Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers régionaux États-Unis : espaces de la puissance, espaces en crises Articles scientifiques Le « triomphe » de la ville ou de la métropole ? Mise en perspective de deux débats dans le champ des études urbaines aux États-Unis

(Dossier) États-Unis : espaces de la puissance, espaces en crises

Le « triomphe » de la ville ou de la métropole ? Mise en perspective de deux débats dans le champ des études urbaines aux États-Unis

Publié le 07/07/2015
Auteur(s) : Cynthia Ghorra-Gobin, directeure de recherche CNRS-CREDA - CNRS-CREDA

La crise financière qui a touché les États-Unis de 2008 à 2012 - aussi nommée Great Recession - a été propice à l’épanouissement d’un débat sur le rôle de la ville dans un monde globalisé [1]. Ce débat au sein des sciences sociales remonte aux années 1990 mais avec la crise, il a opposé les tenants du retour de la ville à ceux qui annoncent l’avènement de la métropole comme un fait inédit et révolutionnaire. L’usage du terme ville est ici assez ambigu : tantôt il est fait référence à la ville sous la forme générique, tantôt il est question de la ville centre au sein de la métropole. Le mot métropole est, dans le contexte américain, synonyme de city-region et englobe de ce fait la ville centre, les banlieues et le périurbain.   

En effet, à la suite de l’ouvrage d’Edward Glaeser (2012), professeur d’économie à Harvard, de nombreux articles ont repris l’expression « triomphe de la ville » pour signifier l’avènement d’un monde globalisé et urbanisé. La sociologue Saskia Sassen ayant été la première à souligner combien la globalisation, définie comme l’intensification des flux (matériels et immatériels), se traduisait en fait par un nouvel ancrage du capitalisme dans la ville. Elle a  inventé l’expression « ville globale » pour indiquer cette dynamique de déterritorialisation-reterritorialisation, sous l’effet d’un capitalisme métamorphosé et financiarisé (Sassen, 1991). La dynamique urbaine globalisée et globalisante a fait quelques années plus tard l’objet d’un regard critique du géographe Neil Smith (1996) en raison de son impact social sous la forme de la gentrification. Ce point de vue distancié est adopté depuis peu par ceux qui, à la suite de Jason Hackworth (2006) dénoncent les politiques de gouvernance néo-libérale.
L’ensemble des chercheurs œuvrant dans le champ des études urbaines ne se retrouve pas dans ce débat sur le « triomphe » de la ville et nombreux sont ceux qui s’inscrivent dans le débat sur l’« avènement de la métropole ». L’historien Jon Teaford (2006) parle de la « révolution » pour évoquer son avènement, son caractère inédit ainsi que les difficultés théoriques de sa conceptualisation par les sciences sociales. Le terme « révolution » est repris par deux chercheurs du think tank Brookings Institution (Katz et Bradley, 2014) pour signifier, non seulement, les défis économiques et sociaux de la métropole mais aussi ses enjeux politiques. Le caractère insolite de la métropole avait déjà été noté par le géographe Ed Soja (2000) qui avait alors parlé d’entité « post-métropolitaine ». Il avait également suggéré le concept d’« exopolis » pour mettre en évidence les effets conjoints de l’étalement urbain (urban sprawl) et de la décentralisation.

Comment expliquer cette différenciation qui ne correspond en aucun cas à un simple clivage disciplinaire ? Les économistes Glaeser et Katz s’appuient tous les deux sur des données économiques : l’un pour affirmer la prééminence de la ville et l’autre celle de la métropole. Comment qualifier l’intérêt de chacun de ces deux thèmes ? Le second n’est-il pas plus explicite sur la dimension spatiale du processus de reconfiguration de la ville et de ses territoires sous l’effet de la globalisation, y compris chez les non-géographes ? Qu’en est-il de la question sociale ? Que peut-on conclure de leur mise en perspective ?    
Après une présentation mettant en perspective les deux problématiques, l’article se propose d’expliquer leurs différences et de souligner leur radicale opposition. Relèvent-elles de l’importance accordée au volet spatial ? D’un positionnement idéologique ?  Ou encore des deux ? [2]
 

1. L’impact de la globalisation sur la ville : de la rivalité entre deux problématiques

Deux problématiques liées à la globalisation et à son ancrage intra-national structurent le débat outre-Atlantique. La première, exprimée dans le récent ouvrage de l’économiste de la ville, Edward Glaeser (2012), affirme la prééminence de la ville sur la banlieue, à rebours du point de vue qui durant plusieurs décennies soulignait l’avantage de la banlieue sur la ville. Entre les années 1960 et 1990, des chercheurs faisant le constat du déclin démographique de la ville touchant les villes de la côte est comme New York, Philadelphie, Boston, ainsi que les villes industrielles comme Chicago, Milwaukee, Detroit, etc. n’ont pas hésité à affirmer la suprématie de la banlieue parallèlement à la restructuration économique indissociable de la globalisation. On se souvient de l’ouvrage du sociologue et du journaliste Joel Garreau (1991) décrivant l’explosion des edge cities dès 1991 et dix ans plus tard, de l’analyse de l’urbaniste Robert E. Lang (2003) au sujet  des edgeless cities. Les deux ont étudié l’implantation d’emplois en dehors de la ville centre mais alors que le premier insistait sur l’émergence de zones denses sous forme de pôles, le second notait le caractère diffus de la décentralisation économique qui ne se limite pas uniquement aux banlieues denses mais touche aussi les franges urbaines.
Le positionnement en faveur de la ville s’inscrit dans la perspective proposée par Saskia Sassen (1991) signalant le retour de la ville ainsi que son rôle majeur dans la métamorphose du capitalisme et sa financiarisation. Sassen fut la première à souligner l’articulation étroite entre la ville et le capitalisme financiarisé. Son analyse sur les emplois et les services liés à la dynamique financière, a mis en évidence le rôle des villes comme New York, Londres et Tokyo dans le capitalisme globalisé qui  s’inscrit dans les flux. Elle a démontré que si la globalisation se lit à partir d’indices de connectivité (flux de marchandises, flux de connaissance et d’information, flux de capitaux, flux de touristes, flux d’immigrés…), elle se traduit également par son ancrage dans la ville. Le réinvestissement de la ville centre par le capitalisme a des répercussions sur le marché immobilier urbain et explique l’accélération de la hausse des prix, compte tenu de la disponibilité de capitaux à l’échelle mondiale et de l’intensification de leur circulation. La problématique du retour de la ville n’a pas vraiment suscité de distanciation critique en dehors du géographe Neil Smith (1996) qui, le premier, a mis en évidence les conséquences sociales de ce retour de la ville, après avoir fait le constat de la gentrification et dix ans plus tard du géographe Jason Hackworth (2006) dénonçant les politiques de gouvernance de type néo-libéral.    

