Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Veille / Brèves / [Poisson d'avril] Les bureaux de Géoconfluences déménagent de Lyon à Doubaï

[Poisson d'avril] Les bureaux de Géoconfluences déménagent de Lyon à Doubaï

Publié le 01/04/2022
Depuis que l’État a ouvert le capital de Géoconfluences aux actionnaires privés (2016) et que l’action du site est cotée en bourse (2019), l’internationalisation du site de ressources pour les enseignants se poursuit. À l’étroit dans les locaux de l’ENS de Lyon, une partie des 5 500 salariés du groupe Géoconfluences déménage dans le DIFC (Dubai International Finance Center). Désormais, Géoconfluences n’est plus seulement le lieu d’où observer la mondialisation, mais celui où elle se déroule.

Le DIFC à Doubaï, qui accueillera les futurs locaux de Géoconfluences, regroupe un centre d’affaire, un centre commercial (mall) et des espaces de loisirs.

 

La stratégie de Géoconfluences vise à la fois la performance et l’agilité, dans l’environnement hautement concurrentiel de l’édition numérique d’articles scientifiques en géographie, où la capacité à pivoter et à générer de l’attractivité sont à la fois des enjeux et des ressources. Pour enlever la décision, la holding EGGS (Emirates Geographic & Geologic Society), minoritaire au sein du groupe Géoconfluences, a dû peser de tout son poids et offrir des garanties à l’actionnaire principal, l’État français, qui y voit aussi une façon d’assurer son rayonnement et son soft power.

Dans ses nouveaux locaux, le site va pouvoir renforcer le secteur DNL (qui s’appellera désormais « International ») avec plus d’articles en anglais notamment. Les bureaux situés à l’ENS de Lyon ne seront pas abandonnés mais seront resserrés autour de la stratégie, de l'innovation et de la recherche et développement. Dans l’ensemble, les effectifs seront étoffés : l’équipe de relecture ortho-typographique passera d’une personne actuellement à un service de 150 personnes, pour des articles avec toujours moins de coquilles et toujours plus d'espaces fines insécables.

L’objectif est aussi d’augmenter la productivité du site, pour passer d’environ 60 articles scientifiques publiés chaque année à au moins 350 articles, et passer le rythme d’envoi de la lettre d’information de mensuel à quotidien. L’ouverture d’une chaîne de télévision en continu en cinq langues, diffusant exclusivement des actualités géographiques, complétera le dispositif afin d’asseoir la domination du groupe sur le secteur de la médiation scientifique.


>>> Au fait, Doubaï ou Dubai ? Voyez notre Guide de la graphie des toponymes pour comprendre notre choix.

Vous l'aviez bien compris, c'était un (très gros) poisson d'avril... Comme l'affaire du changement des numéros de départements,  les nouvelles règles de sémiologie graphique ou la loi sur la patrimonialisation de la France.

 

Actions sur le document