Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques À la une Notion à la une Notion à la une : transition

Notion à la une : transition

Publié le 16/02/2017
Auteur(s) : Lydia Coudroy de Lille, professeure de géographie, université Lumière Lyon 2, CNRS, EVS
Anne Rivière-Honegger, directrice de recherche CNRS, ENS de Lyon, EVS
Lisa Rolland, ATER en géographie, université Jean Moulin Lyon 3, CNRS, EVS
Anaïs Volin, doctorante en géographie, université Lumière Lyon 2, CNRS, EVS
La notion de transition a connu des acceptions variées en géographie. Parfois réduite au passage d’un état à un autre, elle suppose un temps linéaire. Or le changement peut épouser des temporalités cycliques, comme le montre le cas de l’Europe médiane. La transition peut aussi être un horizon qui anime des mouvements citoyens (villes en transition) ou des politiques publiques (transition écologique, énergétique).

La géographie francophone, à l’instar des sciences humaines et sociales, s’est saisie depuis quarante ans de la notion de transition de façons diverses, parfois critique, et dans des contextes socio-politico-économiques variés. Définie dans les dictionnaires courants comme le passage d’un état à un autre, la transition évoque spontanément une catégorie davantage temporelle que spatiale, ce qui pose la question de son usage en géographie. La notion recoupe une diversité d’acceptions, c’est pourquoi il convient d’en faire une brève généalogie et de cerner les réalités spatiales auxquelles celle-ci renvoie.

1. La transition et la géographie française

Approches de la transition dans les dictionnaires

La recension de la « transition » dans les principaux dictionnaires francophones de géographie depuis 1970 révèle qu’elle est dans la plupart des cas associée à une épithète et au champ lexical du changement. Cette étude permet de mettre en valeur deux types d’occurrence du terme, que l’on peut présenter de manière graduée :

1) une seule définition intrinsèque, sans épithète, et lui donnant une forte dimension spatiale. La transition comme un « passage progressif, mais plus ou moins accusé : il existe des seuils de transition ». Roger Brunet, auteur de cette définition, affirme que l’on peut identifier des « paysages » (comme les prés-bois du Jura) et des « espaces » de transition, ces derniers étant également déclinés en « marches » ou « marges » (Les mots de la géographie, Dictionnaire critique, 1992) ;

2) des définitions assorties d’une floraison de qualificatifs liés au changement, essentiellement temporel mais aussi spatial : transition démographique (9 occurrences), économique, épidémiologique, urbaine, migratoire, énergétique, alimentaire, paysagère, zone de transition.

Toutes ces expressions mobilisent le mot de transition pour désigner le passage d’un régime, ou d’un mode de fonctionnement, à un autre, ceci se déroulant dans le temps. L’exemple classique reste celui du schéma de la transition démographique, très diffusé dans la géographie scolaire.

Usages de la transition dans les principaux dictionnaires de géographie de 1970 à nos jours 
 
Date Ouvrage Directeurs de publication Auteurs des articles cités Articles utilisant
le mot « transition »
1970 Dictionnaire de la géographie Pierre George
Fernand Verger
P. George Transition démographique
1992 Les mots de la géographie. Dictionnaire critique Roger Brunet
Robert Ferras
Hervé Théry
R. Brunet Transition
R. Brunet Transition démographique
R. Brunet Transition économique
2003 Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés Jacques Lévy
Michel Lussault
H. le Bras Transition démographique
2003 De la géographie aux paysages. Dictionnaire de la géographie Yves Lacoste Y. Lacoste Transition démographique
2005 Dictionnaire de la géographie Gabriel Wackermann B. Ménard et
G. Wackermann
Transition démographique
Transition épidémiologique
2006 Dictionnaire de la ville et l’urbain Denise Pumain
Thierry Paquot
Richard Kleinschmager
D. Pumain Transition démographique
D. Pumain Zone de transition
D. Pumain Transition urbaine
2008 Dictionnaire de géographie Pascal Baud
Serge Bourgeat
Catherine Bras
P. Baud,
S. Bourgeat et
C. Bras
Transition démographique
Transition économique
Transition migratoire
2013 Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés Jacques Lévy
Michel Lussault
H. le Bras Transition démographique
C. Emelianoff Transition énergétique

Légende :