La seconde problématique sur laquelle travaillent les chercheurs en sciences sociales correspond à l’avènement de la métropole.  Elle est nourrie par la publication de deux ouvrages qui présentent  la « révolution métropolitaine » : l’un, écrit en 2006 par Jon Teaford, un historien de la ville et l’autre en 2014 par le politiste Bruce Katz et l'économiste Jennifer Bradley. Les chercheurs s’appuient en partie sur les travaux des années 1990 qui affirmaient la diffusion des emplois en dehors de la ville centre et leur implantation dans les banlieues et soulignaient donc la rupture avec l’idée traditionnelle de banlieues pensées principalement en termes résidentiels. Ce second débat présente l’avantage de penser la ville et ses territoires. Il inclut bien entendu le géographe Ed Soja (2000) - qui n’a cessé par ailleurs d’affirmer le « spatial turn » dans les sciences sociales - ainsi que le politiste Myron Orfield (2002) soucieux d’intégrer la question sociale, raciale et ethnique dans l’analyse spatiale. 

Retour en haut de page

2. Le « triomphe de la ville », une vision néo-libérale ?

L’ouvrage de Glaeser commence par indiquer le rôle majeur de l’urbanisation dans le monde pour affirmer combien la densité humaine offerte par les villes s’avère bénéfique pour l’innovation et par voie de conséquence pour l’économie de la connaissance, moteur de la globalisation. Il affirme qu’en dépit de la baisse des coûts de transports qui autorise tout individu ou tout ménage à vivre éloigné de son lieu du travail, il y a une demande pour la ville et pour l’urbanité. Par urbanité, on entend l’animation urbaine procurée par des cafés, des restaurants et des petits commerces qui autorisent la flânerie et la rencontre. Ce constat l’amène à souligner le paradoxe de la société américaine qui vit le retour en ville alors que la majorité de la population n’a qu’une expérience suburbaine. Il estime qu’il est peut-être temps que le mode de vie urbain l’emporte sur le mode de vie suburbain.

Son introduction commence par évoquer l’archétype de la ville du XXIe siècle, New York, dont il est natif. Celle-ci représenterait l’essence de l’urbanité contemporaine parce qu’elle englobe aussi bien les personnes qui y travaillent et qui y vivent que les touristes. Cette situation contraste avec l’image dramatique des années 1960-70 où l’activité portuaire ne cessait de décliner et où régnait l’insécurité. Certains se demandaient alors si New York ne deviendrait pas le « dinosaure » de la ville. Glaeser affirme qu’à présent plus de 600 000 personnes (gagnant en moyenne plus de 100 000 dollars par an) travaillent sur le « central mile » de la ville, entre la 41ème rue et la 59ème rue. Certes les emplois manufacturiers n’ont cessé de diminuer mais la ville se positionne désormais dans la production des idées et du design, sans compter bien entendu l’activité financière [3] .
La création d'emplois se fait maintenant dans les centres-villes

Source : Joe Cortright, "Surging City Center Job Growth", City Observatory, 23 février 2015.

Glaeser précise que si New York est reconnue comme la capitale de l’innovation financière, cette réputation ne provient pas de connaissances particulières mais de la rencontre d’individus sous la forme de face to face (F2F). La proximité spatiale est ainsi de plus en plus recherchée alors même que les coûts de transport ne cessent de diminuer. Toute ville compacte offre la densité, la diversité et une certaine forme de proximité spatiale pour ses habitants, trois éléments à la base de toute innovation. Mais toutes les villes ne connaissent pas un destin aussi heureux que New York aux États-Unis ou Bangalore en Inde (en dépit des inégalités sociales et spatiales), et certaines comme Detroit et la Nouvelle Orléans (après la catastrophe Katrina) se situent plutôt dans la spirale du déclin démographique, social et économique. D’où la question « est-ce que les pouvoirs publics doivent aider les villes en détresse à se relever ? ».  

Espaces publics et urbanité à New York : le parc de la High Line

Inspirée de la "coulée verte" à Paris, la promenade publique de la High Line a été aménagée en voie piétonnière végétalisée par la municipalité de New York, à la suite d'une mobilisation d'un collectif d'habitants. Elle remplace la High Line, voie ferrée aérienne abandonnée à l'ouest de Manhattan. Le premier tronçon a été inauguré en 2009. Voir le site dédié Thehighline.org
Clichés : C. Ghorra-Gobin

