Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Le vocabulaire de la géographie à travers plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration depuis plus de 20 ans. Par ailleurs, plus de 950 entrées ont fait l'objet d'une relecture et d'une mise à jour systématiques entre 2019 et aujourd'hui.

Il existe 1572 termes dans le glossaire.

Il existe 39 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critère H
Habitabilité
Le terme habitabilité est un néologisme qui qualifie l'ensemble des conditions de l'habiter d'un lieu (accessibilité, convivialité, citoyenneté, proxémies) aussi bien matérielles qu'idéelles. Le terme renvoie à une idée de l’habiter plus large que le fait de résider. L’habitabilité d’un lieu est liée à l’existence de possibilités suffisantes de création et d’adaptation permettant aux individus de se l’approprier. Les approches par l’habitabilité étudient la façon dont le (...)
Habitat (humain)
- Pour la notion d'habitat en écologie, voir : Habitat écologique
- Ne pas confondre avec : Habiter (notion) En géographie, l'habitat peut être défini comme l'organisation des habitations sur un espace donné. L'habiter renvoie à la capacité des acteurs à organiser les espaces multiples qui composent leur habitat, aux pratiques de vie qu'en ont les individus et les groupes qui l'occupent. La question du logement n'épuise pas celle de l'habitat mais elle s'y inscrit. Il y a des habitats (...)
Habitat écologique, biotope
Ne pas confondre avec : habitat humain ni avec : habiter (notion en géographie)
L'habitat, au sens des écologues, désigne les espaces de vie des espèces animales et végétales. Un même écosystème peut fournir un habitat à de nombreuses espèces différentes. À l'échelle micro, une haie, une mare, un bras mort, un vieux tronc, une lisière, un pré, une tourbière, etc. sont des exemples d'habitats : c'est le sens du mot biotope. On utilise également le terme à une échelle plus vaste (...)
Habitat pavillonnaire
L'habitat pavillonnaire ou individuel correspond à un paysage caractéristique des périphéries urbaines et de la seconde moitié du XXe siècle, dans lequel les logements individuels dominent. Si l'« âge d'or » de l'habitat pavillonnaire peut se situer entre les années 1960 et aujourd'hui, ses origines remontent au moins au XIXe siècle. Il est souvent associé aux banlieues et aux espaces périurbains, mais l'habitat pavillonnaire existe aussi dans les espaces ruraux.
Désignant à (...)
Habitation (Antilles, Guyane)
Dans les colonies françaises d’Amérique (Canada, Illinois, Louisiane, Antilles, Guyane…), une habitation désignait une exploitation agricole. Le terme a perduré jusqu’à aujourd’hui dans les Antilles et en Guyane, dans la toponymie et dans l’usage, pour désigner les plantations. Une habitation comprenait les logements proprement dits, ceux des planteurs et ceux des esclaves, les bâtiments d’exploitation (parfois une distillerie dans le cas des habitations sucrières), ainsi que les (...)
Habiter (en didactique de la géographie)
Voir aussi Habiter, habitant
Les réformes impulsées par le ministère de l’Éducation Nationale entre 2008 et 2015 ont progressivement intégré le concept d’« habiter » dans les programmes scolaires de géographie (collège puis école élémentaire), jusqu’à en faire un élément structurant et central. La géographie enseignée cherche à renouveler ses objets, ses contenus mais aussi ses démarches, les compétences et les finalités visées, tout en tentant de rompre avec une (...)
Habiter, habitant
Comme concept, « habiter » a été exploré, notamment, par la philosophie d’Heidegger qui en a fait une activité primordiale, constitutive de l'être humain. Il désigne, aux yeux des géographes, le processus de construction des individus et des sociétés par l’espace et de l’espace par l’individu, dans un rapport d’interaction voire un rapport ontologique qui les relie : nous habitons l'espace et c'est pour cela qu'il nous habite.
Henri Lefebvre (1901—1991), annonçant un (...)
Haie
Une haie peut être définie comme « une association continue, dans l’espace et le temps, d’arbustes et d’arbres, plus ou moins entretenue mais difficilement franchissable, située en limite de parcelle » (Balesdent et al., 2023, p. 97). Elle est le principal élément paysager définissant le bocage, dans l’ouest de l’Europe comme en Afrique (bocage bamiléké au Cameroun). En négatif, un paysage d’openfield est caractérisé par l’absence de haies. En Angleterre, le passage (...)
Halieutique
L'adjectif halieutique, du grec halieutikos, qui a trait à la pêche, qualifie toutes les activités relevant de la pêche sous toutes ses formes, professionnelle ou de loisirs, en eau douce ou marine. Selon certains auteurs, la filière halieutique peut s'étendre aussi à la production aquatique.
(MCD) juillet 2014. Dernière relecture en septembre 2023.
Pour compléter avec Géoconfluences
- Hervé Théry, « Les territoires ultamarins des États-Unis au cœur de la première ZEE (...)
Hallyu
Hallyu est un terme d’origine chinoise signifiant « vague coréenne », qui désigne l'engouement envers les productions sud-coréennes dans plusieurs industries culturelles à partir des années 2000 : musique, bandes-dessinées, cinéma, séries télévisées, mais également cuisine etc. D'après Éric Bidet (2013), la Corée du Sud a d'abord réussi à imposer des séries télévisées à la Chine et au Japon dans les années 1990, avant de devenir un modèle de soft power à l'échelle (...)
Halophile
Le terme halophile désigne l’ensemble des organismes vivant dans des milieux salés. Il caractérise notamment les plantes terrestres supérieures tolérant le sel, donc supportant la submersion par les pleines mers. Les plantes halophiles s'installent à la frange supérieure des estrans pendant les années dépourvues de très grandes marées. Elles sont surtout constitutives des prés salés, dont elles fixent les matériaux.
(ST) 2003 ; dernière relecture (SB et CB) septembre 2023.(...)
Hameau, écart
En France, un hameau est une petite agglomération rurale de quelques bâtiments comprenant plusieurs foyers, distincte du chef-lieu de la commune où se situe la mairie. En habitat dispersé, sur un finage donné, la population totale des hameaux et des écarts peut dépasser celle du bourg.
Un écart est un lieu de peuplement isolé, une maison ou une ferme n'ayant pas de voisin.

