures. Ses fluctuations, les retournements de situation, peuvent donc être brutaux. Il traduit cependant les niveaux de développement des sociétés humaines et leur degré d'ouverture.

Les cartes ci-contre mettent en évidence l'organisation mondiale en aires dominantes (Amérique du Nord, Europe, façade de l'Asie de l'Est et du Sud-Est). La concentration des flux sur les principaux aéroports résulte, pour partie, de la logique des hubs.

Les grandes compagnies ou les alliances s'organisent autour de grands hubs. Le hub paraît être le moyen le plus efficace pour relier un réseau de villes entre elles. Si l'on voulait relier entre elles chacune des escales d'un réseau en comportant 200, il faudrait 200 x 199 = 39 800 liaisons. À l'opposé, si l'on optimise ce réseau en reliant 199 escales à un seul pivot (le hub), et ce, dans les deux sens, on aurait 2 x 199 = 398 liaisons. Il y a donc un rapport de 1 à 100 en termes d'avions à mettre en ligne !

Avec un hub, du fait de la concentration des trafics, naissent des liaisons qui sans lui n'existeraient pas. Les fréquences peuvent augmenter, les coûts diminuer. Des navettes de pôle à pôle (shuttle) peuvent être organisées. Les avions sont mieux remplis et la pollution par passager transporté au km diminue.

L'économie d'un réseau de transports organisé autour d'un hub est parfois appelée "économie de la densité".

C'est, notamment, le temps de correspondance qui va départager les hubs entre eux.

Trafic aérien de passagers des principaux aéroports internationaux (2003, évolution 2000 - 2003)

Classement, pour 2003, selon le total des arrivées et des départs, les passagers en transit n'étant comptés qu'une seule fois.

Trafic aérien de fret des principaux aéroports internationaux (2003, évolution 2000 - 2003)

Classement, pour 2003, selon le total du fret chargé et déchargé, fret de courrier compris.

 

Cartes réalisées par Clément Dodane, d'après les données (Data Center) de l'Airport Council International (ACI) : http://sezame.aci.aero). Téléchargement du fichier excel correspondant

 

L'organisation internationale de l'aviation civile

L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI - ICAO www.icao.int), est la seule organisation intergouvernementale spécialisée dans le domaine aérien. Issue de la Convention de Chicago (1944 à 1947, révisée en 1983), elle en est l'organe de contrôle et de réglementation. Mais, dans ce cadre, la sécurité aérienne est du ressort de chaque État maître de son espace aérien.

Le Conseil international des aéroports (Airport Council International - ACI) est une association qui représente environ 1 750 aéroports répartis dans le monde entier représentant 3.5 billions de passengers, 70.4 millions de tonnes métriques de fret. Des données (Data Center ) : http://sezame.aci.aero

L'Association internationale de transport aérien (IATA - www.iata.org/index.htm) regroupe environ 255 compagnies aériennes.

L'exploitation des liaisons aériennes internationales est fixée, quant à leurs modalités pratiques et commerciales, par des accords bilatéraux entre États ou, parfois, par des arrangements régionaux et ce, dans le cadre de la Convention de Chicago.

Les compagnies aériennes constituent de plus en plus des alliances qui leur permettent de rationaliser leurs offres (mutualisation des clientèles, élargissement des offres, réduction de la concurrence sur les grandes lignes), par exemple Star Alliance, Sky Team (dont Air France fait partie), etc.

Le site de Skyteam - www.skyteam.com/FR/index.jsp - et les cartes du réseau de l'alliance (hubs et lignes) : www.skyteam.com/FR/aboutSkyteam/destinationsMap/index.jsp

 

Bibliographie

Autres ressources en ligne

 

Sélection et mise en page web : Sylviane Tabarly

Cartes réalisées par Clément Dodane

 

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   29-11-2004

 


Copyright ©2002 Géoconfluences - DGESCO - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial
Actions sur le document