Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques Dossiers thématiques Les relations nature-sociétés face au changement global Géographie des animaux Protéger un animal pour protéger un territoire : l'ours kermode, animal phare de la protection de l’environnement en Colombie britannique

Dossier : Les relations nature-sociétés face au changement global

Protéger un animal pour protéger un territoire : l'ours kermode, animal phare de la protection de l’environnement en Colombie britannique

Publié le 09/04/2019
Auteur(s) : Stéphane Héritier, Maître de conférences en géographie - Université Jean Monnet, Université de Lyon
L'ours kermode vit dans la Great Bear Rainforest, une forêt pluviale de la façade Pacifique canadienne. Il appartient à l'espèce des ours noirs mais une particularité génétique lui donne un pelage blanc-crème. Les Premières Nations, qui lui confèrent culturellement un rôle important, et les ONG environnementales ont utilisé la figure charismatique de l'ours pour demander et obtenir une meilleure protection de la forêt et une régulation de l'exploitation du bois, ainsi que l'abandon de projets pétroliers.

Bibliographie | citer cet article

L’ours kermode, jusqu’alors connu principalement des amateurs de plantigrades et des habitants de l’Ouest canadien, apparaît au grand public international à l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver à Vancouver en 2010. La communication événementielle, puisant abondamment dans les légendes autochtones, choisit une mascotte nommée Miga, présentée, selon le story-telling du moment, comme la figure du Seabear, moitié orque et moitié « Ours Esprit », dont la figure est librement inspirée d’un mythe autochtone de l’ouest de l’île de Vancouver.

Cet animal emblématique se retrouve au cœur de luttes territoriales mettant en jeu non seulement la protection de la sous-espèce, mais aussi la question de la protection d'un milieu exceptionnel et la gestion durable des ressources pour les populations amérindiennes autochtones.

 

1. Une espère rare, sinon menacée

L’ours kermode (Ursus americanus kermodei) est un ours noir blanc ; il n’est en aucune manière albinos et se distingue des ours polaires (Ursus maritimus). Il occupe effectivement une place particulière dans l’imaginaire des autochtones, notamment dans un mythe de création des Premières Nations Gitga’at et Kitasoo Xai’xais, membres du groupe culturel Tsimshian. Plusieurs variations existent autour de la création de moskgm’ol (spirit of the rainforest ou ours blanc) ― aussi qualifié d’« Ours Esprit » (Spirit Bear) ou « Ours Fantôme » (Ghost Bear) ― chez les Kitasoo Xai’xais. Elles se rejoignent dans le fait que Goo-wee ― ou Whe-getRaven, le Corbeau farceur (the trickster, littéralement, le farceur ou l’arnaqueur, l’une des figures principales de la mythologie des Premières Nations de l’Ouest canadien) décida de blanchir le pelage d’un dixième des ours rencontrés sur son passage afin de conserver la mémoire du début des temps, alors que le Monde était couvert de glace et de neige.

Figure 1. Vidéo de présentation de la Great Bear Rainforest et témoignages des acteurs [en anglais]

Source : vidéo postée sur YouTube par la Province de Colombie britannique. Entre les images de la forêt pluviale, les partenaires expliquent ce que signifie pour eux la réalisation d'une gestion écosystémique dans la région.

L’ours, nommé kermodei par le naturaliste américain W. T. Hornady, du nom du futur directeur du Muséum d’Histoire Naturelle de Colombie britannique, Francis Kermode (Page, 2014), est l’une des six sous-espèces de l’ours noir (Ursus americanus). Il compte quelques centaines d’individus (entre 300 et 600 pour Ritland et al. 2001 ; entre 220 et 310 pour L’Encyclopédie canadienne) répartis principalement en Colombie britannique sur les îles Gribbell et Princess Royal, plus rarement sur les littoraux continentaux (Province of British Columbia 2001), soit environ 10 % des ours noirs. Sa couleur blanc ou blanc crème (leucisme ou leucitisme) est le fruit d’une particularité génétique, liée à un caractère récessif, conduisant à un déficit en cellules pigmentaires (Ritland et al. 2001, Hedrick & Ritland 2011). Sa valeur culturelle pour les Premières Nations rejoint sa rareté génétique de même que son importance écologique. Les études montrent que ses habitudes alimentaires utilisent plus de protéines marines que les autres ours noirs et que son aptitude à la capture du saumon dans les rivières est supérieure à celle de ses congénères au pelage sombre ; le pelage blanc est moins repérable par les saumons (Sachs 2010). Certains biologistes font l’hypothèse que la conservation du leucisme serait liée à la cette performance alimentaire (Hedrick & Ritland 2011).

