Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités Les chevaux et la Normandie, géographie d’une filière d’élevage

(Dossier) Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités

Les chevaux et la Normandie, géographie d’une filière d’élevage

Publié le 05/02/2020
Auteur(s) : Maie Gérardot, Agrégée de géographie, docteur en géographie et aménagement, professeur en CPGE - Lycée Georges de la Tour, Metz
La filière équine intègre une activité d'élevage, des besoins en technologies de pointe (santé vétérinaire, génétique...), un sport pratiqué comme loisir ou comme discipline de haut niveau liée au secteur des courses hippiques, ainsi que des nouveaux usages par exemple pour remplacer les véhicules motorisés dans les collectivités locales. En Normandie, première région française d'élevage équin, le cheval est devenu un levier d'innovation et de développement agricole, touristique, scientifique...

Bibliographie | citer cet article

Écrire sur le cheval en Normandie, c’est s’inscrire, avec modestie et appréhension, dans le travail incontournable d’un grand géographe français, malheureusement disparu en mars 2019 : Armand Frémont.

Lors d’un colloque organisé en 2014 à Cerisy (Les chevaux. De l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs sur les territoires), il se présente comme l’auteur d’une thèse, qui en 1967, portait sur l’élevage en Normandie, « élevage des bovins, pour la viande et le lait au premier chef », mais ne pouvant ignorer « cet élevage prestigieux qu’était l’élevage du cheval […]. Ainsi que le lait et la viande de bœuf, que le lin et la pomme, le cheval fait partie de l’image de la Normandie » (Frémont, 2017).

Comme les bovins, le cheval est en effet profondément ancré dans le territoire normand : il est partout ou presque, dans des « terroirs du cheval » (Frémont, 2017) marqués par la présence de l’herbe ; des lieux lui sont dédiés pour son élevage (haras, fermes), son exploitation (centres équestres, hippodromes), sa reproduction (haras du Pin ou de Saint-Lô) ou encore sa vente (Deauville). Mais le fait équin, en Normandie, dépasse le seul animal. Il recèle aussi un enjeu social, ce que notait d’ailleurs Armand Frémont, dans sa thèse qui préfigurait ses travaux sur l’espace vécu, au sujet des bovins : « les régions ne valent que par les hommes qui les animent ».

L’espace rural normand n’est pas un espace rural comme un autre, tant il est marqué par la présence ancienne, mais évolutive, et de cet animal.

En quoi la filière équine (définie comme « l’ensemble des acteurs qui évoluent, de près ou de loin, autour du cheval, tous secteurs d’activité confondus », (site Hippolia, 2019) joue-t-elle un rôle important dans l’organisation de l’espace rural normand (et, plus globalement, dans l’ensemble de la Normandie, villes incluses) ? Comment les changements que connaissent la filière mais également l’espace rural affectent-ils l’élevage de chevaux et son inscription dans l’espace normand ?

Pour répondre à ces questions, nous verrons dans un premier temps la place du cheval en Normandie, pour montrer ensuite que cette place relève de temporalités quotidiennes mais aussi exceptionnelles. Dans un dernier temps, nous mettrons en lumière le fait que l’élevage équin normand, marqué par l’innovation et les projets ambitieux, est aussi en proie à des difficultés et des interrogations.

 

1. La place du cheval en Normandie

L’importance du cheval en Normandie est à la fois numérique, économique, mais aussi sociale, et surtout culturelle et symbolique.

1.1. La première région du cheval en France

Avec ses 115 000 équidés (et plus de 12 000 naissances par an), la Normandie est de loin la plus grande région française pour l’élevage du cheval. Au total, la France compte 1 000 000 équidés (chiffres IFCE – Institut Français du cheval et de l’équitation –, pour l’année 2017), dont 68 % de chevaux de races de selle et poneys, 16 % de races de chevaux de courses et 16 % de chevaux de traits et ânes.

Document 1. L’élevage équin en France et en Normandie en cartes

Maie Gerardot distribution spatiale des chevaux en France

Maie Gerardot distribution spatiale des naissance des chevaux en France

Maie Gerardot distribution spatiale des naissance des chevaux en Normandie

Ces trois cartes montrent bien la concentration des chevaux, en particulier de sport et de sang en Normandie, et encore plus précisément dans l’ancienne région Basse-Normandie. Avec respectivement 4 200, 3 900 et 2 900 naissances en 2017, le Calvados, l’Orne et la Manche sont les trois départements les plus gros producteurs de chevaux. Le Calvados se démarque comme étant le 1er producteur de Pur-sang, l’Orne est le 1er producteur de Trotteur français et la Manche domine en Selle français.

 

En Normandie, les chevaux « sont principalement répartis dans les haras et élevages des trois départements bas-normands de la Manche, de l’Orne et du Calvados, ainsi que dans une moindre mesure dans l’Eure et la Seine-Maritime » (Frémont, 2017).

Cette importance du cheval en Normandie est ancienne et s'inscrit dans l'histoire de la région. Avant la Seconde guerre mondiale, le cheval est partout, dans la campagne comme en ville ou encore dans les ports, pour le transport de marchandises jusqu’aux gares. Après la Seconde guerre mondiale, les chevaux sont un peu plus de 400 000 en Normandie, mais en cinquante ans, ce chiffre tombe à 50 000, du fait du remplacement systématique de l’animal par la machine, comme ce fut le cas d’ailleurs dans le reste de la France. « Alors que l’automobile et le chemin de fer avaient peu à peu, entre 1890 et 1930, remplacé la traction hippomobile pour les transports rapides ou sur les longues distances (…), le cheval de trait a subsisté plus tardivement dans les campagnes (…). En France, le cheptel chevalin déclaré, qui s’était maintenu à 3 millions de têtes jusqu’en 1935, entre à partir de cette date dans un inexorable déclin » (Digard, 2004) même si, comme le montre le document 2, les chiffres remontent à la fin des années 1990.

Document 2. Évolution du nombre de chevaux en France

Maie Gerardot – évolution du nombre de chevaux en France

Source : « La filière équine français à l’horizon 2030, IFCE, d’après J.-P. Digard, 2004 et estimations IFCE-OESC.

 

Pour les chevaux de trait, qui constituaient la plus grande partie de l’effectif équin, la chute a été brutale : ils sont passés de 85,5 % de l’effectif national en 1930 à 8,5 % en 1995 (Digard, 2004).

Pour les chevaux de selle, un renouveau (Frémont, 2017) se manifeste dans les années 1980-1990 : c’est l’émergence d’un élevage de prestige, pour les courses, les concours hippiques et les loisirs. Il existait certes depuis longtemps mais prend de l’ampleur. La Normandie accueille sur son territoire l’ensemble des familles de la filière équine (courses de trot et de galop, sports équestres, loisirs). Les chevaux emblématiques de la Normandie sont pour les chevaux de sang : l’Anglo-normand, le Selle français, le Trotteur français et le Pur-sang ; pour les chevaux de trait : le Cob normand et le Percheron. Mais la Normandie est aussi le berceau de races de poneys (le Poney français de selle) et d’ânes (ânes du Cotentin et ânes normands).

 
Encadré 1. Les chevaux élevés en Normandie

Comme le montre le document 3, les objectifs de production sont très divers. Il est donc logique que les races élevées soient variées.

Document 3. Objectifs de production et races équines

Maie Gerardot – Objectifs de production et races équines

Les chevaux de sport : l’Anglo-normand et le Selle français
Document 4. Selle français et carte des poulains Selle français nés en France métropolitaine et immatriculés

IFCE – Selle Français

Cliché © IFCE, 2017.((Tous les documents photographiques sous copyright sont ici reproduits avec l’aimable autorisation de leurs auteurs.))

Maie Gerardot – Selle Français carte France naissances
Les chevaux de course : le Pur-sang anglais et Trotteur français

Le Pur-sang anglais est principalement élevé autour du Haras du Pin, dans l’Orne, et l’élevage du Trotteur français est concentré autour des Haras du Pin (Orne) et de Saint-Lô (Manche).

Document 5. Pur-sang et carte des poulains Pur-sang nés en France métropolitaine et immatriculés

IFCE – Pur-sang anglais

Cliché © IFCE, 2017.

Maie Gerardot – Pur-sang Français carte France naissances
Document 6. Trotteur et carte des poulains Trotteurs nés en France métropolitaine et immatriculés

IFCE – Trotteur

Cliché © IFCE, 2017.

Maie Gerardot – Trotteur carte France naissances
Les chevaux de trait : le Percheron et le Cob Normand

Le Percheron est issu du « perche aux bons chevaux », entre Mortagne-au-Perche (Orne) et la Ferté-Bernard (Sarthe), aux confins de l’Orne, de l’Eure, de l’Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et de la Sarthe. Cette région a pour centre la vallée de l’Huisne, petite rivière qui arrose la capitale du percheron, Nogent-le-Rotrou. Le Parc Naturel Régional du Perche a été créé en 1998. Il accompagne depuis la valorisation du Percheron, soutient sa commercialisation et son utilisation. L’élevage de la race s’est répandu en dehors des régions du Pin, d’Angers et de Blois, puisqu’on trouve des percherons dans de très nombreuses régions de France, ainsi que dans de nombreux pays étrangers (États-Unis, Japon, Allemagne, Argentine, Grande-Bretagne...) où il continue d’être exporté.

