Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques À la une Notion en débat Notion en débat : paysage

Notion en débat : paysage

Publié le 15/10/2019
Auteur(s) : Marylise Cottet, Chargée de recherche CNRS, géographe - Université de Lyon, CNRS, ENS de Lyon
Avec la contribution de :
Malou Allagnat
Émilie Genelot
Julien Rodriguez
La dimension paysagère est aujourd'hui relativement secondaire au sein de politiques publiques de l'environnement centrées sur l'écologie et les risques. La notion n'en reste pas moins opératoire : composante majeure des cadres de vie, le paysage permet aux habitants de dialoguer facilement avec les spécialistes. Trois exemples montrent des applications concrètes et actuelles du concept, en écologie, en art et en aménagement local participatif.

Bibliographie | citer cet article

À l’heure où les acteurs politiques reconnaissent le changement climatique et l’érosion de la biodiversité comme les principaux enjeux de l’action publique, les réflexions sur le paysage semblent secondaires dans le débat. Sont-elles pourtant éludées ? Il s’agit, dans cet article, de montrer que si le paysage ne représente pas aujourd’hui une finalité de l’action publique (comme cela a pu être envisagé au tournant des années 1990), il est présent sous de multiples formes, qui transcrivent autant de manières de penser le paysage.

Après avoir fait le point sur la place actuelle du paysage dans la politique publique, nous présenterons, grâce à des études de cas, différentes approches paysagères mises en œuvre aujourd’hui dans l’action publique. Il s’agira de montrer que cette diversité d’approches traduit, en terme opérationnel, les différentes manières de penser le paysage qui ont été formalisées, d’un point de vue scientifique, au début des années 1990 en Europe et notamment en France.

 

1. Le paysage en politique

On ne reviendra pas ici en détail sur l’histoire du paysage dans la politique publique en France et en Europe, cet état des lieux ayant été réalisé par ailleurs sur le site Géoconfluences (Tabarly, 2007). On peut toutefois identifier deux grands « moments » réglementaires du paysage.

  • La « Loi paysage » (n° 93-24 du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages et modifiant certaines dispositions législatives en matière d'enquêtes publiques)
  • La « Convention européenne du paysage » (adoptée en 2000 et ratifiée par la loi du 13 octobre 2005)

Ces deux législations sont les seules, aux échelles française et européenne, à se consacrer exclusivement au paysage. Elles envisagent la préservation des paysages comme un élément central des politiques publiques en France et en Europe. Cette préservation ne s’applique plus exclusivement aux paysages remarquables mais est étendue aux paysages du quotidien, aussi appelés paysages ordinaires (figure 1). Cette nouvelle appréhension consacre le paysage comme composante essentielle du cadre de vie. On lui reconnait par ailleurs sa composante écologique, mais aussi culturelle, historique… Les deux textes font ainsi du paysage une question transversale aux politiques d’aménagement en l’intégrant aux diverses politiques sectorielles pouvant exercer sur lui un effet direct ou indirect. Dans cette perspective, les deux textes soulignent la nécessité d’une gouvernance élargie qui intègre les acteurs publics locaux, les associations de protection de l’environnement et les représentants des acteurs économiques. Cela a notamment contribué à renforcer l’implication des chambres d’agriculture qui ont porté les questions de paysage au travers de plans paysagers dans le prolongement de la politique agricole commune. La convention européenne du paysage va même plus loin en imposant la mise en place de procédures de participation du public et reconnait son rôle déterminant concernant les enjeux de cadre de vie et d’identité culturelle (Luginbühl, 2012). En définitive, il s’agit, par ces deux textes, de penser le paysage comme finalité de l’action publique en termes d’aménagement du territoire.

Figure 1. Paysage remarquable et paysage ordinaire
Marylise Cottet paysage Jura vallée Leif Hébert — Bretagne grandes cultures paysage photographie

À gauche, paysage remarquable d’une vallée très encaissée aux versants couverts de forêt dans le Jura. À droite, paysage ordinaire de grandes cultures près de Vitré (Ille-et-Vilaine). La limite entre le remarquable et l’ordinaire est labile et subjective : les deux paysages peuvent changer de catégorie selon le point de vue adopté. Clichés Marylise Cottet (gauche) et Leïf Hébert (droite).

