Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Gentrification

Gentrification

Publié le 24/01/2022

La gentrification désigne « les transformations de quartiers populaires dues à l’arrivée de catégories sociales plus favorisées, qui réhabilitent certains logements et importent des modes de vie et de consommation différents. » (Clair, 2018).

Le terme vient de l'anglais gentry, bourgeoisie ; il a un sens proche mais différent d'embourgeoisement. Caroline Clair (2018) précise que « le terme de "gentrification" a été inventé dans les années 1960 par [la] sociologue britannique Ruth Glass pour décrire le processus de transformation sociospatiale d’un quartier populaire du centre de Londres, marqué par l’arrivée de populations issues de couches moyennes. »

Il désigne donc un processus de renouvellement de la composition sociale et démographique d'un quartier au profit de ménages plus aisés. C'est un phénomène qui touche principalement les centres et les péricentres des métropoles. Les programmes de rénovation et de réhabilitation de certains quartiers ou îlots des centres-villes, dont le bâti se trouve ainsi requalifié, provoquent souvent une hausse des prix du foncier, des loyers et favorisent ainsi la concentration de populations des catégories supérieures aux activités fortement liées aux spécialités des métropoles. Ce processus de reconquête résidentielle s'inscrit à l'encontre du délaissement des centres-villes par les populations attirées par les périphéries urbaines. Mais il concerne plutôt les jeunes actifs sans enfants ou les populations plus âgées dont les enfants sont émancipés. Les politiques de rénovation urbaine sont parfois précédées par l'installation, dans des quartiers populaires centraux, de populations aisées pionnières (artistes, dinkies – « Double Income No Kids », double revenu sans enfants –) dont le pouvoir d'achat participe à la hausse des prix.

Certaines politiques environnementales urbaines pourtant très consensuelles (créations de parcs, d’écoquartiers, etc.) participent à des processus de relégation et d’éviction des populations qui y étaient installées : on parle alors d'« ecological gentrification » ou d’« environnemental gentrification » (à ne pas confondre avec le terme de « greentrification » parfois employé pour désigner la gentrification rurale).

Le terme de « gentrification » a, dans la plupart des textes, une connotation péjorative. Le succès du terme lui a valu des déclinaisons telles que gentrification rurale ou new build gentrification. Ce succès est tel, y compris auprès du grand public, que le terme court aussi le risque d'être vidé de son contenu. Ainsi, alors que tout processus d'enrichissement ou d'embourgeoisement, voire toute évolution sociale d'un quartier risque d'être étiquetée comme gentrification, il convient de réserver le terme à des situations locales où la domination sociale entraîne l'éviction des classes populaires sur le long terme. Certains géographes redoutent aussi que la focalisation de l’attention sur la gentrification n’occulte d’autres processus inégalitaires à l’œuvre dans les métropoles (Adam et Comby, 2021).

(La rédaction) octobre 2016 ; mars 2019 ; septembre 2020 ; dernière mise à jour : janvier 2022.


Sources
  • Adam Matthieu et Comby Émeline, « Villes et capitalisme », intervention lors du café géo organisé par la Géothèque à Lyon, novembre 2021.
  • Chabrol Marie, Collet Anaïs (dir.), Gentrifications, éd. Amsterdam, 2016, 360 p. Voir la veille à ce sujet.
  • Clair Caroline, « Sonia Lehman-Frisch, Sociologie de San Francisco », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 septembre 2018.
Pour compléter

Actions sur le document

Affiner les résultats par :