Exemples de hameaux et écarts dans la commune de Saint-Georges-de-Reintembault (Ille-et-Vilaine). Le (...)
Haut lieu et géosymbole
Pour Bernard Debarbieux (2003), un haut lieu est un « lieu qui exprime symboliquement, au travers de ses représentations et de ses usages, un système de valeurs collectives ou une idéologie ». C'est un lieu nommé, localisé, et surtout haut placé dans l'échelle des valeurs (Clerc, 2004). Cette définition rejoint celle du géosymbole, que Joël Bonnemaison (1981) définit comme « un lieu, un itinéraire, une étendue qui, pour des raisons religieuses, politiques ou culturelles prend aux yeux (...)
Haut lieu touristique
Voir aussi : haut lieu et lieu touristique
Si l’on considère un haut lieu comme un lieu condensant une forte charge imaginaire, incarnant des pratiques et fonctionnant comme modèle pour d’autres lieux touristiques et urbains, on nommera haut lieu touristique un lieu (par exemple Venise) ou un type de lieu (par exemple l’île tropicale) rêvé et pratiqué par des touristes du Monde entier et de cultures diverses. Il s’agit donc d’un incontournable touristique et, de plus en plus (...)
Haute mer, eaux internationales
Selon le droit de la mer, la haute mer, définie par la convention de Montego Bay (1982), est la partie de la mer située en dehors des zones de souveraineté et des ZEE des États côtiers. La haute mer comprend les eaux situées au-dessus du plateau continental juridique au-delà de la limite des 200 nautiques (370 km) à partir de la ligne de base.
En théorie, la haute mer n'appartient à personne (principe du « res nullius »), parce que nul n'a le droit de s'approprier ce qui pourrait (...)
Hébergement touristique
On nomme hébergement touristique tout hébergement pouvant accueillir régulièrement ou plus occasionnellement des touristes. En France, l’Insee classe dans cette catégorie « les hôtels, campings, hébergements en meublés de courte durée, résidences de tourisme, centres de villégiatures, centres de vacances pour enfants et adolescents, auberges de jeunesse et refuges, etc. » 
Ces hébergements sont d’une nature extrêmement variée, à l’image des pratiques touristiques. À (...)
Helvétisation (du paysage)
L’helvétisation est un processus d'application d'un stéréotype dit helvétique dans la production d'un paysage hors de son aire initiale. Jean-Paul Ferrier associe l'idée d'« helvétisation » du monde à l'élévation progressive de la qualité des sites, urbains comme ruraux (2002).
Dans le domaine montagnard et notamment dans le cadre du tourisme, l'« helvétisation » consiste à faire du paysage construit de la station d'altitude (chalet en rondins, sapinière, élevage laitier...) (...)
Herbiers de posidonies
Les herbiers de posidonies sont des écosystèmes marins endémiques de la mer Méditerranée et courants sur le littoral français. On parle aussi d'herbiers de magnoliophytes marines, les posidonies appartenant à ce groupe de plantes. Les herbiers de magnioliophytes marines sont un écosystème reconnu pour sa richesse biologique. En plus d'être un habitat pour un grand nombre d'espèces animales, ils ont une capacité de stockage de carbone 180 fois plus élevée que le taux moyen observé en milieu (...)
Herbu, schorre
Le schorre, mot masculin d'origine néerlandaise, synonyme d’herbu, désigne la partie supérieure des étendues intertidales d'un marais maritime. Le schorre consiste en une accumulation littorale de matériaux fins mêlés de matériaux plus grossiers, stabilisés par l'installation de plantes supérieures halophiles. On parle alors de prés salés, également appelés palues par les Bretons, mollières par les Picards ou encore mizottes par les Poitevins. En cas de forte marée, le schorre peut (...)
Héritage
Un héritage est, au sens premier du terme, ce que nous laissent nos prédécesseurs. Cette notion pose donc en géographie la question des temporalités et du temps long. Elle a par exemple été mobilisée aussi bien en géomorphologie, qui a étudié les « héritages glaciaires » comme les moraines, qu’en analyse paysagère (les paysages actuels d’openfield sont les héritages de systèmes agraires plus anciens). De façon plus globale, la plupart des objets d’étude de la géographie (...)
Affiner les résultats par :