Document 4. Percheron et carte des poulains Percherons nés en France métropolitaine et immatriculés

IFCE – Percheron

Cliché © IFCE, 2017.

Maie Gerardot – percheron carte France naissances
Document 8. Cob normand et carte des poulains Cob normand nés en France métropolitaine et immatriculés

IFCE – Cob Normand

Cliché © IFCE, 2017.

Maie Gerardot – cob normand carte France naissances
Les poneys : le Poney français de selle

Les effectifs les plus importants se trouvent en Normandie et Pays de la Loire, mais il est présent sur tout le territoire français et de plus en plus à l’étranger.

Document 9. Poney français de selle et carte des poulains Poneys français de selle nés en France métropolitaine et immatriculés

IFCE – poney de selle Français

Cliché © IFCE, 2017.

Maie Gerardot – poney français de Selle carte France naissances

Sources : Fiches Techniques, Équipédia, IFCE, site consulté en 2019.


 

Les raisons qui expliquent l’importance du cheval en Normandie sont nombreuses : le rôle des haras, des hippodromes, de Deauville, de l’aristocratie du XIXe siècle ou des grandes fortunes (comme la famille de Rothschild qui possède le haras de Méautry), la proximité de Paris, mais également les terroirs. Armand Frémont (2017) insiste sur « la qualité de l’environnement et des conditions naturelles » (climat doux et humide, herbages) qui est centrale dans l’élevage des chevaux normands.

 
Encadré 2. Les terroirs du cheval décrits par Armand Frémont

« Ainsi peut-on distinguer de véritables terroirs du cheval qui marquent le paysage de la Normandie. Le nord du pays d’Auge, dans l’arrière-pays de la Côte fleurie et de Deauville, abrite ainsi un grand nombre de haras, notamment pour les courses, dans un environnement prestigieux de collines et de bocages, ponctué de gentilhommières et de châteaux. Au sud du pays d’Auge, haut pays du cheval encore, les Terres du Merlerault et du Perche, plus isolés autour du haras du Pin, constituent un deuxième ensemble herbager où se côtoient de nombreux haras de tous types, des plus modestes aux plus remarquables, pour le trot, le galop, les courses hippiques, les manèges, dans un environnement de collines bordées de forêts. Enfin, tout à fait à l’ouest de la Normandie, les bocages plus resserrés du département de la Manche se caractérisent par de nombreux élevages relativement modestes voués au trot et au cheval de selle. Nord pays d’Auge, pays du Merlerault et du Perche, bocages de la Manche, tels sont les trois grands pays du cheval en Normandie … Mais on aurait tort de s’en tenir à cette seule énumération. Partout ailleurs dans les cinq départements normands, avec une densité et des réputations moindres, le cheval est toujours présent » (Frémont, 2017).

Document 10. Un exemple de terroir du cheval : le pays d’Auge

Calvados tourisme chevaux pays d'auge

Cliché © Calvados Tourisme / Deauville


 

L’importance numérique des chevaux en Normandie se traduit logiquement par le poids économique de la filière équine dans cette région.

1.2. La place économique du cheval en Normandie

« Avec 4 840 éleveurs, 670 centres équestres, 515 entraîneurs, 212 cavaliers professionnels, 190 maréchaux ferrants, 291 entreprises industrielles et de services (fabricants d’aliments, médicaments, équipements, services à destination des chevaux…) les professionnels de la filière équine sont nombreux » (Région Normandie, 2018). Les 6 470 entreprises normandes ayant une activité en lien avec les équidés constituent une filière économique à part entière et génèrent près de 18 000 emplois. Les entreprises de la filière équine normande sont le plus souvent des TPE((TPE est le sigle de Très Petite Entreprise. Selon l’Insee, ce sigle désigne en France des entreprises qui emploient moins de 10 salariés, et dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 2 millions d’euros. Depuis 2008, une autre terminologie est utilisée pour qualifier ces TPE, celle de la micro-entreprise. Une TPE est une micro-entreprise, mais n’entre pas forcément dans le cadre d’un statut de micro-entrepreneur.)).

 
Encadré 3.  Bretagne et Normandie : deux trajectoires équines différentes

La comparaison entre la Normandie et la Bretagne est intéressante. Ce sont deux régions où les chevaux étaient présents massivement avant de voir leur utilisation décroître au profit de la machine, où ils se sont cependant maintenus plus longtemps qu’ailleurs (en particulier dans le pays de Léon, pour répondre aux besoins des cultivateurs), où les Haras ont joué un rôle important dans l’amélioration des races locales, où l’élevage de chevaux de course se développe au XIXe siècle, où les hippodromes sont nombreux, où le tourisme équestre se développe et où les chevaux de trait sont encore élevés.

En 1948, les départements bretons figurent parmi les plus riches en chevaux. On en compte 19 par kilomètre carré dans le Finistère par exemple, 13 dans les Côtes-du-Nord (Côtes d’Armor depuis 1990). Une spécificité de la Bretagne est d’avoir conservé un important élevage de chevaux plus tardivement que dans les autres régions de France.

Ce n’est donc pas un hasard si, en 1952, René Musset écrivait : « Nulle part en France il n’y a plus de chevaux qu’en Bretagne ; nulle part le cheval n’est plus aimé, et cette affection pour le cheval est pour beaucoup dans le succès persistant de son élevage (...) Dans l’élevage français, la Bretagne tient une place originale : des chevaux très variés, depuis le sang jusqu’au cheval de trait, celui-ci de beaucoup le plus nombreux ; postiers du Léon, particulièrement entre Morlaix, Plouescat et Saint-Pol-de Léon, vendus non seulement en France mais à l’étranger ; demi-sang du pays de Loudéac ; en voie de disparition, cheval de sang, dans la Montagne, notamment autour de Corlay » (in D. Faucher, 1952, La France, Larousse, tome 2).

Si les chevaux sont aujourd’hui plus nombreux en Normandie, la Bretagne compte tout de même 16 476 équidés et 2 071 élevages. Les chevaux élevés sont pour 35 % des chevaux de trait, 32 % des chevaux de selle, 25 % des chevaux de course et 8 % des poneys. Les chevaux de trait Bretons sont élevés pour la viande (exportée vers l’Italie, l’Espagne et le Japon ; Deniau, 2019 – la filière viande pesait 22 millions d’euros en 2017 pour la France entière, sur les 11 milliards rapportés par les différentes activités équines), mais également pour le travail (travaux agricoles). Ils étaient autrefois exportés dans de nombreux pays pour les armées et pour le travail, avant d’être remplacés. Les chevaux de trait sont plus présents dans les Côtes-d’Armor alors que l’Ille-et-Vilaine compte davantage d’élevages de trotteurs.

Le prix d’achat des chevaux de trait a augmenté de 40 % en 2018, après une baisse en 2017 : c’est la conséquence de la baisse continue des naissances depuis 5 ans (moins de 10 000 naissances en 2018 contre un peu moins de 12 000 en 2014) et de la diversification des marchés. Contrairement au Comtois (- 1 %) et au Percheron (- 2 % ) dont le nombre baisse entre 2017 et 2018, le Breton voit ses effectifs augmenter (+ 3 %), sans atteindre cependant la forte croissance du Cob Normand (+ 23 %) (source : « Conjoncture filière cheval », IFCE, mars 2019). Le cheval Breton se divisait en trois types, dont deux perdurent aujourd’hui : le Centre-montagne ou petit trait breton (disparu), le Postier (plus léger) et le Trait (plus lourd). La différence s'explique par l’utilisation : le Trait breton était destiné à la traction lourde au pas et le Postier à la traction au trot. À la différence d'autres races de trait, le Breton n'a jamais cessé d'être attelé.

Document 11. Breton et carte des poulains Bretons nés en France métropolitaine et immatriculés

IFCE – Breton

Cliché © IFCE, 2017.

Maie Gerardot – Breton carte France naissances

 

Il faut préciser que l’élevage en France est majoritairement composé d’amateurs. En effet, 80 % des éleveurs détiennent une ou deux juments. Pour l’IFCE « est considéré comme éleveur tout propriétaire d’au moins une jument ayant été conduite à la saillie au cours de l’année considérée ». Afin de soutenir le développement économique des entreprises de la filière équine, la région Normandie lance deux fois par an un appel à projets destiné à accompagner le financement de leurs investissements. Les actions pouvant être accompagnées sont des actions de promotion de la filière, d’information auprès des professionnels, de structuration de la commercialisation ou encore de développement à l’international…

1.3. Le cheval, symbole et facteur identitaire de la Normandie

L’importance du cheval en Normandie va au-delà de sa présence dans les espaces ruraux et des chiffres de la filière. En effet, le cheval occupe une place importante dans l’imaginaire régional et dans la pratique quotidienne des habitants.