Pour Glaeser, les financements publics n’ont pas pour finalité de revitaliser les quartiers délaissés mais d’aider les pauvres à quitter ces quartiers ou villes pour d’autres destinations. Il rappelle à différentes reprises dans son ouvrage qu’il s’inspire des travaux de la philosophe et urbaniste Jane Jacobs qui, dès les années 1960, n’a cessé de plaider en faveur de la ville et des espaces publics. Il regrette que la politique de l’État fédéral au XXe siècle ait principalement subventionné le rêve américain (l’accès à la propriété en banlieue), ce qui a conduit à fabriquer une société entièrement motorisée. L’économiste est très critique vis-à-vis de la banlieue et de l’étalement urbain, principalement parce que cette situation résulte de subventions publiques.
Les prises de position d'E. Glaeser relèvent d’une vision que l’on peut qualifier de néo-libérale mais il estime que l’État fédéral doit assumer la responsabilité de la pauvreté urbaine. Ce problème social ne peut être traité localement même s’il reconnaît que la stratégie résidentielle des classes moyennes et des classes supérieures consiste à éviter de vivre à proximité de quartiers pauvres. Pour lui, la pauvreté résulte principalement du système scolaire qui n’est pas en mesure de permettre à des jeunes d’accéder au marché du travail. Il plaide alors pour un financement fédéral des établissements scolaires au lieu d'un financement local par la taxe foncière qui crée des inégalités de ressources entre les écoles.     

L’ouvrage d'E. Glaeser (2012) est conforté par les travaux d’urbanistes qui, comme Alan Ehrenhalt (2014), confirment qu’une inversion est en train de s’opérer dans la société américaine avec une nette préférence pour la ville au détriment de la banlieue. En d’autres termes, on assisterait  à une demande d’urbanité de la part des suburbains, ce qui expliquerait en partie les dynamiques de gentrification observées dans un grand nombre de villes américaines. Ehrenhalt s’est fait connaître du public américain en expliquant combien la montée de la violence dans les villes des années 1950 et 1960 avait contraint la majorité des classes moyennes à habiter en banlieue. Ce choix aurait eu pour conséquence de renoncer aux espaces publics urbains (rues, parcs, boulevards, jardins) qui rendaient ailleurs la vie en ville très stimulante. À présent, Ehrenhalt affirme qu’il y a une demande de logements localisés dans des quartiers dotés d’urbanité. Les villes ayant perdu leurs emplois manufacturiers sont susceptibles d’accueillir de nouveaux quartiers résidentiels de standing. Il indique en outre que si, au XXe siècle, on pouvait opposer les quartiers pauvres des inner cities et les banlieues riches et aisées, au XXIe siècle, il y aurait une « inversion » de ce modèle. Les quartiers centraux  seraient de plus en plus habités par des populations aisées pendant que des populations issues de l’immigration s’installent en banlieue. On se souvient de l’analyse de Wei Li (1997) qualifiant les banlieues d’ethnoburbs, pour indiquer une présence ethnique dans les banlieues alors que jusqu’alors, celles-ci avaient été pensées comme la juxtaposition d’enclaves habitées par des Blancs.     

Pour Ehrenhalt, l’« inversion » renvoie à la mobilité résidentielle des minorités et des immigrés vers les banlieues et les franges suburbaines et à l’instauration de quartiers résidentiels dans les villes. Il estime que des villes comme New York, Philadelphie ou Boston tendent à ressembler aux villes de l’Europe continentale telles que Vienne ou Paris où les ménages aisés habitent la ville et les classes moyennes les banlieues. Mais la demande d’urbanité ne se limite pas seulement à un retour en ville des classes aisées, elle se traduit par l’urbanisation des banlieues : le design du récent centre commercial Glen dans la banlieue de Chicago a été pensé de manière à donner au visiteur l’impression qu’il se trouve dans une ville ancienne. Des banlieues traditionnelles comme Highland Park (Chicago), Downingtown (Philadelphie) et Westfield (New Jersey) se sont dotées de rues avec des cafés et des boutiques. Aussi pour l’urbaniste, une partie de la banlieue est en train de se renouveler et de se réinventer sur un mode urbain. Mais cette tendance ne s’affirme pas partout, des villes comme Phoenix dans l’Arizona n’ont pas réussi à se doter d’une centralité urbaine, en dépit d’importantes subventions du secteur public. En d’autres termes, la gentrification à l’oeuvre dans les quartiers comme Brooklyn ou le Bronx à New York ne se retrouve pas partout.
Le Glen Town Center, un centre commercial d'un nouveau type en banlieue de Chicago

À Glenview, 25 km au nord de Chicago, ce centre commercial a été conçu pour ressembler à une ville européenne avec des magasins donnant sur des trottoirs équipés de terrasses et des appartements à l'étage.
Source : Google Street View (octobre 2011)

Cette hypothèse d’un mouvement en faveur de la ville et de l’urbanité est largement critiquée par tous ceux qui estiment que la demande d’urbanité est en fait très limitée et qu’elle ne concerne qu’un petit nombre d’individus, essentiellement des jeunes couples sans enfants. Certes, répond Ehrenhalt, le retour en ville n’est pas encore un phénomène de masse et il reconnaît sur la base de statistiques du Bureau du recensement que 91 % de la croissance démographique des aires métropolitaines, entre 2000 et 2010, a concerné les banlieues. Mais il faut savoir identifier les signes de faible intensité susceptibles de se transformer à un moment donné en un phénomène de masse. L’inconvénient de ce désir d’urbanité est qu’il se traduit par un processus de stratification sociale parallèlement à un effritement des classes moyennes. La gentrification du quartier de Sheffield à Chicago ne s’accompagne pas de la création de nouveaux emplois (dans le secteur privé) susceptibles de convenir à des classes moyennes. Les trois plus importants employeurs de la ville correspondent à l’administration fédérale, aux établissements scolaires et à l’agence publique des transports urbains.
Ehrenhalt reconnaît que la demande d’urbanité concerne principalement ceux qui peuvent se payer des écoles privées et des moyens d'assurer leur sécurité. Ce point de vue rejoint celui que développait, il y a vingt ans, Mike Davis (1990) quand il évoquait la construction de condominiums (immeubles en copropriété) sécurisés dans le centre-ville de Los Angeles alors que des sans-abris se réfugiaient dans le quartier voisin de Skid Row. Il converge également avec l’analyse de Richard Florida au sujet de la « classe créative » (2002) composée de personnes travaillant dans divers secteurs économiques tels le design, la finance, les arts, l’ingénierie, l’architecture, ou la haute technologie et dont le talent créatif est au cœur de l'activité. Richard Florida n’a pas seulement identifié et inventé l’expression « classe créative », il est allé jusqu’à souligner l’impact de cette nouvelle classe professionnelle sur la forme urbaine et sur les stratégies résidentielles. Ces nouveaux professionnels s’inscrivant dans les réseaux globaux et, de ce fait, assez mobiles, ont une prédilection pour les quartiers dotés d’une forte urbanité et présentant une diversité culturelle relevant d’un certain standing. La classe créative apprécie les rencontres souvent imprévues de type F2F, ce qui revient à dire qu’elle apprécie la marche à pied ainsi que la rencontre avec des personnes originales. Elle aurait par ailleurs pris ses distances avec le mode de vie américain indissociable du recours à la voiture. La classe créative serait résolument urbaine.  

