Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Densité

Densité

Publié le 13/12/2012

D'une manière générale, la notion de densité désigne de manière qualititive ou quantitative l’intensité d’un phénomène. De manière pratique, c'est le rapport entre un indicateur statistique, un nombre d'« individus » (au sens statistique : nombre d'habitants, de médecins, de logements, d'unités de production, etc.) ou d'autres paramètres (tels que le déroulé linéaire d'un réseau autoroutier par exemple) et une surface. La qualification des densités (fortes, moyennes ou faibles) est toujours relative à un type d'espace, aux ressources d'un lieu donné, à une certaine époque.

Les densités démographiques, habituellement exprimées en habitants par kilomètre carré (hab./km²) fournissent un objet de réflexion majeur au géographe. Elles traduisent un aspect important des rapports des sociétés humaines à l’espace, parce qu’elles sont à la fois expression et facteur :

  • expression des rapports des sociétés à la nature par le biais des techniques de production, résultats de processus d’évolutions internes des sociétés et du jeu des interactions qui mettent en cause leurs structures, leurs mémoires, leurs environnements et qui impliquent des temporalités variées.
  • facteur, puisque la densité d’occupation de l’espace que chaque génération trouve devant elle pèse lourdement sur les possibilités qu’elle a et qu'elle aura d’agir. Les systèmes de production nécessaires et souhaitables, les actions d’aménagement, toutes sortes de choix sont pour une part contraints, ou au moins influencés par  la densité d’occupation de l’espace héritée des périodes antérieure.
     

Dans le contexte des réflexions contemporaines autour du développement durable, la question de l'optimisation des densités humaines en fonction de ce que peut supporter un territoire du point de vue de ses ressources mais aussi de ses risques de congestion (déchets, gestion des mobilités) est posée. Elle donne lieu à un débat intense et non résolu sur les « méfaits » de l'étalement urbain et les « vertus » de la ville dense ou compacte. Jacques Lévy oppose ainsi deux modèles sociétaux : le modèle de Johannesbourg et le modèle d'Amsterdam (Lévy, 1997), en précisant qu'il n'est pas question de hiérarchiser ces deux choix de société, précaution qui par la suite a parfois été oubliée. La ville dense n'est pas nécessairement durable et certains auteurs la présentent comme une « fausse bonne idée » (Féré, 2009). 

À l'échelle intra-urbaine, la densité urbaine est un outil utilisé couramment par les urbanistes. Elle établit le rapport du nombre d'habitants par unité de surface. D'autres mesures de densité peuvent être utiles comme la densité de logements, les densités résidentielles. Quant à la densité de construction, exprimée en mètres carrés de plancher par unité de surface, elle représente le coefficient d'occupation des sols (COS) très utilisé dans l'élaboration des plans d'urbanisme.
Mais, pour établir ces mesures, quelle surface prendre en compte : la parcelle, l'îlot, le quartier ? Faut-il inclure ou exclure les équipements publics, la voirie, les espaces verts, les zones d'activité ? Ainsi est-on amené à distinguer différents types de densité, brute ou nette.

 

Références citées
  • Jacques Lévy, « Penser la ville : un imperatif sous toutes les latitudes », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien [En ligne], 24 | 1997, mis en ligne le 28 février 2005, consulté le 10 octobre 2017.
  • Cécile Féré, « Villes rêvées, villes durables ? », Géocarrefour, Vol. 85/2 | 2010, 182-184, compte-rendu de Éric Charmes, T. Souami, Villes rêvées, villes durables, Gallimard (coll. Découvertes), 2009.
     
Pour compléter avec Géoconfluences

 

(ST, MCD, JBB) Mise à jour : octobre 2017