Vous êtes ici : Accueil Glossaire Flux

Flux

Publié le 10/04/2013

On appelle flux l’écoulement, le transfert, d’une certaine quantité de personnes, de véhicules, d’informations, de marchandises, transportés par un moyen de communication, par le biais d'un réseau. La différenciation spatiale engendre nécessairement des flux entre des espaces complémentaires. Mais, si les flux sont révélateurs de différenciations spatiales, ils sont aussi facteurs de leur apparition ou de leur maintien. 

Pour mesurer les flux, il faut tenir compte de la quantité transportée et de la distance franchie : passagers/km ou tonnes/km. Lorsque l'on rapporte cette quantité à une unité de temps on obtient un débit : megabits/seconde ou bauds/ seconde pour les télécommunications informatiques, Unité Véhicule Particulier (UVP) par heure pour le trafic routier. Cependant, en sciences humaines et sociales, tous les flux ne peuvent pas être rapportés à une distance et être exprimés sous la forme d'un débit.

La géographie des flux peut être expliquée et représentée par des modèles gravitaires, plus particulièrement pertinents pour les flux de personnes.

Plus le réseau est performant (transport rapide et bon marché), plus les flux sont importants : le trafic induit est alors généré directement par les infrastructures. Ainsi, des flux de travailleurs qualifiés sont générés par les gares TGV ou les aéroports. Par ailleurs, la concentration et l'interconnexion des infrastructures sur un axe ou dans un lieu donné a des effets cumulatifs sur les flux : plus on perfectionne un réseau, plus le trafic y est dense. Aussi, en milieu urbain, une nouvelle infrastructure risque de ne fluidifier la circulation que pour une durée limitée, car elle sera victime de son succès (« effet siphon »).

L'organisation post-fordiste de la production repose, en partie, sur la pratique des flux tendus permettant de livrer le produit en juste-à-temps (JAT ou Just-in-time - JIT). Le JAT consiste à s'approvisionner au jour près, la demande une fois connue, puis à produire et à livrer dans les délais les plus brefs possibles. Ainsi les stocks sont réduits. De telles organisations logistiques reposent aussi sur une grande flexibilité dans l'organisation du travail.

La mobilité et l'instantanéité sont, de nos jours, tout particulièrement l'apanage de biens immatériels tels que les flux financiers ou les flux d'information. Longtemps, la circulation des flux d'information supposait le déplacement d'un bien ou d'une personne. Les révolutions technologiques dans les domaines des télécommunications et de l'informatique ont largement dématérialisé cette circulation : des « autoroutes de l'information » assurent la transmission immédiate de grandes quantités de données de toute nature d'un point à l'autre de la planète. Et, si la vitesse et l'instantanéité sont les qualités recherchés de ces réseaux, le haut débit l'est également.

Pour compléter :

  • Françoise Bahoken, Claude Grasland, Christine Zanin, 2016. « D'une cartographie de flux à une cartographie du mouvement, Aspects sémiologiques ». Cartes & Géomatique, la revue du Comité français de cartographie, n° 229-230 : « La sémiologie dans tous les sens », p. 65-74.
  • Jean-Marc Offner, « Flux », in : Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Belin, Paris, 2013, p.398-400 (p. 367-368 dans l'éd. de 2003).
  • Pierre Ageron, 2014. « Notion à la une : intermodalité », Géoconfluences.

 

S.T., 2004.
Mise à jour : mars 2017.