 
Encadré 4. Le cheval dans l'œuvre de Degas

Le cheval est présent dans les représentations picturales de la Normandie, même si, pour nuancer, il importe de préciser qu’il reste moins représenté que la vache, si importante chez des peintres comme Boudin ou Courbet. Pour autant on trouve aussi des représentations de chevaux, par exemple dans les œuvres d’Edgar Degas.

Document 12. Le Défilé (chevaux de courses devant les tribunes), peint entre 1866 et 1868, Degas

Degas Le Défilé

Edgar Degas (1834-1917), peintre et sculpteur français, est considéré comme l’un des représentants majeurs de l’impressionnisme. Il est surtout connu pour son analyse perspective du mouvement. Dans Edgar Degas en Normandie - Le peintre du cheval et des courses (2018), Mariel Oberthür revient sur la passion de Degas pour les chevaux et ses représentations de pur-sang et de jockey au départ de courses hippiques et sur la façon dont le peintre a travaillé. On sait par exemple qu’il modelait de figurines en cire, dont on retrouve ensuite les sujets dans ses toiles, et qu’il réalisait des croquis lorsqu’il allait aux courses avec son ami Manet : il existe des croquis de l’un par l’autre aux courses. Ses carnets contiennent de nombreuses esquisses de chevaux et de jockeys. Pour étudier l’allure des chevaux et leurs mouvements, Degas s’est rendu en Normandie, au Ménil-Hubert près du haras du Pin.


 

La Normandie compte 43 000 licenciés, dont 80 % de femmes, auprès de la Fédération française d’équitation (FFE, qui comptait en 2017 environ 645 000 licenciés au total. Notons cependant qu’il n’est pas indispensable d’être licencié FFE pour pratiquer l’équitation : on compte 2,2 millions de cavaliers en France mais seulement 650 000 licenciés. La Normandie est l’une des régions françaises où le ratio centres équestres / habitants (un pour moins de 5 000 habitants) est le plus élevé, de même que le ratio cavaliers / habitants (14 licenciés pour 1 000 habitants ; source : Académie Delaveau, 2019). La région compte 670 clubs hippiques et il faut également noter les 42 hippodromes, organisant 254 réunions de courses par an.

 
Encadré 5. Les cavaliers en France 

En termes de licenciés, l’équitation est le quatrième sport national avec environ 650 000 cavaliers adhérents de la Fédération Française d’Équitation (FFE). L’équitation se trouve ainsi derrière le football (2,2 millions de licenciés), le tennis (1 million) et le basketball (660 000). Cependant, après plus de dix ans de croissance, le nombre de cavaliers licenciés à la FFE régresse depuis 2013. En 2018, la baisse s’est poursuivie plus intensément (- 2,5 %). La population de cavaliers se compose essentiellement de femmes : elles représentent 8 licenciés sur 10, soit plus de 530 000 licenciés, ce qui fait de la FFE la première fédération sportive féminine en France. L’équitation attire surtout les enfants et les adolescentes puisque plus de 60 % de la population cavalière a moins de 15 ans, les cavaliers étant plutôt plus âgés.

Document 13. Les licenciés FFE par région en France

Carte licenciés FFE

« Sur une échelle sociale à trois niveaux (catégories populaires, moyennes et supérieures) , ces pratiquants sont à 39 % issus des catégories populaires, contre 35 % pour les catégories moyennes et 26 % pour les catégories sociales supérieures (ces dernières restant surreprésentées par rapport aux non pratiquants de l’équitation – 14 %). 45 % d’entre eux n’ont pas le baccalauréat, mais la forte part de collégiens et de lycéens modère un peu cette donnée. 36 % sont diplômés de l’enseignement supérieur » (source : Sportsdenature.gouv.fr, mars 2019).

Les activités équestres se pratiquent dans plus de 9 000 structures qui emploient plus de 17 000 personnes. Les établissements équestres sont principalement localisés dans les régions très urbanisées : les régions Occitanie, Nouvelle-aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes sont en tête. Avec plus de 1 000 établissements chacune, elles comptent à elles seules 35 % des groupements adhérents à la FFE. Les régions Île-de-France, Grand-Est, Provence-Alpes-Côte d’Azur comptent plus de 700 groupements. En tenant compte de la population par région, l’Île-de-France est assez peu pourvue (un groupement pour 16 000 habitants), à l’inverse des régions Corse, Normandie et Centre-Val-de-Loire (un pour moins de 5 000 habitants).

Source : Source : IFCE, « Les chiffres sur les activités équestres », 2018 et « Conjoncture filière cheval », mars 2019.


 
Document 14. Les établissements équestres en France
Carte établissements équestres par région France  
Document 15. Les hippodromes en France et en Normandie
Carte des hippodromes en France Carte des hippodromes en Normandie

 

2. Les temps du cheval en Normandie

« Le cheval est aussi présent beaucoup plus largement que la stricte réalité économique le laisserait croire. Il fait partie de l’image de la Normandie. Il s’inscrit dans la tradition. Il est ancré dans le territoire et dans les esprits, au-delà des seules professions du cheval et des amateurs d’équitation » (Frémont, 2017). Partie intégrante de la société normande, les chevaux ne marquent pas seulement le territoire, ils sont aussi importants dans les temporalités : quotidiennement avec la pratique de l’équitation, le cheval « de travail », l’entraînement des chevaux de course ; occasionnellement avec le tourisme équestre et les courses ; plus exceptionnellement avec les grands événements équestres.

2.1. Cheval de travail, cheval de loisirs et de tourisme

Le cheval est présent dans de nombreuses villes et villages de Normandie pour le travail. En effet, depuis les années 1990, des municipalités (les derniers chiffres communiqués par la Commission Nationale des Chevaux Territoriaux indiquent 250 communes en 2013) ont choisi de remplacer des machines par des chevaux (soir l’exact opposé du mouvement engendré par la révolution industrielle), avec le rôle pionnier de Saint-Pierre-Sur-Dives (transport scolaire, dès 1993, avec des Percherons). Écologique, économique, facteur de lien social, le cheval de travail, appelé aussi cheval « territorial », car les « employés dans ce domaine sont des agents territoriaux » (Leroy du Cardonnoy et Vial, 2017) est utilisé pour le transport de personnes (Saint-Pierre-Sur-Dives, le Mont-Saint-Michel…), la collecte des déchets, l’entretien des espaces verts (Argentan…), le débardage (Orne, Calvados), la police montée (Caen), l’entretien de zones naturelles sensibles ou encore les travaux agricoles. Ce retour du cheval au travail n’est pas anodin : il renforce l’image « équestre » de la Normandie jusque dans les villes et consolide l’élevage de chevaux de trait dans la région. En 2017, le centre de valorisation du haras du Pin a été créé pour former les chevaux territoriaux à leurs futures missions, tout en soutenant la filière et en fournissant des débouchés aux éleveurs. Les chevaux sont achetés aux éleveurs, formés puis vendus, le produit de la vente étant conservé par le haras. Actuellement en France, les chevaux territoriaux sont utilisés dans 300 communes, y compris dans des métropoles, comme Grenoble. En avril 2019, Manon Deniau a publié un article dans Reporterre sur le retour du cheval de trait dans les villes bretonnes, avec l’exemple de La Bouëxière, commune où le retour du cheval s’explique par des considérations environnementales et sociales, et par la volonté de trouver un débouché autre que la viande aux races locales de chevaux de trait.

 
Encadré 6. Gonfreville-l’Orcher, un exemple de municipalité normande utilisant des chevaux territoriaux

Gonfreville-l’Orcher est une ville proche du Havre, marquée par les activités industrielles et où la topographie est contraignante. La ville est composée de deux quartiers historiques, ceux de Mayville et de Gourneaux-en-Caux, situés en zone basse, et d’une une nouvelle zone d’habitation, construite après la Seconde guerre mondiale sur la partie haute de la commune appelée le plateau (Dugast, 2018). C’est en contrebas du plateau que se situe la zone industrialo-portuaire du Havre.

Document 16. Les chevaux territoriaux de Gonfreville-l’Orcher dans leur pré, et en arrière-plan la ZIP du Havre

Les chevaux territoriaux de Gonfreville-l’Orcher

Cliché © Stéphanie Pouteau-Debris / VGO, 1er avril 2016

En 2016, un service hippomobile a vu le jour, avec deux chevaux de trait spécialement formés pour les entretiens des espaces verts, le ramassage des poubelles, le nettoyage des pistes cyclables et des sentiers de randonnée. Les chevaux sont des Comtois (race de cheval de trait originaire de Franche-Comté) : « Il n’est pas facile de trouver des chevaux formés au travail en milieu urbain. Il faut des chevaux préparés spécialement et ils sont très peu nombreux sur le marché. Quand nous avons décidé la mise en place de ce service, la paire de chevaux de Maxéville, près de Nancy, Adja et Vézo, s’est trouvée libre du fait de l’arrêt du service hippomobile dans cette ville. Nous les avons donc « embauchés ». Mais nous savons qu’un jour viendra où il faudra penser à leur retraite. Tout d’abord nous leur assurerons une retraite paisible, et en travaillant à ce passage de témoin suffisamment à l’avance nous aurons la possibilité de nous tourner vers une race de trait plus locale » (Fabrice Pimor, adjoint au maire chargé des initiatives éco-responsables à l’origine de la création de l’unité hippomobile, cité par Dugast, 2018). Le dispositif a été testé pendant deux ans avant d’être pérennisé. En plus de la collecte des déchets, les chevaux territoriaux de la commune participent à l’animation d’événements festifs (fête du jeu et fête de la ville), avec des tours en calèche notamment.