Urbanité et "marchabilité" au centre de New York

Le retour du piéton en ville est facilité par l'installation de terrasses sur la voie publique ..

... et par l'élargissement des trottoirs dans les rues autour de Times Square.
Clichés : C. Ghorra-Gobin

L’analyse de l’économiste Edward Glaeser rejoint donc celle du sociologue Richard Florida et de l’urbaniste Alan Ehrenhalt. Tous les trois soulignent la demande d’urbanité des classes créatives et se donnent pour objectif d’expliquer le « triomphe » de la ville néo-libérale sans distance critique. Le positionnement de l’urbaniste est intéressant car il précise que ce retour en ville se traduit également par la quête de l’entre-soi qu’il qualifie de clustering. En d’autres termes, urbanité et walkability (marchabilité) entraînent des formes de concentration spatiale de la classe créative et des ménages riches dans les quartiers centraux. Il reconnaît que les classes moyennes sont contraintes de quitter la ville pour les banlieues. Mais dans un récent article de City Lab [4], Florida reprend, quant à lui, la thèse du géographe canadien Markus Moos de l’Université de Waterloo pour revenir sur la question sociale. Dans une étude menée dans trois villes canadiennes, Montréal, Toronto et Vancouver, Moos démontre que l’attractivité de la ville ne se traduit pas uniquement par un processus de gentrification et de vieillissement de la population mais aussi par un rajeunissement. Pour le géographe, la présence de jeunes entre 20 et 30 ans n’entraîne pas vraiment une hausse des loyers parce qu’ils occupent des logements peu prisés par les ménages ayant des enfants. D’où l’idée de distinguer la gentrification de la "youthification". 

Le processus de "youthification" selon Richard Florida
Évolution du quartier Caractéristiques % de jeunes adultes Coût de la vie Revenu des jeunes adultes % de T2
parmi les appartements
Réussite vélos, piétons, aménités culturelles et naturelles, célibataiires, vie nocturne, emplois élevé élevé varié élevé
Transition avant-garde, pas gentifrié moyen bas moyen moyen
Déclin peu d'investissements publics, déclin industriel, chômage, activités traditionnelles bas bas bas

bas

d'après Richard Florida, "Is Your Neighborhood Changing? It Might Be Youthification, Not Gentrification", City Lab, 5 février 2015

Le retour à la ville est confirmé par des spécialistes du marché immobilier, comme le démontre Leigh Gallagher, journaliste à la revue Fortune, dans l'ouvrage La fin des banlieues : où le rêve américain se déplace-t-il ? (2013). Spécialiste du marché immobilier, elle part de l’hypothèse que si la Grande Récession a ralenti les transactions immobilières et la mobilité des ménages, elle ne saurait occulter la tendance du marché immobilier en faveur de la ville. Elle affirme la fin du modèle de la maison individuelle entourée d’un jardin pour tous en raison de la demande d’urbanité des classes aisées et du vieillissement de la population. Les personnes âgées ne ressentent plus le besoin de vivre dans un vaste espace et sont à la recherche de quartiers où il est possible de circuler à pied (walkable communities). Elles sont donc susceptibles de vendre leurs maisons, ce qui entraînerait une baisse des prix de l’immobilier dans les banlieues. Gallagher inclut dans son analyse les récentes données du recensement indiquant la croissance de la pauvreté dans les banlieues alors que tout au long du XXe siècle, celle-ci était principalement concentrée dans les inner cities.  
La thématique du retour de la ville s’inscrit en complémentarité avec les analyses faisant le constat de la pauvreté en banlieue. Dans un récent ouvrage, Elizabeth Kneebone et Allan Berube (2014), deux sociologues du Brookings Institution, ont indiqué que le nombre de pauvres résidant dans les banlieues est désormais supérieur à celui des pauvres résidant dans la ville centre : en 2012, les banlieues comptaient 16,4 millions de pauvres contre 13,4 millions dans les villes. Le taux de croissance de la pauvreté en banlieue aurait atteint le double de celui de la ville. Ce phénomène s’explique par le transfert d'emplois peu qualifiés de la ville vers les banlieues, au cours de la dernière décennie, ce qui a pour effet d'attirer une population aux revenus limités. De nombreux travailleurs pauvres résident désormais en banlieue. Mais l’immigration n’a pas eu de répercussions importantes sur la pauvreté suburbaine dans la mesure où les habitants nés à l’étranger qui représentent 30 % de la population totale n’ont contribué qu’à raison de 17 % à la croissance de la pauvreté suburbaine.

Les travaux relevant de la thématique du retour de la ville en raison d’une demande d’urbanité rendent compte des processus en cours dans un contexte marqué par la globalisation. La plupart ne prêtent guère d'attention à l’impact social de ces processus. En revanche, les travaux reconnaissant l’avènement de la métropole comme un enjeu fondamental le soulignent sur un mode explicite.

