Vous êtes ici : Accueil / Ressources / Ressources pour les concours (Capes, agrégations, ENS...) / Les territoires de la pauvreté dans le monde (ENS Ulm 2022) indications bibliographiques

Les territoires de la pauvreté dans le monde (ENS Ulm 2022) indications bibliographiques

Publié le 12/07/2021
Auteur(s) : Marion Mare, Professeure agrégée de géographie - CPGE littéraires, lycée Montaigne, Bordeaux
Des indications bibliographiques pour préparer la question au programme du concours d'entrée l'ENS de Paris pour la session 2022.
>>> Voir la sélection de ressources de Géoconfluences pour traiter cette question : Les territoires de la pauvreté dans le monde (ENS Ulm 2022), ressources sur Géoconfluences
>>> Voir la lettre de cadrage du jury

Définir et délimiter la pauvreté et les notions connexes en sciences sociales et en géographie

  • Banerjee Abhijit V., Duflo Esther, Repenser la pauvreté, Seuil, coll. « Les Livres du Nouveau Monde », 2012, 422 p.
  • Bret Bernard, 2004, « Le Sud », notice de définition de l’encyclopédie en ligne Hypergéo.
  • Cingolani p. (2015). La Précarité. Paris : Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 128 p.
  • Clerval Anne, Fleury Antoine, Rebotier Julien, Weber Serge, 2015, Espace et rapports de domination, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 400 p.
  • Depraz, S. (2017). « Introduction : Les marges, miroirs de la société et de ses territoires ». Dans : S. Depraz, La France des marges : Géographie des espaces « autres » (pp. 5-12). Paris : Armand Colin.
  • Di Méo, G. (2020). « Chapitre 5. Richesse, pauvreté, inégalités : esquisse d’une géographie sociale du monde ». Dans : Jean-Paul Charvet éd., Géographie humaine : Mondialisation, inégalités sociales et enjeux environnementaux (pp. 115-163), Armand Colin,
  • Dietrich Judicaëlle, 2015, « Chapitre 1. Penser la pauvreté » in Une géographie de la pauvreté à Jakarta (Indonésie). Espaces de la pauvreté et places des pauvres dans une métropole contemporaine. Thèse de géographie. Paris IV Sorbonne.
  • Duvoux Nicolas et Papuchon Adrien, 2019, « La pauvreté subjective comme mesure de l’insécurité sociale. Une comparaison des différents indicateurs de pauvreté » revue Savoir/Agir.
  • Duvoux Nicolas, Rodriguez Jacques, 2016, « La pauvreté insaisissable » In Communications, 98, EHESS, Pauvretés. P. 7-22.
  • Estebanez Jean et Raad Lina , 2016, « Les indésirables », Géographie et cultures [En ligne], 98.
  • Jorès Mérat, p. (2019). « Être pauvre en Haïti ». Les Cahiers d'Outre-Mer, 27-49.
  • Lanne Jean-Baptiste, 2020, « Précarité » in Adam M., Comby E. (dir.), Le capital dans la cité : une encyclopédie critique de la ville, Éditions Amsterdam.
  • Nicole Mathieu, 1997, « Pour une nouvelle approche spatiale de l’exclusion sociale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne],
  • Montagne-Villette Solange, 2007, « Les marginalités : du subi au choisi / The marginalities : from unvolontary to intentional », Bulletin de l’Association des Géographes Français, septembre, vol. 84, n° 3, pp. 305-314
  • Paugam Serge, 1995, La société française et ses pauvres. L’expérience du revenu minimum d’insertion, Paris, Presses universitaires de France, coll. « recherches politiques », 1993, 2e édition mise à jour 1995, coll. « Quadrige » 2002 (avec une nouvelle préface à l’édition « Quadrige »).
  • Paugam Serge, 2005, Les formes élémentaires de la pauvreté, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Le lien social », 312 p.
  • Séchet Raymonde, 1996, Espaces et pauvretés. La géographie interrogée, Paris, L’Harmattan, coll.« Géographie sociale », 213 p.
  • Séchet Raymonde, Veschambre Vincent (dir.), 2006, Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 393p.
  • Sélimanovki Catherine, 2008. La frontière de la pauvreté, Presses Universitaires de Rennes, 294 p.
  • SélimanovskI Catherine, 2009, « Effets de lieu et processus de disqualification sociale, Le cas de Strasbourg et du Bas-Rhin », Espace populations sociétés, vol. 1, pp. 119-133.
  • Simmel Georg, 1907 [1998 pour l’édition française], Les pauvres, PUF, coll. « Quadrige », 108 p.