Aujourd’hui pourtant, le bilan apparaît mitigé face à cette ambition. L’essor des enjeux environnementaux sur la scène française et internationale semble avoir pris le pas, mettant dans l’ombre les réflexions et les actions dédiées au paysage. D’autres cadres de pensée, s’appuyant notamment sur le concept d’écosystème, viennent en effet concurrencer le paysage en pensant différemment la relation sociétés-environnements. C’est le cas des réflexions menées sur le risque, la résilience et l’adaptation (notamment en contexte de changement climatique) ou sur les services écosystémiques, dont la diffusion a pris un essor particulier avec les travaux menés dans le cadre de l’Évaluation des Écosystèmes pour le Millénaire (2005), initiée par l’ONU en 2001. Ces manières d’aborder la relation sociétés-environnements prennent de plus en plus de place dans l’action publique, reléguant au second plan les approches centrées sur le paysage. En 2015, la disparition des programmes de recherche dédiés au paysage, financés jusque-là par le ministère de l’Écologie depuis la fin des années 1990 (« Politiques publiques et paysage » de 1998 à 2003 ou « Paysage et développement durable » de 2004-2009 et de 2010-2015) – et non perpétués par l’AFB (ex ONEMA) qui a pris le relai du financement des programmes de recherche sur les écosystèmes - pointe, dans un contexte de restriction budgétaire, la moindre priorité accordée à ces enjeux.

Toutefois, même s’il n’est pas toujours au premier plan de l’action, le paysage est toujours bien présent dans l’action publique. Le paysage semble aujourd’hui faire figure d’outil pour faire émerger des solutions intégrées et concertées d’aménagement du territoire (Masboungi, 2002) ou de préservation environnementale (Nassauer, 1992). En vertu de sa nature à l’interface des sociétés et de l’environnement, le paysage demeure un médium propice au dialogue. Il est en effet souvent délicat, pour le public (aussi appelé citoyens, habitants, populations locales, usagers…), de s’exprimer sur les questions territoriales et environnementales. La technicité du langage des experts est souvent en cause (Nassauer, 1992 ; Joliveau et al., 2008). Par ailleurs, il lui est parfois difficile d’appréhender des phénomènes qui ont lieu à une échelle plus vaste que celle de leur expérience directe. L’échelle d’interaction entre les hommes et l’environnement est celle du paysage. La perception paysagère devient ainsi une entrée-clé pour mettre en lien les hommes et les processus écologiques (Gobster et al., 2007). Le paysage, en privilégiant une relation sensible à l’environnement, permet de parler « un langage accessible, ni technique, ni spécialisé, et donc plus facilement partageable » (Joliveau et al., 2008). Enfin, le statut temporel du paysage, dans lequel s’inscrit le temps qui passe (Wieber et al., 2008), paraît tout à fait adapté en vue d’une gestion durable. L’approche paysagère génère en effet d’elle-même un effet prospectif. « Elle plonge la réflexion dans les décennies passées et la projette dans le futur » (Joliveau et al., 2008). Pour toutes ces raisons, à l’heure où la participation citoyenne est vue comme un facteur de succès des projets de territoire, le paysage constitue une entrée pertinente pour construire « une démarche collective pour ménager des territoires à partir de leurs qualités perçues et vécues » (Davodeau, 2013). C’est à n’en point douter cette vocation opérationnelle du paysage à faire le lien entre des matérialités, des fonctionnements écologiques et territoriaux et des perceptions (Cottet et al.,2014), entre des acteurs ayant des savoirs et des représentations différents, qui conduit Hervé Davodeau à dresser, vingt ans après la promulgation de la loi paysage, un bilan optimiste sur la place du paysage dans l’action publique. L’obligation, pour les départements, de se doter d’un atlas des paysages (instaurée par la loi n°2016-1087 du 8 Août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages), est aujourd’hui la manifestation la plus visible, à l’échelle nationale, de l’utilisation de l’approche paysagère pour penser l’aménagement des territoires.