Document 17. Les chevaux territoriaux de Gonfreville-l’Orcher au travail

Les chevaux territoriaux de Gonfreville-l’Orcher

Dans le quartier du Chemin-Vert, 8 juin 2018, cliché © Stéphanie Pouteau-Debris / VGO

Les chevaux territoriaux de Gonfreville-l’Orcher

Lors de la Fête du jeu, dans le quartier de Mayville, 26 mai 2018, cliché © Stéphanie Pouteau-Debris / VGO

Le cheval territorial est ici bien plus un enjeu social qu’économique. Il s’agit au départ d’insérer le cheval dans un environnement urbain, de créer du lien social autour de l’animal, de mettre en œuvre les principes d’un développement durable dans une commune industrielle. Les considérations économiques (coût de l’animal par rapport à celui de la machine par exemple) n’ont pas été mobilisées lors de la création de l’unité hippomobile et aucun calcul n’a d’ailleurs été réalisé pour savoir ce que la commune avait pu économiser. La motivation environnementale et sociale est au cœur de la démarche, qui se poursuit actuellement avec l’arrêt de l’utilisation de produits phytosanitaires par les services municipaux, le développement de l’éco-pâturage (moutons et chèvres), un projet de serre pédagogique pour les écoles et le développement d’une activité de maraichage et le renforcement du rôle des chevaux dans la ville (participation à plus de manifestations, pour plus de proximité avec les habitants).

Sources : entretien téléphonique avec Olivier Chaumette, directeur du pôle développement urbain ; Nicolas Lemaoligou, chef de service de la régie technique et Nicolas Gambe, chargé de mission développement territorial, le 23 avril 2019 ; Jean-Léo Dugast, 2018 ; Magazine d’information municipale de Gonfreville-l’Orcher, été 2018.


 

Les temporalités quotidiennes du cheval sont aussi celles du cheval de loisirs. Comme nous l’avons dit plus haut, la Normandie compte 43 000 licenciés FFE et 670 centres équestres. Elle accueille également de nombreux centres de formation aux métiers du cheval.

 
Encadré 7. La formation aux métiers du cheval en Normandie : l’exemple de l’Académie Delaveau

L’Académie Delaveau est une structure permettant à de jeunes cavaliers évoluant en compétition avec leurs propres chevaux de poursuivre leur scolarité. Elle a ouvert en juin 2019 à Deauville, pour accueillir sa première promotion en septembre. L’Académie est ouverte à de jeunes cavalières et cavaliers, âgés de 11 à 18 ans. Elle est située entre le Pôle International du cheval et la Cité scolaire André Maurois. Elle est à mettre en lien avec les 37 centres de formation aux métiers du cheval que compte la Normandie. Ces établissements peuvent être publics (EPLEFPA – établissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole – de Coutances), privés (MFREO  – Maison familiale rurale – de Balleroy) ou équestres (Centre hippique des Pieux). Ils délivrent des formations du niveau CAP ou équivalent jusqu’au master.


 

Certains cavaliers pratiquent la compétition. En 2017, la pratique de la compétition concerne plus 161 000 cavaliers, soit plus d’un cavalier sur quatre. La pratique en compétition se répartit entre trois niveaux : le niveau club, qui est le plus dynamique avec 115 000 licenciés ; le niveau amateur, avec 34 000 licenciés ; et le niveau professionnel, avec 3 200 licenciés. Les régions les plus actives en organisation d’épreuves sont l’Île-de-France, la Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes (Source : IFCE, « Les chiffres sur les activités équestres », 2018).

La France est ainsi le premier organisateur mondial de compétitions équestres. En 2017 par exemple, 116 050 concours fédéraux ont eu lieu en France, soit une augmentation de 6 % par rapport à 2016, et une augmentation de 38 % entre 2012 et 2017.

 
Document 18. De plus en plus de concours fédéraux
  2017 Évolution 2012-2017 Évolution 2016-2017
Nombre d’épreuves 116 050 + 38 % + 6 %
Nombre de partants 1 603 615 + 25 % + 1 %
Montant des gains 31 062 075 € + 36 % +          8 %

Source : REFErences, Réseau économique de la filière équine, 2018.

 

La Normandie est la première région de chevaux de sport avec 40 éleveurs normands dans le Top 100 de CSO (concours de saut d’obstacle) (source SHF, Société hippique française). Elle est d’ailleurs connue pour cela à l’échelle nationale et internationale.

Tous les cavaliers ne font pas de compétition, et ils ne fréquentent d’ailleurs pas tous les centres équestres. Certains font de simples promenades, d’autres, extérieurs ou non à la région, font du tourisme équestre. Selon la FFE, le tourisme équestre compte 2 millions de pratiquants en France, avec 2 500 établissements et associations de cavaliers, 350 centres de tourisme équestre labellisés et 80 000 km de chemins pour cavaliers. La randonnée à cheval redevient à la mode et connait un développement important associé à la démarche des visiteurs en faveur d’un tourisme durable. Certaines régions semblent être privilégiées comme la Corse, pour sa diversité de paysages ou la Normandie, pour le patrimoine, la gastronomie, les haras et les sentiers équestres. La région est connue pour sa culture équine et comme destination équestre, surtout depuis l’Equirando (le plus grand rassemblement équestre européen) en 2012 et les Jeux Équestres Mondiaux en 2014, qui ont permis de développer l’offre équestre et d’accroître la visibilité de la région.

Dans sa thèse soutenue en 2000, Muriel Robert-Gauchet expliquait que le tourisme équestre est vu comme un potentiel de développement régional en Basse-Normandie. Ceci est toujours d’actualité, puisque la région Normandie intègre le développement du tourisme autour du cheval au sein de son schéma interrégional de développement touristique de la Normandie, voté en 2009 par les deux Régions normandes. Le programme d’actions s’est concrétisé sous trois axes :

  • le développement de l’offre d’itinéraires de tourisme à cheval,
  • le développement de l’offre de tourisme autour du cheval,
  • la promotion et mise en tourisme de la destination Normandie à cheval.

Un autre monde du cheval en Normandie vient rythmer la vie de la région : le monde des courses.

2.2. Le poids des courses

La France compte 9 000 propriétaires de chevaux de course (Réseau économique de la filière équine, 2017), avec 28 000 chevaux à l’entrainement et des courses organisées dans 236 hippodromes, dont 42 en Normandie. Les courses représentent plus de 9 milliards d’euros de paris (9,7 milliards en 2018, selon Les Échos, 2019). Les courses de chevaux se scindent en trois catégories : les courses de galop sur plat, les courses de galop avec obstacles et les courses de trotteurs (les plus nombreuses en France et en Basse-Normandie). Les hippodromes normands les plus réputés sont ceux de Cabourg et de Caen pour le trot ; de Deauville La Touques et Deauville-Clairefontaine pour les courses de galop.

Maxime Julien a étudié, dans sa thèse soutenue en 2018, les « univers et pratiques de la filière hippique en Basse-Normandie ». Il rappelle dès l’introduction que la Basse-Normandie « concentre 22 % des naissances nationales, et près de 46 % des naissances dans le domaine hippique », qu’elle « accueille les épreuves les mieux dotées, aussi bien pour les courses hippiques sur des hippodromes comme ceux de Deauville pour les courses de plat ou de Cabourg pour le trot, mais aussi dans les compétitions équestres ». Elle est aussi le lieu de résidence de cavaliers, d’éleveurs (17 des 20 meilleurs éleveurs de Trotteurs Français sont bas-normands) et d’entraineurs à la réputation internationale, et le berceau de grands champions, dont les plus médiatisés sont « La Trêve, double lauréate du Prix de l’Arc de Triomphe en 2013 et 2014 et Ourasi, considéré comme le plus grand champion au trot du XXe siècle, grâce à ses quatre succès acquis dans le Prix d’Amérique » (Julien, 2018). En France, plus d’un cheval de course (Pur-sang et Trotteur) sur deux est né en Basse-Normandie. Ces chiffres ont été donnés avant la réunification des deux régions normandes en 2016, mais la Haute-Normandie occupe une place relativement mineure dans la filière hippique, si bien que les chiffres donnés pour la Basse-Normandie peuvent être généralisés à toute la Normandie : parmi les 20 meilleurs éleveurs de Trotteurs français, 17 sont normands ; plus d’un cheval de course sur deux est né en Normandie (Dossier de presse Normandie Terre d’Excellence du Cheval, 2016).

Pour les ventes de chevaux, il faut noter ici le rôle majeur de Deauville (« épicentre de la filière »), où les ventes de chevaux, dont la plus connue, celle des yearlings (chevaux d’un an) confèrent à la ville un rayonnement international, et d’Arqana.

