Vous êtes ici : Accueil Vocabulaire et notions générales

Vocabulaire et notions générales

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : réalisation : Sylviane Tabarly, Marie-Christine Doceul, et Jean-Benoît Bouron (ENS de Lyon, Dgesco),
avec la collaboration de Jean-Louis Carnat (IA-IPR) et les contributions des étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau.
Une sélection de termes et de notions utilisés en géographie.

Il existe 77 résultats dans Vocabulaire et notions générales correspondant aux critères suivants : Supprimer le critère E
 E-tourisme / Cybertourisme
Le marché du tourisme en ligne (e-tourisme) et des voyages est certainement l'un de ceux qui a le plus mis à profit les moyens de l'Internet, tant en amont, pour le choix et la préparation d'une destination, qu'en aval, pour l'acquisition du produit. Sa progression annuelle, sur le marché européen, approche les 10% en 2010. Il répond particulièrement bien aux pratiques d'instantanéité et de consommation de dernière minute du monde contemporain. L'e-touriste devient lui-même un expert de son (...)
 Eau (accès, potabilité)
La question des approvisionnements en eau, tant à des échelles transnationales que locales, implique largement des démarches de développement durable à travers ses multiples dimensions : la gestion de la ressource (réserves, bassins versants), le maintien de sa qualité, son partage équitable, le traitement des rejets, etc.
L'eau potable est une eau qui ne contient pas d'agents pathogènes ou d'agents chimiques à des concentrations pouvant nuire à la santé, sa définition a changé dans (...)
 Eaux continentales
La maîtrise des ressources en eau constitue un des défis majeurs en termes d'environnement et d'aménagement du territoire en Chine. Le pays est périodiquement frappé par des inondations au caractère d'autant plus catastrophique que les concentrations humaines se densifient dans les zones à risques, celle du Yangzi en 1998 par exemple (autres transcriptions : Yang-tseu, Yangtsé, appelé aussi "fleuve Bleu"). Par ailleurs les besoins des grandes concentrations urbaines s'amplifient. Les ressources (...)
 Échanges (économiques, financiers, culturels)
Les "échanges économiques, financiers et culturels" sont une des composantes majeures de l'étude de l'espace méditerranéen en tant qu'interface. Mais ces échanges entrent souvent dans des logiques qui dépassent l'espace régional méditerranéen qui, alors, est surtout un espace de transit. Il est connecté à des arrières-pays continentaux (continents africain, eurasiatique) ou maritimes (Mer Noire et Mer Caspienne, Mer Rouge et Océan Indien, Océan Atlantique) qui en débordent les limites (...)
 Échelle
Fréquemment utilisé en géographie, le terme "échelle" est polysémique. Parmi d’autres sens, il exprime aussi bien l’intensité d’un phénomène (échelle de Richter, échelle de Beaufort, etc.) que  le rapport de réduction ou d’agrandissement d’un objet ou  d’une représentation graphique (dessin, carte, photographie, etc.).
Au sens strictement cartographique, le terme "échelle" désigne le rapport entre une distance réelle, mesurée dans l'espace terrestre et celle de sa (...)
 Éco-, préfixe
Écocitoyen, écocivisme, éco-efficience, écodéveloppement, éco-efficacité, éco-industrie, écoresponsabilité, écotourisme, etc. : le préfixe éco-, un des "préfixes-valise" du développement durable, se conjugue de toutes les façons. Au-delà de l'effet d'affichage, il reste à voir, dans chaque situation, ce qu'il y a de concret et d'opératoire.
Mise à jour : juillet 2004(...)
 Écoféminisme
L'écoféminisme est un courant des éthiques environnementales qui pose au centre de sa réflexion la question des relations de genre et de domination dans l'approche de la protection environnementale. L’écoféminisme, écrit Catherine Larrère (2012, p. 105) « a mis au cœur de sa réflexion les connexions qui existent entre la domination des hommes sur la nature et celle qu’ils exercent sur les femmes ». Le mot date des années 1980, mais l'origine du mouvement peut remonter au moins à la (...)
 École de Besançon
Dans les années 70, l' "École de Besançon" (J.C. Wieber) cherche à concilier l'objectif et le subjectif que comporte l'étude des paysages. Ses géographes distinguent trois types de sous-systèmes dans le complexe paysager : le sous-système producteur du paysage composé d'éléments à la fois naturels et anthropiques ; le sous-système d'utilisateurs (créations de l'oeil et de l'esprit, domaine d'appréciation de la dimension esthétique et culturelle) ; le sous-système du paysage visible, (...)
 École de Chicago
L'École de Chicago est d'abord une école de sociologie, à partir du premier département de sociologie américain, fondé à l'Université de Chicago dès 1892. On désigne habituellement sous l’expression “ École de Chicago ” un ensemble de travaux de recherches sociologiques conduites, entre 1915 et 1940, par des enseignants et des étudiants de l’université de Chicago.
L’École de Chicago est une sociologie urbaine qui a entrepris une série impressionnante d’études sur les (...)
 Écologie du paysage ( Landscape ecology)
L'écologie du paysage s'intéresse à l'interaction entre l'organisation de l'espace et les processus écologiques. Cette approche est apparue avec l'étude des photographies aériennes et le terme est d'origine allemande (landschaft Ocologie). Cependant c'est au cours des années 80 qu'elle s'est organisée à travers : la création de l'IALE (International Association for Landscape Ecology) en 1982 ; un séminaire et un manifeste fondateurs (1984 aux États-Unis). Deux revues thématiques (Landscape (...)
 Écologie médicale
Au sens large, l'écologie médicale analyse les interactions entre l'homme et son environnement et leurs implications en termes de santé. Concrètement, elle analyse l'histoire naturelle de la maladie transmissible et de sa chaîne épidémiologique : l'agent pathogène, son réservoir, son (ses) vecteur(s) et/ou hôtes intermédiaires dans leurs rapports avec leur milieu et ses processus d'anthropisation.
Ces variables se combinent dans l'espace pathogène à diverses échelles (biotope, foyer, (...)
 Ecologie profonde / intégrale
L’« écologie profonde » (ou deep ecology) est une expression créée en 1972 par le philosophe norvégien Arne Næss (1912-2009) en opposition à l’« écologie superficielle » qui protège la faune et la flore. Ce courant vise un changement radical du rapport de l’homme à la terre. Il défend une position écocentrée qui accorde à la nature une place centrale. Le principe de base en est l'égalité entre les espèces. Cette éthique biocentrique considère que l'épanouissement de (...)
 Economie circulaire
L'économie circulaire désigne une organisation d'activités économiques et sociales recourant à des modes de production, de consommation et d'échange fondés sur l'écoconception, la réparation, le réemploi et le recyclage, et visant à diminuer les ressources utilisées ainsi que les dommages causés à l'environnement.
Mise à jour : janvier 2016(...)
 Économie de la santé
L'économie de la santé est l'application aux domaines médical et socio-sanitaire des concepts et des méthodes de l'économie. Elle évalue le coût de la santé et de son incidence sur l'économie générale, sur le budget de la nation et des ménages, sur la gestion des entreprises et sur la politique sociale. Elle analyse l'offre et la demande de soins, le marché des biens et des services médicaux, le fonctionnement et le financement du système de santé. Les économistes s'accordent pour faire (...)
 Économie du développement durable
Voici quelques notions générales qui peuvent faciliter le dialogue entre tous les acteurs et les experts du développement durable.

