Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Littoralisation

Littoralisation

Publié le 13/09/2021

La littoralisation est un processus de concentration des populations et des activités humaines le long ou à proximité des littoraux. Elle est sous-tendue par deux grandes logiques d'attractivité :

  • une logique de l'ordre de la production matérielle qui vise à la recherche d'une efficacité économique croissante liée à la mondialisation et à la maritimisation des échanges et permise en particulier par la révolution des transports maritimes et terrestres ;
  • une logique de récréation, de recherche d'aménités : tourisme, recherche d'un cadre de vie pour les lieux de résidence, associés ou non aux lieux de travail, etc.

L'attraction contemporaine des littoraux occupés est à l'origine d'une densification croissante des aménagements et de concurrences ou de conflits entre activités et acteurs. Ces activités se complètent ou s'excluent.

Les politiques publiques, dans les États les plus développés, interviennent pour réglementer le processus de littoralisation. Les populations peuvent ainsi avoir de nouveau accès à la mer par la réoccupation de friches industrielles ou portuaires. Des politiques de protection visent à limiter les aménagements sur certaines portions du littoral, sur le modèle ancien du National Trust britannique.

(Coll.) dernière modification : mars 2021.

Pour compléter

 


Littoralisation en Chine (2014)

Le processus de littoralisation a été une tendance de fond dans la distribution spatiale des activités et des populations en Chine continentale. Le pouvoir avait, au cours des années 1960 et 1970, tenté d'impulser l'industrialisation de l'intérieur par des mesures autoritaires et administrées. Mais à partir de 1978, la politique d'ouverture aux échanges mondiaux et aux logiques de marché a changé la donne en favorisant le développement accéléré des zones littorales ou sub-littorales.

Pour favoriser un rééquilibrage en faveur de l'intérieur du pays, les autorités ont adopté la politique dite du "Go West". Lancée en 1999, elle avait pour objectif de redynamiser les provinces de l’intérieur de la Chine, en retrait par rapport aux provinces littorales. Ses effets, d'abord limités, semblent s'accélérer depuis 2007 à la faveur de différents facteurs dont : une politique fiscale plus favorable, un effort rapide en matière d’infrastructures (transport, logistique) et le développement du marché intérieur qui rend moins nécessaire une installation à proximité des zones portuaires. De nouvelles dynamiques de développement de l'intérieur sont à l'œuvre dans une Chine qui cherche, par un ambitieux programme de construction d'infrastructures, à redéployer ses échanges et ses approvisionnements par voie terrestre.

En conséquence, on observe depuis une dizaine d'années que l'expansion urbaine touche l'ensemble du réseau urbain chinois, y compris les villes de seconde, troisième ou quatrième catégorie et les villes de l'intérieur. Cette dynamique favoriserait le rééquilibrage du développement chinois en déplaçant les centres de gravité de la croissance vers l'ouest. La spectaculaire montée en puissance des capacités logistiques, couplée à des politiques fiscales préférentielles et à une main d'œuvre meilleur marché que sur le littoral attirent les usines vers l'intérieur et on observe qu'à la fin de la décennie 2000, les délocalisations internes d'usines s'y sont multipliées. Il convient, par exemple, de noter le développement rapide de la "municipalité - province" de Chongqing. Elle profite d'une attractivité nouvelle liée au barrage des Trois-Gorges sur le Yangzi et à l'aménagement régional qui lui est associé ainsi que des délocalisations depuis les villes littorales devenues, à leur tour, trop coûteuses pour certaines entreprises.

Pour compléter, prolonger :
- Visages médiatiques du barrage des Trois-Gorges
- Place et rôle de la Chine littorale en Asie orientale (François Gipouloux, décembre 2003)

Mise à jour :  septembre 2014

 

Actions sur le document

Affiner les résultats par :