Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques À la une Carte à la une Carte à la une. Une nouvelle carte murale pour la Guyane

Carte à la une. Une nouvelle carte murale pour la Guyane

Publié le 23/03/2020
Auteur(s) : Marie Masson, Professeure certifiée d'histoire-géographie - Lycée Lama-Prévot, Remire-Montjoly (Guyane)
Jean-Benoît Bouron, Agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - Dgesco, Université de Lyon, ENS de Lyon.
Les irrégularités de la connexion internet voire du réseau électrique font de la carte murale un objet qui reste indispensable dans la classe guyanaise. La précédente carte datait de 1998 et une nouvelle version était nécessaire. Dans sa version papier comme dans sa version numérique téléchargeable, cette carte peut être utile à l'enseignement, bien au-delà de l'espace guyanais.

Bibliographie | citer cet article

Document 1. La carte murale de la Guyane de 2020, recto-verso

Carte de la Guyane recto

>>> Voir ou télécharger l'image en très haute résolution.

 

Carte de la guyane verso

>>> Voir ou télécharger l'image en très haute résolution.

 

Pourquoi une carte murale ?

En 2014 est née l’idée de refaire une carte murale de la Guyane au vu des cartes obsolètes encore visibles dans les salles de classes. En effet, même à l’heure du numérique, les enseignants se réfèrent très souvent à la carte de la région pendant les cours de géographie, mais aussi d’histoire, et pour les enseignants du 1er degré, la carte murale fait partie des différents repères accrochés aux murs de la classe au même titre que les tables de multiplications ou les règles de grammaire. Le manque de matériel informatique, les coupures d’électricité ou de flux internet, rendent la carte murale encore plus indispensable en Guyane qu’ailleurs.

Document 2. L'ancienne carte murale de 1998
Carte recto 1 Carte recto 2
Carte recto 2 Carte verso 2
Ancienne carte murale de la Guyane. Conception Ghislaine et Jacques Barret. Réalisation Chlotilde Rouiller. Ed. CDDP de la Guyane 1998.

De plus, l’ancienne carte datée de 1998 avait quelques défauts : les couleurs et figurés utilisés ne correspondaient plus aux pratiques actuelles et induisaient des erreurs d’interprétation. Ainsi les couleurs utilisées pour le relief (un gradient vert/bleu) laissaient penser aux élèves à la présence de grands lacs au centre de la Guyane (peut être une résurgence inconsciente du lac Parimé de l’Eldorado du XVIIe siècle). Les figurés ponctuels utilisés pour les différentes activités – crevettes, tête de bovins, lingots d’or, donnaient de l’importance à des activités actuellement peu porteuses pour la région.

Une petite équipe d’enseignants s’est donc attelé autour de leur IA-IPR((IA-IPR : inspecteur.trice d’académie – inspecteur.trice pédagogique régional.e.)) Corine Deniau, puis Jean-Marc Prieur à la création de cette nouvelle carte murale. Il a été très vite décidé de créer deux cartes, au recto et verso de l’affiche, l’une de la Guyane, l’autre à une échelle plus vaste replaçant la Guyane dans un contexte américain et européen. Les difficultés de ce type d’exercice ont été de déterminer les informations à montrer, l’échelle à représenter (surtout sur la deuxième carte) et les figurés à utiliser. En effet, les élèves concernés peuvent être des écoliers de 8/10 ans jusqu’aux élèves de Terminale. Il peut s’agir aussi bien d’élèves de l’enseignement général et technique que professionnel. Les enseignants volontaires n’étant pas cartographes, il a été convenu de faire appel pour la finalisation à un cartographe pour éviter les erreurs sémantiques et réaliser une carte dans les règles de l’art. L’impression devrait être financée par la Collectivité territoriale de Guyane avec une aide du CNES (Centre national des études spatiales).

Les choix présidant à l’élaboration des cartes

La carte présentée au recto montre la Guyane avec sa population, les informations administratives (communautés de communes, villes, villages), les infrastructures de transport et les principales activités. Le vocabulaire choisi et les informations présentées ont été délibérément simplifiés afin de répondre à la demande des professeurs des écoles et du collège d’avoir à disposition une carte lisible par les plus jeunes. Les enseignants ont également choisi de représenter les villages isolés très peu peuplés afin de permettre aux communautés éloignées du littoral de mieux appréhender un territoire qu’elles connaissent mal. Il fallait également prévoir des évolutions possibles des activités : il a donc été choisi de représenter les zones aurifères plutôt que les mines, les principaux sites touristiques plutôt que les hébergements.