Transition Occurence sans épithète
Transition démographique Occurrence apparaissant dans tous les dictionnaires étudiés depuis 1970

Lisa Rolland, Anaïs Volin, 2017

 
La transition relue par des travaux récents de géographes

Actuellement, deux courants de recherche émergent : l’un autour de travaux sur une nouvelle transition urbaine, caractérisée par l’accroissement des très grandes villes et leur étalement urbain (urban sprawl) particulièrement en Afrique et en Asie ; l’autre autour de notions exploratoires : espaces de marge (marginalité), frontières, corridors et fronts écologiques (ressource frontier). Ces termes qualifient des espaces aux caractéristiques propres, relevant d’un « entre-deux » spatial et temporel, d’ordre paysager, fonctionnel ou politique.

La « Trame verte et bleue » de la métropole de Lyon

tag

 

La trame verte et bleue (TVB) rendue obligatoire par les lois Grenelle (9 août 1999 et la loi n° 2010-288 12 juillet 2010) est présentée comme un outil d’aménagement durable du territoire qui participe à la transition écologique et énergétique de nos sociétés. Elle vise à une meilleure intégration de la biodiversité dans les activités humaines.

La métropole lyonnaise – 59 communes et 1,3 million d’habitants – a une histoire marquée par le Rhône et la Saône dont la présence a contribué à son développement économique au fil des siècles (abattoirs, industrie pétrochimique…). La presqu’île formée par la confluence, inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1999, est centrale dans le tissu urbain et concentre depuis le début des années 2000 des projets de renouvellement urbain liés aux cours d’eau : « Rives de Saône », « Berges du Rhône » et « Lyon-Confluence » (carte). Aujourd’hui, la TVB se matérialise par une cartographie à l’échelle de la parcelle et une politique de préservation et de restauration à l’échelle du territoire. Ainsi, le SCoT 2030 prône une politique globale pour les fleuves déclinée en trois axes (photos) : la préservation de la valeur écologique, la mise en valeur des espaces en eau et le développement de l’usage de la voie navigable.

 

2. Regards sur différentes formes de la transition 

Deux périodes particulières que l’on qualifie de transition, ont permis d’enrichir les formulations théoriques du changement et d’en déplacer les objets : la transition à la fois temporelle et spatiale en Europe de l’Est dès les années 1980 qui a fait émerger les notions d’entre-deux, d’intermédiarité ; la transition écologique dans les sociétés occidentales actuelles, qui renvoie à un changement des modes de consommation mais aussi des politiques publiques, comme en témoignent par exemple les villes en transition.

Transition, entre-deux et intermédiarité en Europe

La « transition » désignait à la fin de la guerre froide les transformations dites « systémiques » à l’œuvre dans les anciens pays de l’Est. Elle signifiait le passage d’un système à un autre, à savoir de l’économie planifiée à l’économie de marché, et la sortie de régimes autoritaires vers la démocratie, et reposait sur une conception linéaire d’un temps qui progresse vers un état d’arrivée supposé connu. Or en Europe médiane, les sciences humaines ont mis en évidence une conception plus complexe et moins linéaire du temps. Par ailleurs, le niveau local réagit très diversement aux mutations d’ensemble du système.

Les notions d’entre-deux ou d’intermédiarité conviennent donc mieux pour qualifier le changement en Europe médiane depuis les années 1990. En effet l’espace intermédiaire se définit à la fois par un rapport relationnel doublement périphérique avec les espaces qui l’encadrent et le polarisent, et par un état transitionnel entre des états, des moments historiques, ce qui lui confère des propriétés singulières. Là où l’histoire retient des événements et des dates qui font rupture, l’espace fonctionne en accumulant plusieurs rythmes et étapes du changement, ce qui s’inscrit dans les structures spatiales intermédiaires.

La soudaineté et l’ampleur de ces mutations ont donné lieu à des configurations spatiales « de transition » bien repérables, par exemple dans les espaces publics urbains.

