Vous êtes ici : Accueil Glossaire Déterritorialisation, reterritorialisation

Déterritorialisation, reterritorialisation

Publié le 11/03/2013

Le territoire, comme substrat de la localisation des activités humaines, peut sembler dépassé : investissements, activités productives paraissent de plus en plus s'affranchir de certaines logiques territoriales de nature "physique" (distances euclidiennes, ressources).

Le terme de déterritorialisation peut être interprété de différentes façons :

- L'une d'elles cherche à rendre compte de l'effacement de l'État territorial traversé par des flux transnationaux. Cette acception politique signifie qu'il y a un affaiblissement des contrôles d'accessibilité (frontières internationales) et donc des contraintes spatiales imposées par les États (Badie, 1995). Elle rejoint l'approche des chercheurs qui voient dans les réseaux un opposé du territoire. De fait, la déterritorialisation signale un affaiblissement des contraintes, en particulier physiques, de localisation et se manifeste dans les dynamiques de délocalisation/relocalisation des entreprises qui s'affranchissent de leur implantation locale initiale ou dans les dynamiques propres du cyberespace et des transactions immatérielles (voir l'entrée télécommunications et TIC). 

- La déterritorialisation peut aussi se penser en termes d'affaiblissement des identités territoriales à l'heure de la globalisation. Ce qui peut susciter, en retour, en réaction, une demande sociale accrue de local. On observe également un retour du local dans les logiques d’implantation des activités économiques par le biais d’aménités territoriales spécifiques, dans un contexte de concurrence des territoires (voir l'entrée terroir). 

Cette dernière lecture est relative à la grande mobilité des hommes et des biens matériels ou immatériels. Mais, si les facteurs migrent, c'est pour s'installer dans d'autres lieux. La grande mobilité contemporaine n'est pas une déterritorialisation car se mouvoir dans l'espace ne signifie pas ne pas être dans l'espace (Santos, 1992).

D'autant que cette mobilité est loin d'être partagée par toute l'humanité, entre populations assignées à résidence, et populations faisant le choix de l'ancrage territorial. La déterritorialisation doit donc être repensée avec son contraire complémentaire : la reterritorialisation (Théry, 2008). Les territoires n'ont en fait jamais cessé d'être mobilisés, invoqués, instrumentalisés. On sait d'ailleurs aujourd'hui qu'ancrage et mobilité se complètent et se combinent plus qu'ils ne s'opposent, de même qu'une identité se construit sur plusieurs attachements.

(ST, JBB) Dernière mise à jour : mai 2019.

Références
  • Badie, Bertrand (1995). La Fin des territoires, Fayard.
  • Santos Milton (1992). « Les nouveaux mondes de la géographie », in Antoine Bailly, Robert Ferras, Denise Pumain (dir.), Encyclopédie de géographie, Economica, 1992, 1995 (2e éd.).
  • Théry Hervé  (2008). « Mondialisation, déterritorialisation, reterritorialisation ». Bulletin de l'Association de Géographes Français, année 2008, vol. 85–3, p. 324–331.
Pour compléter

Le 16e Festival international de géographie (FIG) en 2005 avait pour thème "Le monde en réseaux, lieux visibles, liens invisibles"