>>> Géoconfluences recense les liens vers tous les atlas de paysages départementaux et régionaux sur cette page : Ressources : où trouver des cartes et des atlas en ligne ?

La pertinence de cette approche paysagère dans l’aménagement est également bien tangible dans le monde de la recherche comme en atteste le dynamisme de plusieurs revues scientifiques, nationales (Projets de Paysage) et internationales (Landscape and Urban Planning ou Landscape Journal) dédiées au paysage et à ses enjeux, toutes revendiquant une orientation forte sur les questions opérationnelles liées à l’aménagement des territoires.

 

2. Le paysage en concept et en pratiques

Suite à la promulgation de la loi Paysage en 1993 a émergé en France un intense débat scientifique concernant la définition à donner au concept de paysage. Ce débat rend compte d’une diversité de points de vue, qui émergent  au sein d’écoles de pensée du paysage (par exemple l’école de Besançon autour des travaux de J.C. Wieber, ou l’école de Toulouse autour des travaux de G. Bertrand). Les paragraphes qui suivent visent à présenter brièvement trois grandes orientations de la manière de penser le paysage.

2.1. Les approches naturalistes du paysage

La conception naturaliste du paysage a des assises anciennes puisqu’elle date de la seconde moitié du XIXe siècle, époque où Vidal de la Blache fait de l’étude du paysage le projet géographique. Ce dernier était alors entendu matériellement, comme le résultat des actions des hommes s’adaptant à leur environnement naturel au cours de l’histoire. La conception naturaliste du paysage connaît un nouvel essor dans les années 1980. L’émergence des questions environnementales induit de nouveaux enjeux planétaires : s’impose en particulier la nécessité de gérer les espèces et leurs habitats. Dans ce contexte naît l’écologie du paysage, qui se fixe pour objectif de « comprendre comment l’organisation de l’espace interfère avec les processus qui animent la dynamique des populations, des communautés, et des écosystèmes » (Descamps et Descamps, 2007). Cette nouvelle discipline (Burel et Baudry, 2000) forge alors sa propre définition du paysage, comme « un assemblage d’écosystèmes interagissant d’une manière qui détermine des patrons spatiaux qui se répètent et sont reconnaissables » (Forman et Godron, 1986). L’étude du paysage consiste donc à décrire des objets ou des formes ainsi que leurs imbrications spatiales pour, ensuite, leur associer un sens. À terme, l’enjeu serait de dépasser cette démarche descriptive et de mettre en évidence des processus afin d’expliquer des dynamiques (Marty et al., 2006). Une telle conception est donc attachée à l’étude de la composante physique du paysage. Elle ne s’intéresse aux sociétés humaines que dans la mesure où ces dernières induisent, par leurs activités, des pressions susceptibles de modifier les équilibres écologiques.

 
Encadré 1. Le paysage pour préserver ou restaurer les corridors écologiques

Les approches naturalistes du paysage se manifestent aujourd’hui en France avant tout dans la volonté de préserver ou de restaurer un maillage de corridors écologiques (c’est-à-dire un ou des milieux reliant fonctionnellement entre eux différents habitats vitaux pour une espèce, une population, une métapopulation ou un groupe d’espèces) ; Chetkiewicz et al., 2006). Ces corridors sont nécessaires au déplacement, à la reproduction, au nourrissage et au repos de la faune, ainsi qu’à la dispersion de la flore. Outre la cartographie des trames dites vertes et bleues (relatives respectivement à la végétation et à l’eau) issue du Grenelle de l’environnement (2007) et opérationnalisée au sein de Schéma régionaux de cohérence écologique (SRCE, 2008), ce grand projet national qui vise à définir et cartographier le maillage des corridors écologiques se traduit en pratique par des initiatives multiples portées par différents acteurs. Ainsi, le syndicat de la rivière d’Ain Aval et de ses affluents (SR3A) porte depuis fin 2018 l’élaboration d’un plan d’action financé par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et par le département de l'Ain en faveur de la préservation et de la restauration des corridors écologiques. Il repose sur une approche par modélisation à l’aide d’un simulateur développé par un bureau d’études (TerrOïko). Il s’agit de simuler la vie d’individus dans un paysage virtuel construit à l’aide d’un système d’information géographique (SIG). Chaque espèce est caractérisée par ses traits d’histoire de vie au travers de modules de dispersion, de reproduction et de survie. Ces modules sont paramétrés d’après la littérature scientifique, parfois complétée localement de données de terrain. Le modèle peut par ailleurs simuler des changements d’occupation du sol (urbanisation…) ou de gestion (création d’une continuité végétale, d’un réseau de mares ou de haies…) et en montrer les effets concernant le maintien des populations et des continuités. 