Les dynamiques spatiales de la pauvreté : inégalités, néolibéralisme et mondialisation

Les territoires de la pauvreté face au néolibéralisme et à la compétitivité des territoires dans un contexte de mondialisation

Éviction, exclusion des pauvres et leurs résistances au sein des territoires de la pauvreté en mouvement

L’accès aux services (éducation, alimentation, santé, sécurité, commerces) dans les territoires de la pauvreté

Action publique et privée et leurs acteurs dans les territoires de la pauvreté

Action publique et territorialisation de la pauvreté : approches générales

  • Bonnal Philippe, Cortes Geneviève, Giordano Delgado Nelson, Pereira Leite Sergio, Poncet Christian et Sabourin Éric (dir.), 2019, Action publique, dynamiques sociales et pauvreté : la territorialisation en débats, Presses universitaires de la Méditerranée.
  • Goeury David, 2017, « Les inégalités socio territoriales et les politiques de lutte contre la pauvreté », in Andrieu J. (dir.), L'Afrique : du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Ellipses.
  • Sabourin E., Eiro de Oliveira Flavio, 2019, « Développement territorial et lutte contre la pauvreté au Brésil : politiques d’inclusion, pratiques d’exclusion » in Bonnal Ph., Cortès G. et al. (dir.), Action publique, dynamiques sociales et pauvreté : la territorialisation en débats, Presses universitaires de la Méditerranée.
  • Sélimanovski Catherine, 2019, « Les enjeux de la territorialisation des politiques publiques de traitement de la pauvreté en France » in Bonnal Ph., Cortès G. et al. (dir.), Action publique, dynamiques sociales et pauvreté : la territorialisation en débats, Presses universitaires de la Méditerranée.
  • Zimmermann Silvia, 2019, « Politiques publiques territorialisées, spatialisation de la pauvreté et effets de lieu. Réflexions à partir du cas brésilien » in Bonnal Ph., Cortès G. et al. (dir.), Action publique, dynamiques sociales et pauvreté : la territorialisation en débats, Presses universitaires de la Méditerranée.

Politiques publiques urbaines

Gérer les territoires d’habitat informel et/ou de populations marginalisées

Action publique sur la pauvreté dans les espaces ruraux

  • Cortes Geneviève, Eloy Ludivine, Vassas Toral Anaïs, « Politiques territoriales, territorialités habitantes et dynamiques rurales. Regard croisé sur l’Altiplano bolivien et le Cerrado brésilien » in Bonnal Ph., Cortès G. et al. (dir.), Action publique, dynamiques sociales et pauvreté : la territorialisation en débats, Presses universitaires de la Méditerranée.
  • Favareto Arilson, 2019, « Agriculture familiale, pauvreté et avenir des territoires ruraux — les réussites et les impasses de l’agenda actuel » in Bonnal Ph., Cortès G. et al. (dir.), Action publique, dynamiques sociales et pauvreté : la territorialisation en débats, Presses universitaires de la Méditerranée. [article sur le Brésil].

