Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités Les espaces ruraux et périurbains en France : cadrage pédagogique

(Dossier) Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités

Les espaces ruraux et périurbains en France : cadrage pédagogique

Publié le 26/03/2015
Auteur(s) : Nathalie Reveyaz, Agrégée de géographie, IA-IPR d'histoire-géographie - Académie de Grenoble

* * *

Cadrage pédagogique

par Nathalie Reveyaz

L’étude du phénomène urbain en France  et dans le monde occupe une place de choix dans les programmes scolaires comme fait majeur de l’occupation de l’espace par les sociétés. Les espaces ruraux peuvent apparaitre, dans une lecture rapide, comme seulement convoqués comme espace réserve ou en négatif des espaces urbains. Pourtant, leur étude est bien présente dans la compréhension tant des systèmes productifs que dans la contribution à la production d’espaces et de territoires, en interdépendance de l’urbain, d’autant qu’il n’existe pas de limite franche, mais au contraire un continuum urbain-rural par les espaces périurbains. Cette question des espaces ruraux et périurbains est difficile à faire appréhender aux élèves en termes géographiques car elle mobilise ou fait écho à leur vécu et à leurs représentations. Elle nécessite de la part des enseignants une maitrise épistémologique affirmée des notions de rural et de périurbain.

Le dossier « Espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités » apporte tant des contributions notionnelles que des exemples pouvant servir d’appuis aux études de cas sur les systèmes productifs, sur l’habiter, ou enfin sur les rapports rural-périurbain dans sa relation soit à la faible densité soit à la marginalité. Ces entrées pouvant être mobilisées pour aborder les différents programmes scolaires en cycle 3 tant pour l’école élémentaire (CM1, Se loger, travailler, se cultiver, avoir des loisirs en France) qu’en sixième sur la notion d’habiter ; toujours en collège en cycle 4 en troisième (Dynamiques territoriales de la France contemporaine) ; en lycée en première générale ES-L-S (Thème 2 aménager et développer le territoire français – La France en villes), en première STMG et ST2S (Thème la France : Population, mobilité et territoires) ; en BCPST où la question de la France rurale est centrale.

Quelques propositions de démarches ou d’utilisation pédagogiques du dossier :

Le dossier apporte des mises au point épistémologique sur les notions rural - périurbain. On se reportera par exemple à l'article sur l’histoire de la géographie rurale (Pierre Cornu, « La géographie rurale française en perspective historique ») à compléter avec la lecture critique des référentiels statistiques pour le classement des espaces ruraux avec l’article de Pierre Pistre et Frédéric Richard, « Seulement 5 ou 15 % de ruraux en France métropolitaine ? Les malentendus du zonage en aires urbaines ». Pour les espaces périurbains, on lira la définition de la « périurbanisation » de Lionel Rougé dans la Notion à la une de mars 2018, et la contribution de Claire Aragau, « Le périurbain : un concept à l’épreuve des pratiques », sur les formes et le fonctionnement du périurbain dans une permanence d’un lien entre le rural et l’urbain.

Appréhender la notion d'habiter en considérant les pratiques de l’espace en lien avec les attributs populations, activités, mobilités (Claire Aragau, « Le périurbain : un concept à l’épreuve des pratiques ») par la focale d’un groupe social (Catherine Didier-Fèvre, « La nuit : une nouvelle frontière pour les jeunes des espaces périurbains ? »), par les effets sociaux des mobilités (Greta Tommasi, « La gentrification rurale, un regard critique sur les évolutions des campagnes françaises »), mais aussi sur les formes spatiales découlant des mobilités qu’elles soient « classiques » (Lou Hermann « Le lotissement en France : histoire réglementaire de la construction d’un outil de production de la ville ») ou revendiquées comme marginales mais pouvait faire modèle, ou contre-modèle, comme dans l'article de Christophe Imbert, Julie Chapon et Madeleine Mialocq, « L’habitat informel dans l’ouest de l’Ariège : marginalité ou alternative à la norme ? ».

Étudier les systèmes productifs en abordant des activités insérées dans les échanges, grâce à l'article de Grégoire Berche sur le vignoble du Jurançonnais [à paraître] ou par le constat de la recomposition de l’offre commerciale en lien avec les dynamiques démographiques (Céline Massal, « La fin des commerces de proximité dans les campagnes françaises ? »).

Appréhender les espaces urbains et périurbains en lien avec les faibles densités. Un travail à partir des définitions permet de construire la compréhension du rapport à la faible densité et la manière dont les référentiels statistiques peuvent modifier l'importance relative du fait rural et urbain (Pierre Pistre et Frédéric Richard, « Seulement 5 ou 15 % de ruraux en France métropolitaine ? Les malentendus du zonage en aires urbaines »).

D’autres ressources de Géoconfluences peuvent compléter ces approches :

 

>>> Voir aussi la bibliographie indicative pour la question de concours (à partir de la session 2019) : « Les espaces ruraux en France »

 

Nathalie REVEYAZ
IA-IPR histoire et géographie – Académie de Grenoble

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :

Nathalie Reveyaz, « Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités », Cadrage pédagogique du dossier, Géoconfluences, avril 2018.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/cadrage

 

Actions sur le document