Vous êtes ici : Accueil Glossaire Climat méditerranéen

Climat méditerranéen

Publié le 15/02/2013

Seule mer à avoir donné son nom à un type climatique régional, la Méditerranée, dans son extension spatiale habituellement retenue, ne se confond toutefois pas complètement avec l'aire du climat méditerranéen : des nuances, désertiques sur sa partie méridionale, continentales dans sa partie nord (Adriatique), ou relatives aux effets du relief, en complexifient la réalité.
Le climat méditerranéen s'insère dans le groupe des climats tempérés. Ses principaux caractères résultent, en été, de l’extension vers les pôles d'anticyclones subtropicaux (d'où la chaleur et la sécheresse estivales), qui s'effacent en automne et en hiver pour laisser passer le flux des perturbations tempérées venues d'Atlantique dans sa partie ouest ou de coulées d'air polaire dans sa partie nord-orientale. En conséquence, les caractères moyens des différents climats méditerranéens sont les suivants : un rythme à quatre saisons bien contrastées ; un été chaud et sec ; un hiver marqué, bien que doux (la moyenne mensuelle n’est jamais inférieure à 0°C) ; un printemps et un automne parfois très pluvieux, avec un net avantage à l’automne.

Le climat de type méditerranéen a ainsi comme particularité la coïncidence entre le minimum pluviométrique et le maximum thermique annuels, ce dont rendent bien compte les diagrammes ombrothermiques. La sécheresse estivale correspond, selon la méthode proposée par H. Gaussen, aux périodes où les précipitations moyennes sont inférieures au double des températures moyennes (P<2T)

Les quantités annuelles de précipitations sont rarement négligeables : 765 mm/an à Alger, 862 mm à Nice, et même 2 000 mm sur les Cévennes. Elles peuvent, par leur concentration dans le temps (quelques semaines, voire, quelques jours), avoir des conséquences spectaculaires si ce n'est catastrophiques : c'est le cas, en France, des "épisodes cévenols" susceptibles de provoquer des crues dévastatrices.

Au delà de ces paramètres pluvio-thermiques, le climat méditerranéen se distingue par la qualité de sa lumière, par ses durées d'ensoleillement généreuses : 2 400 heures minimum au nord-ouest du bassin, 3 500 heures sur le littoral libyen. Ce qui explique largement l'attractivité de la région.

Notons enfin que la variabilité interannuelle du climat est très forte ce qui n'est pas sans conséquences pour la gestion des ressources en eau et des risques.

Pour prolonger :

Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergeo : European Journal of Geography, mis en ligne le 18 juin 2010