Vous êtes ici : Accueil Glossaire Télécommunications et technologies de l'information et de communication (TIC)

Télécommunications et technologies de l'information et de communication (TIC)

Publié le 11/03/2013

Étymologiquement « communication à distance », les télécommunications recouvrent les situations de communication immatérielle et distante, excluant ainsi la communication présentielle. À la différence des transports, elles ne supposent pas de déplacement matériel autre que celui des ondes électro-magnétiques. Les télécommunications peuvent, de nos jours, être multisensorielles (images, sons, textes), multimédias.

Le croisement des télécommunications et de l'informatique, a permis l'essor des technologies de l'information et de communication (TIC) dont les effets dans l'organisation spatiale des sociétés se font d'ores et déjà sentir à travers : l'essor du télétravail (travail à distance de l'ensemble des acteurs d'une production), les délocalisations d'activités de service (centres d'appels) et les téléservices, le processus de filialisation des sociétés transnationales, etc. De nouvelles formes de mobilités et de localisations sont ainsi produites.

Dans la sphère industrielle, l'Internet, les réseaux d’entreprises intranets et extranets, les réseaux de télécommunication privatifs (virtual private network), permettent le travail collaboratif à distance, la délocalisation d’activités de type back office, l’externalisation de tâches de gestion (infogérance) et ils facilitent l’implantation de filiales à l’échelle internationale.

L'ère des TIC et du temps réel, de l'immédiateté, est celle de la ville globale ou du « village global » (Mac Luhan), celle de la mondialisation (ou globalisation). La généralisation de la diffusion des TIC peut-elle amener à une ère d'indifférenciation et de neutralité spatiales, d'isotropie généralisée ? De quelle manière conduit-elle le géographe à revisiter des notions telles que celles de distances, de réseaux, de territorialité, de mobilité ? Quel est l'impact des réseaux de télécommunications sur les phénomènes de concentration des hommes et des activités, sur leurs circulations, sur la localisation des entreprises et de la main d'oeuvre ? Ces technologies ont créé les conditions d'une plus grande mobilité humaine, de formes différentes d'interactivité et de nomadisme, une flexibilité accrue des entreprises et du travail. Il s'agit de moins en moins de parcourir une distance mais de contrôler et d'agir à distance. Les réseaux générés par les TIC peuvent-ils alors contribuer à redistribuer les cartes entre villes et campagnes, villes et banlieues, pays du Nord et pays du Sud ?

Pour prolonger

(ST) 2004