Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Santé / Santé publique

Santé / Santé publique

Publié le 29/06/2021

La santé est définie par la Constitution de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un « état de complet bien-être physique, mental et social ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ». Cette définition donnée par l’OMS, utilisée notamment en géographie de la santé, fait alors appel à la perception que l'individu a de sa santé, qui varie selon les personnes, les époques, les civilisations, les environnements. Elle comporte un aspect fonctionnel dans la mesure où l'état de santé conditionne les activités physiques, mentales et sociales qu'un individu peut accomplir. Elle a par ailleurs profondément « démédicalisé » la perception de la santé qui est devenue un besoin fondamental de l’être humain.

Le concept de santé publique correspond, pour une communauté donnée, aux « efforts systématiques faits pour identifier les besoins de santé et pour organiser l'ensemble des services » (OMS, 1992). Le champ de la santé publique qui, traditionnellement, recouvrait essentiellement l'hygiène et la lutte contre les maladies transmissibles, s'est considérablement élargi. Selon l'OMS, il concerne aujourd’hui également : la prévention, la surveillance et le contrôle des maladies transmissibles et non transmissibles, la surveillance de l'état sanitaire de la population, la promotion de la santé, la santé au travail, la protection de l'environnement, la planification et la gestion de la politique sanitaire (législation, réglementation, etc.), et les services de santé auprès des groupes vulnérables et à risque.

(ST), janvier 2010. Dernière modification (LF) en avril 2021.

Pour compléter
Liens externes

Santé en Chine | Santé en Afrique subsaharienne

Santé en Chine

La population chinoise est victime de graves dysfonctionnements constatés en matière de santé (protection, veille sanitaire) et les inégalités sont très importantes en termes de couverture médicale entre les villes et les campagnes : en 1998, seule 9 % de la population des espaces ruraux avait accès aux soins). Plusieurs crises et scandales de sécurité sanitaire et alimentaire ont notamment touché la Chine au tournant des années 2000 :  on peut ainsi évoquer la conspiration du silence qui a accompagné le scandale de la dissémination du sida dans la province du Henan. Au début des années 1990 les autorités sanitaires de la province ont donné leur aval à un système rémunéré de collectes de plasma, intensif et rémunéré, chez les paysans les plus pauvres de cette zone rurale d'environ 90 millions d'habitants. Quatre sociétés de plasmaphérèse, liées à l'armée chinoise et au ministère de la santé, ont pu prélever le sang de milliers d'individus, dans des conditions d'hygiène déplorables, ce qui a eu pour effet de diffuser très rapidement le VIH, virus du sida mais aussi ceux des hépatites B et C. L'absence d'information et de campagne de dépistage ainsi que la négation de ce drame ont aggravé la contamination au sein de toute la population. La crise du SRAS en 2003 ou le lait à la mélamine en 2008 en sont également d’autres exemples.

Ces divers événements sont à l’origine de plusieurs tentatives de réorganisation du système de santé chinois par les autorités depuis la fin des années 2000, qui se sont traduites par un plan d’investissement de plus de 850 milliards de yuans (plus de 90 milliards d’euros) pour améliorer l’offre de soin, encadrer la sécurité et l’accès aux médicaments de base et développer des soins de proximité. En 2014, les dépenses totales consacrées à la santé par la RPC représentaient 5,5 % de son PIB (pour comparaison : les dépenses de santé dans les pays de l’OCDE en 2019 avant la crise de la Covid-19 représentaient environ 8,8 % de leur PIB).

Les problèmes environnementaux sont également à l'origine de graves problèmes de santé publique. Les cas de cancer, notamment, sont en rapide augmentation dans les régions industrielles les plus polluées. La pollution serait ainsi responsable de la mort de près de 4 millions de personnes chaque année.

Il est cependant difficile d’évaluer avec précision l’état général du système de santé chinois, du fait d’importantes défaillances des systèmes statistiques et de l'information. Les chiffres relatifs à l’épidémie de covid-19, apparue dans la province de Hubei en Chine, transmis par les autorités chinoises ont notamment fait l’objet de remises en question.

(ST), janvier 2010. Dernière modification (LF) en avril 2021.

Pour compléter

Santé en Afrique subsaharienne

La situation sanitaire de certaines populations des pays d'Afrique subsaharienne est alarmante. Par exemple, l’accès à l’eau potable est particulièrement inégal : seulement 24 % de la population a accès à une source d’eau potable considérée comme « sûre » et seulement 28 % de la population possèdent des installations sanitaires de base non partagées avec d’autres foyers. Cette situation est aggravée dans les pays les plus pauvres et les zones de conflit, et justifie pour la communauté internationale certaines interventions humanitaires d'urgence.

Les risques de diffusion non contrôlée de certains virus y sont réels : fièvres hémorragiques de Lassa et de Marburg, virus du SRAS (pneumonie atypique), virus Ebola, SARS-Cov-2 (virus du covid-19). L’Afrique subsaharienne est par ailleurs la région du monde la plus touchée par l’épidémie à HIV/sida : au Botswana, 23 % des adultes vivent avec le VIH.

(ST), janvier 2010. Dernière modification (LF) en avril 2021.

Pour compléter

 

Actions sur le document

Affiner les résultats par :