Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Le vocabulaire de la géographie à travers plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration depuis plus de 20 ans. Par ailleurs, plus de 950 entrées ont fait l'objet d'une relecture et d'une mise à jour systématiques entre 2019 et aujourd'hui.

Il existe 1560 termes dans le glossaire.

Il existe 43 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critère L
Lœss
Le lœss est un dépôt sédimentaire d’origine éolienne. Le premier à avoir discerné le rôle du vent dans sa formation est sans doute le géographe et géologue prussien Ferdinand von Richtohofen (Zimmermann, 1905). On l’appelle aussi limon des plateaux (George et Verger, 2004). Dans les régions désertiques ou steppiques et sur les hauts plateaux, la rareté de la végétation favorise le transport par le vent, et le dépôt, de particules de quartz, d’argile et de calcaire issues de (...)
La Niña
La Ninã est un phénomène climatique de récurrence variable fonctionnant de façon contraire à El Niño (ENSO). Alors que pendant El Niño, le fonctionnement de l’océan Pacifique semble s’inverser, pendant un épisode La Niña, ses caractéristiques habituelles semblent s’accentuer. Ce phénomène se déploie pendant l’hiver boréal et l’été austral, puis il est suivi généralement d’une année plus fraîche que la moyenne. Il peut se produire plusieurs années de suite, ou ne pas se (...)
Label, labellisation
Un label (de l'anglais, label : étiquette) est une marque ou logotype, propriété des pouvoirs publics, apposée sur un produit ou une filière, qui garantit son origine ou sa qualité. Le terme de label est aussi utilisé par des entreprises, ainsi le label Max Havelaar est un label privé, certifié par un organisme indépendant FLOCERT conforme au cahier des charges établi. En France, les labels attribués aux productions agricoles et alimentaires sont supervisés par l’INAO (Institut (...)
Lacs domaniaux et lacs non domaniaux en France
Si l’espace maritime français fait systématiquement partie, jusqu’à la limite des eaux territoriales, du domaine public maritime, les lacs intérieurs relèvent en revanche de statuts juridiques variables. Le droit français distingue, d’une part, les cours d’eau et les lacs « domaniaux » et, d’autre part, les cours d’eau et les lacs « non domaniaux ».
Historiquement, en fonction de leur intérêt pour la navigation, mais aussi pour le flottage des radeaux de bois, certaines (...)
Lagon, passe
Un lagon est une étendue d'eau, peu profonde, en liaison restreinte avec la mer, et en partie fermée par une barrière corallienne. Le lagon peut être relié à la haute mer par une ou plusieurs passes, ou passes récifales, qui sont autant d’ouvertures au sein de la barrière coralienne.
L’étymologie de lagon est la même que celle de lagune (les deux provenant de l’italien lagone, grand lac). Alors qu’en anglais, le même mot (lagoon) désigne indistinctement lagune et lagon, le (...)
Lagune
Une lagune est une étendue d'eau en liaison restreinte avec la mer, et presque totalement fermée par un cordon littoral de sable ou de galets. Une lagune séparée de la mer par un récif corallien est un lagon.
On emploie plus volontiers le terme de lagune en bordure des mers sans marées, ou à faibles marées, parce que les échanges d'eau avec la mer y sont modestes, et que l'eau de la lagune peut donc évoluer vers une salinité différente (plus forte ou plus faible que celle de la mer) et (...)
Lahar
Les lahars, nom masculin d'origine indonésienne, sont des coulées torrentielles prenant la forme d'une boue très concentrée, composée d'un peu d'eau et de beaucoup de débris volcaniques de toutes tailles, y compris des blocs rocheux de plus d'un mètre de diamètre. Ils circulent le long des rivières sur les édifices volcaniques, à des vitesses pouvant atteindre plusieurs dizaines de km/h pour les plus massifs d'entre eux. Ils peuvent survenir pendant une éruption : dans ce cas, l'eau qui (...)
Lais et relais
Lais et relais désignent, en milieu littoral, deux types de terrains alluviaux.
Les lais (nom masculin) sont les terres nouvelles constituées par des alluvions que la mer dépose sur le littoral et que le plus haut flot ne recouvre plus. Les relais sont les terrains que la mer découvre en se retirant et que ne submergent plus les hautes eaux.
En pratique, les termes de lais et de relais ne sont jamais employés séparément et l'on parle toujours de « lais et relais de mer », la (...)
Laisses (de mer, de haute et de basse mer)
La laisse de mer est la bande qui marque la limite supérieure des eaux marines et où s’accumulent les débris naturels (algues, coquillages, bois mort...) et déchets anthropiques. La laisse de haute mer correspond au point atteint par le plus haut flot sur l'estran, la laisse de basse mer correspond au point atteint par la plus grande marée basse sur l'estran. La laisse de basse-mer est parfois utilisée pour cartographier la limite entre la terre et la mer.