Fondée en 2006, Arqana est aujourd’hui la seconde société de ventes de chevaux en Europe, avec 21 % de part de marché((Source : « En dix ans, la maison Arqana est devenue incontournable dans le monde des courses », Les Échos, 2017.)). En 2016, l’entreprise a réalisé 144 millions d’euros de chiffre d’affaires en vendant près de 3 500 chevaux de galop et de trot (dont le plus cher pour 1,9 million d’euros).

Document 19. Vente de chevaux à Deauville

Vente de chevaux à Deauville

Cliché © Sandrine Boyer Engel / Deauville.

 

Plusieurs ventes sont organisées dans l’année, avec des chevaux de courses mais également de sport (mai : les chevaux de deux ans déjà pré-entrainés ; septembre : les pur-sang arabe ; décembre : les poulains de l’année et les juments pour la reproduction).

 
Document 20. Le prix de vente des chevaux aux enchères
Type de chevaux Effectif vendu aux enchères en 2016 Prix moyen d’un cheval en 2016
Galop (Arqana) 2 530 49 440 €
Trot (Arqana Trot, AETCE) 1 059 11 134 €
Sport (Fences + Nash) 225 16 282 €
 
 
Encadré 8. Deauville, capitale du cheval

Le développement des bains de mer en France commence à Dieppe en 1812. La pratique se diffuse ensuite à d’autres sites, comme Trouville-sur-Mer. Le XIXe siècle est en France une période intense de fondation de stations balnéaires (Biarritz, Arcachon, Cabourg ou encore Houlgate). La création de Deauville est due au duc de Morny, beau-frère de Napoléon III, à un médecin (le Docteur Olliffe) et à un banquier (Donon). Olliffe investit, avec Donon, pour l’achat de 240 hectares de marais, qui servent alors de pâtures. Les travaux de drainage commencent en 1859. En quatre ans, de 1860 et 1864, Deauville « sort des sables », financée par une société constituée sous la protection du duc de Morny. Breney, l’architecte du casino de Trouville-sur-Mer, réalise le plan d’urbanisme de la station : en bord de mer, des lais jusqu’à l’avenue impériale ; une zone résidentielle de luxe avec le casino ; une zone urbaine populaire (qui ne sera pas réalisée) ; une zone mondaine avec l’hippodrome (sa superficie sera agrandie suite à la non réalisation de la zone populaire) ; une zone d’activités le long de la Touques.

Document 21. L’importance du cheval à Deauville se voit jusque dans des détails architecturaux, ici un épi de faîtage

épi de faîtage

Cliché © Fatrice Le Bris / Deauville.

En 1863 a lieu sur la plage la première course de chevaux de l’histoire de Deauville. L’hippodrome de la Touques est inauguré l’année suivante. L’histoire de la station est donc étroitement liée au cheval.

La chute du Second Empire et à la crise économique ont plusieurs conséquences : raréfaction de l’aristocratie d’Empire, diminution du trafic portuaire au profit du Havre, fermeture d’industries comme les scieries de la « presqu’île de la Touques », abandon du projet d’un deuxième hôtel de luxe près du casino. Le terrain est cependant utilisé pour construire le « Cercle des propriétaires » réservé aux grands propriétaires d'écuries de courses, en 1875.

Deauville reste longtemps dans l’ombre de Trouville-sur-Mer. En 1911, les tribunes de l’hippodrome sont construites. Un nouveau casino (le premier avait été démoli en 1895) est construit en 1912. La croissance de Deauville est amorcée. L’hôtel Normandy est construit la même année. D’autres suivront, remplaçant les villas des fondateurs de Deauville. De nombreuses boutiques de luxe ouvrent. Deauville attire têtes couronnées et grands industriels. La promenade des planches est construite en 1924. Mais le territoire communal est exigu : en 1927, des terrains sont achetés à Tourgéville et Benerville-sur-Mer pour l’aménagement de l’hippodrome de Clairefontaine, puis en 1930 à Saint-Gatien-des-Bois pour l’aérodrome.

La station est affectée par la crise économique mondiale des années 1930, puis fortement endommagée par la Seconde guerre mondiale et la Libération. Il faut attendre les années 1960 pour que Deauville retrouve son attractivité, avec Michel d’Ornano à la mairie et Lucien Barrière à la tête du casino et des palaces. Le festival du cinéma américain est créé en 1975. Reliée à Paris grâce à l’autoroute, Deauville est surnommée le « 21e arrondissement » de la capitale. Il suffit de regarder les données de l’INSEE((Insee, dossier complet, commune de Deauville.)) pour voir l’importance de la proximité de Paris (et plus globalement de l’Île-de-France) pour Deauville : sur 8 597 logements, seuls 2 049 sont des logements principaux et 6 181 sont des résidences secondaires et 367 logements sont vacants.

Le tourisme se développe autour du casino et des deux hôtels de luxe du groupe Barrière, des magasins de prestige et du Centre International de Deauville (construit en 1992). L’autre secteur important de l’économie de Deauville est la filière équine. Les hippodromes de La Touques et de Clairefontaine attirent les meilleurs chevaux et jockeys du monde qui courent sur plus d’une soixantaine de journées, ayant fait de l’aéroport de Deauville le premier aéroport français pour le transport de chevaux. Il accueille une centaine de chevaux par an grâce à des infrastructures spécifiques (poste d’inspection filtrage, zone de transit équin temporaire composé de 10 boxes extérieurs et de trois boxes intérieurs, rampe d’accès chevaux pour les appareils de type Boeing 737 jusqu’à l’A310), mais il reste moins fréquenté que Liège et Amsterdam, plaques-tournantes européennes du transport de chevaux en Europe.

Document 22. Course à Deauville

Courses à Deauville

Cliché © Naiade Plante / Deauville.

Aux champs de courses, il faut ajouter la salle des ventes Élie de Brignac (document 19) qui accueille les ventes Arqana. En 2010, le Pôle International du Cheval complète le parc d’infrastructures équestres de Deauville.

Document 23. Les dates clés de l’histoire du cheval à Deauville

 

  • 1864    Création de l’hippodrome de la Touques
  • 1899    Ouverture de la salle des ventes aux enchères de chevaux
  • 1907    Création du Club de Polo
  • 1928    Création de l’hippodrome de Clairefontaine
  • 1983    Ouverture du centre d’entraînement sur l’hippodrome de la Touques
  • 2003    Construction d’une piste en sable fibré huilé, dite « tous temps »
  • 2005    La filière équine bas-normande est labellisée « Pôle de compétitivité »
  • 2010    Création du Pôle International du Cheval

Source : Mairie de Deauville, site consulté en 2019.

Installé sur 8 hectares, le Pôle International du Cheval est un lieu unique en Normandie, regroupant des infrastructures et des équipements haut de gamme (club entreprises, boxes pour chevaux, piste de galop…).

Document 24. La place du cheval dans la géographie de Deauville 

Le cheval à Deauville

Deauville est donc indissociable du cheval, et la ville est souvent présentée comme une capitale du cheval ou encore une cité du cheval. Les chevaux ne se trouvent pas seulement dans les hippodromes ou le Pôle international : ils sont souvent visibles sur la plage par exemple ou on peut voir l’entrainement de trotteurs et de galopeurs, des promenades, l’organisation de compétitions. Ceci renforce encore leur place dans et pour la ville.

Document 25. La visibilité des activités équestres sur la plage de Deauville

Le cheval à Deauville

Trotteurs à l’entraînement sur la plage de Deauville. Cliché © Delphine Barré Lerouxel / Deauville.

Le cheval à Deauville

Galopeurs à l’entraînement sur la plage de Deauville. Cliché © Béatrice Augier / Deauville.


 

Les courses structurent donc l’espace rural normand (et plus précisément bas-normand). L’élevage et l’entrainement des chevaux relèvent du quotidien, tandis que les courses sont des temps forts, de même que les ventes de chevaux. Il faut enfin noter le poids plus exceptionnel de grands événements équestres, avec ici le rôle des Jeux équestres mondiaux de 2014, accueillis en Basse-Normandie.

2.3. Les grands évènements équestres

« La réception des Jeux équestres mondiaux en 2014, principal événement mondial dans ce domaine qui se tient tous les quatre ans, fait figure de reconnaissance internationale de la région dans le monde du cheval » (Julien, 2018).

Les Jeux équestres mondiaux 2014 ont eu lieu entre fin août et début septembre, réunissant 984 athlètes et 1 243 chevaux. Les épreuves (saut d’obstacles, concours complet, dressage, attelage, endurance, reining – discipline de dressage, faisant partie de la compétition d’équitation western –, dressage para-équestre, voltige ; plus le horseball et le polo en démonstration) ont eu lieu dans différents sites (Caen : stade Michel d’Ornano, Parc des expositions, Zénith, hippodrome de la prairie ; à proximité du Mont-Saint-Michel, au haras du Pin, à Saint-Lô ou encore à Deauville). L’IFCE, l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et le CDES (Centre de Droit et d’Économie du Sport) de Limoges ont mené́ une étude d’impact économique, social et environnemental des Jeux et du projet territorial qui leur est associé (CDES, IFCR, et INRA, 2015). Les retombées économiques de l’événement sont estimées à 102 millions d’euros, dont 55 pour l’agglomération de Caen, sachant que les dépenses ont été de plus de 81 millions d’euros.

