Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques À la une Carte à la une Carte à la une. De Fachoda à Kodok, géographie d’un carrefour de l’histoire

Carte à la une. De Fachoda à Kodok, géographie d’un carrefour de l’histoire

Publié le 20/11/2019
Auteur(s) : Fabrice Serodes, Professeur agrégé - Lycée français Jean Monnet de Bruxelles et IEP Sciences Po Lille
Point de rencontre et de tension entre les empires coloniaux anglais et français, le nom de Fachoda est resté inscrit dans la mémoire coloniale et l'imaginaire scolaire français. Aujourd'hui appelée Kodok, la petite ville sur le Nil Blanc retrouve une importance stratégique régionale depuis l’avènement d’un Soudan du Sud indépendant en 2011.

Bibliographie | citer cet article

Figure 1. Carte de la mission Marchand dressée par le commandant Baratier, 1903

Mission Marchand. Haut-Oubangui-Bahr el Ghazal, Nil, Ethiopie Djibouti, carte publiée sous les auspices de la Société de géographie de Paris ; dressée et dessinée par le, commandant Baratier, 1903, 66 x 92 cm, échelle 1:1 000 000. Source : Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans.

Fachoda, petit village qui contrôle le Haut-Nil, à 750 km au sud de Khartoum, la capitale des Chillouks, est restée hors des cartes avant la fin du XIXe siècle. Les manuels scolaires de la IIIe République lui confèrent une célébrité inattendue en l’ancrant dans les cartes mentales de nombreux écoliers français. Cette place symbolique de la reculade du capitaine Marchand face aux Britanniques en 1898 évoquait au mieux, une blessure d’amour-propre au cœur de l’Afrique, en pleines querelles coloniales ; au pire, le point de déclenchement d’une Guerre mondiale qui n’eut pas lieu entre la France et le Royaume-Uni. Tombé dans l’oubli, il retrouve aujourd’hui un rôle pivot au cœur d’un État, le Soudan, qui a dû se scinder en 2011, après deux guerres civiles entre le Nord et le Sud, et il reste un carrefour à la fois politique, économique et culturel, religieux.

 

1. L’émergence d’un carrefour colonial à la fin du XIXe siècle

C’est à partir de 1893 que les cartes françaises désignent Fachoda comme objectif de point de contrôle du Haut-Nil, un moyen de pression pour soulever la question égyptienne, confié à la mission Marchand, l’une des campagnes d’exploration envoyées à la fin du XIXe siècle par les gouvernements français. L’expédition progresse traditionnellement des côtes déjà colonisées vers l’intérieur. Elle part du port congolais atlantique de Loango en juillet 1896, traverse le Haut-Oubangui, puis le Bahr el Ghazal (Michel, 1972). Sa particularité est de pousser plus loin l’exploration, jusqu’à une jonction est-ouest, mise en valeur par le récit produit après l’expédition.

Le 2 septembre 1898, la victoire des Britanniques à Omdurman, près de Khartoum, sur les musulmans mahdistes (ou Derviches), dont la révolte était parvenue à repousser les troupes anglaises depuis 1885, change la donne. En frayant la voie vers le sud des 25 000 soldats britanniques du sirdar Kitchener, commandant en chef de l’armée d’Égypte, elle fait du petit village un carrefour des impérialismes. Désormais situé à la croisée des deux grands axes impériaux, entre la transversale est-ouest française et une transversale nord-sud du Cap au Caire voulue par les impérialistes britanniques depuis 1874 pour doubler et renforcer les routes maritimes littorales britanniques qui contournaient l’Afrique par le Cap, Fachoda revêt subitement une importance stratégique nouvelle. La colonne anglaise y retrouve en septembre les troupes du capitaine Marchand, qui ont pris possession du fortin deux mois plus tôt. Les deux hommes se rencontrent cordialement et une confrontation militaire est finalement évitée par une négociation franco-anglaise aboutissant au retrait des troupes françaises qui cèdent, malgré leur antériorité, devant la supériorité britannique.

Côté français, cette trajectoire, qui comportait dès le départ une dimension mythique de frontière intérieure, fait vite, grâce à l’expédition, et sans doute encore davantage par son échec, l’objet d’une mythification rétrospective, comme le symbole aussi des limites de progression du projet colonial. Dans son rapport, le lieutenant Mangin, qui accompagne la mission, justifie l’importance stratégique de ce carrefour pour la France :

«

« Sa possession met en relation notre colonie du Congo-Oubangui avec l’Abyssinie, et Djibouti, ruine le plan de domination britannique qui devait s’étendre du Cap à Alexandrie et permet à votre diplomatie [celle du ministre des Affaires étrangères Théophile Delcassé] de poser à nouveau la question de l’évacuation de l’Égypte par l’Angleterre. »

rapport Marchand, 1898.

