Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques Les relations nature-sociétés face au changement global Articles scientifiques Le paysage sous-marin existe-t-il ? De la connaissance à la reconnaissance d’un concept émergent

Dossier : Les relations nature-sociétés face au changement global

Le paysage sous-marin existe-t-il ? De la connaissance à la reconnaissance d’un concept émergent

Publié le 05/12/2018
Auteur(s) : Yves Petit-Berghem, Docteur et HDR en géographie - Professeur à l'École Nationale Supérieure de Paysage (Versailles-Marseille)
Tiphaine Deheul, Consultante environnement et paysage
Le milieu sous-marin n’est exploré que depuis très récemment et la question de son paysage est une notion qui fait encore débat. Le paysage sous-marin soulève des enjeux tenant à son accessibilité et à sa mise en valeur. Il interpelle le scientifique soucieux d’investiguer un sujet qu’il connaît mal et présente un intérêt pour les géographes et les enseignants pour peu qu’il fasse l’objet d’une méthodologie transdisciplinaire permettant de l’appréhender.

Bibliographie | citer cet article

Traditionnellement, les travaux des géographes ont privilégié les portions terrestres des littoraux et se sont moins intéressés aux espaces marins (mers et océans) alors qu’ils constituent une immense ressource permettant d’en faire des hauts lieux de nature et de biodiversité.

Cette frange littorale sous-marine n’en constitue pas moins un espace investigué par les chercheurs qui y trouvent un objet d’étude intéressant (Clément, 2012 ; Deheul, 2016 ; Le Du-Blayo, 2014 ; Musard et al., 2007 ; Musard et al., 2014a). Les géographes se sont d’abord intéressés à la morphologie littorale puis à la cartographie des fonds marins leur permettant d’identifier des formes et d’appréhender la dynamique du système côtier. L’approche naturaliste les a conduits à analyser la couverture végétale et à travailler avec des biologistes marins en établissant une lecture d’unités biogéographiques en interaction les unes avec les autres. Plus récemment, ils en ont livré une définition plus anthropocentrée plaçant l’homme au cœur d’un processus de territorialisation où se déploient des pratiques liées à la richesse patrimoniale et identitaire du territoire observé (Deboudt et al., 2014 ; Parrain, 2012 ; Robert, 2011). Territoire encore méconnu, la frange littorale sous-marine se structure socialement et économiquement autour d’images et de représentations où se mêlent esthétisme, émotions et sensibilités. Si cette mise en scène confère une valeur d’existence au paysage sous-marin, elle n’en donne pas une définition claire, qui soit commune et acceptée par la communauté scientifique (Jolly, 2017 ; Musard et al., 2014 b).

Dans ce contexte peu favorable, le paysage fait pourtant l’objet d’une forte attente sociétale, même si elle n’est pas toujours facilement identifiable. Le grand public et un certain nombre d’acteurs issus de la société civile se mobilisent souvent dans le cadre de réactions à des projets (éoliennes, infrastructures…)…)((Voir dans le même dossier l’article d’Annaig Oiry : « Développer les énergies marines renouvelables sur la façade atlantique française : entre contestation et planification », novembre 2018)) et les médias attirent l’attention du public sur des dérives mettant en péril la beauté des océans (Guézel et al., 2009 ; Petit-Berghem, 2013). Les enjeux sont liés pour une grande part à la gestion durable des milieux et aux prospectives de politiques publiques (exploitation, valorisation, protection). Ces enjeux sont d’autant plus forts en bordure du continent car les paysages sous-marins littoraux sont les plus accessibles et font l’objet d’une mise sous pression croissante.

Face à ces difficultés, l’obstacle que constitue la relative complexité du paysage, avec la méconnaissance et l’incompréhension qui en résultent, doit se transformer en opportunité : les composantes matérielles du paysage tout comme celles issues des perceptions et représentations sociales sont en fait des réalités à même d’être objectivées (Luginbühl, 2012). Dans ces conditions, le paysage ne constitue-t-il pas un outil permettant d’intégrer de nouvelles dimensions culturelles et sociales à la gestion des territoires maritimes ? Comment le chercheur peut-il se saisir de cet outil et en faire un instrument de politique publique servant un double objectif de protection de la nature et de gestion durable des ressources ? Ces questions conduisent à articuler nos propos en quatre temps. La notion de paysage sous-marin est d’abord recontextualisée et mise en scène au filtre de la représentation qu’elle véhicule au fil du temps ; les progrès techniques permettent à la notion de se transformer progressivement en un concept qui peine toutefois à se définir clairement ; l’étude du paysage sous-marin n’est possible que par l’hybridation des savoirs et la co-construction des connaissances ; le paysage sous-marin est à la fois un objet d’étude mais aussi un outil permettant de rapprocher les hommes et de fédérer les actions ainsi que les projets en mer.

 

1. Émergence d’une notion peu étudiée en géographie

Tandis que les mers et les océans recouvrent une grande partie de la planète (Pézard, 2011), les scientifiques ne connaissent ni leur géographie précise, ni leur potentiel de ressources minérales et vivantes, ni leurs capacités à offrir un certain nombre d’aménités alors que le milieu marin est très affecté par les changements climatiques (Deboudt et al., 2014) et qu’il n’a jamais été une priorité lors des débats publics orientant les axes programmatiques et les grands projets d’investissement des gouvernements.

Face aux difficultés techniques et au peu de moyens alloués aux chercheurs en sciences humaines et sociales, les géographes n’ont pas privilégié une approche géographique intégrée de l’espace marin littoral et ont encore moins investigué les fonds marins qui sortaient du champ de leurs recherches consacrées à la mer, et plus globalement, aux faits maritimes et aux populations littorales mises en regard avec insularité, avec cadre juridique, avec tourisme ou économie littorale de sociétés entretenant une relation privilégiée avec la mer. Le paysage n’a pas été convoqué dans ces approches, sauf celui perçu depuis la terre ou depuis la mer, en se basant le plus souvent sur des lieux connus voire emblématiques (récifs, îlots, phares, etc.) identifiés et reconnus comme tels. Les réflexions n’ont pas cherché à analyser un paysage dont on connaissait déjà l’existence par le témoignage ou la représentation par l’image (Musard, 2003 ; Roux, 1997).