Les Jeux ont été accompagnés d’un projet territorial pour transformer une activité économique ponctuelle en une dynamique à long terme pour le territoire (Avril, 2017). Dès 2009, une organisation en deux parties avaient été mise en place : le comité d’organisation (Groupement d’intérêt public en charge des Jeux) et le collectif du projet territorial (cellule inter-collectivités coordonnée par la Région Basse-Normandie). Les réalisations ont été nombreuses : village des Jeux (2000 m²) réunissant tous les acteurs autour d’un discours construit sur les atouts de la Normandie, première édition du Normandy Horse Trade Fair (« salon du cheval normand », selon Luc Avril). Les retombées des Jeux sont espérées pour les 15 années suivant l’événement, d’où la définition de 18 grands projets, comme par exemple la redéfinition et la relance des projets des haras du Pin et de Saint-Lô ; le lancement de la fondation Hippolia dédiée à la recherche pour la santé équine ; la mise en place d’une stratégie de commercialisation à l’international ; la structuration de l’activité touristique pour faire de la Normandie l’une des premières destinations mondiales du tourisme équestre ou encore la création d’un centre national de ressources pour le retour du cheval de travail en ville (Avril, 2017).

D’autres grands événements équestres ont une périodicité plus régulière que les Jeux équestres mondiaux. En effet, la Région Normandie apporte chaque année son soutien à l’organisation d’une quinzaine de grands évènements équestres internationaux, classés trois étoiles par la Fédération équestre internationale. Dans le prolongement des Jeux équestres mondiaux, ces événements sont notamment implantés sur les principaux sites équestres de la région : Haras National du Pin, Pôle International du Cheval à Deauville et Pôle Hippique de Saint-Lô, et représentent plusieurs disciplines : concours complet, saut d’obstacles, dressage, para-dressage, horseball, ou encore endurance. La Région a également noué un partenariat avec le Comité Régional d’Équitation de Normandie (COREN) et le Conseil des Chevaux afin de coordonner ces grands événements.

Le cheval structure donc l’espace rural normand, spatialement et temporellement, mais des interrogations existent, comme en témoigne la conclusion du texte d’Armand Frémont au colloque de Cerisy : « Même si la Normandie reste, encore aujourd’hui, la première région d’élevage équin en France, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) s’est interrogé sur son avenir. Quelle en sera l’évolution ? Nul doute que les infrastructures, la société dans son ensemble, devront évoluer. Il faudra passer de la tradition à des recherches modernes, du cheval d’aujourd’hui sans doute à un autre cheval. La proximité de Paris et des grandes villes de la basse vallée de la Seine, avec leurs laboratoires et leurs clientèles, sont des facteurs déterminants dans les évolutions en cours » (Frémont, 2017).

 

3. Un élevage équin entre traditions, difficultés et innovation

Ces évolutions en cours sont multiples : transformation de la mission et du statut des Haras nationaux ; évolutions de la filière, des élevages ou encore de la surface agricole utile ; renforcement du rôle de la Région

3.1. La redéfinition du rôle des Haras et la création de l’IFCE

La Normandie abrite deux Haras nationaux (même s’il est aujourd’hui impropre de les appeler ainsi, comme la suite du texte va l’expliquer) : le premier est le haras du Pin, surnommé le « Versailles du cheval ». C’est le plus ancien des haras nationaux. Géré par la Région, le département de l’Orne et l’État, il a le statut d’établissement public administratif depuis 2016 (EPA). C’est le lieu d’accueil de manifestations et compétitions équestres, de formation aux différents métiers de l’équitation, de la sellerie, de l’attelage, en reproduction (Jumenterie, gérée, ainsi que l’Ecole, par l’IFCE - la Jumenterie permet des recherches génétiques sur la reproduction des chevaux, avec des naissances suite à des transferts d’embryon par exemple). Il accueille entre autres un Centre de Valorisation du Percheron.

Document 26. Le Haras du Pin

Haras du pin

Le Haras du Pin vu du ciel. Cliché © CRBN, 2012.

Haras du pin

Le Haras national est désormais un établissement public administratif, 2018. Cliché © Jean Chevret.

Haras du pin

Il accueille de nombreuses compétitions. Cliché © Jean Chevret, 2014.

Haras du pin

Le Haras accueille également le Centre de Valorisation du Percheron. Cliché © Jean Chevret, 2012.

Le second haras normand est celui de Saint-Lô, qui fait partie depuis 2014 du Pôle hippique de Saint-Lô, avec le Centre de promotion de l’élevage((Le haras de Saint-Lô a été touché par un incendie en juillet 2019. Malgré les dégâts importants, le Normandie Horse Show du mois d’août a été maintenu)). Les missions de ce pôle sont vastes : « Manifestations et actions innovantes au service de la filière équine et de ses professionnels, organisation de concours équestres sur le site, gestion des activités du centre équestre afin de positionner la Normandie comme région de référence au plan sportif équestre, mise en valeur du patrimoine historique via une diversification des activités » (Pôle Hippique de Saint-Lô, site consulté en 2019).

Comme nous le devinons avec ces deux exemples normands, les Haras nationaux ont vu leurs rôles et leurs statuts évoluer ces dernières années en France, créant beaucoup d’interrogations dans la filière équine.

 
Encadré 9. Une rapide histoire des Haras Nationaux

Au XVIIe siècle, la France doit importer des chevaux pour les besoins de l’armée. C’est Louis XIV qui organise, avec Colbert, les premiers haras. La création de l’administration des Haras royaux est mise en place par l’arrêt du Conseil du Roi du 17 octobre 1665. En 1717, la mission des Haras est précisée par le Règlement des Haras : ce sera l’amélioration des races régionales. Les étalons sont alors marqués d’un « L » (pour le prénom roi, « Louis ») surmonté d’une couronne.

La Révolution entraîne la suppression des Haras (1790), et de toute la réglementation en vigueur pour l’élevage du cheval, au nom de la liberté individuelle. Le renouveau des Haras vient avec Napoléon Ier. En effet, il a découvert, lors de la campagne d’Egypte, les qualités exceptionnelles du Pur-Sang Arabe, dont il ramène quelques spécimens en France. Ses armées ayant besoin de chevaux, il recréé les Haras par décret impérial en 1806. Aux six Haras impériaux s’ajoutent trente dépôts d’étalons et deux écoles vétérinaires (Lyon en 1761 et Alfort en 1764). C’est à cette époque que l’emblème des Haras devient la tête de cheval de profil et de type arabisé.

La reprise en main de l’élevage se poursuit sous la Restauration avec l’École des Haras au Haras du Pin, pour former les cadres des Haras, et sous la Troisième République. Le 29 mai 1874, la loi organique des Haras, dite loi Bocher, organise le corps des officiers, définit les circonscriptions, et fixe le nombre d’étalons nationaux et le montant des crédits destinés à encourager la production chevaline.

Cependant, la Première guerre mondiale amorce la fin de la cavalerie, supplantée par les véhicules blindés. Après la Seconde guerre mondiale les agriculteurs ont encore besoin de chevaux de trait du fait du manque de matériel, mais à partir des années 1960, c’est l’usage récréatif et sportif du cheval qui s’impose en France. Tout ceci amène à la réorientation de la politique des Haras vers les chevaux de loisir et de compétition (même si les chevaux de trait sont toujours valorisés).

En 1999 a été créé l’Établissement Public Administratif « Les Haras nationaux », dont l’objectif est de promouvoir la filière équine en créant de la cohésion, de la valeur économique et culturelle. En 2010, un nouvel Établissement Public, l’Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE) issu du regroupement des Haras nationaux et de l'École nationale d’équitation, entre en vigueur. Placé sous la tutelle des ministères chargés des sports et de l’agriculture, il est l’opérateur public unique pour accompagner la professionnalisation de la filière équine. Ses actions s’exercent au profit de la profession, des collectivités territoriales, de l’État et de tous les publics concernés par le cheval et l’équitation.

Source : Équipédia, IFCE, site consulté en 2019.


 

La redéfinition du rôle des Haras et la création de l’IFCE ont beaucoup inquiété le monde du cheval français, en raison de la reconversion d’agents des Haras, de la fin de l’étalonnage public, des ventes de haras ou encore de la réorientation des missions vers la formation. La revue Jours de Cheval par exemple, publie en 2013 un article sur « Les Haras nationaux : la fin d’une longue histoire » dans lequel on peut lire : « la fin historique des Haras va poser à terme de vrais problèmes : il est illusoire de croire que les petits éleveurs sont prêts à payer le prix fort pour un étalon, et ils préféreront arrêter. Les politiques risquent de se rendre compte un peu tard que les Haras étaient partie intégrante de l’aménagement du territoire ». En 2016, la Cour des Comptes a demandé la suppression de l’IFCE (45 millions d’euros de subventions annuelles). Au final, l’IFCE ne doit garder sur trois sites en propriété : Saumur (Maine-et-Loire), où se trouvent son siège et le Cadre Noir ; Pompadour (Corrèze) et Uzès (Gard).