Figure 2. Modélisation du paysage : l'exemple des corridors écologiques

Émilie Genelot — carte corridors écologiques PNR haut-jura

PNR du Haut-Jura, étude de la fonctionnalité de la trame des pelouses sèches calcicoles. La zone verdâtre de corridors fonctionnels est constituée de haies, facilement traversées par les papillons de milieux ouverts étudiés ici. A contrario, la forêt présente tout autour des hameaux « Hauts de Thoiry » isole ces patchs d’habitat du reste du réseau (extrait de la fiche de retour d’expérience AAP Biodiversité SR3A).

Émilie Genelot


 

À l’opposé de l’approche de l’écologie du paysage, centrée sur sa composante physique, on trouve d’autres démarches selon lesquelles le paysage est avant tout une construction sociale.

2.2. Les approches culturalistes du paysage

C’est le philosophe Alain Roger qui a le plus fortement exprimé une distinction entre les approches naturalistes et culturalistes du paysage. En effet, il appelle à une dissociation entre les concepts d’environnement et de paysage (Roger, 1996). Selon lui, alors que le premier est « un concept récent, d’origine écologique et justiciable à ce titre d’un traitement scientifique », le second est « un concept plus ancien, d’origine artistique, et relevant comme tel d’une analyse esthétique » (Roger, 1995). « On ne peut parler du paysage qu’à partir de sa perception » (Collot, 1995). L’approche culturaliste considère donc le paysage essentiellement comme une construction sociale, subjective, liée intimement aux mécanismes perceptifs. Il est dès lors défini comme la « perception esthétique et unitaire d’une portion de pays » (Roger, 1995). En tant que tel, le paysage n’existe pas sans la médiation de l’art – ou artialisation. Seuls les artistes sont en mesure de créer le recul nécessaire à la perception – et donc à l’émergence – des paysages. Sans quoi, tout à chacun est capable de ne percevoir que le pays, ce « degré zéro du paysage » précédant toute artialisation (Roger, 1995). L’approche culturaliste distingue en effet la perception du pays (ailleurs appelé nature), cet espace terrestre indéterminé, de la perception du paysage, qui a reçu sa détermination de l’art. Une illustration célèbre de cette distinction a été donnée par le peintre Cueco (1995). Ce dernier rapporte une discussion qu’il a menée avec son voisin agriculteur à propos de la « beauté » de son champ. Au cours de celle-ci, il leur a été impossible de s’entendre sur le concept de beauté. Alors que Cueco, en tant que peintre, avait une vision exclusivement esthétique, son voisin, agriculteur, considérait son champ avec l’expérience qu’il en fait et la connaissance qu’il en a. C’est donc davantage la qualité du pays que ce dernier évaluait, dans le sens où il assure une série de fonctions (Cueco, 1995).

 
Encadré 2. Quand l’art vivant explore les relations aux paysages

Créé en 2011 et basé à Marseille, le collectif La Folie Kilomètre regroupe des artistes issus du spectacle vivant, des arts plastiques et de l’aménagement du territoire. Ses créations associent mises en fiction et dispositifs documentaires, installations plastiques et formes spectaculaires, écriture contextuelle et expériences scénarisées. Construites à partir de temps longs d’immersion, elles s’ancrent dans les territoires qu’elles explorent et s’articulent autour d’une dramaturgie des paysages traversés. Depuis 2018, le collectif a débuté la création d’une nouvelle proposition artistique, La Belle Escorte, une grande marche à travers ville ou à travers champ, pendant laquelle une foule de 2000 personnes célèbre les paysages d’ici, sous la forme d’un rituel collectif activé par le public.