(ST) 2003, dernière (...)
Land bank (États-Unis)
Aux États-Unis, les land banks (littéralement « banques foncières ») sont des organismes publics ou des organisations à but non lucratif dont la mission est d'acquérir et de gérer les propriétés exclues du marché immobilier, soit parce que les dettes associées au titre de propriété excèdent la valeur du bien, soit parce que le propriétaire est introuvable ou ne paie pas les taxes dues à la Ville.
Apparues dans les années 1970, elles se sont développées à partir de 2002, quand (...)
Landgrab, land grabbing
Voir : accaparement des terres.
Le terme anglais land grabbing ou landgrab (land, la terre et grabbing, action de se saisir, d'empoigner) est traduit en français par accaparement des terres.(...)
Langage cartographique
En didactique de la géographie, le langage cartographique est considéré comme un système sémiotique articulant deux modes d’expression différents. La carte proprement dite répond aux conventions du langage graphique qui est essentiellement iconique (Pierce, 1978). Un signe ou un système de signes est dit iconique lorsque, par certains de ses traits, il ressemble à la réalité – ici la portion d’espace terrestre – à laquelle il renvoie. Cette similarité concerne les contours et les (...)
Langue véhiculaire, lingua franca, sabir, pidgin...
Une langue véhiculaire est une langue qui permet les échanges entre des groupes parlant des langues différentes. C'est le contraire d'une langue vernaculaire parlée à l'intérieur d'un seul groupe. La majorité des humains parle quotidiennement ou régulièrement une langue vernaculaire (dans la famille, dans la tribu, dans le village...) et une langue véhiculaire (dans la rue, au travail, à l'école...). Le cas est courant notamment dans les États composés de plusieurs groupes (...)
Langues et dialectes
Une langue est un système de signes permettant l'intercompréhension à l'intérieur d'un groupe humain. Il n'existe aucune limite claire, sur le plan linguistique, entre une langue, un dialecte, un parler, ou un patois : on parle au contraire d'un continuum linguistique. Cette expression désigne plus précisément l'existence, au sein d'un groupe linguistique, d'un éventail de dialectes intercompréhensibles, c'est-à-dire ayant chacun des différences entre eux n'empêchant pas aux locuteurs de se (...)
Laogaï
En Chine, le Laogaï fut un « archipel » concentrationnaire, comparable à celui du goulag de l'ère soviétique, un des instruments des choix d'aménagement du territoire du pouvoir : grands chantiers, fronts pionniers vers les territoires des confins périphériques continentaux. Ce dispositif a été officiellement supprimé en décembre 2013. Dans les faits, le système concentrationnaire existe toujours en Chine, du fait de l’existence de nombreux « camps d’internement », parfois (...)
Latifundisme
Le latifundisme désigne les structures agraires marquées par la présence de grandes propriétés caractérisées à la fois par leur taille, de quelques centaines d’hectares à des dizaines de milliers d’hectares, et par des modes de culture très extensifs. Historiquement, dans l’antiquité romaine, les latifundia (pluriel de latifundium) correspondaient à ce type d’exploitation.
De nos jours, la terminologie espagnole (latifundios) s’est peu à peu imposée dans le langage (...)
Létalité
Le taux de létalité désigne la proportion de décès dans une population malade au cours d'une période donnée. C'est un indicateur de la sévérité de la maladie qui rend également compte de l'efficacité et de la qualité du système de soins du territoire concerné.
(ST) juin 2012.(...)
Licence
En géographie des ressources, une licence est un accord passé entre une compagnie et un gouvernement d’accueil définissant une zone géographique ou géologique spécifique (un bloc, une concession) et précisant les opérations autorisées. Le terme « licence » est également utilisé pour définir un permis, une position de superficie, une zone de contrat, ou un bail.
(ST) 2005. Dernière modification (JBB) février 2023.(...)
Lieu
Un lieu est une portion d’espace sujette à des appropriations singulières et à des mises en discours spécifiques.
Au sens strict, un lieu n'a pas d'étendue ou une étendue limitée : on le parcourt à pied et on peut l'embrasser du regard. Mais alors que le paysage mobilise principalement le regard, on fréquente, on parcourt un lieu, on y agit. Dans un sens plus large, tout est question d'échelle et la Terre peut être considérée comme un lieu, d'autant plus qu'il est possible de (...)
Lieu touristique
Un lieu touristique est, selon le MIT (2005), « un ensemble localisé et localisant de tourisme. C’est le résultat provisoire de la transformation d’un endroit en lieu par le tourisme (processus d’invention), ainsi que celle d’un lieu déjà constitué en un lieu d’une nouvelle qualité (processus de subversion et de diversion) ». Ainsi on distingue le site, le comptoir, la station, la ville, les deux derniers pouvant être affinés en station-ville, ville touristifiée.
(ST) janvier (...)
Affiner les résultats par :