Actions citoyennes et non gouvernementales

Les territoires de la pauvreté en ville

Pauvreté rurale et périurbaine

La pauvreté aux échelles mondiale et nationale : quelques exemples

Pauvreté et représentations (socio-)spatiales

Les expériences et pratiques spatiales différenciées de la pauvreté

Pauvreté, circulations, mobilités et immobilité

Territoires de la pauvreté, santé et environnement

>>> Voir notre sélection bibliographique La pandémie de Covid-19 et la géographie, bibliographie francophone

La lutte contre la pauvreté à l’échelle mondiale et la géopolitique de la pauvreté

Œuvres littéraires

Sélection de « classiques » proposée par François-Marie Mourad

  • Balzac, Ferragus.
  • Henri Muger, Scènes de la vie de bohème.
  • Eugène Sue, Les Mystères de Paris.
  • Hugo, Les Misérables.
  • Thomas de Quincey, Les Confessions d’un mangeur d’opium anglais.
  • Baudelaire, Le Spleen de Paris, poèmes 5 (« Une chambre double »), 14 (« Le Vieux Saltimbanque »), 19 (« Le Joujou du pauvre »).
  • Baudelaire, Les Fleurs du Mal, « Le Cygne » (n° 89), « Les Sept Vieillards » (n° 90).
  • Zola, Le Chômage [Contes et nouvelles I, GF Flammarion], L’Assommoir, Germinal.
  • Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse.
  • Knut Hamsun, La Faim.
  • Jack London, Le Peuple de l’abîme.
  • Céline, Voyage au bout de la nuit.
  • Steinbeck, Les Raisins de la colère.
  • Orwell, Dans la dèche à Paris et à Londres.
  • Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal.
  • Patrick Chamoiseau, Texaco.
  • Azouz Begag, Le Gone du Chaâba.

Pour compléter

  • Charles Bukowski, Factotum. 1975. Les errements d’un marginal dans les États-Unis du milieu du XXe siècle.
  • Annie Ernaux, Les Années, (Gallimard, 2008). Rééd. « Folio » (2010, 256 p.). L’enfance de la narratrice dans un milieu modeste dans les années d’après-guerre.
  • Carlo Levi, Le Christ s’est arrêté à Eboli. 1945. La vie d’un intellectuel exilé par le régime fasciste dans un village d’Italie du Sud.
  • Alain Mabanckou, Petit Piment, 2015. Petit Piment grandit dans un orphelinat alors que survient la révolution socialiste au Congo, puis survit dans les rues au sein d’une bande de petits délinquants.
  • Jacques Roumain, Gouverneurs de la rosée, 1944. Manuel rentre dans son village natal en Haïti après des années de travail dans les plantations cubaines. Le manque d’eau a plongé son village dans la misère et Manuel cherche une solution.
  • George Sand, Les légendes rustiques, 1857.
  • Alice Zeniter, L’art de perdre, 2017
  • Tancrède Voituriez, L’invention de la pauvreté, Grasset, 2013, 446 p. Roman très géopolitique sur le cynisme des acteurs internationaux de la lutte contre la pauvreté et en particulier de la Banque mondiale.