A contrario, sur terre ou en bordure de la mer, le concept de paysage a donné lieu à de nombreux débats épistémologiques et réflexifs contribuant à renouveler les méthodes et à faire avancer la discipline (Beroutchachvili et Rougerie, 1991 ; Bertrand, 2002 ; Bonin, 2004 ; Luginbühl, 2012). Les paysages littoraux marins ont fait l’objet de visions multiples et d’approches hybrides croisant les caractéristiques à la fois physiques et anthropiques des espaces côtiers. Face au changement climatique et aux conséquences induites en termes de risques pesant sur la frange littorale (érosion, inondation…), les géographes sont progressivement devenus des lanceurs d’alerte en appelant le législateur à renforcer la préservation des paysages littoraux dès lors qu’ils sont nécessaires au maintien des équilibres écologiques ou qu’ils présentent un intérêt écologique. Pour autant, les géographes n’ont pas étendu leurs réflexions en mer et les paysages sous-marins n’ont pas suscité autant de travaux. En dehors des travaux pionniers sur la morphologie côtière (encadré 1) et des sensations qu’offre une plongée sous la surface des eaux, le paysage sous-marin n’a pas fait l’objet d’études systématiques et la connaissance de ce paysage est en grande partie à construire.

 
Encadré 1 : un espace sous-marin prospecté par des géographes physiciens

Dans les années 1950-1960, la géographie physique portée par un petit groupe de chercheurs (André Guilcher, Fernand Verger, Roland Paskoff) investigue l’espace sous-marin par une retranscription de sa nature géologique, topographique et morphologique. Cette démarche conduit à considérer cet espace sous-marin comme le prolongement des littoraux, elle permet une retranscription du fond de la mer en coupe schématique et sa cartographie sur un plan vertical permet aux géographes d’identifier le relief et la dynamique du système côtier. Cette approche permet de rendre lisible ce qui échappe au regard, elle élude de fait le paysage qui n’est pas perçu mais simplement reconstitué par l’analyse cartographique. Il s’agit à l’époque d’une représentation qui évacue l’empreinte de l’homme et n’a d’intérêt que pour l’étude des processus géomorphologiques côtiers.

 

En conséquence, pour les géographes qui ne pratiquent pas la plongée et l’observation directe des fonds, le sujet ne peut être abordé qu’indirectement au travers de la représentation car chacun se fait une image de la mer à partir de sa propre expérience, sa culture personnelle mais également par les images et les discours véhiculés par la société.

Cette représentation du paysage sous-marin renvoyant à l’esthétique du sublime s’est construite au fil du temps.

L’histoire des représentations (encadré 2) montre que le rapport des hommes à la mer est ambivalent : vie-mort, sérénité-crainte, désir-répulsion. Il faut attendre le dix-neuvième siècle pour que l’innovation technique fasse évoluer cette représentation. Durant les années 1850, les premiers câbles télégraphiques sous-marins sont posés entre la France et l’Angleterre puis vers l’Irlande, la Belgique, les Pays-Bas, l’Algérie et enfin le Canada. Ces câbles étant parfois endommagés, ils étaient remontés à la surface pour réparation, ce qui permit la découverte d’animaux fixés à leur surface et bouscula l’idée que, du fait de la pression et de l’obscurité, il n’y avait pas de vie dans les abîmes. D’autres découvertes bouleversent les champs du visible et du sensible comme le montrent les premiers clichés sous-marins réalisés par le biologiste et photographe Louis Boutan (1854-1939) au début du vingtième siècle (Boutan, 1900) ou encore la sortie du film Paysage du silence de Jacques-Yves Cousteau en 1947.

 
Encadré 2 : Histoire des représentations paysagères (sous-)marines

À travers toutes les époques, on retrouve des pétroglyphes, gravures, estampes, peintures illustrant des hommes sur leurs bateaux, embarcations permettant de pêcher mais également de conquérir de nouveaux territoires plus rapidement.

Au British Museum, un bas-relief, datant du septième siècle avant J.-C. et provenant de Ninive en Mésopotamie, représente une birème, un navire de guerre sur une mer houleuse et poissonneuse. Plus tard, à Madrid, dans un manuscrit enluminé de la fin du douxième siècle : le Chronique de Skylitzès, un enlumineur a peint une technique de pêche appelé « pêche au lamparo ». Katsushika Hokusai au Japon est également très connu pour sa représentation de la force des éléments avec La Grande Vague de Kanagawa (1831).

La mer inspire d’un côté la crainte devant l’inconnu, par le risque d’invasion et les forces naturelles destructrices, de l’autre la sécurité par ses pêches parfois miraculeuses. Les mythologies et les écrits religieux témoignent de la fascination qu’elle suscite et vont propager une certaine méfiance vis-à-vis de ce milieu méconnu. On peut citer notamment Thalassa (la mer féconde), Céto (la bête marine) et Eurybie (la vaste violence) dans la mythologie grecque, le kraken (créature fantastique) dans la mythologie nordique, Isonade (monstre marin) dans la mythologie japonaise, le Léviathan dans la Bible dont la « double mâchoire » est garnie de « dents effrayantes » et faisant « bouillonner les profondeurs comme une marmite».

Les monstres fabuleux vont progressivement laisser place aux représentations plus adoucies ; la montée du romantisme dans la littérature transforme la mer en un conte féérique où la contemplation de la nature va de pair, chez les romantiques, avec la constitution d’un paysage.

À partir du dix-neuvième siècle, les œuvres littéraires et artistiques contribuent à faire évoluer la représentation en la connectant aux progrès techniques sans pour autant la détacher d’un imaginaire véhiculé par les arts et les légendes.

Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé dans une série d’ouvrage de vulgarisation publient en 1868 Le monde sous-marin où il est question de paysage dès les premières lignes.

