Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Littoralisation

Littoralisation

Publié le 10/04/2013

Processus fréquemment observé de concentration des populations et des activités humaines le long ou à proximité des littoraux.
Il est sous-tendu par deux grandes logiques d'attractivité :
- logique de l'ordre de la production matérielle qui vise à la recherche d'une efficacité économique croissante liée à la mondialisation des échanges et permise en particulier par la révolution des transports maritimes et terrestres,
- logique de récréation, de recherche d'aménités : tourisme, recherche de lieux de résidence agréables, associés ou non aux lieux de travail, etc.
L'attraction contemporaine des littoraux occupés est à l'origine d'une densification croissante des aménagements et de concurrences entre activités et acteurs et/ou usagers. Ces activités se complètent ou s'excluent.
Les politiques publiques, dans les États les plus développés, interviennent pour réglementer le processus de littoralisation. Les populations peuvent ainsi avoir de nouveau accès à la mer par la réoccupation de friches industrielles ou portuaires. Des politiques de protection visent à limiter les aménagements sur certaines portions du littoral, sur le modèle ancien du National Trust britannique.

Littoralisation sur les côtes méditerranéennes | Littoralisation en Chine
 

Littoralisation sur les côtes méditerranéennes


Les caractères morphologiques des littoraux du pourtour méditerranéen résultent de différentes dynamiques, parfois cumulatives, parfois antagonistes :
- accrétions, progradations aux embouchures de grands fleuves qui peuvent ainsi former de vastes zones humides plus ou moins deltaïques : Ebre, Guadalquivir, Nil, Po, Rhône par exemple,
- apports ou amaigrissements sédimentaires au gré des dérives littorales,
- déplacements verticaux des masses continentales entraînées par les effets de la tectonique des plaques : ainsi la plaque africaine tend à s'enfoncer sous la plaque eurasiatique en se déplaçant de 2,3 cm par an environ vers le Nord-Ouest.
D'une manière générale, les espaces littoraux du pourtour méditerranéen, sont soumis à des contraintes variées, par exemple : les grands abats d'eau (épisodes cévenols), et les crues aux effets parfois dévastateurs ; l'exigüité des plaines côtières lorsque plateaux et massifs montagneux s'élèvent à proximité du trait de côte. Et quels pourraient être les effets, sur les espaces littoraux méditerranéens, d'évolutions géomorphologiques et climatiques globales ? Certains lieux, mythiques et sensibles peuvent faire l'objet de surveillance particulière, voire de plans de sauvetage : la lagune de Venise par exemple.

Par ailleurs, les principales logiques d'attractivité des littoraux - logiques de production et d'échanges des biens, logiques de recherche d'aménités (tourisme notamment) - y sont bien souvent à l'oeuvre. Elles provoquent la densification des aménagements et la concurrence croissante entre activités et acteurs et/ou usagers. Ce "désir de rivages" est un phénomène récent, les zones basses littorales ayant été, jusqu'au XXe siècle, celles de l'insalubrité et de l'insécurité.
Ainsi, les 46 000 km de côtes méditerranéennes sont en proie à une forte urbanisation et tendent à s’artificialiser de plus en plus. Le tropisme vers les régions côtières s'est renforcé au cours des trente dernières années : en l'an 2000, 34% de la population des pays méditerranéens vivent dans les régions côtières contre 27% en 1970. Entre 1970 et 2000, la population des régions côtières de la rive nord est passée de 58 à 69 millions et, dans la même période, le chiffre a plus que doublé pour les pays de la rive sud et du Levant, en passant de 32 à 75 millions d'habitants. Dans les régions côtières méditerranéennes, la densité moyenne de population est passée de 100 hab/km2 en 1970 à 150 hab/km2 en 2000. Elle pourrait dépasser 180 hab/km2 en 2025. De surcroît, la population urbaine de l’ensemble des pays riverains, de 274,5 millions en 2000, comptera 379 millions d’individus en 2025. Les urbains supplémentaires représentent à cette date 104,5 millions de personnes, dont plus de 98 millions au Sud et à l’Est (données du Plan Bleu*)

Pour compléter, prolonger :
- Un dossier de Géoconfluences : "Les espaces littoraux : gestion, protection, aménagement"
 

Littoralisation en Chine


Le processus de littoralisation a été une tendance de fond dans la distribution spatiale des activités et des populations en Chine continentale. Le pouvoir avait, au cours des années 1960 et 1970, tenté d'impulser l'industrialisation de l'intérieur par des mesures autoritaires et administrées. Mais à partir de 1978, la politique d'ouverture aux échanges mondiaux et aux logiques de marché a changé la donne en favorisant le développement accéléré des zones littorales ou sub-littorales.

Pour favoriser un rééquilibrage en faveur de l'intérieur du pays, les autorités ont adopté la politique dite du "Go West". Lancée en 1999, elle avait pour objectif de redynamiser les provinces de l’intérieur de la Chine, en retrait par rapport aux provinces littorales. Ses effets, d'abord limités, semblent s'accélérer depuis 2007 à la faveur de différents facteurs dont : une politique fiscale plus favorable, un effort rapide en matière d’infrastructures (transport, logistique) et le développement du marché intérieur qui rend moins nécessaire une installation à proximité des zones portuaires. De nouvelles dynamiques de développement de l'intérieur sont à l'œuvre dans une Chine qui cherche, par un ambitieux programme de construction d'infrastructures, à redéployer ses échanges et ses approvisionnements par voie terrestre.

En conséquence, on observe depuis une dizaine d'années que l'expansion urbaine touche l'ensemble du réseau urbain chinois, y compris les villes de seconde, troisième ou quatrième catégorie et les villes de l'intérieur. Cette dynamique favoriserait le rééquilibrage du développement chinois en déplaçant les centres de gravité de la croissance vers l'ouest. La spectaculaire montée en puissance des capacités logistiques, couplée à des politiques fiscales préférentielles et à une main d'œuvre meilleur marché que sur le littoral attirent les usines vers l'intérieur et on observe qu'à la fin de la décennie 2000, les délocalisations internes d'usines s'y sont multipliées. Il convient, par exemple, de noter le développement rapide de la "municipalité - province" de Chongqing. Elle profite d'une attractivité nouvelle liée au barrage des Trois-Gorges sur le Yangzi et à l'aménagement régional qui lui est associé ainsi que des délocalisations depuis les villes littorales devenues, à leur tour, trop coûteuses pour certaines entreprises.


Pour compléter, prolonger :
- Visages médiatiques du barrage des Trois-Gorges
- Place et rôle de la Chine littorale en Asie orientale (François Gipouloux, décembre 2003)

Mise à jour :  septembre 2014

 


Corrélats :

Densité / Espace / Façade / Frontière / Interface / Population, peuplement /