Retour en haut de page

3. La métropole, un phénomène économique et social inédit 

Le débat sur le triomphe de la ville s’avère en fait assez étranger à celui de l’avènement de la métropole. Les chercheurs travaillant sur la métropole soulignent l’extension du marché du travail en dehors de la ville et intègrent l’invention de notions comme edge cities et edgeless cities. Ils considèrent que l’enjeu contemporain ne se situe plus dans l’opposition traditionnelle entre ville et banlieue mais réside dans l’appropriation de la dimension métropolitaine. Celle-ci correspond, en outre, à une échelle territoriale pertinente pour inclure les questions sociale, raciale et ethnique. En d’autres termes, penser la justice sociale et spatiale exige de penser métropolitain. Aux États-Unis, la question sociale est indissociable de la question raciale et ethnique, ce qui explique le recours à des catégories ethniques et raciales dans les statistiques officielles et les travaux de sciences sociales.  

Le politiste Myron Orfield fut l'un des premiers à faire le constat de l’émergence des métropoles et à affirmer combien elles représentent un défi politique pour les élus comme pour les habitants en raison des inégalités sociales et raciales entre les municipalités qui les composent. Dans le cadre des travaux menés au sein de l’Institute on Metropolitan Opportunity (autrefois intitulé Institute of Poverty and Race) qu’il dirige, il distingue les municipalités ayant des emplois (job centers), les municipalités riches et principalement résidentielles et les municipalités à risque (risk suburbs), c’est-à-dire ne bénéficiant pas d’une assiette fiscale permettant d’offrir un large éventail de services. Il démontre que les municipalités disposant d'importants revenus liés à la taxe foncière sur de belles propriétés ou aux impôts locaux prélevés auprès d’entreprises bénéficient d’établissements scolaires de qualité. Les inégalités fiscales ont un sérieux impact sur l’offre de services publics et sur les conditions de vie des habitants. Dans un contexte métropolitain où les "municipalités à risque" représentent plus de 40 % de l’ensemble des habitants, Orfield suggère d’avoir recours au principe d’une péréquation fiscale entre les municipalités de la métropole. Seul un conseil métropolitain disposant d’une légitimité politique peut y avoir recours, ce qui revient à dire qu’il devrait être élu au suffrage universel. 
Les travaux de l’Institut ont pu identifier les municipalités à risque sur la base de données sociales et économiques, ce qui autorise les chercheurs et les experts à faire des recommandations auprès des élus, des administrations locales et des associations à but non lucratif (non-profit corporations). Le secteur philanthropique est développé aux États-Unis et certaines associations bénéficient de moyens leur permettant d’offrir des services publics aux populations nécessiteuses. Orfield a inventé le concept de metropolitics pour insister sur le rôle décisif que peut jouer une nouvelle scène de délibération démocratique et de transaction : il s’agit d’assurer le double objectif de l’« avantage métropolitain » (attirer les flux de capitaux, les classes créatives et les touristes) et de la cohérence territoriale, c’est-à-dire une justice spatiale pensée à cette même échelle. Orfield plaide pour l’invention par les États de conseils métropolitains doté d’un pouvoir supra-municipal et il propose une perspective de recentralisation allant à l’encontre de la décentralisation ou encore du localisme politique. En d’autres termes, l’imposition fiscale, les documents d’urbanisme et l’offre de services publics reviendraient principalement aux conseils métropolitains, seuls les services de proximité relèveraient de la municipalité.  

L’historien Jon Teaford, à la suite du géographe Ed Soja, fait le constat d’un changement radical dans l’urbanisation de la société américaine. Tous deux affirment que la métropolisation est induite par les processus de globalisation et que la métropole contemporaine diffère de la métropole du XXe siècle. Teaford associe la métropole à un fait « révolutionnaire » tant le changement est radical et non planifié alors que Soja évoque l’avènement d’un contexte « post-métropolitain ». Autrefois la vie économique de la métropole était largement dominée par son downtown, au sein duquel se trouve le CBD (central business district). Les ménages blancs quittaient certes la ville (white flight) pour les banlieues mais continuaient de fréquenter la ville centre pour le travail et les loisirs (commerces et activités culturelles). La ségrégation raciale et sociale était importante mais on pouvait parler d’un espace urbain commun, « shared urban world ». À présent, le territoire métropolitain n’est plus monocentrique, mais relève d’une structure polycentrique : les suburbains ne sont plus contraints de se rendre dans la ville centre pour travailler, faire leurs courses ou encore se divertir. Ils se déplacent presqu’exclusivement en voiture, fréquentent les malls suburbains d’où les populations indésirables comme les sans-abris sont exclus de fait. Les malls reflètent le statut social des personnes qui les fréquentent et répondent ainsi à la demande d’une société de consommation. La ville centre est donc peu recherchée par les suburbains, en dehors des classes très aisées n’ayant pas besoin des services publics car en mesure de s'offrir les services du secteur privé, comme par exemple les écoles ou les services du care
Ainsi pour Soja comme pour Teaford, la métropole américaine est devenue une entité fragmentée au niveau social, racial, ethnique et spatial. Son territoire n’est plus qu’une juxtaposition d’enclaves au sein desquelles on distingue les quartiers principalement habités par des familles traditionnelles, des personnes isolées ou célibataires, des homosexuels, des quartiers gentrifiés et des quartiers où les habitants sont exclus des flux économiques. Quant aux populations issues de l’immigration, elles habitent dans les villes-centres ou dans les banlieues en fonction des réseaux dans lesquels elles s’inscrivent et des classes sociales auxquelles elles appartiennent. Avec la métropole, il est  désormais moins question de l’American way of life que de la diversité des lifestyles. La décentralisation économique, la fragmentation sociale et la structure polycentrique expliquent les différences entre la métropole du siècle dernier et celle d’aujourd’hui. Les mutations concernent également l’univers racial et ethnique : la métropole du XXe siècle s’était construite sur le principe d’un antagonisme entre les Noirs et les Blancs alors qu’à présent, il est surtout question de pluralité raciale et ethnique, à la suite des flux migratoires en provenance d’Asie et d’Amérique latine. Le recensement américain a même créé, en 2000, une nouvelle catégorie intitulée « one or more races » pour désigner les métis issus de mariages interraciaux. La structure sociale, ethnique et raciale de la métropole s’est sensiblement complexifiée.  