Dans la continuité, l’Océan, monde inconnu et rempli de légendes et de mystères, est livré à l’imaginaire de Jules Vernes qui propose à travers Vingt mille lieues sous les mers et les aventures du Capitaine Nemo une « promenade » sous-marine avec une description des paysages engloutis mêlant à la fois détails scientifiques et émotions (figure 1)

Figure 1. Un paysage sous-marin entre nature et culture

Jules Verne paysage sous-marin

Un paysage sous-marin territorialisé par les scaphandriers, caractérisé par son relief, sa faune, sa végétation. Source : « Paysage sous-marin de l'île Crespo », illustration de Vingt mille lieues sous les mers (Jules Verne, 1870) par Alphonse de Neuville, 1871, Bibliothèque Nationale de France. Voir en grand | voir sur Gallica | notice du catalogue.

Avec Alphonse de Neuville, son illustrateur, Jules Verne participe grandement à diffuser une image fabuleuse du monde sous-marin et à réorienter les regards vers l’océan.

Cette fascination sera également véhiculée plus tard par d’autres formes de récit, plus imagées, notamment par la bande dessinée comme Le Trésor de Rackham le Rouge, le douzième album de bande dessinée des Aventures de Tintin publié en 1944.

Aujourd’hui, avec l’arrivée de l’imagerie haute résolution utilisée pour les films d’animation, les auteurs sont devenus plus réalistes dans leur description et représentation du paysage sous-marin. On peut notamment citer Le monde de Dory d’Andrew Stanton (2016), qui crée un paysage sous-marin extrêmement fidèle à la réalité, en prenant en compte la profondeur de vision, basée sur la turbidité de l'eau, le facteur humain avec l'apparition d'éléments de pollution, les courants océaniques, les variétés de couleurs, les variétés d'écosystèmes comme les récifs coralliens, les forêts sous-marines... Ces médias contribuent déjà à sensibiliser le public en général aux paysages sous-marins et à construire l'image qu'il en a.

 

 

La notion de paysage sous-marin est revisitée quand de nouvelles avancées techniques apparaissent. Grâce aux submersibles, les recherches récentes ont permis de mettre à jour des trésors miniers, énergétiques et biologiques insoupçonnés. Elles ont mise en évidence des formes de vie spectaculaires et inattendues, à l’image des vers et mollusques bivalves géants découverts autour des sources hydro-thermales sous-marines, ou encore des bactéries « chimiosynthétiques » vivant en symbiose avec des animaux, leur apportant tout ou partie de leur nutrition et leur permettant d’atteindre localement des biomasses très importantes. On peut aujourd’hui cartographier les fonds marins, analyser la colonne d’eau depuis la surface à l’aide d’engins autonomes, de forages ou de prélèvements recueillis sur des échantillons d’eau, de roches, ou d’organismes vivants (Duperron et Gaill, 2017). L’exploration des abysses se révèle mais, en dépit de ces avancées scientifiques, les paysages ne sont pas analysés dans le cadre d’une construction sociale car les scientifiques en font un objet ressource étudié par l’expert et déconnecté de la société (figure 2).

Figure 2. L’observation du paysage sous-marin sous le prisme de l’évolution des techniques
 

Tiphaine Deheul — illustration paysage sous-marin 2017

Illustration : Tiphaine Deheul, 2017.

La lecture des paysages sous-marins dépend de la position de l'observateur et de la profondeur de champ dont il bénéficie. Cet observateur se déplace au sein d'une masse d'eau ou à sa surface, avec des conditions aléatoires de visibilité et de lisibilité pouvant être modifiées par la topographie. À grande profondeur, l'exploration et l'étude de visu ne peuvent se faire qu'à l'aide de véhicules autonomes, des submersibles habités ou des robots téléopérés.

 

2. Un monde qui inspire mais un concept encore flou

Cette question de la représentation est importante car elle contribue aussi à façonner notre regard et à influer sur la lecture paysagère des lieux (Besse et Roussel, 1997 ; Rivière-Honegger et al., 2014). Par le processus d’artialisation, Alain Roger a bien montré dans son court traité du paysage (1997) comment les représentations jouent dans la construction de notre vision du monde et dans la valeur que l’on accorde aux paysages.

Bien évidemment, les représentations peuvent aussi se construire par différents médias tels le dessin, la peinture, la photographie, le photomontage mais aussi les films ou les maquettes 3D. Récemment, la multitude d’images sous-marines et l’apparition de nouveaux outils (cartographie 3D du milieu benthique((Le milieu benthique qualifie les substrats des fonds des mers et des océans ainsi que les organismes aquatiques en relation directe avec ces fonds.)), radar…) ont montré que l’avancée technologique permet de pallier le manque de visibilité dû à la profondeur et à la turbidité des eaux.

Si cette avancée permet de bouleverser les expériences du visible et du sensible, elle souligne aussi que la question du paysage sous-marin ne relève pas exclusivement de la géographie mais qu’elle s’inscrit dans un cadre plus large inter et même transdisciplinaire (encadré 3).

 
Encadré 3 : Paysage sous-marin et croisement disciplinaire

Pour l’océanographe ou le biologiste, le paysage sous-marin est considéré comme un ensemble de matérialités biophysiques et est assimilé au milieu marin, plus difficile d’accès que le milieu terrestre (grande profondeur) ; on ne peut l’appréhender, sauf dans sa frange la moins profonde, qu’indirectement. Des cartographies sous-marines sont établies sur une base écologique ; les écologues croisent les connaissances du milieu biotique et abiotique en montrant la diversité biologique des fonds marins. Cette approche conduit les chercheurs à analyser la complexité de la fonctionnalité des écosystèmes marins et à montrer toute la richesse d’une ressource qu’il faut préserver des dégradations environnementales causées par les activités humaines. Ce paysage/milieu n’est « vu » qu’au travers des enjeux relatifs à la biodiversité et à la conservation des populations d’espèces subissant les conséquences des pollutions les plus diverses (macro déchets ingérés par les mammifères marins, rejets de substances toxiques, espèces exotiques/invasives introduites en dehors de leur aire de répartition naturelle). Dès lors, le paysage marin peut être évoqué à l’occasion d’évènements dramatiques lorsqu’il a été affecté par une activité anthropique à large diffusion dans l’espace maritime (marée noire). 

