Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux La Méditerranée, une géographie paradoxale Corpus documentaire Méditerranée : rivages à risques - Le risque sismique et volcanique

La Méditerranée, une géographie paradoxale

Méditerranée : rivages à risques - Le risque sismique et volcanique

Publié le 20/03/2003
Auteur(s) : Vincent Clément

Cadrage

L'activité sismique et volcanique (l'Etna, le Stromboli, la réapparition de l'île de Ferdinandea) de la péninsule italienne au cours de ces derniers mois incite à se pencher sur la nature et la fréquence de ces types de risques naturels en Méditerranée.

Si le mythe de l'Atlantide, rapporté par Platon dans le Timée, a été transmis de génération en génération, c'est qu'il rend compte d'une donnée essentielle de la géographie de la Méditerranée : la permanence du risque, qu'il soit sismique, volcanique, climatique ou hydrologique. Selon l'hypothèse la plus couramment admise, l'Atlantide serait l'île de Santorin qui, vers 1500 avant notre ère, a connu une puissante éruption volcanique qui projeta des cendres jusqu'en Asie centrale. L'éruption, accompagnée d'un tremblement de terre, déclencha un raz-de-marée qui dévasta la Crête mettant ainsi fin à la civilisation minoenne.

En Méditerranée, les catastrophes sismiques sont de loin les plus meurtrières. Au cours du XXe siècle, le nombre de morts officiellement recensé à la suite de séismes s'élève à 198.548 dont 122.559 uniquement pour l'Italie, victime du tremblement de terre le plus sévère du siècle (83.000 morts le 28 décembre 1908). La Turquie a payé aussi un lourd tribut à l'activité sismique : 23 séismes meurtriers au cours du siècle, la région d'Erzincan, touchée à quatre reprises, étant la plus touchée (1939 : 32.900 victimes ; 1949 ; 1992 ; 1995).

Le risque sismique est inégalement réparti en Méditerranée, en fonction du jeu des plaques, au gré des zones de subduction, de collision ou de cisaillement (document 2). La rive nord est plus touchée par le phénomène, en particulier la péninsule italienne, la Grèce et la Turquie, alors que la rive sud est moins fréquemment affectée, même si des séismes importants peuvent aussi s'y produire (par exemple, en 1960, le séisme de El Asnam en Algérie fit 2.633 morts).

Le volcanisme actif se répartit de manière privilégiée autour de la cuvette tyrrhénienne (document 2) : le Vulcano et le Stromboli dans l'archipel des Lipari, le Vésuve qui détruisit Pompéi en l'an 79, l'Etna.

 

Documents

1 - Les grandes catastrophes volcaniques : témoignages historiques

Le site Planet-Terre propose cette animation (1,1 Mo) qui reconstitue la catastrophe de Pompei (attention, long chargement). Cliquer sur la miniature pour l'ouvrir.

Retrouver diverses références historiques et littéraires à partir de la page proposée par Planet-Terre (Sciences de la Terre

www.ens-lyon.fr/Planet-Terre/Infosciences/Geodynamique/Volcanisme/

2 - L'intensité du risque est liée à la tectonique :

Plongement de la plaque africaine sous la plaque eurasienne.

Les courbes donnent la profondeur des séismes en kilomètres

L'activité volcanique du Vésuve, et plus généralement la majorité des phénomènes sismiques et volcaniques en Italie du Sud, peut être mise en relation avec la convergence entre les plaques Africaine et Eurasienne. La plaque Africaine se déplace en effet actuellement de 2,3 cm par an vers le Nord-Ouest et plonge sous l'Europe, entraînant la fermeture du bassin de la Méditerranée.

Avec l'autorisation de l'auteur, Vincent Clément et d'après l'ouvrage "La Méditerranée" - Sous la direction de D. Borne et J. Scheibling - Carré Géographie - Hachette supérieur - Février 2003

Pour aller plus loin

Des publications :
  • Bethemont C., Géographie de la Méditerranée, A. Colin, 2000
  • Pumain, D., Saint-Julien Th., Ferras R., Géographie universelle "France, Europe du Sud", Hachette-Reclus, 1990
  • Le Monde (page Sciences) - 15 janvier 2003
Pour prolonger, élargir : des ressources en ligne

Sur l'activité sismique proprement dite :

  • Par le Laboratoire de Géophysique et Géodynamique, le Réseau Sismique Provence :http://junon.u-3mrs.fr/ms422aww/
  • Le site italien de l'Instituto Nazionale de Geofisica et Vulcanologia de la section de Catane : www.ct.ingv.it

 

Sur l'évaluation du risque :

  • Le Center for Research on the Epidemiology of Disasters (CRED - Université catholique de Louvain)www.cred.be/centre/intro.html
  • Voir plus particulièrement "L'évaluation des risques aux catastrophes naturelles en vue de leur prévention: l'utilité et l'utilisation de EM-DAT (International Disaster Database) à une échelle mondiale et infra-nationale" - www.cred.be/centre/publi/171f/begin.htm. Ce dossier fait une large part à l'évaluation des risques en général. Par la même occasion, on peut prendre connaissance de cet autre dossier : Vulnérabilité aux Catastrophes et Options Stratégiques pour la Prévention - Analyse Préliminaire de six régions (Amérique centrale, du Sud, Corne de l'Afrique, Pacifique - Asie du SE, Asie du Sud) à Haut Risque - www.cred.be/centre/publi/138f/begin.htm. On y trouve des éléments statistiques, comparatifs intéressants.
  • Sur le site de la Protection civile italienne, les mesures adoptées, le suivi des coulées (images en 3D sur MNT, simulations prévisionnelles) mais en "restructuration" en janvier 2003 : www.protezionecivile.it
  • Sur Mappemonde - Le monde d'Internet, une sélection proposée par Christophe Clavel : www.mgm.fr/Mappemonde/M301.html

 

Retour en haut de page
Retour haut de page

Mise à jour :   mars 2003


Copyright ©2002 Géoconfluences - Dgesco - ENS de Lyon - Tous droits réservés, pour un usage éducatif ou privé mais non commercial

Actions sur le document