Les espaces publics à l’épreuve de la transition à Varsovie
  Lydia Coudroy de Lille transition urbaine à Varsovie photographie de 1997 Lydia Coudroy de Lille transition urbaine à Varsovie photographie de 2011  

Gauche : Dans les années 1990, l’instauration de l’économie de marché en Pologne a provoqué l’envahissement de l’espace public par un commerce de bazar (à gauche sur la photo). En 1997, une halle est construite pour contenir spatialement ce commerce, propriété d’un homme d’affaires qui a fait fortune sur ce créneau économique. À droite sur la même photo, le chantier de construction d’une des deux autres halles occupant la « plac Defilad » au pied de l'emblématique Palais de la culture. Cliché : L. Coudroy de Lille, 1997

Droite : En 2011, l'économie de bazar a cédé au terme d'un long bras de fer avec la municipalité, dans une capitale en voie de normalisation et de métropolisation. L'emplacement est réservé au futur musée d'art contemporain. Cliché : L. Coudroy de Lille, 2011.

Des villes durables aux villes en transition

La transition peut être lue comme un nécessaire changement, une rupture, à la fois des modes de production et de consommation, voire du système global. Elle renvoie alors à un changement des pratiques et de l’adaptation des sociétés mais aussi du politique, ce que propose le mouvement des villes en transition. Celui-ci naît au Royaume-Uni en 2006 autour du modèle de la permaculture, entendue comme « un ensemble de pratiques et de modes de pensée visant à créer une agriculture plus soutenable et intégrant l’aménagement du territoire, la rénovation urbaine, l’étude du paysage, etc. ».((Holmgren, David/Mollison, Bill, Permaculture One: A Perennial Agriculture for Human Settlements, Melbourne 1978.))D’après le réseau international des villes en transition, on compte aujourd’hui près de 2 000 initiatives dans le monde dans 40 pays. Si les « villes en transition » sont peu définies, elles promeuvent des modes de vie moins dépendants des ressources énergétiques ainsi que l’expertise politique de la ville et la participation citoyenne.

 
La permaculture, l'un des piliers du mouvement des villes en transition
 
photographie permaculture jardin Coudroy 2014 permaculture schéma explicatif dessiné, traduit en français

Photographie : Préparation d'un jardin en permaculture, Monts du Pilat, Loire, 2014. Cliché : L. Coudroy de Lille.
Dessin : Permaculture d'une tasse de thé. D'après London Permaculture, Flickr

Conclusion

Par sa capacité à articuler les échelles locales et globales, la géographie a nuancé et critiqué la dimension temporelle de la notion de transition, parce qu’elle supposerait une linéarité du temps. D’autres termes ont donc été mobilisés pour rendre compte de sa dimension spatiale : entre-deux, espaces intermédiaires, trajectoire, bifurcation. L’introduction récente des vocables de la transition dans les politiques publiques (transition écologique, énergétique) contribuent à l’émergence de nouveaux travaux, dont des géographes commencent à se saisir.

 

Pour compléter :

Quelques références
  • Bourg Dominique, Papaux Aurélien (dir.), 2015. Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF, 1088 p.
  • Krauz Adrien, 2014. « Les villes en transition, l’ambition d’une alternative urbaine », Métropolitiques
  • Mathevet Raphaël, Bousquet François, 2014. Résilience et environnement. Penser les changements socio-écologiques, Paris, Buchet Chastel, 176 p.
  • Pierre Geneviève, Madeline Philippe (éd.), 2015. « Les campagnes dans la transition énergétique », Géocarrefour, 90/4
  • Scarwell Helga-Jane, Leducq Divya, Groux Annette (dir.), 2015. Réussir la transition énergétique, Villeneuve d’Asq, Septentrion, 314 p.
Sitographie

 

 

Lydia COUDROY DE LILLE
professeure de géographie, université Lumière Lyon 2, laboratoire EVS

Anne RIVIÈRE-HONEGGER
directrice de recherche CNRS, ENS de Lyon, laboratoire EVS

Lisa ROLLAND
ATER en géographie, université Jean Moulin Lyon 3, laboratoire EVS

Anaïs VOLIN
doctorante contractuelle en géographie, réseau « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung », université Lumière Lyon 2, laboratoire EVS

 

Conception et réalisation de la page web : Jean-Benoît Bouron.

 

Pour citer cet article :
Coudroy de Lille Lydia , Rivière-Honegger Anne, Rolland Lisa, Volin Anaïs, 2017. « Notion à la une : transition », Géoconfluences, mis en ligne le 16 février 2017
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/notion-transition

Retour en haut de page

Actions sur le document