La seconde carte, au verso, si elle permet aux plus jeunes de replacer la Guyane dans l’espace régional, s’adresse par sa problématique aux élèves du cycle 4 ou aux lycéens. En effet il a été choisi de représenté sur cette carte la Guyane dans l’espace atlantique, c’est-à-dire à la fois comme un territoire américain, proche de l’espace caraïbe et un espace en lien avec l’Europe par son appartenance à l’UE, et avec l’Afrique par les flux migratoires récents. Cette carte présente un aspect géopolitique et économique plus complexe qui résonne davantage avec les questions des programmes de lycée.

Ces deux cartes ont été pensées pour informer, comprendre le territoire et expliciter l’expérience géographique des élèves mais aussi servir d’appui aux différentes questions abordées par les programmes scolaires de la primaire et du secondaire.

Les liens avec les programmes scolaires

La carte murale peut s’avérer un outil pertinent pour mettre en œuvre les programmes scolaires, même sans parler des adaptations DROM. Ainsi les programmes du cycle 3 centrés autour de la notion d’habiter peuvent être déclinés dès le CM1 en prenant appui sur la carte de la Guyane afin d’aider les élèves à acquérir la démarche géographique en s’appuyant sur des exemples connus et proches. Les élèves peuvent identifier « les lieux où j’habite » en lisant la carte au recto mais aussi en insérant le territoire guyanais dans un espace plus large et en apprenant à nommer et à situer les continents américains, européens, la France, l’océan atlantique (carte au verso). La deuxième et troisième partie de la légende du recto permettent de d’expliciter certains points du programme : se déplacer, satisfaire les besoins d’énergie, avoir des loisirs, travailler… En classe de 6e, ces notions sont réactivées lors de l’étude « habiter un espace à faible densité ».

Au-delà, les enseignants peuvent choisir à partir de la 5e de traiter certaines parties du programme de géographie avec des études de cas locales ou régionales. Ainsi on peut étudier les ressources (énergie ou eau avec le barrage de Petit-Saut), la thématique des risques et du changement global à partir de cas guyanais (voir le projet Palana, Gardel, 2016).

La Guyane dans l’espace atlantique peut servir de point de départ pour l’étude du chapitre sur « un monde de migrants » en 4e, et placer cette thématique dans le cadre régional américain et caraïbe ou le chapitre sur « Mers et océans : un monde maritimisé ».

Enfin en lycée, la carte murale permet de replacer dans l’espace guyanais certaines questions parfois déjà abordées au collège comme les ressources, le peuplement, les migrations…, mais également des questions plus complexes comme les liens entre ce territoire ultra-marin et la France hexagonale dans le cadre de l’Union européenne ou l’étude de la région du lycée en chapitre conclusif de Terminale.

Il est important de préciser que la carte murale élaborée peut aussi bien être utile pour les enseignants guyanais que pour d’autres enseignants souhaitant étudier la Guyane ou sur une thématique prendre le territoire comme exemple dans une approche plus large. Ainsi le thème 3 de la spécialité HGGSP en 1ère « Étudier les divisions politiques du monde : les frontières », se prête particulièrement à la mise en lumière du cas Guyanais. Ainsi le tracé de la frontière sur l’Oyapock et le Maroni sont deux cas de frontières disputées (Blancodini, 2010, 2019), les villes jumelles de Saint-Georges et Oiapoque ou Saint-Laurent et Albina peuvent illustrer la notion d’interface, les frontières maritimes et le droit de la mer font régulièrement l’actualité avec les arrestations de pêcheurs illégaux (ministère de la Défense, 2019). Enfin les frontières guyanaises sont un exemple particulier de frontières externes de l’Union européenne, qui par leur contrôle difficile et les passages illicites de marchandises ou de migrants peuvent illustrer la question de « venir en Europe ». Les élèves guyanais vivent au quotidien ce problème, mais elle peut aussi décentrer le regard des élèves de France hexagonale qui souvent est focalisé sur la frontière méditerranéenne.

 


Bibliographie
Sitographie

 

Le projet de carte murale de la Guyane a été conduit par les IA-IPR Corine Deniau et Jean-Marc Prieur et par les enseignants Manon Arnaud, Margaux Buret, Stéphane Granger, Laurent Marszalck, Marie Masson, Géraud-Bérenger Pujol, Alain Seminor, et Leila Soula.

Texte de
Marie MASSON
Professeure certifiée d'histoire-géographie, lycée Lama-Prévot, Remire-Montjoly, Guyane

Carte réalisée par
Jean-Benoît BOURON
Agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences, Dgesco et ENS de Lyon

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Marie Masson et Jean-Benoît Bouron, « Carte à la une. Une nouvelle carte murale pour la Guyane », Géoconfluences, mars 2020.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/carte-a-la-une/carte-murale-guyane

 

Actions sur le document
Navigation