Pour le juriste, la notion est également évoquée dans des articles techniques tels que « Le paysage sous-marin à l’épreuve du droit » (Beurier, 2012). Juridiquement, les textes portant sur le paysage sont pensés et construits par des terriens pour des territoires terrestres et la question de leur protection est une préoccupation grandissante au fil des années. La convention internationale sur le droit de la mer signée le 10 décembre 1982 (Convention de Montego Bay), entrée en vigueur en 1994, réglemente l’usage et l’exploitation des océans en définissant des obligations en matière de protection du milieu marin. De même, la directive « habitats » du 21 mai 1992 met le focus sur la protection de la biodiversité et évoque la protection des paysages par la mise en place d’un réseau d’espaces protégés. Mais cette directive ne mentionne que les éléments émergés de la nature et évacue ce qui est sous la surface des eaux. La directive 2008/56/CE va dans le même sens en cherchant à restaurer un bon état écologique du milieu marin, notamment par la mise en place d’un plan d’action s’appuyant sur la création d’aires marines protégées (AMP). Le classement en AMP constitue un moyen opérationnel pour la protection et la gestion durable du milieu marin (Goeury, 2014, Guézel et al., 2009).

Dans la Convention européenne du paysage, la protection est élargie aux valeurs esthétiques, culturelles et écologiques des paysages, rendues indissociables en raison de la dimension holistique du paysage. Mais ces paramètres n’entrent pas en compte pour la reconnaissance d’un paysage : l’enjeu se situe plutôt autour de la perception d’une partie d’un territoire par la population. La définition du paysage établie par cette convention pose question dans la mesure où elle s’applique uniquement sur des paysages anthropisés et n’est pas par conséquent adaptée aux sites reculés ou difficiles d’accès.

Pour l’artiste ou le paysagiste, le paysage sous-marin renvoie aux représentations artistiques et au caractère esthétique de celui-ci. Les paysages sont capables de susciter des émotions et sont porteurs de valeurs, tout comme la richesse écosystémique et les monuments naturels ou artificiels qui les composent. Un paysage beau est un paysage qui suscite un bien être lorsqu'on le regarde, ou des fortes émotions. Les artistes ressentent tous ces émotions en plongeant en profondeur et en contemplant ce qu'ils appellent « de beaux paysages sous-marins ». Ce sont ces émotions qui font du paysage sous-marin un très bon outil de sensibilisation.

 

Depuis une dizaine d’années, les progrès de la science conjugués au renouvellement des approches portant sur la géographie de la mer et des territoires maritimes ont permis quelques avancées épistémologiques et des définitions circulent désormais dans la littérature.

Olivier Musard, auteur d’une thèse sur les pratiques subaquatiques au sein des aires marines protégées de Méditerranée (2003), travaille sur la question depuis de nombreuses années et en propose la définition suivante du paysage sous-marin :

« mosaïque identifiable de biotopes organisés spatialement et de ses biocénoses associées, il est observé et représenté globalement ou en partie, suivant des conditions de perspectives et de profondeurs de champ variables et suivant une grille de lecture dont le niveau d’objectivité et de subjectivité dépend de la culture de l’observateur ». Lorsqu’il s’agit du proche espace sous-marin, sa matérialité biophysique est appréhendable à l’échelle du territoire de plongée ou d’observation ; une analyse de type géomorphologique et/ou biogéographique met en évidence les reliefs, les différents substrats, les communautés végétales (figure 3).

Figure 3. Le paysage sous-marin vu dans sa matérialité biophysique
 

Le paysage sous-marin vu dans sa matérialité biophysique

Dans sa composante biophysique, le paysage de la réalité visible est composé d'un ensemble de formes de relief et de communautés végétales et animales reconnaissables dans le cadre d'un territoire de plongée ou d'observation.

 

Le géographe s’interroge sur la place à accorder à cette notion et emploie volontiers le terme dans ses publications et l’ouvrage qu’il coordonne Underwater Seascapes. From geographical to ecological perspectives paru aux éditions Spingler en 2014. Cet ouvrage interdisciplinaire fait suite à un séminaire scientifique et technique organisé à Brest en 2011 par l’Agence des aires marines protégées. À cette occasion, il est d’ailleurs intéressant de noter qu’aucun accord sur la définition de ce qu’est un paysage sous-marin n’avait été trouvé, chacun portant un regard spécifique sur le sujet selon son expertise et sa qualification (Le Du-Blayo et Musard, 2014).

Lorsque des définitions sont proposées, celles-ci s’entendent sur des structures spatiales identifiables avec une forte connotation physique et/ou biologique et insistent sur le manque de visibilité lié notamment à la turbidité des eaux.

L’absence d’une définition reconnue et admise par tous tient notamment au problème de la visibilité et de la perception globale d’un paysage qui reste difficile à appréhender. Comme le souligne Yves Lacoste (2003), toute vue d’un espace n’est pas paysage car la distance entre en ligne de compte et une vision trop proche empêche que l’on se saisisse d’un objet qui, dès lors, paraît tronqué.

Les réflexions en cours ne parviennent pas à définir les contours d’un concept qui ne fait pas consensus. Il semble bien que les approches traditionnelles (cartographie, inventaire…) demeurent aujourd’hui insuffisantes. Les naturalistes ont cartographié les fonds puis ont laissé libre court aux représentations sans faire le lien entre ces représentations et les matérialités biophysiques et sociales inhérentes à la construction des paysages. Les géographes contemporains ne s’y retrouvent pas car le paysage est pour eux un concept intégrateur qui doit être pensé comme un processus évolutif dans l’interaction entre différentes matérialités. Beaucoup en ont fait un sujet aux frontières de la recherche géographique alors qu’il est un lien pour les sociétés et aussi un pont intra et interdisciplinaire (Le Du-Blayo et Musard, 2014). Quand des collaborations existent, elles sont surtout dans le registre de la protection ou de la conservation des écosystèmes. Dans ce cas, les chercheurs privilégient la fonctionnalité des paysages en les considérant davantage comme des milieux interconnectés mobiles et fragiles. Lorsque la question patrimoniale est pointée, elle n’a pas de dimension globale et fédératrice comme le montrent les archéologues qui ne se sont intéressés qu’aux épaves et aux paysages ensevelis dont certains seulement pouvaient entrer dans la voie de la patrimonialisation (Cann, 2014).