Publié en 2014, l’ouvrage de Bruce Katz et de Jennifer Bradley démontre combien les aires métropolitaines font figure de moteur de la prospérité économique et des transformations sociales.  Les métropoles ne sont pas incluses dans l’économie nationale, elles représentent l’économie nationale : « Metropolitan areas are not part of our national economy ; rather they are the national economy ». Les chercheurs indiquent également que les enclaves pauvres et multiraciales présentent des risques pour la stabilité économique et sociale de la métropole. Le chapitre 5 centré sur Gulfton, un quartier de la ville de Houston, illustre clairement leurs préoccupations sociales [5]. Sur la base d’une enquête menée dans un quartier pauvre et principalement habité par des immigrés venus de 80 pays, l’analyse rend compte du travail accompli par une association à but non lucratif pour améliorer le quotidien des habitants. En 2000, le pourcentage d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté s’y élevait à 40 % (contre 22 % pour la moyenne nationale) et la criminalité y était élevée. Une fondation philanthropique texane intitulée Neighborhoods Centers Inc, implantée à Gulfton depuis 1999, y a créé un centre intitulé Baker-Ripley Neighborhood Center. Ce centre rassemble différentes fonctions autour d’une école (charter school), d’un centre médical, d’une agence fédérale spécialisée dans les questions d’immigration et de naturalisation, d’un atelier d’art et d’un vaste espace vert. Il organise également des cours d’anglais pour adultes et pilote un réseau de bus reliant les différents supermarchés du quartier. D’après l’enquête, la création de ce centre a transformé le quotidien de la majorité des habitants et notamment celle des enfants. Bien qu’ils ne s’appuient pas vraiment sur des statistiques officielles, les auteurs insistent sur le respect des habitants à l’égard de ce centre et sur l’absence de vandalisme. Les enfants font l’éloge de l’école et respectent l’institution. Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Katz et Bradley construisent une solide argumentation en faveur d’une coordination inter-municipale sous l’égide de l’État fédéré dans le but d’assurer la soutenabilité de la métropole. Ils s’inscrivent dans la perspective dessinée par Myron Orfield.

Au fil de cette présentation des ouvrages de Teaford, Soja, Katz et Bradley sur la métropole, on remarque que les chercheurs se soucient des questions liées aux inégalités sociales et raciales, beaucoup plus que les chercheurs qui font l’éloge de la ville. Ils inscrivent la question sociale et raciale dans la vie politique métropolitaine parce qu’elle présente le risque à terme de porter préjudice à la vie économique : « poverty and inequalities act as a drag on economic growth » (Katz & Bradley, 2014, p. 85). Intégrer la question sociale exige de penser une politique de redistribution fiscale qu’un conseil métropolitain est en mesure d’instituer. Seul le géographe Soja n’est pas très explicite sur l’invention d’une sphère métropolitaine. Aux États-Unis, l’État fédéral ne reconnaît  pas vraiment les villes et les aires métropolitaines dans la mesure où elles ne figurent pas dans la Constitution. Quant aux États fédérés, ils sont encore peu soucieux de la stabilité et de la soutenabilité des aires métropolitaines. Aussi la gouvernance de ces dernières relève le plus souvent d’un réseau informel d’acteurs appartenant au secteur privé, à des agences philanthropiques ou encore à des administrations municipales. D’où le souci de construire une légitimité politique autour de ce réseau d’acteurs dans le but de conduire une politique sociale et économique pertinente à l’échelle métropolitaine. Ce positionnement rejoint celui de la philosophe Iris Marion Young (1990) qui défend le principe d’une justice sociale et spatiale métropolitaine et suggère de dépasser le localisme municipal. La thématique de la métropole souligne sur le mode explicite les enjeux politiques contemporains.

 

Vidéos de B. Katz et J. Bradley sur la "révolution métropolitaine"
The rise of the metros

Redifining cities

Ces deux capsules vidéos (0'45 chacune) sont en anglais avec affichage du texte possible (voir la barre d'outils en bas à droite)
Source : The Metropolitan Revolution

