Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques À la une Notion en débat Notion en débat : production de l'espace

Notion en débat : production de l'espace

Publié le 18/02/2019
Auteur(s) : Matthieu Adam, Postdoctorant - Université de Lyon
Construit par les sociétés humaines, l’espace est un produit. Mais il n’est pas un produit comme les autres, puisqu’il agit en retour sur les sociétés qui l’ont produit. Après avoir rappelé l’apport des marxistes et en particulier d’Henri Lefebvre dans l’étude de l’espace comme produit, l’auteur démontre l’intérêt actuel de la notion de production de l’espace pour analyser les actions et les discours des acteurs spatiaux, et plus particulièrement des acteurs de l’urbain.

Bibliographie | citer cet article

L’espace est une notion centrale en géographie, mais elle peut parfois apparaître sinon comme une évidence, au moins comme un donné. L’espace comme évidence masque un aspect important de la notion : l’espace est un construit, en tant que l’espace étudié en géographie est nécessairement l’espace des sociétés humaines. C’est ce qui a poussé les chercheurs à parler de production de l’espace, d’abord dans la continuité d’Henri Lefevbre et dans une acception marxiste. Cet article vise à montrer que l’expression « production de l’espace » garde tout son sens aujourd’hui, et qu’elle reste opérante même dans un contexte qui a peu à voir avec celui des années 1960 et 1970 pendant lesquelles elle a émergé.

 

1. L’espace, un produit des sociétés

Guy Di Méo nous offre une définition de la production de l’espace, en première approche :

«

« Ce vocable exprime l’idée que l’espace géographique, en tant que réalité terrestre et que sa représentation psycho-sociale, ne constitue pas un donné naturel, mais, comme le temps, une réalisation collective des sociétés » 

Guy Di Méo, 2003, p. 746

»

Cette première définition établit que la production de l’espace ne se réduit pas à sa construction matérielle, ni au processus économique de la fabrication de biens, mais s’élabore dans une dynamique sociale et idéelle. S’intéresser à la production de l’espace, c’est affirmer que celui-ci n’est pas une réalité passive, un donné, mais bien un produit collectif reflétant les valeurs et les représentations de ceux qui le façonnent. La question de la production de l’espace ne se limite donc pas seulement à des enjeux matériels ou économiques.

Le champ de la recherche sur la production de l’espace a été défriché par Henri Lefebvre (2005 (1974)). Dans une approche marxiste, il décrivait l’espace de son époque comme aliéné par le mode de production capitaliste bureaucratique et l’impossibilité pour les usagers de maîtriser les propriétés de leurs espaces de vie (2009 (1968)). Si la manière d’aménager l’espace a considérablement changé depuis les années 1970, la réflexion sur la production de l’espace, particulièrement de la ville, et son lien avec le capitalisme, demeure une référence. Si elle mérite d’être confrontée avec des évolutions récentes, elle permet de bien poser les cadres d’une réflexion sur la ville en train de se faire.

Revenons tout d’abord sur le double sens du terme « production ». Pour Henri Lefebvre, qui reprend cette distinction de Karl Marx, la production a un sens étroit et un sens large. Le sens étroit est celui de la production matérielle des biens et des marchandises. Le sens large inclut à la fois l’espace-produit et l’espace-producteur. Il n’y a pas sur ce point de spécificité de l’espace. Ce sens large souligne simplement la dimension rétroactive de toute production : les effets peuvent rétroagir sur les causes qui les ont provoqués.

 

2. Penser la production de l’espace pour penser la ville

L’espace révèle les enjeux et le mode de spatialisation de la société qui le produit (Shields, 1991), puis le mode de production qui l’engendre. Il y a bien rétroaction des effets (l’espace produit) sur la cause (la production de l’espace). Penser l’espace urbain comme produit-producteur renforce selon nous l’utilité de la notion de production de l’espace pour penser la ville en train de se faire et pour comprendre les spécificités de son mode de production actuel, le projet urbain.