Ces approches sectorielles semblent totalement insuffisantes et le paysage sous-marin est encore un champ d’étude à explorer. L’analyse paysagère ne peut se contenter d’un travail d’observation conduisant à repérer des formes identifiables in situ selon les conditions techniques offertes à l’observateur, elle doit aussi s’accompagner d’une méthode permettant à la fois d’identifier des paysages, de les étudier selon des schèmes perceptifs simples et appréhendables pour le plus grand nombre, et surtout de les faire reconnaître afin que le concept devienne réellement mobilisable par les structures et acteurs publics.

 

3. Étudier le paysage sous-marin : la nécessaire hybridation des champs

Puisque le paysage est un concept traversier qui convoque les disciplines mais aussi les dépasse, la méthode adoptée ne peut être l’apanage d’une théorie définie par une science ou d’une pratique issue de l’expérience (figure 4). Elle doit en fait combiner les deux – sciences et pratiques –, au service d’un projet commun, en mettant à contribution les acteurs directement concernés par l’exploration des paysages sous-marins, et en particulier ceux dont les compétences techniques leur ont déjà permis d’avoir un premier socle de connaissances (scientifiques, vernaculaires) mais dont ils n’ont pas encore pu en déchiffrer le sens ou la portée (figure 5).

La méthode consiste à repérer un site aisément accessible, lieu de pratique et d’exploration des paysages, puis à l’étudier par des observations participantes en décloisonnant les champs et en mutualisant les connaissances. Cette démarche nécessite de procéder en plusieurs temps.

Figure 4. Le paysage sous-marin : un concept intégrateur à la croisée des chemins
 

Organigramme

Le paysage est un concept intégrateur qui doit être pensé comme un processus évolutif dans l'interaction entre différentes matérialités. Le paysage ne se résume pas à un objet contemplé par son observateur, c'est avant tout une œuvre collective conçue comme une construction de l'ensemble de la société et comme un cadre de vie élaboré par des acteurs dans une mise en scène organisé. Ces acteurs ont leurs manières de se représenter le paysage qui tiennent aux organes de sens mais aussi aux cultures individuelles et aux modes de pensée de chaque individu (ou collectif).

 
Figure 5. Le paysage sous-marin : du concept à l’outil
 

Organigramme 2

Le paysage est un concept polysémique. D'un point de vue géographique, c'est un objet de la réalité visible qui renvoie à des matérialités appréhendables dans leurs dimensions spatiales et fonctionnelles. Puisqu'il est une représentation territorialisée de l'environnement, le paysage objet est aussi un paysage sujet : il se construit par des acteurs et non uniquement par des observateurs simplement préoccupés par ce qu'ils voient et par le sentiment qu'ils en retirent. En articulant la réflexion sur ce continuum de la relation sujet/objet sans chercher à ne privilégier ni l'un ni l'autre, le paysage devient un outil permettant de se rapprocher des hommes et d'établir les bases d'un projet collectif.

 

La première étape consiste à recenser les informations déjà disponibles puis à les rassembler en constituant une banque de données territoriales et environnementales : données géologiques, biologiques, anthropiques, etc., si possible localisées et géoréférencées. Ce travail permet de recueillir des informations factuelles à dire d’experts et de les contextualiser avec des cadres de référence épistémologiques. Il permet un premier travail interdisciplinaire et de décloisonner les approches en mettant en perspective des paradigmes et des démarches propres à chaque corpus scientifique concerné. Ainsi, le langage propre à chaque discipline est conservé, ce qui permet de voir que le paysage peut être saisi de différentes manières, et s’apparenter parfois à une simple fraction d’espace déshumanisé ou à un milieu. Ce travail ne nécessite pas une approche de terrain, elle suppose toutefois que les données soient disponibles et que leur origine soit connue.

La méthode envisage ensuite une seconde phase, beaucoup plus longue (encadré 4), qui consiste à aborder par la pratique le paysage sous-marin. Ce travail nécessite de faire appel à des plongeurs-observateurs et d’enclencher une démarche itérative s’inscrivant dans le domaine des théories et pratiques paysagistes et cristallisant autour d’elle des enjeux liés à la question de la gouvernance et de la gestion durable des mers et des océans.

L’objectif de la démarche est de parvenir à une fabrication mentale du paysage par le plongeur. Ce dernier représente ce qu’il perçoit mais fabrique aussi son univers sous-marin en l’habillant de ses formes, ses contours, ses couleurs, donc une réalité tangible mais qui laisse la place à l’imaginaire, aux effets de matière, et aux propres affects du plongeur qui reste libre de codifier l’information dont il retranscrit la trace par l’acte de représentation. Il est certain que les observateurs peuvent par la représentation dessinée fabriquer plusieurs images qui par leurs caractéristiques plastiques laissent apparaître des formes et des paysages différents

Lorsque le même espace a été prospecté par un nombre suffisant de plongeurs, il importe dès lors de synthétiser les informations et de parvenir à un langage commun (figure 6). Comment y parvenir ? 

Les représentations ont un grand intérêt à condition qu’elles soient comprises et discutées lors de réunions au cours desquelles les plongeurs échangent leurs informations et discutent de la manière dont ils ont appréhendé puis retranscrit leur propre expérience des lieux. Toutefois, pour passer d’une connaissance partagée confinée à un groupe de plongeurs à une conscience paysagère plus globale, une autre étape doit être franchie, celle de la mise en dialogue entre des savoirs issus de l’expérience et construits par la pratique avec ceux délivrés par les sciences. La porosité entre ces deux formes de connaissances est possible lors de workshops ou d’ateliers où les plongeurs sont invités, d’une part à réagir aux données et représentations « expertes » porteuses d’informations qu’ils apprennent à décrypter, d’autre part à montrer à leur tour leurs propres représentations susceptibles de révéler des enjeux environnementaux, paysagers et territoriaux du site prospecté. Dans les dispositifs de participation et/ou de concertation, le dialogue mobilisant des outils de représentation variés (récits, dessins, croquis) invente ainsi de nouvelles manières de lire le territoire et lui permet de devenir un instrument de reconnaissance valorisant des savoirs subjectifs et institutionnels.