Au départ de la déambulation, chaque personne est accueillie individuellement, et est invitée à choisir un groupe de marcheurs (randonneur·ses, manifestant·es, flâneur·ses, fêtard·es, sorcier·es…), puis s’équipe d’un bâton de marche. Chaque groupe a pour mission de réaliser des actions simples et collectives. Liées les unes aux autres, elles créent les scènes et les mouvements de cette célébration rituelle. Cette déambulation vise à fêter les paysages qui nous constituent, ceux que l’on fantasme, ceux que l’on côtoie au quotidien, ceux qui nous accompagnent lorsque l’on part loin de chez nous. La compagnie affirme ainsi que célébrer le paysage, c’est jouer avec, y être attaché(e), s’en souvenir, l’habiter, le partager, se l’approprier, le révéler, le cultiver, le contempler, c’est en rêver, en prendre soin.

À quels paysages s’attache la population d’un village, d’une ville, d’une région ? Grande montagne, petit étang ? Autoroute, couloir aérien, vallée humide ? Nouveaux quartiers, passages secrets ? Pour chaque Belle Escorte, une immersion en amont permet de définir les paysages que nous célébrons, elle est alimentée de rencontres avec les populations locales, les élus et services techniques, les écoles, et donne lieu à des ateliers et des réalisations cartographiques.

Figure 3. Le paysage investi par le spectacle vivant
Julien Rodriguez — folie kilomètre la belle escorte Julien Rodriguez — folie kilomètre la belle escorte
Julien Rodriguez — folie kilomètre la belle escorte Julien Rodriguez — folie kilomètre la belle escorte
Photographies prises au cours de la représentation du spectacle La Belle Escorte qui a eu lieu à Mulhouse le 21 Juillet 2019. Clichés : La Folie Kilomètre, 2019.

Julien Rodriguez


 

2.3. Le paysage comme interface

La définition du paysage comme interface entre les sociétés et leur environnement a été élaborée en parallèle aux approches naturalistes et culturalistes du paysage. En 1995 déjà, Georges Bertrand rejetait l’interprétation dualiste du paysage, considéré soit comme une « nature-objet », c’est-à-dire « une réalité qui existe indépendamment de l’observation et de l’observateur et qui n’est pas autre chose qu’une portion de l’espace terrestre », soit comme « nature-sujet », selon laquelle « le paysage n’a d’existence sociale qu’au travers d’un processus passant de la formation de l’image à son interprétation sociale ». Selon lui, au contraire, « le paysage s’inscrit dans l’espace réel et correspond à une structure écologique bien déterminée ; mais il n’est saisi et qualifié en tant que tel qu’à partir d’un mécanisme social d’identification et d’utilisation » (Bertrand, 1995). D’après cette conception, donc, le paysage ne se rapporte exclusivement ni à la Nature, ni à la Culture. Il chevauche ces deux catégories et a souvent été représenté à l’aide de la systémique (Bertrand, 1995 ; Wieber et al., 2008). Le paysage ne se confondrait donc pas avec l’environnement physique, appelé géosystème (Bertrand et Bertrand, 2002) ou milieu (Berque, 2000), ces derniers étant définis comme la part biophysique des relations nature/sociétés. Il en est la dimension culturelle, sensible et symbolique (Berque, 2000 ; Bertrand et Bertrand, 2002). Cependant, le paysage reste ancré au réel, au sein d’un « monde phénophysique », où l’objectif et le subjectif s’interpénètrent, où les faits y sont aussi des valeurs, et les valeurs des faits (Berque, 2000). Ainsi, le paysage apparaît comme un processus d’interface Nature/Culture (Bertrand, 2002). À ce titre, il a pu être qualifié de « paradigme de médiation entre l’espace et la société » (Donadieu, 2007). Cette troisième orientation semble l’avoir aujourd’hui emporté à la fois dans la sphère scientifique des sciences humaines et sociales et dans la sphère de la politique publique comme en témoigne la « Convention Européenne du Paysage », qui définit en 2000 le paysage comme « une partie de territoire tel que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l'action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations ».

