Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Le vocabulaire de la géographie à travers plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration depuis plus de 20 ans. Par ailleurs, plus de 950 entrées ont fait l'objet d'une relecture et d'une mise à jour systématiques entre 2019 et aujourd'hui.

Il existe 1567 termes dans le glossaire.

Il existe 158 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreGéographie critique des ressources : énergies, matières, foncier
Grande accélération
La Grande accélération désigne l’amplification brutale, à l’âge industriel et surtout depuis le milieu du XXe siècle de l’ensemble des processus d’origine humaine conduisant à modifier l’environnement.
L’idée d’accélération permet de rappeler que ces modifications ont toujours existé, et que les sociétés du passé ont modifié, parfois profondément, leurs environnement, des montagnes méditerranéennes aux forêts équatoriales d’Amérique ou du Congo. Mais ces (...)
Greenwashing, verdissement, écologie de façade
Le terme greenwashing (de l’anglais green, vert et to wash, laver) désigne une méthode de communication utilisée par une organisation (entreprise, administration publique nationale ou territoriale, etc.) dans le but de se donner une image socialement et environnementalement responsable assez éloignée de la réalité. En français, les termes verdissement, écoblanchiment, blanchiment écologique ou encore écologie de façade sont de stricts équivalents. C’est pourtant le terme anglo-américain (...)
Guerre verte
La « grave crise écologique multidimensionnelle qu’affronte aujourd’hui l’humanité nourrit des fantasmes comme celui des "guerres vertes" » (Compagnon, 2018). Une « guerre verte » pourrait se définir comme un conflit armé ayant pour élément déclencheur et motif principal la compétition pour les ressources naturelles, dans un contexte d’amenuisement de leur disponibilité lié aux changements globaux. Les « guerres de l’eau » (Lasserre, 2009) et les « guerres (...)
Halieutique
L'adjectif halieutique, du grec halieutikos, qui a trait à la pêche, qualifie toutes les activités relevant de la pêche sous toutes ses formes, professionnelle ou de loisirs, en eau douce ou marine. Selon certains auteurs, la filière halieutique peut s'étendre aussi à la production aquatique.
(MCD) juillet 2014. Dernière relecture en septembre 2023.
Pour compléter avec Géoconfluences
- Hervé Théry, « Les territoires ultamarins des États-Unis au cœur de la première ZEE (...)
Hydrolienne
L’énergie hydrolienne est produite par l’énergie des courants qui sont concentrés dans certains endroits près des côtes.
On appelle aussi hydroliennes les turbines hydrauliques sous-marines ou flottantes qui utilisent les courants marins ou fluviaux. Elles se distinguent des usines marémotrices qui utilisent, elles, la force de la marée (comme celle de la Rance en Bretagne).
Les recherches et les expérimentations se sont développées au début des années 2000 dans le cadre (...)
Hydrosphère
L’hydrosphère (du grec hydros, eau) est l’ensemble des eaux qui enveloppent le globe terrestre sous les trois formes : liquide, solide et gazeuse, soit 1 406 000 km³. Elle est composée à 97,5 % d’eau salée présente dans les mers et océans. L’eau salée des continents ne compte que pour 0,01 % des eaux continentales.
Les 2,5 % d'eau douce sont stockées pour les trois quart sous forme de glaces et pour un quart dans les eaux souterraines profondes. L’eau atmosphérique et les (...)
Hydrosystème fluvial
L'hydrosystème fluvial est un concept systémique se rapportant à un tronçon de cours d’eau incluant le lit mineur, le lit majeur, la nappe phréatique et les milieux aquatiques et riverains qu’ils contiennent, au sein du bassin versant. Ce concept interdisciplinaire met l’accent sur les flux d’eau, d’énergie, de sédiments, de nutriments, d’organismes vivants et de matière organique dans quatre dimensions :