 
Encadré 1. Le projet urbain

Dans sa thèse, Matthieu Adam (2016) étudie les éco-quartiers de Bottière-Chénaie à Nantes et Confluence à Lyon pour montrer comment certains préceptes du néolibéralisme s’appliquent à la production de l’urbain. Pour lui, l’un des symptômes de cette phase est la multiplication de mots d’ordres tels que projet, développement urbain durable, participation, mixité sociale (voir aussi la notion à la une de Géoconfluences consacrée à la ville durable). Or il y a un décalage important entre le sens de ces mots et le contenu réel des opérations d’urbanisme qu’ils recouvrent. Le fonctionnement en projets (au pluriel, plutôt conçus comme des opérations limitées dans le temps et dans l’espace que comme un projet, au singulier, qui aurait alors une dimension collective et donc politique) s’applique à de nombreux domaines de la production. En ce qui concerne l’urbanisme, la notion de projet apparaît dans les années 1960, en rupture avec le fonctionnalisme. Elle est de plus en plus mobilisée dans les décennies suivantes avant, puis se généralise à partir des années 1990.

Jean-Benoît Bouron, d'après la thèse de Matthieu Adam.

 
 

Matthieu Adam — Mac Donald et Confluence

À Lyon Confluence, projet emblématique de la production de l'urbain durable, amoncellement de sacs de fast-food lors de l'inauguration du centre commercial du même nom. Cliché : Matthieu Adam, 2013.

 

Pour Henri Lefebvre, l’espace réel est celui de la pratique sociale, autrement dit l’espace en train de se faire. Pour le comprendre, il s’agit de dépasser la simple description de l’espace et de montrer comment il est produit, à partir des rapports sociaux que l’espace masque autant que de ceux qu’il révèle (Lussault 2009). Au-delà des considérations sur le processus actuel de production, le mode projet, il convient de mettre en exergue la spécificité de l’activité de production de l’espace. Si la ville contemporaine est essentiellement conçue selon une logique marchande, comme un bien de consommation répondant à la loi de l’offre et de la demande (Harvey 2010), l’espace n’est pas un produit de consommation comme les autres. « L'espace n'est pas produit comme un kilo de sucre... L'espace est un rapport social inhérent aux rapports de propriété et aux forces productives. Produit qui se consomme, il est aussi moyen de production. Il ne peut se séparer ni des forces productives, des techniques et du savoir, ni de la division du travail social qui le modèle, ni de la nature, ni de l'État et des superstructures » (Lefebvre 2005, p. 102). En tant que construction sociale, l’espace ne peut donc être appréhendé comme un produit banal, car il n’est pas uniquement le réceptacle des activités humaines, mais en est aussi la condition d’existence. Celles-ci ont en effet inexorablement une composante spatiale, qu’il s’agisse d’activités de production ou simplement de relations sociales.

 

3. Production, construction, ou fabrication de l’espace ?

Le terme de production est parfois considéré comme daté (Di Méo, 2003b), référant implicitement à une analyse marxiste de la société aujourd’hui peu en vogue. C’est pourquoi des auteurs lui préfèrent les termes a priori moins politisés de « construction » (Lussault, 2007), de « fabrication » (Toussaint et Zimmermann, 2001) ou de « fabrique » (Noizet, 2013)((Témoignage de la tendance récente, une notice « Fabrique urbaine » a fait son apparition en 2013 dans la réédition du Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés alors qu’elle ne figurait pas dans la première édition parue dix ans plus tôt. Plus généralement, l’expression « La fabrique de… » est à la mode en sciences sociales. Son usage est devenu de plus en plus courant lors des deux dernières décennies comme le remarque le sociologue Baptiste Coulmont sur son blog.)). Il y a pourtant de bonnes raisons de continuer à l’utiliser. La première vient de l’actualité que conserve l’œuvre d’Henri Lefebvre, comme le montrent les parties 1 et 2 de cet article. La deuxième raison est liée à la domination actuelle de la ville comme un produit (Berdet, 2013 ; Soja, 1996) conçu, mis en œuvre et valorisé dans une logique marchande et commerciale. Si la ville est un produit, il semble logique de travailler sur son processus de production. La troisième raison est liée au concept même de production. L’action d’aménagement de l’espace est avant tout une action de production dans le sens où elle se définit comme une modification intentionnelle d’un espace dans le but d’atteindre un objectif (ce en quoi elle est téléologique) fixé par un ou des commanditaire(s), qui y recherchent une plus-value, elle se réalise enfin par l’enchaînement d’étapes et de procédures. Ainsi, « derrière toute opération urbaine il y a toujours un ouvrage à définir et à réaliser, des compétences à mobiliser, des contraintes à gérer, des finalités à définir, des objectifs à atteindre. C'est en ce sens que nous parlons de dimension productive » (Arab, 2001, p. 57).