Figure 2. Photographies d'ours kermodes dans la Great Bear Rainforest (Colombie britannique)

photo-ours-kermode

Cliché de Maximilian Helm, septembre 2014, licence CC by 2.0 (source).

photo-ursus-americanus-kermodei

Cliché de Jon Rawlinson, septembre 2014, licence CC by 2.0 (source).

L’approvisionnement en nourriture de l’ours suscite des inquiétudes en raison de la diminution des effectifs de saumon sauvage, base de l’alimentation préparant l’hibernation. Elle est causée par le réchauffement des cours d’eau lié aux effets du réchauffement climatique mais aussi par la multiplication des parasites (pou du saumon - Lepeophtheirus salmonis) qui affectent les poissons, contaminés par les foyers de propagation que constituent les fermes d’élevages. Toutefois, membre de l’espèce Ursus americanus, le kermode constitue une « préoccupation mineure » sur la Liste Rouge de l’UICN, ses effectifs étant relativement importants et bénéficiant de dispositifs de protection garantis par les pouvoirs publics au Canada. Il est également inscrit à l’annexe II de la convention CITES depuis 1992 (ou Convention de Washington, réglementant le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage). Cette inscription est destinée à éviter que l’ours asiatique (U. thibetanus) ne risque d’être commercialisé sous le nom d’U. americanus.

 

2. Protéger l’ours ou exploiter le bois, un conflit socio-environnemental

L’ours kermode présente une aire de répartition très restreinte, sur la côte centrale et nord de la Colombie britannique, où son habitat est aujourd’hui protégé au sein de la Great Bear Rainforest (GBR), la « Forêt pluviale du Grand Ours », ce dernier terme faisant spécifiquement référence au Kermode. Cette forêt couvre aujourd’hui une superficie de 64 000 km² (soit la superficie de la Lettonie ou 1,5 fois celle de la Suisse). L’établissement de la Great Bear Rainforest est la conséquence d’une période de conflits environnementaux majeurs au Canada, engagés dans les années 1980-1990 contre le secteur forestier. Ce dernier pratiquait abondamment ― avec des permis d’exploitation validés par les autorisations provinciales ― la coupe à blanc dans les anciennes forêts pluviales tempérées de la côte de Colombie britannique.

Figure 3. Carte de localisation de la Great Bear Rainforest en Colombie britannique

ours kermode carte de localisation great bear rainforest

Téléchargez le fichier kmz pour la localiser dans Google Earth.

 

Ces conflits prennent une tournure virulente et deviennent, dans la presse provinciale, une « war in the woods » mobilisant les acteurs des territoires concernés. En première ligne, les Premières Nations effectuent des mobilisations victorieuses à Haida Gwaii (anciennement, îles de la Reine Charlotte) aboutissant à une entente de gestion de la ressource forestière garantie par le pouvoir fédéral. Sur l’île de Vancouver, des ONG environnementales et des citoyens canadiens s’opposent à la mise en exploitation des dernières vallées pluviales encore intactes. Le conflit s’enlise et se durcit, conduisant à plusieurs centaines d’arrestations. Dans les régions de la côte centrale et de la côte nord de Colombie britannique, les Premières Nations, dont les territoires traditionnels (ou ancestraux) sont partiellement inclus dans la région de la Great Bear Rainforest, s’unissent avec des ONG environnementales (ForestEthics, Greenpeace, Rainforest Action Network). L’intention est double : s’opposer aux pratiques forestières dans la région et améliorer, entre autres revendications, leur participation aux processus de prise de décision en ce qui concerne le développement économique régional et la reconnaissance de leurs droits territoriaux. L’ours Kermode occupe une fonction essentielle dans le conflit, incarnant une lutte menée en son nom et pour la sauvegarde de son habitat (Rossiter 2004, Dempsey 2011, Page 2014).

Figure 4. La forêt pluviale de Colombie britannique

Photographie forêt pluviale Colombie britannique

Forêt pluviale sur l'Île de Vancouver, au sud de la Great Bear Rainforest. Domaine public (source).

 

Face à cette coalition, l’industrie forestière, soutenue par le gouvernement provincial du moment, ne cède pas jusqu’à ce qu’un changement de majorité politique à l’échelle provinciale en 1997 modifie les équilibres des forces et ouvre les discussions entre les acteurs en conflit. Sans être défavorable à l’industrie forestière, dont elle soutient les salariés fragilisés par l’ouverture du marché de la filière bois dans le cadre de l’application des accords de libre-échange nord-américains (ALENA), le gouvernement provincial modifie ses méthodes. Il préfére dès lors la logique de la négociation à celle de l’affrontement (Smith & Sterritt 2007 ; Saarikoski et al. 2013). Les discussions aboutissent en 2006 à une entente de gestion de l’écosystème entre les compagnies forestières, le gouvernement de la Province, les ONG environnementales et les Premières Nations. Cette entente permet de mettre en place des mécanismes de régulation des conflits, des arènes de discussions régulières. Elle conduit à la création d’aires protégées gérées par les Premières Nations (les Conservancies((Ces aires protégées, distinctes du dispositif provincial, ont été établies afin de reconnaître « l’importance de certaines régions naturelles pour les Premières Nations pour des besoins d’approvisionnement alimentaire, sociaux et cérémoniels » (Politique des Aires Protégées de Colombie britannique, cité dans Turner & Bitonti 2011).))) (figure 5) sur lesquelles elles décident finalement de cesser toute pratique de chasse sportive de l’ours, dont le kermode (Turner & Bitonti 2011).