Comptabilité
Il s'agit de prendre en compte systématiquement des faits liés à la protection et à la remise en état de l'environnement. L'objectif est d'évaluer les coûts engagés par une entreprise pour protéger l'environnement et d'estimer les coûts de dégradation de l'environnement par celle-ci.
Distorsion
Les politiques (...)
 Economie sociale
L’économie sociale est généralement définie par les acteurs qui la composent : elle est le résultat d’initiatives multiples d’acteurs qui reposent sur des principes d’utilité sociale, de solidarité. Ces acteurs peuvent prendre différentes formes : coopératives, mutuelles, associations, fondations.
Cette branche de l'économie fait primer les rapports sociaux de solidarité sur l'intérêt individuel ou le profit matériel.
En France, l'économie sociale représente 10 % des (...)
 Économies - déséconomies d'agglomération
Les économistes (depuis Pigou et Marshall), désignent les effets économiques liés à l'agglomération des facteurs de production sous le terme "d'économies externes d'agglomérations". Mais les avantages de la concentration urbaine ont des contre-parties telles que les phénomènes de congestion, de pollution : des déséconomies d'échelle. Les villes, à la recherche d'un modèle de développement durable, sont en quête d'un équilibre entre ces deux termes de l'équation.

Mise à (...)
 Écosystème
L’écosystème est un assemblage fonctionnel d’organismes qui détient les propriétés requises pour assurer la continuité du vivant, c’est-à-dire pour assurer les conditions nécessaires à l’évolution biologique (au sens darwinien) sur le long terme.
En tant que support à la continuité du vivant, tout écosystème se caractérise (1) par une structure (définie par le biotope, ou milieu physique, et la biocénose, ou assemblage d’espèces présentes en un lieu défini) ; et (2) (...)
 Écotourisme
L'écotourisme constitue une des formes du "tourisme durable" : "forme de tourisme qui consiste à visiter des zones naturelles relativement intactes ou peu perturbées, dans le but d’étudier ou d’admirer le paysage, les plantes, les animaux sauvages ou manifestation culturelle (passée ou présente) dans ces zones" (Ceballos-Lascurain, 1987). Selon l’IUCN (The World Conservation Union), "L’écotourisme est une visite, responsable au plan de l’environnement, dans des milieux naturels (...)
 Écoumène (ou œkoumène)
Le mot οἰκουμένη (oikouménē) était utilisé par les savants et philosophes grecs de l’Antiquité (Eratosthène, Ptolémée...) pour désigner le monde grec, par opposition au monde des barbares. Sa graphie en français n'est pas fixée et on trouve indifféremment écoumène et œkoumène. Pour les géographes, le terme désigne l'espace de vie des hommes à la surface de la planète, l'ensemble des espaces terrestres habités par l'humanité. Les limites de l'écoumène font référence (...)
Actions sur le document