Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Le vocabulaire de la géographie à travers plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration depuis plus de 20 ans. Par ailleurs, plus de 950 entrées ont fait l'objet d'une relecture et d'une mise à jour systématiques entre 2019 et aujourd'hui.

Il existe 1567 termes dans le glossaire.

Il existe 81 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreLe paysage dans tous ses états
Agri-environnemental
Est qualifié d'agri-environnemental ce qui doit permettre d'assurer, dans les activités et politiques agricoles, respect et protection de l'environnement, des espaces naturels, des paysages et de la biodiversité.
Dans le contexte d'élargissement de l'UE et sous la pression des négociations internationales (OMC, cycle de Doha), la Politique agricole commune de l'UE (PAC) a été réformée en prenant davantage en compte les dimensions environnementales de cette activité. Dans le cadre de la (...)
Aménités
Au sens strict, les aménités sont les éléments naturels de l’espace représentant un attrait pour les habitants, permanents ou temporaires. Le terme d’aménité recouvre le plus souvent les éléments du paysage ou du milieu (climat...), perçus comme « naturels » et exerçant une attractivité touristique ou résidentielle, mais le sens peut être étendu aux aménagements destinés à faciliter l’accès à ces éléments. Dans un sens plus large, le terme est utilisé comme synonyme (...)
Anthropisé, anthropique
Voir aussi : anthropisation
Anthropisé signifie modifié par les sociétés humaines, placé sous les effets leur influence, transformé par elles : aménagements, dégradations, exploitations des ressources, etc. Est anthropique un phénomène géographique attribuable à l'action des humains. Les deux termes dérivent de la racine grecque anthropos, signifiant l'Homme, l'espèce humaine. 
Il n'existe pas de milieu totalement anthropisé, sans aucune autre forme de vivant que les (...)
Archéologie et paysage
Archéologie et paysage en France Le patrimoine archéologique de la France, sa préservation et (ou) son inventaire, peuvent avoir des effets sur les décisions paysagères.
L'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a été créé en 2001. Cet établissement public placé sous la tutelle des ministères de la culture et de la recherche a pour vocation de préserver le patrimoine archéologique national susceptible d'être menacé par les chantiers d'aménagement du (...)
Archétype paysager
Une typologie des paysages consiste, dans un premier temps, à élaborer un inventaire des composants du paysage puis, dans une seconde étape, à analyser leurs agencements, leurs fonctionnements et leurs dynamiques d'évolution. Mais dégager des archétypes suppose d'identifier plutôt les caractères de stabilité, dotés d'une relative permanence. Ainsi par exemple, l'archétype paysager : des pays de grande culture ; des pays de vignoble ; des pays bocagers ; de la banlieue pavillonnaire, etc.
(...)
Artialisation
Le processus d’artialisation montre comment le regard paysager résulte d’une construction culturelle, historiquement datable (genre pictural paysager à partir du XVIe siècle) qui donne à voir le paysage, non par la simple juxtaposition d’éléments visuels épars, mais plutôt comme une structure d’ensemble, sorte de modèle paysager à usage de contemplation qui doit beaucoup aux codes culturels de la représentation artistique. Le concept d’artialisation s’infiltre depuis la fin des (...)
Beau
Dans une acception courante de la notion de paysage, celui-ci ne peut-être que jugé "beau" ou esthétique. Et, s'il ne l'est pas, il n'y a plus de paysage. Comme nous y invitent Les mots de la Géographie, relisons Voltaire (Dictionnaire philosophique) : "Il conclut, après bien des réflexions, que le beau est très relatif, comme ce qui est décent au Japon est indécent à Rome, et ce qui est de mode à Paris ne l'est pas à Pékin ; et il s'épargna de composer un long traité sur le beau".
(...)
Biodiversité
Voir aussi : biodiversité en France, outils législatifs
Le terme biodiversité a été proposé par le biologiste américain Wilson en 1987. Le concept s'est rapidement diffusé dans les milieux politiques et a été repris lors de la conférence de Rio (1992). La biodiversité regroupe la diversité des formes du vivant, végétales et animales, y compris dans ses manifestations non répertoriées par la science. La biodiversité ou richesse biologique d'un territoire, est généralement (...)
Bloc-diagramme
Représentation graphique en perspective et en coupe d'une portion d'espace. Les éléments de l'occupation du sol qui y sont représentés dépendent des objectifs de la représentation : préoccupations centrées sur les paramètres bio-géo-physiques ; sur les dimensions anthropiques ; sur un projet d'aménagement ? Le bloc-diagramme peut être réalisé à partir d'un modèle numérique de terrain (MNT).
Voir, sur Cybergéo, l'article de Y. Michelin : Le bloc-diagramme : une clé de (...)
Bocage
Le bocage est un système agraire typique du Nord-Ouest de l'Europe où il est apparu généralement à partir du XVIIIe siècle en raison de la spécialisation de certaines régions dans l'élevage bovin ou ovin. Au plan paysager, le bocage est un espace semi-fermé marqué par la présence des haies vives clôturant chaque parcelle. Le paysage est une mosaïque où l'arbre est très présent mais où le boisement est peu important en surface, sauf quelques bois épars et de dimension réduite. Le (...)
Carte mentale
Voir aussi : carte sensible.
On appelle carte mentale la transcription sous forme cartographique de l'espace tel qu'un individu ou un groupe se le représente. Il ne s'agit pas d'une simple représentation mentale mais bien d'une expression cartographique d'une représentation subjective de l'espace. La personne testée reporte sur un support, de mémoire et sans aide extérieure, les lieux qu'elle fréquente et/ou qu'elle connaît plus ou moins. Ce faisant, elle sélectionne, hiérarchise, (...)
Climax, climacique
Le climax désigne un état d'équilibre atteint par la végétation spontanée dans un milieu donné et stable, en excluant l'action humaine. Le climax serait donc ce vers quoi tend spontanément la nature en l'absence d'anthropisation. On parle d’une forêt climacique (dont « forêt primaire » est un synonyme), d’un milieu climacique…
Le terme tend à être critiqué voire complètement abandonné par les écologues et les biogéographes : mal compris, il peut laisser entendre qu’il (...)
Conservation
La conservation est une démarche de protection de la nature.
En français, la conservation promeut une gestion raisonnée de la nature, en conscience des équilibres naturels, dans le respect des rythmes de renouvellement des milieux, selon un usage raisonnable des ressources. C'est donc une protection qui inclut l'intervention humaine, à la différence de la préservation.

