Vous êtes ici : Accueil / Glossaire / Pauvreté et richesse

Pauvreté et richesse

Publié le 08/04/2022

La pauvreté et la richesse sont toutes les deux l’expression d’une même inégalité économique, le plus souvent de revenu, mais le patrimoine ou l’épargne entrent aussi en ligne de compte. Elles sont deux notions relatives, et elles sont indissociables l’une de l’autre : il n’existe de pauvreté que comparativement à la richesse, et inversement… L’un des instruments de mesure de la pauvreté, le taux de pauvreté, est ainsi construit à partir d’un seuil calculé selon la médiane des revenus (ainsi, en France, le seuil de pauvreté est, pour l’INSEE, un revenu inférieur à 60 % du revenu médian, ce seuil est souvent celui retenu dans les comparaisons internationales). Cette évidence est parfois oubliée dans le langage courant lorsque « la pauvreté » et « la richesse » sont présentés comme des états différents et non les deux extrêmes d’un continuum. On peut toutefois définir une pauvreté absolue qui serait une incapacité à subvenir à ses besoins essentiels. À l'échelle mondiale, la lutte contre cette extrême pauvreté est l'un des objectifs du millénaire pour le développement (OMD). La précarité est une situation de manque et de fragilité sociale qui peut déboucher sur la pauvreté.

La pauvreté et la richesse sont des notions transversales en géographie : elles sont souvent croisées avec d’autres thématiques comme l’accès à la ressource (eau, énergie), les modes d’habiter (nomadisme, sédentarité, polytopisme…), les conditions de vie et de bien-être (emploi, logement, hygiène, alimentation, santé…) et surtout les logiques de ségrégation. Elles sont aussi situées dans un espace, de l’échelle mondiale (comparaison interétatique) à l’échelle microlocale de l’individu et du foyer, en passant par le quartier, l’agglomération ou la région. La question de l’échelle implique des effets de seuil : on trouvera des inégalités de richesse à l’intérieur d’un quartier pauvre, ou des régions pauvres dans un pays riche. Dans une logique intersectionnelle, l’étude de la pauvreté est souvent croisée avec les questions de discrimination (liées au genre ou à l’assignation raciale par exemple).

L’étude de la pauvreté et de la richesse en géographie ne sont jamais dépourvues d’une dimension politique, au sens d’un engagement en faveur de l’action, puisque s’intéresser à l’une ou à l’autre revient à questionner les écarts économiques entre les individus, les populations ou les territoires, et à suggérer les changements possibles dans les décisions politiques.

(JBB), janvier 2022. Dernière modification : avril 2022.


Pour compléter

 

 

Actions sur le document

Affiner les résultats par :