Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Le vocabulaire de la géographie à travers plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration depuis plus de 20 ans. Par ailleurs, plus de 950 entrées ont fait l'objet d'une relecture et d'une mise à jour systématiques entre 2019 et aujourd'hui.

Il existe 1564 termes dans le glossaire.

Il existe 63 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critère G
Géographie des maladies
La géographie des maladies est une branche de la géographie de la santé qui étudie la distribution sociale et spatiale des pathologies. Bien qu'elle procède d'une filiation ancienne, depuis l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine, en passant par l'école hippocratique et la médecine arabe, les géographes ne s'y sont vraiment intéressés qu'aux lendemains de la Première guerre mondiale, en France avec Maximilien Sorre par exemple. Cette géographie procède de deux démarches (...)
Géographie du tourisme
La géographie du tourisme regroupe l’ensemble des études de géographie concernant le tourisme, ses lieux, ses flux, ses acteurs, ses pratiques… Cette discipline s’est peu à peu affirmée comme une branche majeure de la géographie humaine. Rémy Knafou (2023) date son émergence progressive de la charnière des années 1960 (la publication de thèses sur ce sujet) aux années 1980 (la publication de plusieurs manuels universitaires). Il s’agissait alors d’une géographie « enfermée dans (...)
Géographie et frontières
La géographie des frontières s’est considérablement développée depuis le début du XXIe siècle. Il n’existe cependant pas de terme unanimement reconnu pour la qualifier. La limologie (de limes, frontière) est, d’une façon globale, l’étude des frontières mais elle concerne aussi bien la géographie que le droit ou l’histoire. Par ailleurs, le terme d’horogénèse, proposé par Michel Foucher en 1986, désigne de manière plus précise le processus de formation de ces frontières.
(...)
Géographie scolaire
La géographie scolaire est la géographie enseignée dans le premier et le second degré (c'est-à-dire, en France, à l’école, au collège et au lycée). Cela recouvre les programmes scolaires, les instructions officielles de mise en œuvre, la pratique professionnelle des enseignants, le contenu des cours, les documents utilisés (dont les manuels scolaires), le vécu des élèves et des anciens élèves.
En France, la géographie est couplée avec l’histoire dès 1802 (Clerc, 2014) et ce (...)
Géohistoire
La géohistoire est une démarche consistant à utiliser les outils et les méthodes de la géographie dans des périodes passées. Elle se distingue de la géographie historique qui est la connaissance des lieux et des espaces dans le passé, donc une branche de l’histoire. Cette démarche trouve son origine chez les penseurs, tels Fernand Braudel au milieu du XXe siècle, qui ont fait le lien entre les deux disciplines mariées dans l'enseignement secondaire mais séparées dans le supérieur, (...)
Géoïde, ellipsoïde
La terre n'est pas une sphère, qui est une forme géométrique dite parfaite, mais un géoïde. Ce terme désigne la forme réelle de la surface terrestre, légèrement aplatie aux pôles et bosselée selon les continents. Son apparence sphérique lorsqu'on l'observe depuis l'espace masque les nombreuses petites irrégularités de sa surface. Pour modéliser cette surface, on utilise une figure géométrique plus régulière, l'ellipsoïde : volume globalement sphérique présentant un aplatissement aux (...)
Géomatique, géo-numérique
La géomatique, mot valise composé de géographie et informatique, est l'analyse et le retraitement des données spatiales assistés par ordinateur, généralement par l'utilisation d'un système d’information géographique (SIG). Le terme est né dans les années 1960 à l’époque d’une première diffusion de l’outil informatique en milieu universitaire. Mais c’est avec la généralisation d’internet dans les années 1990–2000 que la géomatique s’est développée.
Les termes de (...)
Géomorphologie
La géomorphologie est une branche de la géographie étudiant les formes du relief terrestre, notamment le rôle de l'érosion dans la formation des paysages. Elle s'intéresse donc au modelé, c'est-à-dire à l'apparence surfacique du relief. Elle est au contact entre géologie, hydrologie, pédologie, agronomie et géographie des paysages. La géomorphologie a joué un rôle majeur, dans le cadre de le géographie classique dominante jusqu’aux années 1960–1970.
Selon une dichotomie (...)
Géomorphologie des déserts (erg, reg...)
La géomorphologie des déserts se caractérise par l'action directe des agents érosifs, en raison de l'absence ou de la faiblesse des sols et du couvert végétal. Cette branche de la géomorphologie a connu un essor important dans les années 1950, dans le contexte de la colonisation. Les géographes français s’étant surtout intéressés au Sahara, la conséquence en a été l’importance des termes arabes. Ainsi, lorsque le substrat rocheux est cohérent, on parle en géographie francophone (...)
Géopolitique
La géopolitique est l'étude multiscalaire des conflits entre acteurs. Cette branche de la géographie ne se limite pas aux conflits armés et interétatiques : les luttes d'influence au sein des structures intercommunales ou les controverses autour d'un aménagement régional peuvent, par exemple, relever d'une étude géopolitique. La géopolitique n'est pas synonyme de géographie politique, puisque toute géographie du fait politique ne relève pas de l'étude des conflits entre acteurs.