Dans le monde anglophone, le mot conservation est devenu aujourd'hui le terme générique signifiant, à (...)
Conservatoire de l'espace littoral et des rivages lacustres
Cet établissement public de l'État à caractère administratif (souvent plus simplement appelé Conservatoire du littoral), a été créé en 1975 et trouve son origine dans le rapport Piquard de 1973. Ce rapport faisait le double constat des pressions exercées sur les espaces littoraux français par l'urbanisation et la privatisation, d'une part, et d'autre part de l'absence d'outil foncier dédié au littoral, contrairement aux espaces agricoles ou forestiers. « En bref, il s’agit de conserver (...)
Corridor écologique
Voir aussi : corridor (sens général)
Un corridor écologique est un milieu trop petit ou trop étroit pour servir d'habitat aux espèces animales, mais leur permettant de se déplacer entre deux habitats (Clauzel, 2022). Ils peuvent exister naturellement ou être le résultat d'une action humaine volontariste afin de réduire les effets négatifs de la fragmentation écologique. 
La notion de corridor écologique vient de la prise en compte du fonctionnement en réseau des habitats (...)
Déprise
La déprise est la diminution de l'intensité ou de l'extension d'une activité socio-économique dont les effets sont perceptibles dans l'occupation humaine de l'espace : déclin démographique et ses conséquences, paysages d'abandon, équipements obsolètes, etc.. Dans l'agriculture, il se traduit par l'abandon des terres ou la sous-utilisation de certaines parcelles (déprise agricole). Les friches, agricoles ou urbaines, sont les paysages caractéristiques de la déprise.
La déprise agricole (...)
Directions départementales et régionales
Chacune à son niveau de compétence, compte tenu de ses missions, ces Directions peuvent jouer des rôles plus ou moins importants en matière paysagère. Citons :
- DRAAF : Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt
- DREAL : Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement 
- DDT : direction départementale des Territoires ou DDTM : direction départementale des Territoires et de la Mer dans les départements du (...)
Directives
Les directives sont des actes adoptés par les institutions communautaires. Le Conseil ou la Commission imposent aux États membres l'obligation de réaliser l'objectif fixé dans la directive en modifiant ou en adoptant leurs réglementation et/ou législation nationales dans un délai donné.

Dans le domaine des politiques paysagères, environnementales, les directives européennes ont des impacts forts sur les États membres. Elles nécessitent de procéder à des inventaires et à des (...)
École de Besançon
L’École de Besançon, ou École du paysage de Besançon correspond à un ensemble de recherches interdisciplinaires menées principalement dans les années 1970–80 et impulsées par le département de géographie de l’Université de Franche-Comté et par Jean-Claude Wieber. Des historiens, archéologues, ethnologues, agronomes… ont participé à ces travaux.
L’École de Besançon cherche à concilier l'objectif et le subjectif que comporte l'étude des paysages. Ses géographes (...)
Écologie du paysage
L'écologie du paysage (landscape ecology) s'intéresse à l'interaction entre l'organisation de l'espace et les processus écologiques. Cette approche est apparue avec l'étude des photographies aériennes et le terme est d'origine allemande (Landschaftsökologie). Cependant, c'est au cours des années 1980 qu'elle s'est organisée à travers, d’une part, la création en 1982 de l'IALE (International Association for Landscape Ecology) et, d’autre part, un séminaire et un manifeste fondateurs (1984 (...)
Affiner les résultats par :