Même s’il existe encore des propriétaires disposant d’autorisation de chasse à l’ours sur des territoires spécifiques (le prélèvement de quelques individus d’ours noirs, kermode et de grizzli – ours brun – est possible dans les 42 % du territoire de la GBR où s’applique une gestion concertée des ressources) et en dépit de quelques actes de braconnage, le kermode dispose d’un espace de protection spécifique de plus de 2 100 km² dans lequel la chasse et l’exploitation forestière et minière sont désormais interdites, ce qui autorise à penser l’espèce hors de danger. Le gouvernement de Colombie britannique a imposé, en décembre 2017, l’interdiction de la chasse sportive des grizzlys à l’ensemble de la province, mais cette interdiction ne concerne pas l’ours noir, ni la sous-espèce kermode.

 

3. L’ours, figure charismatique de la mobilisation environnementale

Le kermode a vu son image réactivée lors des conflits d’aménagements pétroliers depuis 2010. Deux projets de construction de conduites de transport d’hydrocarbures ont relancé les actions de défense mobilisant la figure du Kermode. Le premier est un gazoduc venant de zones d’exploitation de Summit Lake en Colombie britannique en direction de Kitimat proposé par la filiale canadienne de Chevron, le Pacific Trail pipeline. Le second est un oléoduc (le Northern Gateway pipeline) transportant du pétrole provenant du secteur d’extraction des sables bitumineux d’Alberta. S’y ajoute le projet de construction d’un terminal pétrolier à Kitimat, baptisé Kitimat Clean Oil – « pétrole propre ! » – Refinery Project, l’objectif étant de fournir le marché chinois. Ces deux projets ont relancé les tensions territoriales autochtones ainsi que les mobilisations environnementales.

Avec ces projets, le kermode, que les défenseurs de la GBR avaient enfin mis à l’abri de l’appétit des compagnies forestières, risquait de voir son habitat menacé par la circulation de navires transportant du pétrole dans les fjords de la Province (notamment le Douglas Channel). L’ennemi changeait de « figure », le kermode reprenait du service en tant qu’« animal phare »((Expression forgée à partir de « flagship species » (Lorimer 2007). Voir aussi dans le glossaire : Espèce porte-drapeau, espèce-phare, espèce parapluie.)), porté sur l’étendard des acteurs re-mobilisés par les projets de pipelines. Un travail universitaire consacré au Northern Gateway pipeline montre comment cette controverse environnementale, sur fond de conflit d’aménagement, conduit les opposants au pipeline à réactiver et à réutiliser la figure charismatique, médiatique et mobilisatrice du Kermode (Dehaut, 2015). Dans les documents du WWF, « L’ours Kermode est partout, et sa vie sauvage et libre dans la forêt est posée comme contre-point des dégâts que pourraient causer l’aménagement du Northern Gateway » (ibid.). Cette étude a habilement mis en évidence la manière dont les discours contestant le projet ont notamment utilisé les figures aussi charismatiques que « l’Ours Esprit » (ou le saumon, la baleine, l’orque épaulard) et le « territoire-étendard » de la Great Bear Rainforest. Ils ont servi à mobiliser les acteurs locaux engagés dans des actions de long terme, de même qu’à susciter l’intérêt d’ONG internationales (Greenpeace, WWF) dont les actions ont été plus ponctuelles mais de grande efficacité médiatique. Le kermode est également mobilisé dans le discours des Premières Nations et l’utilisation du « charisme animal » permet « d’élaborer des ponts entre les échelles » locales-régionales et internationales utiles au succès de la mobilisation (ibid.).

Figure 5. Deux visions cartographiques de la Great Bear Rainforest

5a. Une vision plus utilitariste ménageant les différents usages (source : Colombie britannique sur le site Gestion durable de la forêt au Canada)

Carte usages de la forêt

5b. Une vision plus environnementaliste (source : Greepeace, Sierra Club, Forest Ethics sur Canopy). D’autres cartes sur le site montrent la progression des aires protégées.