- longitudinale : des montagnes aux embouchures ;
- (...)
Immensité
La notion d’immensité caractérise un espace si vaste qu’il semble sans limite. La géographie a longtemps utilisé ce terme pour décrire les espaces océaniques, certains ensembles topographiques (« l’immensité des grandes plaines américaines ») voire forestiers (« l’immensité amazonienne »).
Le terme a également souvent été employé pour qualifier des États : Chine, Canada et surtout URSS puis Russie. Cette dernière, avec une superficie de 17 075 400 km² (31 fois la (...)
Industrie
L'industrie regroupe l'ensemble des activités économiques qui ont pour objet de transformer des ressources naturelles en vue de produire des biens matériels. Elle constituait le secteur secondaire dans la division classique en grands secteurs, une classification conçue en 1947 par l’économiste britannique Colin Clark (1905-1989). L’étymologie du terme provient du latin industria, « activité », « art », mais aussi « l’habileté à faire quelque chose » (CNRTL), ce qui explique des (...)
Inégalité, inégalités sociales
Le terme d’inégalité désigne, de façon assez générale, le caractère de ce qui n’est pas égal. Les inégalités peuvent être des inégalités socio-économiques, des inégalités de genre, d’âge et de génération, des inégalités en fonction des origines, ou entre nationaux et étrangers. Elles ont toutes une dimension spatiale, allant de l’échelle mondiale à l’échelle locale voire à l’échelle individuelle, et on peut même prendre en compte, dans le cadre d’une (...)
Intensité énergétique
L’intensité énergétique finale d’un pays désigne la quantité d’énergie finale utilisée dans l’économie une année donnée pour produire une unité de PIB. Elle est calculée comme le ratio « consommation finale d’énergie / PIB » et est généralement exprimée en tonnes équivalent pétrole (tep) par unité monétaire (dollar, euro) en PPA (parité de pouvoir d'achat). Plus l’intensité énergétique est élevée, plus l’efficacité énergétique est mauvaise.
La baisse (...)
Intrants
En agriculture, les intrants sont les apports à une parcelle agricole destinés à augmenter ses rendements. Il s'agit principalement des engrais naturels ou industriels et des produits phytosanitaires (pesticides, fongicides, insecticides...). Si l’eau d’irrigation correspond aussi à cette définition, on la classe généralement à part. Dans l’industrie, les intrants sont la traduction de l’anglais input, désignant tous les éléments qui entrent dans un processus de production.
(...)
Irrigation
L’irrigation est l’apport d’eau à une parcelle agricole. Il s’agit de remplacer l’incertitude et les aléas des précipitations par un contrôle humain sur l’un des éléments fondamentaux de la croissance des végétaux, l'eau. Dans les climats à saisons froides, la saison chaude correspond à l’optimum de croissance de la plupart des plantes, mais aussi au maximum de l’évapotranspiration. En cas de sécheresse ou d’apport d’eau insuffisant, la croissance ralentit ou s’arrête, (...)
Joint-venture
Une joint venture (à prononcer en anglais) est une entité particulière fondée par plusieurs entreprises qui mettent en commun leurs compétences et capitaux afin de réaliser un projet précis. Au contraire d’une fusion, chaque entreprise garde une certaine autonomie d’action. Les termes français de coentreprise ou d’entreprise commune correspondent à la même réalité mais sont nettement moins utilisés.
Une joint-venture peut être horizontale (les entreprises ayant le même domaine (...)
Justice environnementale
La justice environnementale englobe le principe selon lequel toutes les personnes et les communautés ont droit à une protection égale et à une application égale des lois et des règlements en matière d'environnement (Paddeu, 2012 ; 2016). Cela consiste à revendiquer une réduction des inégalités environnementales, perçues comme une injustice, et dont l’une des manifestations les plus tangible est le fait que le risque d’habiter à proximité des sources de pollution (de l’air, de l’eau (...)
Latifundisme
Le latifundisme désigne les structures agraires marquées par la présence de grandes propriétés caractérisées à la fois par leur taille, de quelques centaines d’hectares à des dizaines de milliers d’hectares, et par des modes de culture très extensifs. Historiquement, dans l’antiquité romaine, les latifundia (pluriel de latifundium) correspondaient à ce type d’exploitation.
De nos jours, la terminologie espagnole (latifundios) s’est peu à peu imposée dans le langage (...)
Ligne à neuf traits, ligne à dix tirets, ligne discontinue
La ligne en neuf (de 1949 à 2016) puis dix (depuis 2016) tirets (ou traits) est le nom couramment donné à une ligne tracée par la Chine sur les cartes de la mer de Chine du Sud pour y matérialiser ses revendications, et qu'elle même nomme « ligne discontinue » (Lasserre et Alexeeva, 2024).
Elle a été rendue publique pour la première fois en 1935, mais la plupart des chercheurs mentionnent une première apparition officielle entre 1946 et 1948, dans un atlas créé pour les autorités (...)
Lobbies, lobbying, groupes de pression ou d’influence
Le lobbying désigne une activité d’influence ou de pression sur le pouvoir politique. Un lobbyiste est un acteur pratiquant cette activité et un lobby peut désigner l’ensemble des lobbyistes d’un secteur donné (l’automobile, l’agroalimentaire…). Une traduction française serait « groupe de pression » ou, moins connoté négativement, « groupe d’influence ».
Reflétant une intrication très forte entre pouvoir politique, pouvoir économique et société civile, le (...)
Malédiction des ressources
La malédiction des ressources, ou malédiction des matières premières, désigne l’ensemble des retombées négatives liées à leur exploitation.
Alors qu’intuitivement, on suppose généralement que l’abondance de matières minérales et biologiques génère de la richesse et du développement, c’est parfois l’inverse qui se produit, surtout lorsqu’une seule matière première est localement présente en très grandes quantités (gaz, pétrole, diamants, argent, cuivre, etc.). Parmi (...)
Malthusianisme
Le malthusianisme désigne une réduction de la natalité, soit planifiée par une autorité (une politique malthusienne), soit adoptée par une population (un comportement malthusien). Le terme dérive des travaux de l'économiste britannique Thomas Malthus (1766–1834). Selon lui, l’accroissement de la population est infini et a une progression géométrique, alors que les ressources disponibles, notamment les productions agricoles, n’augmentent que de manière arithmétique et restent (...)
Affiner les résultats par :