 
Encadré 2. Henri Lefebvre

Henri Lefebvre (1901-1991) est un philosophe et sociologue français. Marxiste hétérodoxe (il est exclu du PCF en 1958 en raison de son anti-stalinisme), penseur prolifique, il contribue à développer un matérialisme dialectique qui intègre une réflexion sur l'espace et l'urbanisation. Le premier tome (1947) de sa trilogie Critique de la vie quotidienne compte parmi les influences de l'Internationale situationniste et est souvent considéré comme l'un des textes matriciels du soulèvement de mai-juin 1968. Au cours des décennies 1960 et 1970, il consacre de nombreux ouvrages à la question spatiale, s'intéressant d'abord aux enjeux ruraux avant de focaliser ses travaux sur l'urbanisme. Il forge d'abord la notion de droit à la ville avant de s'intéresser à l'espace comme produit et producteur politique et matériel des sociétés. Précurseur de la sociologie urbaine contemporaine, il cofonde avec Anatole Kopp la revue Espaces et sociétés en 1970. Ses travaux trouvent aujourd'hui des prolongements dans les recherches de géographes, sociologues et anthropologues francophones et anglophones.

Matthieu Adam

 

Utiliser le terme de production procède d’une tentative de réponse aux « théories sur le projet urbain [qui] rejoignent celles de la gouvernance pour désigner le projet comme une logique de coproduction de la ville » (ibid.) mais qui, à trop insister sur les bienfaits du « co », « évacuent la dimension productive qui caractérise nécessairement l'aménagement urbain » (ibid.). La production est en quelque sorte un impensé actuel des études urbaines qui sont « essentiellement centrées sur la formulation et la mise en œuvre des politiques urbaines à l'échelle de la ville ou de l'agglomération » (ibid., p. 61). Elles se concentrent ainsi sur l’étude du système d’acteurs qui préside à ces politiques et font le plus souvent l’impasse sur les autres aspects de la production de la ville, que sont sa réalisation, sa gestion et sa conception. La prise en compte de ces aspects implique d’étudier la production de l’urbain au-delà des seules actions des acteurs traditionnels que sont les élus et leurs conseillers, les fonctionnaires, les concepteurs (architectes, urbanistes, paysagistes) et les aménageurs publics et privés (bailleurs sociaux et promoteurs immobiliers) ou les opérateurs de transport public. Il semble aujourd’hui nécessaire d’intégrer aussi à l’analyse l’influence de prescripteurs de solutions sociotechniques aussi nombreux et variés que les gestionnaires d’actifs financiers, les fournisseurs de service urbains (parkings, vélos en libre-service, etc.), les bureaux d’études techniques, les consultants de domaines divers ou encore les associations d’usagers.

Les travaux de conceptualisation de la production de l’espace d’Henri Lefebvre semblent offrir un cadre adapté à l’analyse de la ville contemporaine. Il est toutefois nécessaire d’élargir la conception lefebvrienne de l’espace. Pour cet auteur, comme pour la plupart des intellectuels marxistes, l’espace se résume au résultat des rapports de production : ce sont les structures de production qui instaurent et conditionnent totalement l’espace matériel et l’espace social.

C’est ici que transparaît, me semble-t-il, la principale faiblesse de cette approche qui, poussée à son paroxysme, tend à faire de l’espace en tant que tel un objet d’étude secondaire. Henri Lefebvre établit l’existence d’une boucle rétroactive entre l’espace et sa production et il fait de l’espace un produit pas comme les autres dans La production de l’espace, après s’être intéressé à son habitation et aux possibilités de son appropriation dans Le droit à la ville (2009 (1968)) et La révolution urbaine (1970). Mais il détermine tellement l’espace en fonction de sa production qu’il finit parfois par en faire un objet abstrait, plus ou moins exclu de ce qu’il observe. Il s’agit ici de défendre l’idée que, pour étudier l’espace, on ne peut se contenter d’en décrire le mode de production et que, inversement, celui-ci ne peut pas s'étudier seulement en observant, depuis le bas, les espaces produits. Lorsqu’on s’intéresse à la production de l’espace, il semble aussi important d’étudier l’espace pour lui-même, ce qui conduit à l’approcher sous d’autres angles, notamment celui de sa réception. Pour Henri Lefebvre, la ville réelle s’oppose à la ville idéale, celle du « droit à la ville » (Lefebvre 2009 (1968)). Quand la seconde serait une valeur d’usage hors marché, la première est, comme reflet de la société capitaliste qui l’engendre, une marchandise, un produit. La ville est à la fois le fruit des rapports sociaux et des rapports de production et une de leurs conditions d’existence. La production de l’espace consiste aussi en la récupération par ceux qui le produisent des aspirations de ceux à qui ils le destinent. La connaissance des mécanismes et de la structuration de la production de l’urbain n’est donc pas suffisante pour la saisir dans son entier : elle ne saurait être décrite par une stricte observation des organisations. C’est pourquoi nous devons penser les rapports qu’entretiennent les producteurs avec l’objet de leur action et interroger les registres de représentations qu’ils incorporent dans leur production autant que celle-ci les influencent.