 
Encadré 4 : Observer le paysage sous-marin

Qui observe ?

Les observateurs sont des plongeurs qui pratiquent leur activité en groupe (club, association) dans un cadre réglementé et ont des profils socio-professionnels variés. Ces praticiens ne sont pas des experts et doivent se conformer à des règles de groupe liées à la pratique de la plongée (sécurité, respect de la réglementation). Puisque l’objectif est de parvenir à la connaissance du paysage, ces plongeurs apprennent à communiquer par rapport à leur objet d’étude en se mettant au même niveau. Il n’y a pas de relation hiérarchique ni de donneur d’ordre, chaque observateur se place en situation d’écoute dans le partage d’une condition commune et dans la compréhension de l’autre.

Qu’observe-t-on ?

En dépit de l’absence d’une définition précise et admise par tous, le paysage sous-marin n’est pas une vue de l’esprit. Aussi, avant d’investiguer sous la surface des eaux, chaque observateur doit être informé de la notion et du sens donné à un concept que chacun reconnaît polymorphe.

Ce préalable étant posé, quelle attitude adopter pour aborder la lecture puis l’analyse du paysage ? Peut-on appréhender le paysage comme une réalité perçue dans son ensemble et en mesurer l’effet global ? À l’inverse, faut-il aborder le paysage comme un tout composé par la somme de ses éléments constitutifs et analyser les composantes paysagères avec une grille d’analyse destinée à qualifier (voire à quantifier) chacune de ces composantes ? Dans le second cas, l’observateur est confronté à plusieurs difficultés. Parmi les composantes, quelles sont celles les plus apparentes et les autres plus difficiles à déceler ? Comment intégrer les combinaisons ? Certaines combinaisons de composante, perçues mais non matérialisées directement (harmonie des formes, caractère insolite d’une structure, d’une forme) poussent à inclure des éléments intangibles et sensibles du paysage difficilement mesurables. Comment hiérarchiser le poids de chaque composante et celui des combinaisons ? La tâche est ardue, en particulier sous la surface des eaux où les plongeurs sont confrontés à de fortes pressions et où il est difficile de trouver, dans un monde en perpétuel mouvement, des points d’observation fixes.

Malgré ces réserves, une ligne de conduite s’impose afin de ne pas laisser libre court aux représentations imagées, totalement abstraites, qui s’éloigneraient trop de la lecture d’un cadre que l’on cherche à objectiver, y compris dans ses dimensions subjectives et idéelles. Puisque l’on sait que les plongeurs ont surtout une perception esthétique des lieux – une esthétique environnementale renvoyant à la beauté infinie des fonds mais aussi à leur dégradation –, une précaution s’impose, celle de ne pas donner trop rapidement une valeur au paysage en écartant sa réalité complexe et multiforme. Pour ce faire, le paysage doit être considéré comme une vaste matrice ouverte aux sens dont l’existence ne peut se concevoir que dans le décryptage d’une trame générale constituée d’éléments successifs apparaissant simultanément aux yeux de l’observateur, par exemple un chaos rocheux, une colonie de poissons, un récif artificiel, un câble sous-marin, etc. C’est en représentant ces éléments, dans ce qu’ils ont de singulier mais aussi dans leurs interrelations, que l’on pourra obtenir le paysage global ou une fraction de celui-ci selon l’angle d’observation choisie.

Comment observer et pour quelles finalités ?

Le travail d’observation nécessite de passer du temps sous la surface des eaux en privilégiant des arrêts fréquents pendant lesquels la lecture attentive du paysage s’accompagne d’une représentation formelle. Un équipement simple et étanche (crayons, toiles et pinceaux, appareil photo, lasermètre, etc.) offre la possibilité de faire des dessins, des croquis, des photographies agrémentées de courts commentaires immortalisant les lieux. Le dessin d’architecture paysagère, la photographie, rendent compte de motifs et d’éléments paysagers dans leurs formes nuancées (Davodeau, Toublanc, 2010) ; leur recours permet avec la succession des plans une lecture plus affinée de l’espace. Les observations sont mises en évidence par des effets graphiques (vision en trois dimensions, perspective, contours des grandes masses, chevauchement des objets) mais une certaine liberté quant aux choix de représentation doit être donnée aux participants afin que chacun soit libre de s’appuyer sur la proportion réelle des choses ou alors leur apparence. En mer, le dessin permet de se représenter un univers, un monde qui entoure des jeux de lumière et de matière ; ce dessin peut prendre la forme d’un bloc-diagramme dressé à main levée qu’un spécialiste (graphiste, paysagiste) reprendra ultérieurement pour lui donner un volume et un cadre spatial adapté au site de prospection (Freytet, 2013). Plus facile à réaliser, la photographie ou la vidéo offre une restitution instantanée du paysage, avec ses lignes, ses couleurs, ses plans, ses mouvements, une information très riche se prêtant à de multiples interprétations.

 
Figure 6. De la représentation du paysage au langage commun
Tiphaine Deheul — illustration paysage sous-marin 2017

Illustration : Tiphaine Deheul, 2017.

L'exploration du paysage sous-marin est celle d'un parcours géographique où défilent des formes, des motifs et où s'entremêlent des jeux de lumière et de matière. L'observateur ne se limite pas à la perception d'une réalité tangible, il fabrique aussi, par la représentation, son univers marin en laissant place à son imaginaire et à son propre affect. C'est en recoupant toutes les observations et en s'interrogeant sur le sens des représentations qu'un langage courant pourra émerger. Ce langage est à la base d'un dialogue constructif et un préalable à tout projet engageant la responsabilité citoyenne.

En somme, le paysage sous-marin est donc le fruit d’une hybridation entre des données factuelles, des perceptions sensibles et la technicité de la représentation. C’est aussi une hybridation des champs et des savoirs, donc une démarche partagée, co-construite, qui exprime le déroulement d’une pensée reliée aux pratiques et aux combinaisons d’expériences. C’est en procédant de la sorte que l’on parviendra à un observatoire partagé des paysages sous-marins dont la finalité sera de parvenir à une meilleure reconnaissance de ces paysages.