Filmographie

  • Chloé Zao, Nomadland, 2020. Oscar du meilleur film, de la meilleure actrice. Le film retrace la précarisation d’une femme sexagénaire (Fern) dans l’Ouest américain, au sein des petites villes et des espaces ruraux, après la crise économique de 2008 et dans un contexte de désindustrialisation. Les ouvriers et employés doivent alors trouver des opportunités d’emploi (eux aussi précaires) ailleurs, impliquant une mobilité subie mais permettant aussi de réfléchir à d’autres modes de vie.
  • Bong Joon-Ho, Parasites, 2019. Oscar du meilleur film et palme d’or. Un regard sur les inégalités socio-spatiales à Séoul et les formes d’habitat précaire.
  • Jia Zangke, A Touch of Sin, 2013. Les effets du capitalisme sauvage dans des territoires plus isolés de la Chine contemporaine. La violence du film témoigne de la violence de l’entrée dans la mondialisation pour les « dominés » en Chine. Une claque.
  • Benh Zeitlin, Les Bêtes du Sud sauvage, 2012. Remarquable ! Une plongée dans les habitats précaires de la Louisiane et la lutte contre la montée du niveau des eaux à travers une histoire poignante et d’une grande finesse.
  • Agnès Varda, Sans toit ni loi, 1985. Un film magnifique sur l’errance et la lutte pour la survie des sans domicile fixe.
  • Agnès Varda, Les glaneurs et la glaneuse, 2000. Film documentaire sur ces récupérateurs et sur les stratégies mises en place par des personnes pauvres pour se nourrir et vivre.
  • Agnès Varda et JR, Visages, villages, 2017. Film documentaire qui sillonne la France touchée par une ruralité en déprise et la désindustrialisation.
  • Hirokazu Kore-Eda, Une affaire de famille, 2018. Palme d’or à Cannes. Plongée intimiste dans l’habitat dense et précaire des familles pauvres de Tokyo.
  • Ladj Ly, Les Misérables, 2019. Film sur la violence dans les banlieues pauvres de la région parisienne.
  • Jacques Audiard, Dheepan, 2015. César du meilleur film, Palme d’or au festival de Cannes. Une analyse géo-cinématographique :  Anthony Goreau-Ponceaud et Paul Veyret, « Dheepan, un film postcolonial », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif.
  • Naomi Kawase, Les délices de Tokyo, 2015. A nouveau à Tokyo, un film d’une beauté rare qui explore l’espace des travailleurs précaires et qui évoque la marginalisation. 
  • Olivier Babinet, Swagger, 2016. Documentaire remarquable et poétique sur les jeunes d’un grand ensemble parisien sans les clichés.
  • Christian Poveda, La vida loca, 2009. Documentaire qui raconte la vie courante des membres (masculins et féminins) de la Mara 18, près de San Salvador, un des gangs salvadoriens connus pour leur grande violence. Le réalisateur a malheureusement été assassiné le 2 septembre 2009, de quatre balles dans la tête, alors qu'il rentrait d'un tournage avec la Mara 18.
  • Benoît Delépine et Gustave Kervern, I Feel Good, 2017. Un film drôle sur ce thème, c’est bon à prendre et surtout cela propose un autre regard sur la pauvreté, dans le centre Emmaüs de Lescar, près de Pau.
  • Benoît Delépine et Gustave Kervern, Effacer l’historique, 2020. A nouveau un film drôle avec en toile de fond la pauvreté dans les espaces périurbains.
  • Gavin Hood, Mon nom est Tsotsi, 2005. Film tourné dans le township de Soweto, qui met en exergue la ségrégation socio-spatiale.
  • Edward Zwick, Blood Diamond, 2006. Un film d’action et très géopolitique mais qui donne à voir de multiples « territoires de la pauvreté » aux différentes échelles : la Sierra Léone, les mines d’or, les camps de réfugiés, de travailleurs, etc.
  • Ken Loach, I, Daniel Blake, 2016, palme d’or, Cannes et Sorry, we missed you, 2019. Très intéressant sur les conséquences du néolibéralisme.
  • Danny Boyle, Slumdog Millionaire, 2009. Un grand classique sur les bidonvilles en Inde. Oscar du meilleur film, très diffusé et donc intéressant sur les représentations des bidonvilles.
  • Arnaud Desplechin, Roubaix, une lumière, 2019
  • Mathieu Kassovitz, La Haine, 1995. Un classique sur les banlieues françaises, très diffusé.
  • Stephen Daldry, Billy Elliot, 2006. Au-delà de l’histoire sur l’acceptation de soi, le film offre une immersion dans la vie des mineurs anglais dans les années 1980.

 

 

Sélection bibliographique : Marion Mare, agrégée de géographie, professeurs au lycée Montaigne, Bordeaux.

 

Actions sur le document