La production et la consommation de l’espace sont encore questionnées sous différents angles, dans la continuité de la voie ouverte par Henri Lefebvre, et tout en la discutant. Les travaux les plus nombreux portent sur la gestion managériale de la ville à travers le mode de production par projets. Certains chercheurs tentent de théoriser l’évolution de la production de l’espace en tant qu’elle est inséparable des enjeux et des luttes politiques ainsi que des rapports de production capitalistes extérieurs à la production même de l’espace (Brenner, Marcuse et Meyer, 2011 ; Davis et Monk, 2008 ; Harvey, 2010 ; Shields, 1991).

 

Conclusion

On peut estimer à la manière d’Augustin Berque que « les sociétés aménagent leur environnement en fonction de l’interprétation qu’elles en font, et [que] réciproquement elles l’interprètent en fonction de l’aménagement qu’elles en font » (1995, p. 15). L’espace révèle autant la vision du monde dominante dans la société qui le produit que l’inverse (Shields, 1991 ; Mumford, 2011 (1964)). L’étudier conjointement à sa production est alors un bon moyen pour éclairer les mutations historiques et les variations géographiques du capitalisme.

 


Bibliographie

  • Adam, Matthieu (2016), La production de l’urbain durable. L’enrôlement des concepteurs et des habitants par l’intégration des contradictions, Thèse de doctorat, Université de Tours, 534 p
  • Arab, Nadia (2001), « La coproduction des opérations urbaines : coopération et conception », Espaces et sociétés, n° 105-106, p. 57‑82.
  • Berdet, Marc (2013), Fantasmagories du capital. L’invention de la ville–marchandise, Paris, Zones, 256 p.
  • Berque, Augustin (1995), Les raisons du paysage. De la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris, Hazan, 192 p.
  • Brenner, Neil, Marcuse, Peter et Mayer, Margit (dir.). (2011), Cities for People, Not for Profit: Critical Urban Theory and the Right to the City, Abingdon, Routledge, 296 p.
  • Davis, Mike et Monk, Daniel B. (dir.) (2008), Paradis infernaux : les villes hallucinées du néo-capitalisme, Paris, Les prairies ordinaires, 315 p.
  • Di Méo, Guy (2003), « Production de l’espace », in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 746–747.
  • Harvey, David (2010), Géographie et capital. Vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Syllepse, 280 p.
  • Lefebvre, Henri (2009, 1ère éd. 1968), Le droit à la ville, Paris, Economica, 135 p.
  • Lefebvre, Henri (2005, 1ère éd. 1974), La production de l’espace, Paris, Economica, 512 p.
  • Lefebvre, Henri (1970), La révolution urbaine, Paris, Gallimard, 256 p.
  • Lussault, Michel (2009), De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 220 p.
  • Lussault, Michel (2007), L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 400 p.
  • Mumford, Lewis (2011, 1ère éd. 1964), La cité à travers l’histoire, Paris, Agone, 922 p.
  • Noizet, Hélène (2013), « Fabrique urbaine», in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 389–391.
  • Shields, Rob (1991), Places on the Margin. Alternative Geographies of Modernity, New York, Routledge, 352 p.
  • Soja, Edward William (1996), Thirdspace: Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places, Cambridge, Wiley-Blackwell, 348 p.

 

 

 

Ce texte s’inspire des pages 133 à 136 de la thèse de l’auteur : La production de l'urbain durable. L'enrôlement des concepteurs et des habitants par l'intégration des contradictions, 2016. 

Matthieu Adam
Postdoctorant, LabEx Intelligences des Mondes Urbains, Université de Lyon, UMR LAET

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :

Matthieu Adam, « Production de l'espace », Géoconfluences, janvier 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/production-de-lespace/

 

Actions sur le document