Les principales figures du débat dans le champ des études urbaines aux États-Unis
Auteur Champ d'études et affiliation Référence (date) Notion-clef
Mike Davis Sociologie, urbanisme, histoire, University of California, Irvine's City of Quartz, Excavating the Future in Los Angeles (1990) fragmentation urbaine, sécession
Iris Marion Young Philosophie, sciences politiques, Université de Chicago (décédée en 2006) Justice and the politics of difference (1990) justice spatiale
Joel Garreau Journalisme Edge City: Life on the New Frontier (1991) edge city
Saskia Sassen Sociologie, Columbia La ville globale : New York - Londres - Tokyo (1991) ville globale
Neil Smith Géographie, City U. of New-York (décédé en 2012) The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City (1996) gentrification
Wei Li Géographie, Connecticut Anatomy of a New Ethnic Settlement: The Chinese Ethnoburb in Los Angeles (1997) ethnoburb
Edward W. Soja Géographie, urbanisme, UCLA, London School of Economics Postmetropolis: Critical Studies of Cities and Regions (2000) postmetropolis, la métropole post-moderne
Myron Orfield Droit, Minnesota, Institute of Metropolitan Opportunity American Metropolitics: The New Suburban Reality (2002) gouvernance métropolitaine
Richard Florida Géographie urbaine, Toronto, Martin Prosperity Institute The Rise of the Creative Class (2002) classe créative
Robert E. Lang Urbanisme, Brookings Edgeless Cities. Exploring the Elusive Metropolis (2003) edgeless cities
Jason Hackworth Géographie, Toronto The Neoliberal City: Governance, Ideology, and Development in American Urbanism (2006) effets du néo-libéralisme sur les centres-villes américains
Jon C. Teaford Histoire urbaine, Purdue The Metropolitan Revolution: The Rise of Post-Urban America (2006) révolution métropolitaine
Edward Glaeser Économie, Harvard Triumph of the City: How Our Greatest Invention Makes Us Richer, Smarter, Greener, Healthier, and Happier (2012) triomphe de la ville
Alan Ehrenhalt Journalisme, urbanisme The Great Inversion and the Future of the City (2013) inversion du modèle urbain,
retour au centre
Bruce J. Katz & Jennifer Bradley Économie, Brookings The Metropolitan Revolution. How Cities and Metros Are Fixing Our Broken Politics and Fragile Economy (2014) défis politiques à l'échelle de la métropole
Markus Moos Géographie, Urbanisme, Waterloo (Canada) Generational Dimensions of Neoliberal and Post-Fordist Restructuring: The Changing Characteristics of Young Adults and Growing Income Inequality in Montreal and Vancouver (2014) youthification du centre-ville
Leigh Gallagher Journalisme, Fortune The End of the Suburbs: Where the American Dream is Moving (2014) retournement immobilier
Elizabeth Kneebone et Allan Berube Politiques publiques, Brookings Confronting Suburban Poverty in America (2014) nouvelle géographie de la pauvreté dans les métropoles

Source : Cynthia Ghorra-Gobin, 2015 ; Réalisation : Marie-Christine Doceul
 

Conclusion

Dans un contexte fortement marqué par la Grande Récession qui d’après le National Bureau of Economic Research a débuté en décembre 2007 et a entraîné la suppression de 8,7 millions emplois, un vif débat a opposé les tenants du triomphe de la ville à ceux revendiquant la métropole comme une révolution. Après avoir mis en scène les principales figures de ce débat principalement localisé au sein des études urbaines, et après avoir analysé les arguments proposés par les chercheurs, on peut en déduire que la thèse du « triomphe de la ville » s’inscrit principalement dans une logique néo-libérale de la ville alors que la thèse de la « révolution métropolitaine » révèle sur le mode explicite les enjeux sociaux et économiques. Les défenseurs de la ville soulignent la réappropriation de la ville par un capitalisme métamorphosé par la globalisation et font le constat d’une demande d’urbanité et de proximité spatiale de la part de la classe créative et des classes aisées. Depuis une dizaine d’années environ, les rencontres informelles (meetups) au sujet des pratiques liées à l’évolution des technologies animent les grandes villes comme New York, San Francisco et Chicago. Elles sont principalement organisées par des entreprises (y compris des start-ups) dans le but de sensibiliser un public averti aux dernières innovations technologiques. La diffusion de nouvelles pratiques sociales à partir de la technologie numérique est également un moyen d’élargir les réseaux et d’identifier des personnes susceptibles d’y contribuer. Le débat sur la métropole se distingue de celui sur le triomphe de la ville parce qu’il souligne la dimension spatiale des processus économiques, analyse leurs impacts sociaux et identifie ainsi les défis sociaux et raciaux des bouleversements économiques à l’œuvre au moment de la Great Recession. Il va jusqu’à proposer l’invention d’une nouvelle sphère politique pour assurer la soutenabilité de la métropole, c’est-à-dire mener une politique centrée en même temps sur l’avantage métropolitain et sur le principe d’une redistribution inter-municipale. Il s’oppose au premier débat sur le triomphe de la ville négligeant toute distance critique, en dehors des travaux sur la gentrification et sur la gouvernance néo-libérale. 
La mise en perspective de deux débats situés dans les sciences sociales et plus particulièrement le champ des études urbaines aux États-Unis permet de faire le constat de la diversité de positionnement des chercheurs par rapport à la question sociale. Et in fine, elle conduit à affirmer qu’il existe une scène de débats au sein de laquelle se construit une argumentation théorique et empirique autorisant de ce fait la pluralité des ancrages théoriques et idéologiques. 

Retour en haut de page

Notes :

[1] Pour plus de précisions sur l’expression « monde globalisé », consulter le Dictionnaire critique de la mondialisation, Paris, Armand Colin, 2012 : l'introduction et les entrées "globalisation" et "mondialisation".   

[2] Une version préliminaire de ce texte a fait l’objet d’une présentation au colloque de l’Urban History Association (New York, octobre 2012). Elle repose également sur des entretiens avec des collègues à l’Université de Californie, Los Angeles (avril 2013) et à Berkeley (premier semestre 2015).

[3] Le point de vue de Glaeser est confirmé par une récente enquête menée par le New York Times indiquant une croissance d’emplois plus importante dans les villes que dans les banlieues. Cf. l’article de Claire Cain Miller qui inclut un graphique comparant l’évolution des emplois dans plusieurs villes centres, « "More new jobs are in city centers, while employment shrinks in the suburbs", New York Times, 24 février 2015, et l’article de Patrick McGeehan, "In New York City, jobs come back without Wall Street", New York Times, 15 février 2015.

[4] Richard Florida, "Is your neighborhood changing?  It might be youthification not gentrification”, City Lab, 5 février 2015.

[5] Voir le site de Bruce Katz et Jennifer Bradley The Metropolitan Revolution qui présente l'exemple de Houston : The Metropolitan Revolution: Houston, How can a metro embrace and build on the strengths of its immigrant communities ?, 15 janvier 2014.