(...)
Géopolitique des énergies
Les conflits de puissance et les ressources énergétiques sont tellement imbriqués que l’expression géopolitique des énergies semble être tautologique. En fait, les sources d’énergies, notamment les hydrocarbures, si elles peuvent être le prétexte ou le moteur d’un conflit, en sont rarement la seule cause. L’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003, décidée par une administration Bush dont les collusions avec le secteur pétrolier sont connues, pouvait avoir aussi des (...)
Géoréférencement
Le géoréférencement est l'un des principes fondamentaux de la cartographie assistée par ordinateur (CAO) et des systèmes d'information géographique (SIG). On dit d'une carte qu'elle est géoréférencée lorsque les données qu'elle contient comportent toutes, parmi leurs attributs, leurs coordonnées géographiques. Cela permet notamment d'ajuster la carte à la projection choisie, ou de changer d'échelle.
(SD) février 2017. Dernière relecture (SB et CB), octobre 2023.(...)
Géosystème, géosystème paysager
Le géosystème est un système spatialisé dynamique formé d'un ensemble d'éléments (naturels et anthropiques) interconnectés qui sont en interrelations. Cette forme d'analyse spatiale développée par la science géographique russe a été introduite en France en 1972 par Nicolas Beroutchachvili et Georges Bertrand (Beroutchachvili et Bertrand, 1978). Le géosystème s'inspire de la notion d’écosystème, mais prend en compte la place et le rôle de l'homme. 
Pour les géographes de (...)
Géotourisme
Le géotourisme désigne une forme de tourisme de nature exploitant les particularités géologiques des sites visités. Nathalie Cayla et Mélanie Duval-Massaloux (2013) le définissent plus généralement comme l'ensemble des « pratiques touristiques en lien avec la découverte de la Terre ». Outre la promenade ou la randonnée sous toutes ses formes, et l’observation de paysages, ce tourisme peut reposer sur des pratiques comme l’escalade ou les sports d’eau (canoë, kayak, rafting, (...)
Ghetto
Le terme de ghetto désigne un quartier d'une ville bien individualisé où sont regroupés les membres d'une communauté plus ou moins homogène. Le lieu éponyme se situe à Venise : l'île de Ghetto a été un lieu d'installation des Juifs chassés d'Espagne (1516). Le terme s'est ensuite étendu à l'espace de relégation des juifs dans les villes d'Europe centrale et orientale. Sous l'impulsion de l'École de Chicago, le ghetto a progressivement désigné, dans les villes américaines, un espace (...)
GHFF (Groupe d'Histoire des Forêts françaises)
Le Groupe d’Histoire des Forêts françaises est une association fondée en 1982 qui comporte plus de 200 chercheurs français mais également européens relevant de disciplines diverses : histoire, droit, phyto-sociologie, botanique, agronomie, sylviculture, biogéographie, sociologie, etc. Tous ont en commun de travailler sur les milieux forestiers. Le GHFF a notamment réalisé de nombreuses publications et organise régulièrement des colloques, des sorties de terrain et des journées (...)
Gilets jaunes
Le mouvement des gilets jaunes est un mouvement social déclenché en France en 2018. Né de la contestation d’une taxe sur le carburant, il tient son nom du gilet de sécurité jaune fluorescent dont doivent légalement être équipés tous les véhicules en France, lequel est brandi ou porté par ses partisans en signe de reconnaissance. La contestation a rapidement débordé les thématiques routières, fiscales et énergétiques pour se muer dans un mouvement multiforme aux revendications (...)
GIP Reclus
Le GIP Reclus est un groupe de recherche en géographie fondé en 1984 à Montpellier autour de la personnalité de Roger Brunet. GIP signifie « Groupement d'intérêt public », un dispositif créé en 1982 par le ministère de la Recherche en 1982. Le nom de Reclus fait référence au géographe libertaire Élisée Reclus, ce qui place d'emblée le groupe sur la gauche de l'échiquier politique. Roger Brunet estime que c'est cet ancrage politique revendiqué qui a eu raison de son existence à la (...)
Global et local, "penser global pour agir local"
L’articulation entre la plus grande échelle (locale) et la plus petite (globale) est l’un des lieux communs de la géographie de la mondialisation, et de celle du développement durable. Le lien entre les deux n’est pas fortuit : d’après Paul Arnould et Laurent Simon (2007, cités par Landy, 2022), la formule « penser global pour agir local », devenue un slogan pour les promoteurs du développement durable, serait à attribuer au… PDG de la multinationale Sony.
La mondialisation (...)
Globalisation
Parallèlement à la mondialisation, qui est le processus de constitution du Monde comme lieu, la globalisation est la constitution de l’échelle globale comme niveau scalaire pertinent pour penser et agir dans différents domaines, allant de l’économie à l’environnement. Le mot a été utilisé pour la première fois en 1944 par Manley O. Hudson (Capdepuy, 2015). En anglais, il n’existe qu’un mot pour exprimer les notions de globalisation et de mondialisation (Ghorra-Gobin, 2017).
La (...)
Affiner les résultats par :