Vous êtes ici : Accueil Glossaire Littoral

Littoral

Publié le 12/03/2013

Zone de contact entre l’hydrosphère, l’atmosphère et la lithosphère.
Au sens physique du terme, le littoral est la bande comprise entre le niveau des plus basses mers et celui des plus hautes mers, donc ce que couvre et découvre la mer : il correspondrait dans ce cas à l'estran. Mais c'est une définition beaucoup trop réductrice pour rendre compte du rôle d'interface que joue le littoral entre son avant-pays maritime et son arrière-pays terrestre.
Quoi qu'il en soit, c'est un espace d'étendue limitée, donc un "bien rare" et de plus en plus convoité, dont la législation cherche à encadrer l'occupation, à organiser la protection.

Les juristes se sont donc efforcés de cerner les spécificités du littoral. Le rapport Piquard le définit comme une zone de contacts entre la terre et la mer et en propose une approche "géométrique" : "le contact entre la terre et la mer s'opère selon une ligne à peine mouvante, au rythme des marées ; de part et d'autre de cette ligne, les modes d'utilisation de l'espace sont totalement différents. Il en résulte que chaque fonction ou activité, aussi bien terrestre que maritime, ne dispose sur le littoral que d'une fraction de l'espace dont elle pourrait disposer par ailleurs."
La loi "littoral" du 3 janvier 1986 définit le littoral (article premier) comme une "entité géographique" sans préciser beaucoup plus la notion. De fait, la loi fixe son champ d'application territorial par référence à la notion de "commune littorale" (voir l'article ci-dessous). Elle ne donne aucune définition juridique du mot "littoral" en tant que substantif.
 

Les littoraux méditerranéens


Les caractères morphologiques des littoraux du pourtour méditerranéen résultent de différentes dynamiques, parfois cumulatives, parfois antagonistes :
- accrétions, progradations aux embouchures de grands fleuves qui peuvent ainsi former de vastes zones humides plus ou moins deltaïques : Ebre, Guadalquivir, Nil, Po, Rhône par exemple,
- apports ou amaigrissements sédimentaires au gré des dérives littorales,
- déplacements verticaux des masses continentales entraînées par les effets de la tectonique des plaques : ainsi la plaque africaine tend à s'enfoncer sous la plaque eurasiatique en se déplaçant de 2,3 cm par an environ vers le Nord-Ouest.
D'une manière générale, les espaces littoraux du pourtour méditerranéen, sont soumis à des contraintes variées, par exemple : les grands abats d'eau (épisodes cévenols), et les crues aux effets parfois dévastateurs ; l'exigüité des plaines côtières lorsque plateaux et massifs montagneux s'élèvent à proximité du trait de côte. Et quels pourraient être les effets, sur les espaces littoraux méditerranéens, d'évolutions géomorphologiques et climatiques globales ? Certains lieux, mythiques et sensibles peuvent faire l'objet de surveillance particulière, voire de plans de sauvetage : la lagune de Venise par exemple.


Corrélats :

bande littorale / interface /