Retour en haut de page

Pour compléter :

Ressources bibliographiques :
  • Davis, M., 1990. City of Quartz, Excavating the Future in Los Angeles. Londres, Vintage, 462 p.
  • Ehrenhalt, A., 2013. The Great Inversion and the Future of the City. Londres, Vintage, 332 p.
  • Florida, R.,  2002. The Rise of the Creative Class. New York, Basic Books, 512 p.
  • Gallagher, L., 2014. The End of the Suburbs: Where the American Dream is Moving. New York, Portofolio, 272 p.
  • Garreau J., 1991. Edge City: Life on the New Frontier, New York, Doubleday, AnchorBooks, 550 p
  • Ghorra-Gobin C. (coord.), 2012. Dictionnaire critique de la mondialisation, Paris, Armand Colin, (2ème éd.), 645 p.
  • Ghorra-Gobin C., « Le périurbain et la métropolisation. Que faut-il retenir du débat Outre-Atlantique ?  », Confins, 22 | 2014.
  • Ghorra-Gobin C., 2015. La métropolisation en question : une perspective située dans deux traditions scientifiques (France, États-Unis). Paris, PUF, 130 p. (à paraître).
  • Glaeser, E., 2012. Triumph of the City: How Our Greatest Invention Makes Us Richer, Smarter, Greener, Healthier, and Happier. New York, Penguin Books, 437 p.
  • Hackworth, J., 2006. The Neoliberal City: Governance, Ideology, and Development in American Urbanism. Cornell, Cornell University press, 248 p.
  • Jacobs, J. 1961, 2012, Déclin et survie des grandes villes américaines. Marseille, Éd. Parenthèses (411 p.)
  • Katz, B. & Bradley, J., 2014. The Metropolitan Revolution. Washington DC, Brookings Institution, 288 p.
  • Kneebone, E. & Berube, A., 2014. Confronting Suburban Poverty in America. Washington DC, Brookings Institution, 169 p.  Présentation et infographie sur le site de Brookings
  • Lang, R., 2003. Edgeless Cities. Exploring the Elusive Metropolis. Washington DC, Brookings Institution press, 154 p. Sur le site de Brookings, le 1er chapitre (en .pdf)
  • Li W., 1998, "Anatomy of a New Ethnic Settlement: The Chinese Ethnoburb in Los Angeles." Urban Studies, 35, 3.
  • Moos, M., 2014, "Generational Dimensions of Neoliberal and Post-Fordist Restructuring: The Changing Characteristics of Young Adults and Growing Income Inequality in Montreal and Vancouver", International Journal of Urban and Regional Research, 38, 6, november, p. 2078-2102
  • Moos M., Walter-Joseph R., Williamson M., Wilkin T., Chen W., Stockmal D., 2015. Youthification : the new kid on the block, University of Waterloo.
  • Omi, M., & Winant, H., 2014. Racial formation in the United States: from the 1960s to the 1990s. New York, Routledge, 3ème éd., 344 p.
  • Orfield, M., 2002. American Metropolitics: The New Suburban Reality. Washington DC, Brookings Institution press, 221 p. Sur le site de Brookings, la 1ère partie (en .pdf)
  • Sassen, S., 1996, 1991. La ville globale : New York - Londres - Tokyo, Descartes et Cie, 533 p.
  • Smith, N., 1996. The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City. New York, Routledge 288 p. L'ouvrage en accès libre, en .pdf
  • Soja, E., 2000. Postmetropolis: Critical Studies of Cities and Regions. New York, Wiley-Blackwell, 462 p.
  • Teaford, J., 2006. The Metropolitan Revolution: The Rise of Post-Urban America. New York, Columbia University press, 306 p.
  • Young I.M., 1990, Justice and the politics of difference, Princeton, Princeton University Press, 304 p.
Ressources webographiques :
  • City Observatory, site d’observation du triomphe des villes, lancé en 2014 par Joe Cartright, spécialiste d'économie urbaine
           en particulier l’article de Joe Cartright, "Surging City Center Job Growth", 23 février 2015.
  • City Lab, le site fondé par Richard Florida
  • Martin Prosperity Institute, Université de Toronto : la page de Richard Florida, directeur du département Cities
  • Generationed City, le site de l'université de Waterloo (Canada), lancé par l'équipe de l'urbaniste Markus Moos
  • Géopolis, "Les bobos américains préfèrent la ville", 29 janvier 2014. Vidéo sur l’exemple de Washington : centre et banlieue. 2’23.
  • Institute on Metropolitan Opportunity, Université du Minnesota. Données et cartes de l'équipe de Myron Orfield sur les métropoles.
           en particulier la présentation de Myron Orfield, American Metropolitics. The new suburban reality.
  • Brookings Institution, voir les pages sur les Metropolitan Areas
  • Metrorevolution, le site de Bruce Katz et Jennifer Bradley qui présente les exemples de six villes : Denver, Detroit, Houston, Los Angeles, New York, Nord-Est Ohio, Portland ainsi que des capsules vidéos sur les mutations en cours.

 

Cynthia GHORRA-GOBIN,
directeure de recherche CNRS-CREDA, visiting professor à Berkeley (2015),
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

conception, illustration et réalisation de la page web : Marie-Christine Doceul,

pour Géoconfluences, le  7 juillet 2015

Pour citer cet article :
Cynthia Ghorra-Gobin, « Le triomphe de la ville ou de la métropole ? Mise en perspective de deux débats dans le champ des études urbaines aux États-Unis », Géoconfluences, 2015, mis en ligne le 7 juillet 2015
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/etats-unis-espaces-de-la-puissance-espaces-en-crises/articles-scientifiques/le-triomphe-de-la-ville-ou-de-la-metropole/

Retour en haut de page

Actions sur le document