Carte protection de la forêt

 

Finalement, l’ours kermode a bénéficié de la mobilisation environnementale qui a assuré la préservation de son habitat depuis 1997. Celle-ci a permis de mettre en place une planification collaborative et multi-partenariale renouvelant la gouvernance de la côte nord et centrale de la Colombie britannique, menacée par les projets de pipelines. En novembre 2016, le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, déclarait que « La forêt pluviale Great Bear n’est pas un endroit approprié pour la construction d’un oléoduc, et le Canal Douglas n’est pas un bon endroit pour la circulation de pétroliers » (source : site du Premier ministre du Canada) autorisant en contrepartie l’augmentation de la capacité de transport du pipeline Edmonton-Vancouver. L’ours Kermode, espèce charismatique régulièrement mobilisée comme figure de la vie sauvage à préserver et comme figure culturelle majeure pour les Nations autochtones de la côte ouest, également symbole de la vulnérabilité des équilibres environnementaux, a finalement servi une géopolitique territoriale complexe, aboutissant à la transformation du régime de gouvernance de la GBR. L'équilibre bénéfice-risque a penché en faveur du kermode et de son habitat et plus largement en faveur d’une prise en compte des risques de pollution auxquels pouvaient conduire le développement d’un terminal pétrolier et de la navigation. Les procédures auxquelles la société Enbridge a fait face aux États-Unis comme au Canada (voir cet article du National Post) depuis lors, concernant les fuites et le manque de suivi des procédures d’inspections de ses pipelines, montrent à quel point la décision d’interdire la traversée de la GBR par les transporteurs pétroliers était avisée.

Le kermode et la Great Bear Rainforest sont-ils pour autant hors de danger ? La communication de Kitimat « A marvel of nature and industry »((Slogan de la ville visible sur son site internet.)) vante l’essor économique actuel et annonce, en juin 2018, la modernisation de l’usine d’aluminium Rio Tinto, la construction d’un terminal méthanier lié au gazoduc Pacific Trail pipeline, l’incorporation des Premières nations dans les ententes économiques. À quand le Kermode peint sur la coque des méthaniers, pourvoyeurs d’une énergie environmentally friendly ?

 


Références

  • Dehaut S., 2015. ‘’The pipelines shall not pass’’ : discours et spatialisations d’un conflit d’aménagement en Colombie-Britannique (Canada). Sous la direction de Magali Reghezza-Zitt et Étienne Grésillon. Mémoire de Master 1 en Géographie, École Normale Supérieure de la rue d’Ulm | Université Paris Diderot (Paris 7).
  • Dempsey J., 2011. “The Politics of Nature in British Columbia’s Great Bear Rainforest”. Geoforum, 42: 211–221.
  • Hedrick P.W. & Ritland K., 2011 . “Population Genetics of the White-Phased ‘Spirit’ Black Bear of British Columbia”. Evolution, 66(2): 305–313.
  • Lorimer J., 2007. “Nonhuman charisma”. Environment and Planning D: Society and Space, 25: 911-932.
  • Page J., 2014. Tracking the Great Bear. How Environmentalists Recreated British Columbia’s Rainforest. Vancouver, UBC Press.
  • Province of British Columbia, 2001. Black Bears in British Columbia. Ecology, Conservation and Management. Victoria (BC), Ministry of Environment, Lands and Parks.
  • Ritland K., Newton C. & Marshall H.D., 2001. “Inheritance and population structure of the white-phased ‘Kermode’ black bear”. Current Biology, 11(18): 1468–1472
  • Rossiter D., 2004.The nature of protest: constructing the spaces of British Columbia’s rainforests”. Cultural Geographies, 11: 139–164.
  • Saarikoski H., Raitio K, Barry J., 2013. “Understanding ‘successful’ conflict resolution: Policy regime changes and new interactive arenas in the Great Bear Rainforest”. Land Use Policy, 32: 271– 280.
  • Sachs J.S., 2010. “Icon for an Endangered Ecosystem”. National Wildlife, Jan. 15, 2010.
  • Smith M., Sterritt A., 2007. “From Conflict to Collaboration: the Story of the Great Bear Rainforest” [pdf].
  • Turner, K. L. , Bitonti, C. P., 2011. “Conservancies in British Columbia, Canada: Bringing Together Protected Areas and First Nations' interests”. The International Indigenous Policy Journal, 2(2).

 

 

 

Ce texte est la version augmentée d'un article paru dans Le Courrier de la nature, (spécial 2018), p. 64–67.

Stéphane HÉRITIER
Maître de conférences en géographie, Université Jean Monnet, Université de Lyon, CNRS UMR 5600 EVS (Environnement Ville Société)

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :

Stéphane Héritier, « Protéger un animal pour protéger un territoire : l'ours kermode, animal phare de la protection de l’environnement en Colombie britannique », Géoconfluences, avril 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/geographie-des-animaux/ours-kermode-great-bear-rainforest

 

Actions sur le document