»

C’est l’objet de la carte (figure 2) qui accompagne sa biographie (Bugnet, 1934). Fachoda devient le pivot géopolitique, l’horizon perdu de la pensée coloniale française. De fait, la reculade contribue à désorienter et à discréditer le projet colonial.

Figure 2. Carte simplifiée de l'itinéraire de la mission Marchand, 1934

 carte Bugnet 1934 mission Marchand

 

En 1903, la Société de géographie établit une carte très détaillée de la mission dans une perspective tant scientifique que politique grâce au capitaine Baratier, un autre compagnon de Marchand (Baratier, 1903). Elle donne de la mission une dimension scientifique, présentée comme « des travaux topographiques et astronomiques », repoussant l’horizon des savoirs. On peut voir que l’itinéraire ne suit pas une trajectoire linéaire, mais constitue une série de déplacements tous azimuts à partir de points nodaux qui peuvent être des forts, des villes ou des embarcadères (figure 3). Le but est de « lever » (repérer) et de cartographier le plus possible de voies de communication, y compris fluviales.

Figure 3. Une expédition en réseau à partir de points nodaux

carte Bugnet 1934 mission Marchand

Carte de la mission Marchand dressée par le commandant Baratier, 1903 (source : BNF)

Figure 4. Cartouche représentant l’ancienne citadelle ottomane de Fachoda

carte Bugnet 1934 mission Marchand

Carte de la mission Marchand dressée par le commandant Baratier, 1903 (source : BNF)

À l’échelle urbaine, la carte montre le village de Fachoda (figure 4). Elle s’efforce de reconstituer le camp de la période ottomane en s’appuyant sur des fouilles archéologiques de la mission Marchand, ainsi que le fort rapidement remis en État pour contrôler – très brièvement – le site. Ces précisions archéologiques permettent d’insister sur le but scientifique, et non seulement militaire, de l’expédition, peut-être pour en minimiser l’échec.

 

2. Fachoda, du mythe à l’oubli et à la réactivation conflictuelle

Outre la topographie, la mission Marchand évite certes les Britanniques en Égypte, mais aussi les Derviches du mahdi plus au nord. L’enjeu colonial en cache un autre, plus religieux et culturel. Fachoda était déjà un lieu d’échanges avec les populations arabes du Nord. Ce carrefour entre les religions musulmanes et chrétiennes, datant de la conquête arabe, mais effacé par le temps, est réactivé par la colonisation. Les Ottomans avaient fait construire un fortin en 1863 pour contrôler le commerce des esclaves. Alors que les missionnaires insistent sur les bons rapports avec les locaux chrétiens du Sud, le Nord mahdiste fait davantage peur. Derrière la querelle franco-britannique, l’épisode de Fachoda  ravive une tension religieuse. Plusieurs missions chrétiennes britanniques s’y installent au XXe siècle.

Figure 5. Une vision britannique de l'étendue de l'Empire derviche

carte Bugnet 1934 mission Marchand

La carte indique des estimations approximatives de l'effectif des garnisons. Spearmen : lanciers ; guns : canons. La carte est orientée à l'est, Fachoda est donc à droite de Khartoum, c'est-à-dire au sud en remontant le Nil Blanc (White Nile).

 

La confrontation des cartes permet de changer de perspective. D’un point de vue britannique, le Haut-Nil forme un tout rattaché à l’Égypte, comme le montre un texte de Winston Churchill, qui prend part à la bataille d’Omdurman (Churchill, 1899). Les tensions sont provisoirement masquées sous le condominium anglo-égyptien. Dans cette perspective, après 1898, l’incident est vite oublié. Après la signature de l’Entente cordiale en 1904, Lord Cromer, consul général britannique en Égypte, pousse le désir de réconciliation jusqu’à débaptiser Fachoda en Kodok. Fachoda ne désigne plus de ville, mais un comté.

En France, au contraire, l’itinéraire est reproduit et glorifié comme celui des grands explorateurs britanniques tel Livingstone. En 1934, quelques années après la grande exposition coloniale de 1931, à l’apogée territorial de l’empire colonial français, les autorités ne craignent pas d’évoquer cette déconvenue, célébrant un héros de la colonisation, bienveillant, prenant grand soin de ses tirailleurs, sur une frise monumentale, parfaitement située, face au pavillon central de l’exposition, à l’orée du bois de Vincennes. L’expédition suit cet itinéraire vers l’ouest, progressant jusqu’à Fachoda. Alors que le lieu est effacé dans les mémoires britanniques, il est donc glorifié dans une certaine mémoire coloniale française.