 

4. De la connaissance à la reconnaissance des paysages sous-marins

L’acquisition d’un socle de connaissances co-produites sur les paysages sous-marins permet de dépasser une vision partielle, normative ou technicienne et de parvenir à une prise de conscience plus générale aboutissant ensuite à la reconnaissance de ces paysages. Aujourd’hui, le contexte semble favorable car cette reconnaissance est l’objectif fixé par des opérateurs publics porteurs de projets comme les parcs et les aires marines protégées (Gervois, 2014). Ces structures, auparavant réticentes à développer des approches paysagères évoluent, comme le montre une étude originale((Cette étude s’est limitée à la production de représentations dessinées, une approche paysagère artistique dont le principal objectif était de développer l’appropriation du site par les riverains et leur compréhension des enjeux de préservation.)) réalisée en 2014 par le Parc marin d’Iroise qui a engagé Maxime Aubinet, paysagiste, pour produire une étude des paysages marins et sous-marins du Cap de la Chèvre.

Pour ces projets, la nécessaire transition énergétique couplée à la mise en place de nouvelles politiques publiques laissent entrevoir une nouvelle manière de considérer la mer et surtout d’associer le citoyen en l’impliquant directement dans la production de savoirs comme le montrent les nombreux projets de sciences citoyennes, souvent présentés comme une réponse aux injonctions à la participation habitante qui se multiplient ces dernières années dans de nombreuses sphères de l’action publique (encadré 5).

 
Encadré 5 : Paysage sous-marin et participation citoyenne

La démarche participative est importante car elle permet de réunir très en amont un groupe d’acteurs s’intéressant au devenir de ces paysages. Ces acteurs sont directement associés au processus de production des connaissances afin qu’ils puissent être intégrés aux réflexions sur la définition des actions à conduire dans les parcs et sur ses modalités d’application. Par le brassage des idées et une confrontation des discours, la participation permet de révéler les sensibilités des uns et des autres et d’anticiper sur des conflits qui pourraient émerger dans la construction d’un projet.

Par la participation, l’objectif est donc d’établir un lien entre les gestionnaires et les citoyens en rendant ces derniers acteurs de leur territoire par leur implication dans l’action. Cette implication permet de mobiliser des outils propres aux professionnels du paysage et d’échanger avec les acteurs à partir et sur les paysages (ateliers participatifs, jeu de rôle, carte participative et enquête, supports visuels et débats, etc.). L’ensemble de ces productions constitue ainsi une base solide de définition du commun territorial alimentant les réflexions en cours sur les plans et les projets de paysage en mer.

 

Parallèlement, la Convention européenne du paysage pousse également à la création d’observatoires participatifs et à l’archivage de données documentaires sur le paysage tout en facilitant la sensibilisation des acteurs et de la population aux dynamiques paysagères. Déjà, les observatoires photographiques de paysage (OPP) permettent une prise en compte formelle de la participation et incitent à des suivis des dynamiques en lien direct avec la population locale. Différents OPP ont vu le jour en Bretagne et permettent d’engager des collaborations avec les Conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement, les Parcs naturels régionaux et le Conservatoire du littoral (Guittet et Le Du-Blayo, 2013). D’autres projets ont permis de rendre compte de la diversité des territoires maritimes vue depuis la mer sans pour autant aborder l’étude des fonds marins. C’est le cas de l’Observatoire Photographique du Paysage Littoral Vu depuis la Mer (OPPLVM) créé à l’initiative de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) en 2014, soutenu par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, l’UE et la Région. Piloté par l’Agence régionale pour l’environnement de la région PACA, la construction de l’outil a consisté à sélectionner au sein d’ateliers citoyens, les 150 sites d’un itinéraire capable de rendre compte de la diversité et de la richesse des paysages littoraux, et de la complexité des enjeux de l’aménagement du territoire. Par sa double dimension – artistique et scientifique –, les OPP sont destinés aux aménageurs et gestionnaires des territoires, mais aussi à la sensibilisation du grand public.

Dans les parcs naturels marins, le contexte juridico-politique n’est pas opposé à ces démarches malgré une réglementation parfois contraignante axée sur la protection de la flore et de la faune sous-marines. En effet, la loi pour la reconquête de la biodiversité((Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Lire sur Légifrance)) consacre le principe de solidarité écologique qui ajoute la dimension sociale, économique et politique à la notion d’interdépendance entre les composantes des écosystèmes. Certaines structures comme le Parc national des Calanques se sont saisies de ces nouveaux dispositifs pour en faire un principe de base de leur stratégie scientifique. La solidarité écologique donne sens aux lieux en dépassant le simple échange de points de vue et permet de construire une vision partagée du fonctionnement d’un territoire en clarifiant les responsabilités et les rôles de chacun dans la gestion de l’environnement. 

En dépit de ces conditions plutôt favorables, certains freins existent (encadré 6), il importe de les connaître puis de les lever afin de ne pas produire un travail qui n’aurait pas de retombée opérationnelle.

 
Encadré 6 : Connaître et faire reconnaître le paysage sous-marin : quels obstacles ?

Une première difficulté tient au choix des sites et à leurs conditions d’accessibilité. Ce choix suppose de travailler en bonne intelligence avec les structures (clubs de plongée) attachées à un certain nombre de lieux privilégiés (Robert et Plouvier, 2017). Lorsqu’un site est identifié, un travail de reconnaissance préalable est nécessaire afin de s’assurer qu’il est sécurisé et qu’un travail expérimental est possible sans interférer avec d’autres usages autorisés par la réglementation. Inversement, beaucoup de sites trop protégés par le législateur comportent des restrictions qui limitent les prospections, même celles à caractère scientifique. Dans ces conditions, le choix est parfois limité à quelques secteurs en bordure d’estran, en eau peu profonde, dont l’exploration sera encadrée par les structures gestionnaires des aires marines protégées.

