Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Trame verte et bleue

Trame verte et bleue

Publié le 27/05/2021

La trame verte et bleue (TVB), est une « démarche qui vise à maintenir et à reconstituer un réseau d’échanges pour que les espèces animales et végétales puissent, comme l’homme, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer… et assurer ainsi leur cycle de vie. La trame verte et bleue porte l’ambition d’inscrire la préservation de la biodiversité dans les décisions d’aménagement du territoire, contribuant à l’amélioration du cadre de vie et à l’attractivité résidentielle et touristique » (Ministère de la Transition écologique et solidaire, 2017).

Elle est « rendue obligatoire par les lois Grenelle (9 août 1999 et la loi n° 2010-288 12 juillet 2010), [et] est présentée comme un outil d’aménagement durable du territoire qui participe à la transition écologique et énergétique de nos sociétés. » (Coudroy de Lille et al., 2017).

En langue française, la trame est l'ensemble des fils qui composent un tissu, mais peut désigner aussi la charpente d'un organisme (CNRTL). Les géographes et les cartographes sont familiers du mot qui leur évoque l'une des formes élémentaires de la représentation de l'espace. 

L'idée principale de l'incitation politique en faveur des trames vertes et bleues est la suivante : la nature urbaine doit ressembler de moins en moins à un archipel d'« îlots de verdure » ne communiquant pas entre eux, et de plus en plus à un réseau formant des corridors ou des artères naturelles, comme pour permettre à la ville de « respirer ». Il s’agit par ailleurs de recréer du lien entre les différents écosystèmes dont les habitats ont pu être fragmentés par les infrastructures et équipements urbains (routes notamment). Les couleurs, vert et bleu, insistent sur l'association englobante des espaces végétaux et des espaces aquatiques (fluviaux, lacustres...), d'autant que certaines villes européennes tournent le dos à leurs fleuves. Ces derniers offrent pourtant des avantages : ils permettent des mobilités douces (navettes fluviales), ils offrent des vues dégagées, leurs berges sont parfois sous-utilisées avant d'être réinvesties par les politiques publiques (à Paris ou à Lyon par exemple), et ils jouent un rôle de régulation thermique.

 
Exemple de trame verte et bleue à Lyon

Les trames vertes et bleues à Lyon

Source : Lydia Coudroy de Lille, Anne Rivière-Honegger, Lisa Rolland, Anaïs Volin, « Transition », notion à la une de Géoconfluences, février 2017.

(JBB) mars 2018. Dernière modification : mai 2021.


Références citées
  • Lydia Coudroy de Lille, Anne Rivière-Honegger, Lisa Rolland, Anaïs Volin, « Transition », notion à la une de Géoconfluences, février 2017.
  • Ministère de la Transition écologique et solidaire, Trame verte et bleue, 26 janvier 2017.
Pour compléter

 

Actions sur le document

Affiner les résultats par :