Or d’autres sources d’inquiétude existent.

3.2. Les inquiétudes de la filière équine normande

Dans les actes du colloque de Cerisy, Les chevaux. De l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs sur les territoires, se trouve un texte, écrit par François Dufour, alors conseiller régional de Basse-Normandie, élu dans le département de la Manche et vice-président du conseil régional de Basse-Normandie, en charge de l’agriculture. Il se présente comme un éleveur, un élu, qui « représente la Région au conseil d’administration de la société d’aménagement foncier et d’établissement rural (SAFER) et se dit inquiet « qu’il s’agisse du temps perdu avec l’évolution du statut de l’Institut français du cheval et de l’équitation pour définir un projet d’avenir, de l’abondance des chevaux dans le territoire ou de la difficulté à trouver des créneaux de commercialisation » (François Dufour, 2017). Son intervention met en lumières de nombreux défis, auxquels la filière équine est d’ores et déjà confrontée :

  • La concentration des élevages, le vieillissement des petits éleveurs (moyenne d’âge de 65-70 ans sur les concours de foals((Un poulain est appelé « foal » du jour de sa naissance au 1er janvier suivant. Il est appelé « yearling » du 1er janvier qui suit sa naissance au 1er janvier de l’année suivante.)). Un document daté de 2007 (Typologie des éleveurs de chevaux de Basse-Normandie, Réseau économique de la filière équine) montrait déjà des chiffres inquiétants : Deux éleveurs sur cinq sont retraités. La proportion est encore plus forte dans le trot et le trait puisque cela concerne la moitié des éleveurs. En revanche, il y a peu de retraités parmi les éleveurs de Pur Sang. Plus de la moitié des élevages ont plus de 15 ans d’activité et seulement un sur cinq est issu de la reprise d’un élevage antérieur. Trois éleveurs sur cinq ont plus de 50 ans et, parmi eux, seulement 15 % ont envisagé leur succession.
  • Les questions éthiques qui se posent, et en particulier celle de la génétique.
  • La formation des éleveurs à poursuivre, pour les aspects financiers certes, mais aussi « en ce qui concerne la construction d’élevages et d’éleveurs préservant cette génétique ».
  • La question centrale du maintien des prairies : « 220 000 hectares de prairies sont consommés chaque année par les chevaux, ce qui assure à la fois un bien-être et une bonne santé à ces chevaux (…). Contrairement au hors-sol, il s’agit d’un élevage attaché à un sol, à un terroir. Il est essentiel de maintenir toutes ces prairies, en zones humides ou en zones plus sèches, qui font de la Basse-Normandie une référence » (Dufour, 2017). Or, « l’avancée des céréales est une grande source d’inquiétude dans la région ». F. Dufour cite des chiffres de 2012 : la région perd 22 sièges d’exploitation par semaine. Les reprises parcellaires font que les morceaux d’exploitation sont alors souvent cultivés en céréales pour nourrir les vaches.
 
Encadré 10. Le recul de l’herbe en Normandie

Le tableau ci-dessous montre la part des surfaces en herbe dans les départements bas-normands.

Document 27. Part des surfaces en herbe selon les secteurs équins
  Orne Calvados Manche Basse-Normandie
Trot 50 % 39 % 26 % 41 %
Galop 26 % 33 % 7 % 24 %
Sport 21 % 22 % 56 % 29 %
Autres (trait, ânes) 4 % 6 % 12 % 6 %

Source : IFCE, 2014

Il peut être complété d’un autre tableau, montrant l’évolution de la superficie toujours en herbe (STH) en Normandie. On voit bien que la STH baisse entre 1989 et 2017, tandis que la superficie (en hectares) consacrée à des cultures céréalières et industrielles augmente.

Document 28. Quelques données montrant l’évolution de la Surface agricole utile en Normandie
Normandie 1990 2000 2010 2017
Céréales 521 707 566 670 606 151 629 665
Betteraves industrielles 37 350 31 100 28 281 42 125
Oléagineux 43 396 77 575 125 798 133 340
Pommes de terre 9 062 11 097 14 556 17 805
STH des exploitations 1 044 084 835 244 681 618 635 500

Source : AGRESTE, SAA, deux séries juxtaposées : 1989-2000 et 2000-2017.

L’évolution est encore plus perceptible grâce à un graphique.

Document 29. Quelques données montrant l’évolution de la SAU en Normandie

SAU Normandie

Sources : AGRESTE, SAA, deux séries juxtaposées : 1989-2000 et 2000-2017.


 

Dans la suite de son texte, François Dufour insiste sur le rôle de la Région, qui depuis 2014 est autorisée à gérer les fonds européens.

3.3. Le rôle central de la région Normandie

« La France a fait le choix de mettre un budget d’un milliard d’euros sur le second pilier de la PAC, et la Région étant aujourd’hui l’autorité de gestion des fonds européens, nous sommes, en Basse-Normandie, dotés d’un bon budget. Alors qu’entre 2007 et 2013 nous disposions de 135 millions d’euros, pour le développement rural et le soutien aux exploitations agricoles, nous sommes dotés pour 2014-2020, d’un budget de 308 millions » (Dufour, 2017). La Région distribue donc les fonds européens, mais pas seulement. Ainsi, en novembre 2017, le conseil régional de Normandie a adopté une nouvelle politique régionale en faveur de la filière équine (7,5 millions d’euros par an, sans toutefois indiquer la durée prévue), avec dix priorités, répondant à des enjeux d’excellence et d’attractivité pour faire de la Normandie « la terre du cheval par excellence » (région Normandie, 2017).

 
Document 30. Enjeux et priorités de la politique régionale de développement de la filière équine
Enjeux Priorités
Enjeu 1 : former et renouveler les générations Priorité 1 : développer des formations d’excellence
Priorité 2 : attirer des talents et assurer le renouvellement des générations
Enjeu 2 : développer l’économie, accroître la compétitivité des entreprises Priorité 3 : accroître la compétitivité des exploitations agricoles équines normandes
Priorité 4 : accroître la compétitivité des entreprises industrielles et des services
Enjeu 3 : développer l’enseignement supérieur et la recherche d’excellence au bénéfice de la filière équine Priorité 5 : développer l’enseignement supérieur et la recherche d’excellence dans le cadre d’un véritable campus équin
Priorité 6 : faire du centre européen du cheval un cluster mondialement reconnu
Enjeu 4 : valoriser et commercialiser les chevaux élevés en Normandie Priorité 7 : faire de la Normandie le plus grand marché du cheval athlète
Priorité 8 : valoriser les races équines emblématiques de la Normandie
Enjeu 5 : développer l’attractivité du territoire, en particulier à l’international Priorité 9 : bâtir une stratégie de communication et d’influence et mettre en œuvre une stratégie événementielle pour faire de la Normandie la terre du cheval par excellence
Enjeu 6 : développer le tourisme autour du cheval Priorité 10 : construire une offre touristique à vocation internationale autour des savoir-faire normands

 

La Région soutient également le pôle de compétitivité Hippolia (la Normandie possède cinq centres de recherche équine de renommée internationale), qui a pour mission d’accroitre la compétitivité des entreprises connexes de la filière équine (fabricants d’aliments, de médicaments, d’équipements pour le cheval ou le cavalier…) en particulier en augmentant leur capacité à innover, à travailler en partenariat et à développer leurs ventes à l’international. Hippolia a été créé en 2005. Il fait partie du réseau des 70 pôles de compétitivité((Ils ne sont plus que 56 en 2020.)) labellisés par l’État français cette année-là, mais il est l’unique pôle de compétitivité dédié à la filière équine. Il regroupe les acteurs qui souhaitent contribuer par l’innovation au renforcement de la compétitivité de la filière dans son ensemble et réunit plus de 200 membres (entreprises industrielles et de services, centres de recherche et / ou de formation, organismes autres de la filière équine). Les entreprises dites « connexes » travaillent en collaboration avec les organismes de recherche et de formation pour proposer des services et des produits innovants dans les domaines suivants : santé, hygiène et soins ; alimentation ; équipement du cheval ; équipement du cavalier ; infrastructure ou encore transport.

Document 31. Un exemple d’entreprise soutenue par le pôle Hippolia, 2017

Hippolia SEAVER

Lancée en 2016, la start-up Seaver est spécialisée dans la conception et la fabrication d’objets et équipements connectés pour chevaux (exemple : sangle connectée adaptée à tous les types de sangle, liée à une application mobile pour avoir un flux continu d’informations en temps réel pendant une séance). Ces équipements permettent de mesurer la performance et la santé du cheval ainsi que de sa condition physique à long terme. Cliché © Olivier Houdart-Dollar / SEAVER.

