Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Entre-deux

Entre-deux

Publié le 28/06/2022

Les espaces d’entre-deux sont des espaces de transition, de rencontre, de passage graduel entre deux types d’espaces clairement identifiés. Combinant des éléments caractéristiques de l’un et de l’autre, notamment au plan morphologique ou paysager, mais également sur le plan des logiques fonctionnelles, l’espace d’entre-deux peut être à la fois une limite indécise, une zone grise, une marge ou des confins pour les territoires qui le bordent, et un centre pour ceux qui l’habitent.

L’étude des milieux s’intéresse depuis longtemps à ces lisières fonctionnant comme des interfaces écologiques : c’est le sens de la définition d’un écotone. L’orée d’une forêt, le talus entre plaine et plateau, le littoral sont des entre-deux biophysiques.

La géographie des faits sociaux s’est intéressée plus tardivement à l’étude des entre-deux (Le Gall et Rougé, 2014) en tant que tels, même si les discontinuités, les effets de seuils sont formalisés dès les années 1960 notamment par Roger Brunet (ibid.). Il faut des géographies buissonnières, telles que peut les formuler un philosophe comme Michel de Certeau (1980), pour s’intéresser aux interstices, aux friches, et aux marges. En histoire, le travail de Richard White sur le Middle Ground, le terrain d’entente et d’intercompréhension, non dénuée de violence, élaboré entre colons européens et populations amérindiennes du XVIIe au début du XIXe siècle, a contribué à montrer que l’espace d’entre-deux pouvait être plus intéressant que les cœurs territoriaux pour comprendre des faits sociaux. Il faut attendre l’essor des études consacrées aux mobilités, aux espaces périurbains et à la périurbanisation comme processus (Rougé, 2018) pour que les espaces d’entre-deux fassent l’objet d’une conceptualisation plus poussée, notamment avec la notion de tiers-espace (Vanier, 2000).

Les études sur la frontière, notamment au sens large d’un espace de conquête, proche de la notion de front pionnier, insistent sur l’épaisseur des territoires frontaliers, au contraire de la représentation classique, linéaire. L’espace de la frontière est alors un espace d’entre-deux qui peut être un espace d’interaction avec l’altérité, de rencontre, ou de domination, de dépossession, voire concentrant tous ces types de relations entre des acteurs différents : espace de « friction » (Tsing 2005 citée par Acloque, 2022).

(JBB), mai 2022.


Références citées
Pour compléter avec Géoconfluences

Actions sur le document

Affiner les résultats par :