Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales Enclavement / Désenclavement

Enclavement / Désenclavement

Publié le 11/03/2013

Au sens strict une enclave est un territoire qui n'a qu'une frontière : celle d'un autre territoire dans lequel il est enclavé. C'est le cas du Vatican avec l'Italie, du Lesotho avec l'Afrique du Sud, ou à une autre échelle du comtat venaissin en France, rattaché à la région PACA et enclavé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

L'enclavement caractérise plus généralement un territoire fermé, qui souffre d'un déficit d'accessibilité pour des raisons géopolitiques (enclave de Kaliningrad, Corée du Nord, Lesotho, Gambie par exemple) ou du fait de sa position en angle mort, privé de façade maritime et de voies de communication praticables avec son environnement régional et mondial. Cette situation de manque de desserte spatiale est généralement considérée comme un handicap et est vécue comme un enfermement, mais elle peut aussi avoir un rôle protecteur vis-à-vis de menaces exogènes (épidémie, tourisme de masse, acculturation) et conservateur de caractères endogènes (cadre de vie, culture, activité). Par ailleurs, certains pays n'ayant aucun accès à la mer figurent parmi les plus riches du monde (Suisse, Luxembourg...).

L'enclavement est fondamentalement une notion relative, définie en relation à un gradient fermeture-ouverture. L'enclavement relatif s'aggrave si la desserte des espaces environnants s'est améliorée. Il varie d'un groupe social à un autre, d'un individu à un autre selon sa sensibilité et ses intérêts. Lorsqu'un groupe humain se sent non seulement enfermé mais aussi exclu et étouffé, on parle de complexe d'obsidionalité.

Le désenclavement consiste à construire des infrastructures de transport afin d'ouvrir le lieu, de l'insérer de tels territoires dans les réseaux existants pour les sortir de leur isolement et les intégrer dans le système monde. Cela peut passer par l'organisation de corridors d'échange à toutes les échelles, d'une parcelle à un État. Mais la construction de voies de communication ne suffit pas toujours. Il arrive même qu'elle soit contre productive et aboutisse à l'effet inverse : les nouveaux équipements sont alors autant d'incitations au départ. L'autre solution consiste à passer des accords avec les pays voisins pour faciliter la circulation des biens et des personnes. La Bolivie a par exemple saisi la Cour internationale de justice pour régler le différend qui l'oppose au Chili au sujet de son accès à la mer, qu'elle a perdu suite à la guerre du Pacifique en 1879.

Pour compléter

- l'article de Laetitia Perrier-Bruslé : La Bolivie à la conquête de l'Est. Flux migratoires et intégration territoriale des marges orientales., 2004
- le corpus documentaire de Marie-Annick Lamy-Giner, Mayotte, un DOM insulaire entre enclavement et ouverture, 2015
- le texte de cadrage du dossier Afrique(s) par Jean-Fabien Steck, 2017, « Afrique(s) : dynamiques régionales. Cadrage et problématiques générales », Géoconfluences

Dernière mise à jour : janvier 2017