 

De nombreux projets ont été portés par Hippolia depuis sa création (141 projets, avec 7,5 millions d’euros d’investissements et 250 partenaires). Parmi ces réalisations, on peut noter (source : site d’Hippolia, consulté en 2019) :

- Equi-ressources : fondée en 2007, c’est l’agence nationale de l’emploi et de la formation dans la filière équine. Cette structure publique / privée est issue d’un partenariat entre le Pôle de compétitivité filière équine Hippolia, Pôle emploi, le Conseil Régional de Basse-Normandie et l’IFCE. Les principales missions d’équi-ressources sont : la gestion des offres et des demandes d’emploi et de stage, l’information et l’orientation sur les métiers et les formations, la réalisation d’études et d’enquêtes sur le marché du travail équin.

- le MESB (Mastère Sciences et Management de la filière équine), lancé en 2008 et issu d’une collaboration entre AgroSup Dijon, l’Université de Caen, l’Université du Kentucky et le Pôle Hippolia. Il s’agit de l’unique mastère spécialisé dans la filière équine.

- La plateforme hippolia (mise à disposition d’infrastructures de recherche de très haut niveau) notamment sur les sites de Goustranville avec les équipes du Laboratoire de pathologie équine de l’ANSES Dozulé et de l’EnVa-Cirale((ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail ;  EnVa : École Nationale Vétérinaire d'Alfort ; Cirale : centre d'imagerie et de recherche sur les affections locomotrices équines.)) et Saint-Contest avec le laboratoire Labéo Frank Duncombe.

Document 32. Le Centre d’Imagerie et de Recherche sur les Affections Locomotrices Équines à Goustrainville

Cirale

Créé en 1999 par la région Basse-Normandie, le Centre d’Imagerie et de Recherche sur les Affections Locomotrices Équines (CIRALE) est devenu un centre de référence mondialement reconnu pour l’étude de la pathologie ostéo-articulaire et musculo-tendineuse du cheval. Dans le souci d’améliorer le suivi sportif des chevaux et d’investiguer les causes de contre-performance, une unité de médecine sportive a été inaugurée en 2008. Le site a une triple vocation : diagnostic (des chevaux de toutes les disciplines, référés par leur vétérinaire, sont examinés quotidiennement dans le cadre des consultations spécialisées pour troubles locomoteurs et médecine sportive) ; enseignement (rattaché à l’École vétérinaire d’Alfort, le CIRALE dispense une formation universitaire et post-universitaire, nationale et internationale) ; recherches (plusieurs programmes de recherche, dont l’objectif est d’améliorer le diagnostic, le traitement et la prévention des affections locomotrices et médicales qui limitent les performances des chevaux, sont menés sur le site).

Ci-dessus : cliché © CIRALE, 2018. À droite : cliché © Olivier Houdart-Dollar / CIRALE, 2017

cirale

Il faut enfin noter le rôle d’un dernier acteur, le Conseil des chevaux de Normandie (premier Conseil des chevaux créé en France). Il a un rôle d’interface entre les professionnels (définition de la stratégie, accompagnement du développement économique de la filière, porteur de projets, représentation du monde du cheval dans les instances comme la SAFER) et les institutions publiques et privées. Il a également une mission d’information auprès du grand public (actualités en lien avec la filière équine, dates d’événements équestres, les chiffres de la filière, annuaire des professionnels du cheval).

De nombreux acteurs structurent la filière équine normande et soutiennent son développement, mais des inquiétudes demeurent, du fait de l’évolution de l’espace rural normand d’une part (mitage, transformation de prairies en champs de céréales) et de la filière elle-même d’autre part (concentration des élevages, vieillissement des éleveurs).

Document 33. Les espaces du cheval en Normandie
carte lieux du cheval en normandie  

Conclusion

Même s’il n’est pas l’animal le plus élevé en Normandie (il y a par exemple plus de vaches que d’habitants dans la Manche et l’Orne), le cheval y occupe une place particulière, à la fois dans les espaces ruraux, les emplois, certaines villes, et plus globalement dans la société. La filière équine, de la naissance à la vente des chevaux, en passant par les courses, le pôle de compétitivité Hippolia, les centres équestres, les métiers directement ou indirectement liés aux chevaux, etc. structure fortement une grande partie de la Normandie (et encore plus l’ancienne région Basse-Normandie). De nombreux acteurs, à différentes échelles, agissent pour pérenniser la filière, la soutenir, la développer encore.

Cependant, des évolutions plus ou moins anciennes et brutales (baisse de la STH, redéfinition du statut et du rôle des Haras nationaux, concurrence d’autres pays producteurs de chevaux, baisse des ventes de chevaux et de poneys en France ou encore évolution de la législation concernant le PMU, grand financeur de la filière équine française) sont sources d’inquiétude et de transformations à la fois de l’espace rural normand et de la filière. Les quatre scénarios possibles pour l’évolution de la filière équine en 2030((https://www.ifce.fr/wp-content/uploads/2015/09/INS_Resultats_prospective_2030.pdf)) montrent un éventail de possibles assez large, et donc la probabilité de nouvelles évolutions.

 


Bibliographie

Références citées
  • Avril Luc, 2017. « Le projet territorial associé aux Jeux équestres modiaux FEI Alltech 2014 en Normandie : “l’élan des Jeux” », in Leroy du Cardonnoy Éric et Vial Céline, Les chevaux. De l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs sur les territoires, Caen, Presses Universitaires de Caen, p. 269-274.
  • Deniau Manon, « Le cheval de trait est de retour dans les villes bretonnes », Reporterre, 24 avril 2019.
  • Digard Jean-Pierre, 2004. Une histoire du cheval. Art, techniques, société, Arles, Actes Sud, 232 p.
  • Digard Jean-Pierre, 1994. Le cheval, force de l’homme, Paris, Gallimard, 160 p.
  • Dufour François, 2017. « Le cheval, un enjeu de développement territorial pour la Basse-Normandie », in Leroy du Cardonnoy Éric et Vial Céline, Les chevaux. De l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs sur les territoires, Caen, Presses Universitaires de Caen, p. 251-256.
  • Dugast Jean-Léo, 2018. « Le cheval territorial au service de l’innovation technologique », Sabots, 2018, n° 83.
  • CDES, IFCE et INRA, Impacts économiques des Jeux Équestres Mondiaux FEI Alltech 2014, 2015.
  • Frémont Armand, 2017. « Le cheval en Normandie », in Leroy du Cardonnoy Éric et Vial Céline, Les chevaux. De l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs sur les territoires, Caen, Presses Universitaires de Caen, p. 245-250.
  • Julien Maxime, 2018. Univers et pratiques de la filière hippique en Basse-Normandie : une approche géographique, Thèse soutenue à Caen, sous la direction de Philippe Madeline, 610 p. [pdf].
  • Robert-Gauchet Muriel, 2000. Le cheval, un potentiel de développement régional : l'exemple du tourisme équestre en Basse-Normandie, Thèse soutenue à Caen, sous la direction de Roger Calmès, 533 p.
Pour aller plus loin
  • Linot Olivier, 2017. « La Commission des chevaux territoriaux en France. De l’innovation à la réalité », in Leroy du Cardonnoy Éric et Vial Céline, Les chevaux. De l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs sur les territoires, Caen, Presses Universitaires de Caen, p. 161-171.
  • Martin-Rosset William et Cadoré Jean-Luc, 2017. « Les enjeux de la recherche en sciences équines en France », in Leroy du Cardonnoy Éric et Vial Céline, Les chevaux. De l’imaginaire universel aux enjeux prospectifs sur les territoires, Caen, Presses Universitaires de Caen, p. 287-306.
  • Piekalkiewicz Janusz, 1986. Chevaux et cavaliers de la Seconde guerre mondiale. Paris, Maloine, 294 p.
  • Roche Daniel, 2008. La culture équestre de l’Occident XVIe-XIXe siècle. L’ombre du cheval. Tome I. Le cheval moteur, Paris, Fayard, 479 p.
  • Roche Daniel, 2011. La culture équestre de l’Occident XVIe-XIXe siècle. L’ombre du cheval. Tome II. La gloire et la puissance, Paris, Fayard, 493 p.
  • Roche Daniel, 2015. La culture équestre de l’Occident XVIe-XIXe siècle. L’ombre du cheval. Tome III. Connaissance et passion, Paris, Fayard, 489 p.
Sitographie

 

 

Géoconfluences remercie toutes les personnes et institutions ayant autorisée l'auteure à reproduire leurs photographies : Béatrice Augier ; Delphine Barré Lerouxel ; Sandrine Boyer Engel ; Calvados Tourisme ; Jean Chevret ; CIRALE ; CRBN ; ville de Deauville ; Olivier Houdart-Dollar ; Fatrice Le Bris ; IFCE ; Naiade Plante ; Stéphanie Pouteau-Debris / VGO ; SEAVER.

 

Maie GÉRARDOT
Agrégée de géographie, docteur en géographie et aménagement, professeur en CPGE, lycée Georges de la Tour, Metz

 

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Maie Gérardot, « Les chevaux et la Normandie, géographie d’une filière d’élevage », Géoconfluences, février 2020.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/elevage-chevaux-normandie

 

Actions sur le document