 
Encadré 3. Projet de paysage et participation habitante

On appelle projet de paysage le processus collectif selon lequel un paysage réel ou imaginaire est conçu et construit (voir projetsdepaysage.fr). Il existe une grande diversité de pratiques dans la manière de prendre en compte la participation habitante dans ce processus. Ces « échelles d’engagements » varient en fonction des jeux d’acteurs du projet : entre la maîtrise d’œuvre (paysagiste) d’une part, la maîtrise d’ouvrage (institution) et la maîtrise d’usage (habitant) d’autre part. Ces « démarches institutionnelles ou alternatives » (Montembault et al., 2016) se déploient sous plusieurs échelles d’action allant du projet d’aménagement participatif d’un espace public jusqu’à la participation à l’échelle de la planification territoriale. Dans le cas des « Ateliers du Cloître », menés par le collectif Bivouac en co-construction avec les habitants et les services techniques de la commune du Cloître-Saint-Thégonnec (Finistère), l’échelle du projet d’aménagement participatif est celle de la place de l’église. Le collectif a eu pour mission d’accompagner les services techniques dans le réaménagement et la création de mobiliers pour l’espace public. Ainsi, au fil des étapes du projet (l’état des lieux, la préfiguration et la co-construction), les concepteurs ont intégré les habitants via différents outils de médiation pour favoriser les temps de dialogue et de partage de leurs savoir-faire. En vue d’encourager ces moments d’échanges, le collectif a, le temps du projet, « habité le lieu de la commande ». Une permanence a été installée dans un ancien commerce de la commune pour organiser les ateliers collectifs. Des balades habitantes, des cartographies collectives, des maquettes de travail… ont permis de dresser un état des lieux et de déceler les grands enjeux du projet. S’agissant de la préfiguration, le collectif et les habitants ont co-construit des balises permettant de visualiser, en grandeur nature, les scénarios du projet. Lors de la seconde résidence des ateliers du Cloître, le collectif a accompagné les services techniques et les habitants dans la co-construction du projet en favorisant le réemploi de matériaux.

Figure 4. Le paysage co-construit par les habitants

Malou Boisson / Ateliers du Cloître — Paysage co-construit

Palette des outils de médiation utilisés pour les « ateliers du cloitre ».

Ci-dessus : Affiche de l’événement de la co-construction de la place de l’église.

À droite 1 : photo aérienne et maquette comme outils de discussion avec les habitants. 2 : préfiguration de l’espace public avec les balises. 3 : chantier collectif. Illustrations issues de la gazette spécialement éditée pour raconter le déroulement du projet. Voir le blog des « Ateliers du cloître ». Clichés : Les Ateliers du Cloître, 2017.

Malou Boisson / Ateliers du Cloître — Paysage co-construit
Malou Boisson / Ateliers du Cloître — Paysage co-construit
Malou Boisson / Ateliers du Cloître — Paysage co-construit

Malou Allagnat


 

Conclusion

Le paysage fait partie de ces mots de la géographie qui ont à la fois un sens dans le langage courant et des usages très spécifiques par celles et ceux qui ont vocation à en être les spécialistes : géographes, artistes, responsables politiques… Pour autant, sa polysémie n’est pas un obstacle à son usage mais une richesse permettant au paysage, comme mot et comme idée, et aux paysages, comme réalité perçue par les différents acteurs et en particulier par les habitants, de rester d’actualité aujourd’hui.

 


Bibliographie

 

Marylise COTTET
Chargée de recherche CNRS, Université de Lyon, UMR 5600 EVS (Environnement, ville, société).

Avec les contributions de :

Malou ALLAGNAT,
Paysagiste et doctorante Cifre Eso Nantes (UMR 6590) - Grand Lyon
Émilie GENELOT, 
Chargée de mission Biodiversité et espaces patrimoniaux au SR3A (syndicat de rivière Ain Aval & Affluents)
et Julien RODRIGUEZ,
pour La Folie Kilomètre - collectif de création en espace public.

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Marylise Cottet, « Notion en débat : paysage », Géoconfluences, octobre 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/paysage

 

Actions sur le document