Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Le vocabulaire de la géographie à travers plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration depuis plus de 20 ans. Par ailleurs, plus de 950 entrées ont fait l'objet d'une relecture et d'une mise à jour systématiques entre 2019 et aujourd'hui.

Il existe 1564 termes dans le glossaire.

Il existe 105 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critère M
Macrocéphalie
Le terme macrocéphalie (étymologiquement, grande tête en grec) désigne l'hypertrophie de la ville la plus peuplée d'un territoire. Le développement disproportionné de la ville la plus grande déséquilibre la hiérarchie urbaine sur le territoire. En termes statistiques, la macrocéphalie est une situation d’écart au modèle de la loi rang-taille (voir loi de Zipf). La ville hypertrophiée n’est pas forcément la capitale politique même si cela peut contribuer à la concentration des (...)
Maillage
Conformément à l’image du filet, le maillage est un découpage de l’espace par des systèmes de lignes. Ce terme fut particulièrement employé dans les années 1990 dans le cadre de l’analyse spatiale. Selon les mots même de Roger Brunet, principal promoteur du concept, le maillage est « l’ensemble des filets qui situent les lieux dans les mailles » (Brunet, 1995). « La maille n’est donc pas les fils, c’est ce qui est entre les fils » (Brunet, 1997). De nos jours, le terme de (...)
Maladie
La maladie est un terme générique aux contours flous, mouvants, pour exprimer un état d'altération de la santé physique ou mentale, voire sociale. Les débats sont récurrents sur les frontières entre le « normal » et le « pathologique ». La maladie peut être objective (diagnostiquée) ou subjective, perçue ou ressentie de manière variable selon les individus, les groupes, les milieux sociaux, les époques.
La classification des maladies (nosologie) varie dans le temps au gré des (...)
Maladie émergente, ré-émergente
Les maladies émergentes et ré-émergentes correspondent à des maladies dont l'incidence réelle augmente de façon significative pour une population donnée, sur un territoire donné.
Il peut s’agir soit de maladies nouvelles (sida), soit des maladies éradiquées qui réapparaissent (fièvre jaune), soit des maladies anciennement connues mais dont les causes ont été trouvées récemment (virus Ébola), soit des maladies nouvelles pour une zone géographique donnée (comme la maladie de Lyme (...)
Malédiction des ressources
La malédiction des ressources, ou malédiction des matières premières, désigne l’ensemble des retombées négatives liées à leur exploitation.
Alors qu’intuitivement, on suppose généralement que l’abondance de matières minérales et biologiques génère de la richesse et du développement, c’est parfois l’inverse qui se produit, surtout lorsqu’une seule matière première est localement présente en très grandes quantités (gaz, pétrole, diamants, argent, cuivre, etc.). Parmi (...)
Mall
Un mall [pron. \mɔːl\] est un établissement privé de grande taille dédié à la fonction marchande et de loisirs. On peut traduire ce mot anglais par centre commercial géant. D’origine nord-américaine, le mall reprend les codes des rues commerçantes des centres-villes mais en le verticalisant, en transformant tous les espaces publics en espaces privés, et en le déplaçant souvent en périphérie ou en péricentre des agglomérations, dans des endroits stratégiques pour maximiser l’accès (...)
Malthusianisme
Le malthusianisme désigne une réduction de la natalité, soit planifiée par une autorité (une politique malthusienne), soit adoptée par une population (un comportement malthusien). Le terme dérive des travaux de l'économiste britannique Thomas Malthus (1766–1834). Selon lui, l’accroissement de la population est infini et a une progression géométrique, alors que les ressources disponibles, notamment les productions agricoles, n’augmentent que de manière arithmétique et restent (...)
Mangrove
La mangrove est une formation végétale des littoraux intertropicaux, constituée par l’association de plantes arborescentes ou arbustives halophiles regroupées sous le terme de palétuviers et qui se développent dans la zone de balancement des marées (l’estran).
Ainsi, entre 25°N et 25°S, les mangroves colonisent presque 75 % de la côte en situation abritée de la houle, y compris les deltas, et les estuaires, couvrant une surface estimée à 182 000 km². Localement, (...)
MAPTAM (loi)
La loi Maptam ou loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles a été promulguée le 27 janvier 2014 (loi n° 2014-58), après avoir été votée le 19 décembre 2013.
Le texte prévoit de clarifier les conditions d’exercice de certaines compétences des collectivités territoriales en instaurant des chefs de file :

