Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Géopolitique des énergies

Géopolitique des énergies

Publié le 28/06/2022

Les conflits de puissance et les ressources énergétiques sont tellement imbriqués que l’expression géopolitique des énergies semble être tautologique. En fait, les sources d’énergies, notamment les hydrocarbures, si elles peuvent être le prétexte ou le moteur d’un conflit, en sont rarement la seule cause. L’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003, décidée par une administration Bush dont les collusions avec le secteur pétrolier sont connues, pouvait avoir aussi des motivations autres qu’énergétiques, par exemple le renforcement de la présence étatsunienne au Moyen-Orient, pour des raisons stratégiques, suite aux attentats du 11 septembre 2001. Ainsi la façon dont les énergies alimentent les conflictualités sont diverses.

L’enjeu le plus évident est le contrôle des gisements et des structures de production : il s’agit d’assurer sa sécurité énergétique, mais aussi sa sécurité tout court, dans la mesure où pays ne peut assurer sa défense sans énergie. Le contrôle de la manne pétrolière a été un objectif de Daech pour financer son programme politique et militaire. De même, la plupart des puissances grandes ou moyennes cherchent à sécuriser leur approvisionnement en pétrole, en gaz, en uranium (présence française au Sahel)… Les terres rares, qui sont cruciales dans le cadre de la transition énergétique, sont des ressources minières qui entrent également dans la géopolitique des énergies.

La sécurisation des voies d’approvisionnement, telles que les routes maritimes, les voies ferrées, les oléoducs et les gazoducs, entre dans ce cadre. Le projet chinois de nouvelles routes de la soie témoigne d’une volonté de sécuriser les approvisionnement du pays. La construction de conduites maritimes entre la Russie et l’Union européenne via la Baltique ou la mer Noire était un moyen de contourner les pays d’Europe orientale échappant au giron russe. De même, le contrôle des ports méthaniers a été un objectif militaire de la guerre en Ukraine en 2022.

Les énergies jouent aussi un rôle majeur comme moyen de pression : si la sécurité énergétique est si importante, c’est que la dépendance énergétique rend un pays vulnérables au chantage de la part de ses fournisseurs. Ainsi les Etats-Unis ont-ils subi de plein fouet l’embargo décidé par l’OPEP après la guerre du Kippour, de même que tous les pays dépendants au pétrole lorsque simultanément l’OPEP instaurait des quotas visant à remonter les cours. Toutefois, la vulnérabilité est dans les deux sens, puisqu’un pays producteur a besoin de clients et de débouchés. Des pays ont ainsi subi les embargos américains sur le pétrole : Venezuela, Iran. La Russie a menacé la sécurité énergétique (notamment gazière) de l’Union européenne en envahissant l’Ukraine en 2022, mais en réponse, les sanctions européennes ont privé la Russie de son principal débouché. L’énergie devient ainsi un point central des négociations en cas de conflits (on peut penser au programme « pétrole contre nourriture »)

(JBB) juin 2022.


Pour compléter avec Géoconfluences
Lire aussi
  • Dubois S., « Énergie » in Beucher S. et Ciattoni A., Dictionnaire de géopolitique, Hatier, coll. "initial", 2021, p. 196-205.

Actions sur le document

Affiner les résultats par :