Figure 6. Monument à Marchand avec carte de la mission en bas-relief

monument Gaudry à la mission Marchand

Statue en bronze de Léon-Georges Baudry. Paris, 1934, achevé en 1949. Les colons français sont accompagnés de tirailleurs sénégalais et de porteurs razziés (Pellissier, 2011). Texte du bas relief : le long du bas-relief : LOANGO JUIN 1890 / BRAZZAVILLE / CONGO FRANCAIS / BANGUT / OUBANGUI CHARI / BANGASSO / TAMBOURA / BAHR EL GHAZAL / 10 JUILLET 1898 FACHODA. Source : Musée d’Orsay.

 

Le souvenir de Fachoda s’est effectivement effacé, et avec lui la frontière Nord-Sud. Les habitants, eux, ignoraient l’actuelle frontière, traversée par les troupeaux lors des transhumances. On aurait bien du mal à la situer sur une image satellitaire actuelle, dans cette savane arbustive marécageuse bordant le Nil Blanc, d’où n’émerge plus de trace visible de ce passé militaire. Toutefois, le village insignifiant, devenu ville de 7 500 habitants, n’a pas perdu de sa valeur stratégique avec la décolonisation. Au contraire. Dès l’indépendance du Soudan en 1956, Kodok est le théâtre de violences au cœur de la guerre civile larvée entre Nord et Sud. Après la scission du Soudan du Sud par referendum en 2011, elle est impliquée dans la guerre civile politique, ethnique et territoriale propre au Sud Soudan depuis 2013. En 2017 l’Armée populaire de libération du Soudan du Sud y bat la milice d’opposition locale chillouk « Agwelek », provoquant la fuite de quelque 25 000 personnes vers le nord. Elle fait partie de la zone d’intervention du Haut-Nil, une zone de crise entre régions en tension, au nord, et régions en état d’urgence plus au sud, objet de nouvelles interventions étrangères, mais pacifiques cette fois, de la part des organisations internationales comme l’ONU ou des ONG comme le CICR, qui veulent faire de Fachoda une station de paix, destinée à aider les populations locales.

Figure 7. Carte de Fachoda aujourd'hui (Kodok, Soudan du Sud)

Carte de Fachoda aujourd'hui (Kodok, Soudan du Sud)

 

En somme, la destinée de la modeste Kodok connaît un destin particulier depuis la fin du XIXe siècle,  reflétant assez bien l’évolution des enjeux en Afrique centrale. Extrémité méridionale de l’Empire ottoman à son extension maximale, dépassée par les luttes coloniales à la fin du  XIXe  siècle, symbole de la conquête, mais aussi d’une certaine manière de coloniser, à l’échelle mondiale, la ville est devenue aujourd’hui un lieu de confrontation régional aux multiples enjeux. La communauté internationale tente de transformer ce symbole colonial en modèle pacifique pour le XXIe siècle, afin que Kodok puisse apparaître sur les cartes d’un Sud Soudan pacifié.

 


Références citées

  • Baratier A., « Carte de la Mission Marchand par le général Baratier et la Société de Géographie », 1903, numérisé sur Gallica (BNF)
  • Bugnet Charles, « Carte de la Mission Marchand » in : Mangin, Paris, Plon, 1934
  • Churchill Winston, The River War. An Historical account of the Reconquest of the Soudan, Londres, Longmans, 1899.
  • Marchand Jean-Baptiste, rapport Marchand, 10-18 octobre 1898, Archives du Ministère des Affaires étrangères, Nouvelle Série 1870 1898, Afrique, Missions d’exploration.
  • Michel M., La mission Marchand 1895-1899, Paris, Mouton, 1972, 290 p.          
  • Pellissier Pierre, Fachoda et la mission Marchand : 1896-1899, éd. Perrin, 2011
  • Serodes Fabrice, Anglophobie et politique de Fachoda à Mers el-Kébir, 2010.

 

 

Fabrice SERODES
professeur agrégé, lycée français Jean Monnet de Bruxelles et IEP Sciences Po Lille.

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

Pour citer cet article :

Fabrice Serodes, « De Fachoda à Kodok, géographie d’un carrefour de l’histoire », Carte à la une de Géoconfluences, novembre 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/carte-a-la-une/de-fachoda-a-kodok

 

Actions sur le document
Navigation