- la région pour le développement économique, les aides aux entreprises et les transports (le Sénat a ajouté la (...)
Marais maritime (ou marais littoral)
Un marais littoral, ou marais maritime est un ensemble de terres basses, en partie inondées par les eaux de mer, au moins à marée haute, et souvent en voie de colmatage. Ce type de formation étant répandu aux Pays-Bas, principalement en mer des Wadden, la terminologie néerlandaise est souvent employée : on parle alors de wadden pour désigner ce type de marais, d’autant que les Néerlandais ont souvent été employés au cours de l’histoire pour contribuer à la poldérisation des marais (...)
Marchabilité (potentiel piétonnier)
La marchabilité (néologisme transcrit de l’anglais walkability) ou « potentiel piétonnier » désigne la « capacité d’un milieu à faciliter les déplacements utilitaires à pied et à vélo » (Reyburn, 2010). Au Québec où ce terme est plus couramment employé, il s’agit du « degré de sécurité, d’esthétisme et d’intérêt que présente un itinéraire piéton ». (Office québécois de la langue française). L'adjectif walkable peut être traduit par marchable.
Que (...)
Marchandises (trafic maritime de)
Le trafic maritime de marchandises se décompose généralement en trois grandes masses :

- les marchandises diverses : conteneurs, remorques, palettes, fûts, caisses, tubes, sacs, colis, produits manufacturés…
- les vracs : marchandises non emballées et non arrimées constituant généralement la cargaison homogène d'un navire. Il existe deux sortes de vracs. Les vracs liquides sont principalement des produits pétroliers et chimiques, du gaz, ou des liquides (...)
Marché à terme, marché spot
Un marché à terme est un contrat à terme qui permet aux parties d’acheter ou de vendre à un prix défini à l’avance, pour une fourniture ultérieure. Ce type de marché permet de se protéger des fluctuations éventuelles du prix du produit. À l’inverse, un marché spot est un marché au jour le jour, portant sur des cargaisons. Il s’oppose donc aux contrats à terme.
Ces deux types de marchés coexistent souvent pour un même produit, surtout lorsque celui-ci connaît d’importantes (...)
Marché au cadran
Un marché au cadran est un marché spécialisé mettant en relation des producteurs agricoles (éleveurs, maraîchers…) avec des acheteurs (représentants des entreprises aval de la filière agroalimentaire). Les prix sont affichés sur un cadran (aujourd’hui sur un écran) et baissés jusqu’à ce qu’un acheteur se déclare ; le premier à le faire emporte la vente.
Le marché au cadran est fréquemment situé au centre d’un système de production agricole spécialisé, dans un bourg (...)
Marché mondial du vin
En 2021, le marché mondial du vin s'établissait à plus de 34 milliards d’euros en valeur. La production mondiale était d'environ 260 millions d'hectolitres, dont près de 50 % était exportée. Ce taux d’exportation étant en hausse constante depuis une vingtaine d’années (hors crise de 2021 liée au covid 19) ; il y a donc une mondialisation progressive du marché du vin. Par ailleurs, si la consommation mondiale de vin a connu une nette baisse depuis une quarantaine d’années, elle est (...)
Marche, marches
Les marches désignent les espaces limitrophes, périphériques ou frontaliers qui, jadis, tenaient lieu d'espaces tampons entre deux souverainetés.
L’étymologie du terme (en latin margo, bordure, puis dans le monde germanique marka, frontière) est la même que celle de marge. La marche était, à l'époque carolingienne, le territoire confié à un marquis, auquel elle a donné son nom, un aristocrate chargé de la défendre contre les incursions extérieures. Plusieurs régions (...)
Marée
Les marées sont des variations du niveau de la mer dues principalement aux actions combinées de la lune et du soleil. On distingue l'espace infratidal (de l'adjectif anglais tidal signifiant « relatif à la marée »), situé au-dessous du niveau de la basse-mer, l'espace intertidal situé entre la basse et la pleine mer (ou estran ), et l'espace supratidal, situé au-dessus du niveau de la pleine mer. L'amplitude de la variation de niveau est quantifiée par des coefficients de marée qui (...)
Marge, marginalité, marginalisation
Une marge est, au sens premier, un espace situé en périphérie de quelque chose. On parlera par exemple de la marge d’un texte, des marges d’un bois… L’étymologie du terme (en latin margo, bordure, puis dans le monde germanique marka, frontière) est donc la même que celle de marches. Une marge peut donc désigner une limite, une frontière, une bordure (en océanographie, la marge continentale). De même, l’expression « en marge de » signifie à l’écart, en périphérie (« se (...)
Marina
Une marina est un ensemble architectural construit sur le littoral, composé de logements et de services de loisirs construits autour d'un port de plaisance. En France, l’exemple le plus abouti est la marina de Port-Grimaud, dans le Var. Par extension, le terme « marina » peut simplement désigner le seul port de plaisance. La mondialisation de la plaisance conduit à une multiplication des marinas sur les littoraux du monde.
(MCD) Juillet 2014.
Pour compléter avec Géoconfluences
(...)
Maritime (transport)
Les transports par voie maritime ont été les premiers à jouer un rôle essentiel dans les processus de mondialisation des économies et des sociétés de la planète.
L'organisation spatiale des réseaux maritimes repose sur des lignes (ou routes) maritimes et sur des ports (nœuds ou pôles des réseaux). L'exploitation et l'équipement sont entre les mains des armateurs et des armements. Objectifs et fonctionnements des armements sont très diversifiés, leur degré d'intégration dans les (...)
Affiner les résultats par :