Une deuxième difficulté est liée à la question des échelles d’analyse. Travailler sur des espaces délimités géométriquement et de forme homogène (les dalles ou polygones des cartes de l’IGN) semble pratique car elle facilite la collecte des données, la cartographie automatique, et la comparaison entre des unités de superficie comparable. Mais, ce procédé peut poser problème car certaines dalles se trouvent à cheval sur des paysages de nature et de valeur très différentes. Des paysages risquent de ne pas être « vus » dans leur totalité et leur structuration interne comme leurs limites ne vont pas être appréhendées correctement. Faut-il à l’inverse faire abstraction de ces dalles et orienter la prospection en fonction d’unités paysagères déjà reconnues car délimitées par des traits géographiques visibles qui accrochent la vue ? Mais, si des paysages sous-marins semblent directement liés aux grandes formes de relief, à la géologie des fonds, faut-il pour autant partir de ces grands ensembles ? Enfin, qu’il soit délimité géométriquement ou par la géographie physique, le site choisi devra forcément être représentatif d’une certaine diversité paysagère afin que la prospection ne débouche pas sur les mêmes structures de paysage, mais soit au contraire une base pour établir des typologies.

Une troisième difficulté tient aux blocages réglementaires et aux jeux de gouvernance institutionnels. Observer des paysages dans des zones et des milieux qui ne sont pas régis par les mêmes règles ni gérés par les mêmes institutions peut poser problème. Même si la plongée se déroule dans un contexte de mise en protection de l’environnement marin côtier, la pratique ne s’effectue pas toujours à l’intérieur d’aires marines protégées au titre de la loi du 14 avril 2006((Loi n° 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux. Lire sur Légifrance)). Aussi, dans certaines zones susceptibles d’être prospectées, la réalisation d’actions expérimentales ou de recherches peut entrer en conflit avec la pêche ou la chasse sous-marine, la pratique de loisirs nautiques à traction motorisée, ou encore l’organisation de compétitions sportives. Paradoxalement, lorsque le statut désigne une aire marine protégée, l’espace marin est en définitive très inégalement protégé comme le montre la création récente (2012) du Parc national des calanques dont des zones différenciées (cœur marin et zone marine adjacente) recouvrent des espaces aux réglementations différentes. Le cœur marin (43 500 ha) bénéficie d’une protection totale (interdiction de porter atteinte au patrimoine naturel), alors que là où la plongée et les mouillages sont autorisés, la zone maritime adjacente est beaucoup moins réglementée et encadrée par l’action de l’institution. Lorsqu’un opérateur public le décide, cette zone peut toutefois bénéficier d’une protection très importante, comme le montre l’opération récifs Prado, une importante initiative de restauration écologique menée par la ville de Marseille. Sur une zone de 220 hectares, 700 modules de récifs artificiels conçus pour faciliter la fixation des végétaux et des crustacés ont été immergés à partir de 2007, délimitant ainsi une zone interdite à la pêche, au mouillage et à la plongée sous-marine. Dans ce cadre institutionnel complexe, évolutif, et quelque peu ambigu, le choix des sites, confronté à des contextes réglementaires et des mesures de gestion différenciées, n’est donc pas évident d’autant plus dans l’optique d’une démarche comparative où les éléments de contexte devront être sérieusement analysés et pesés.

Enfin, la dernière difficulté, que l’on peut relier à la précédente, tient à la problématique de la conservation des fonds marins.

La notion de développement durable et celle d’approche intégrée ont permis de faire prendre conscience de la vulnérabilité des mers et des océans et de les considérer autrement que comme des déversoirs sans fond de toutes les pollutions et des espaces de liberté infini. Ces notions ont permis de montrer la fragilité de paysages subissant les conséquences des pollutions les plus diverses (macro-déchets ingérés par les mammifères marins, espèces introduites se comportant comme des plantes invasives se propageant de proche en proche, disparition de coraux ou d’herbiers sous-marins). Pour autant, les paysages ne doivent pas être confondus avec des habitats dont il faut préserver la richesse et l’authenticité. Aussi, pour que la recherche ne fasse des paysages des lieux ressources qu’il faille encore plus protéger, elle devra s’abstraire de cet unique objectif afin d’amener une prise de conscience voire développer des projets qui ne soient pas limités à la protection ou à la restauration écologique des fonds côtiers.

 

Conclusion

Puisque le paysage sous-marin n’est pas encore un concept opératoire, les décideurs sont encore frileux à le prendre en compte et le considèrent davantage comme un outil pédagogique, lien entre terre et mer, patrimoine à la fois matériel et immatériel. Il y a encore peu de marqueurs des paysages sous-marins, les plus emblématiques sont ceux qui se voient en surface et à hauteur d’homme dont le phare en est le parfait représentant terrestre.

Parvenir à mieux connaître ces paysages sous-marins passe par un travail collaboratif interdisciplinaire et citoyen. Le géographe doit s’appuyer sur des collaborations multi-niveaux et transdisciplinaires. La combinaison de la subjectivité avec la matérialité du territoire (et donc du paysage) justifie ici de dépasser un raisonnement par opposition entre homme et nature. Pour appréhender le paysage, il faut en effet le considérer comme un concept intégrateur, et reconnaître que les éléments qui le constituent sont des hybrides qu’il faut analyser mais aussi apprendre à mettre en relation (notion de système, d’interrelation). Le paysage sera ainsi considéré comme un système ouvert se nourrissant des apports des sciences tout en tenant compte de la vision des différents groupes sociaux des territoires sous-marins (institutions, riverains, usagers de la mer…). Cette démarche se positionne à la base d’un dialogue citoyen.

 


Bibliographie

 

 

Yves Petit-Berghem 
Docteur et HDR en géographie, professeur à l’École nationale supérieure de paysage (Versailles-Marseille)

Tiphaine Deheul
Géographe, consultante en ingénierie environnementale et projet de paysage


Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :

Yves Petit-Berghem et Tiphaine Deheul, « Le paysage sous-marin existe-t-il ? De la connaissance à la reconnaissance d’un concept émergent », Géoconfluences, novembre 2018.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/articles-scientifiques/paysage-sous-marin

 

Actions sur le document