Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Le vocabulaire de la géographie à travers plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration depuis plus de 20 ans. Par ailleurs, plus de 950 entrées ont fait l'objet d'une relecture et d'une mise à jour systématiques entre 2019 et aujourd'hui.

Il existe 1567 termes dans le glossaire.

Il existe 53 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreLa frontière, discontinuités et dynamiques
États, territoires et frontières
Formation des États, territoires et frontières sont étroitement liés. Ces dernières sont devenues un objet de questionnement au moment de la formation des États modernes. En Europe, antérieurement au XVIe siècle, la spatialisation des entités politiques restait vague et les limites d'exercice de leur pouvoir floues. Ce sont les traités de Westphalie (1648) qui ont engagé progressivement un nouvel ordre géopolitique au sein d'une Europe voulue comme un ensemble d’États, disposant de (...)
Façade (littorale, maritime, océanique...)
La métaphore de la façade désigne, d'une manière générale, les lieux tournés vers l'extérieur, et le terme s'emploie plus particulièrement pour les espaces littoraux. Mais elle peut aussi s'appliquer aux lieux « au contact », « de contact ». Le terme est alors un équivalent, plus imagé mais moins précis, d’interface. La plupart du temps, les dynamiques des façades sont largement empreintes de leurs fonctions frontalières.
Une façade, océanique ou maritime, est une bande (...)
Forêt-frontière
Le terme de forêt-frontière est classiquement utilisé en histoire pour désigner les espaces boisés dont le maintien s'expliquait principalement par leur rôle physique de séparation entre deux entités politiques plutôt que par des conditions naturelles défavorables au défrichement à des fins agricoles ou d'habitat.
Leur présence actuelle peut aussi s'expliquer par des périmètres de protection de l'environnement décidés par chacun des deux États d'une dyade sur des confins ou des (...)
Front, front pionnier
Un front est une séparation formant, en vue zénithale, une ligne ou une bande étroite et traduisant un rapport de force entre les espaces situés de part et d'autre. En langage militaire, c'est la ligne où se déroule les combats, et qui est aussi la frontière de fait entre les belligérants. En météorologie, le front sépare deux masses d'air dont l'une exerce une pression sur l'autre. Un front d'urbanisation désigne l'avancée de l'artificialisation des sols, en périphérie urbaine, (...)
Frontière, frontières
1) Au sens strict, la frontière est une limite fixée par traité entre deux États. En anglais, c'est le sens des mots border, borderline ou boundary line. La frontière comme ligne continue est historiquement récente et datée, elle a caractérisé l'apparition des États modernes, westphaliens. L'effort d'assignation de leurs limites a été rendu possible par le progrès des techniques de localisations géographiques et de cartographie. Auparavant, en l'absence de murailles ou autres (...)
Géographie et frontières
La géographie des frontières s’est considérablement développée depuis le début du XXIe siècle. Il n’existe cependant pas de terme unanimement reconnu pour la qualifier. La limologie (de limes, frontière) est, d’une façon globale, l’étude des frontières mais elle concerne aussi bien la géographie que le droit ou l’histoire. Par ailleurs, le terme d’horogénèse, proposé par Michel Foucher en 1986, désigne de manière plus précise le processus de formation de ces frontières.
(...)
Haute mer, eaux internationales
Selon le droit de la mer, la haute mer, définie par la convention de Montego Bay (1982), est la partie de la mer située en dehors des zones de souveraineté et des ZEE des États côtiers. La haute mer comprend les eaux situées au-dessus du plateau continental juridique au-delà de la limite des 200 nautiques (370 km) à partir de la ligne de base.
En théorie, la haute mer n'appartient à personne (principe du « res nullius »), parce que nul n'a le droit de s'approprier ce qui pourrait (...)
Interface
Une interface est une bande de contact entre deux espaces de nature différente, engendrant des échanges entre ces deux espaces. Si elle est fréquemment représentée par une ligne, surtout aux échelles les plus vastes, l'interface est bien une bande plus ou moins large (de quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres), de discontinuité mais aussi de contact ou de confrontation entre deux systèmes territoriaux distincts. L'interface suppose le passage : une frontière totalement fermée (...)
Limite(s)
La limite est une ligne réelle ou imaginaire qui sépare deux espaces. Elle définit donc une entité spatiale en la distinguant d’une autre : c’est par exemple Romulus qui aurait créé Rome en traçant une limite à la charrue.
La limite est, avec l'étendue, l'un des principaux attributs d'un espace. C’est elle qui permet de borner, de localiser un ensemble spatial. Par extension, c’est la ligne au-delà de laquelle on passe dans un « ailleurs » mais aussi la ligne qu’on ne peut (...)
Marche, marches
Les marches désignent les espaces limitrophes, périphériques ou frontaliers qui, jadis, tenaient lieu d'espaces tampons entre deux souverainetés.
L’étymologie du terme (en latin margo, bordure, puis dans le monde germanique marka, frontière) est la même que celle de marge. La marche était, à l'époque carolingienne, le territoire confié à un marquis, auquel elle a donné son nom, un aristocrate chargé de la défendre contre les incursions extérieures. Plusieurs régions (...)
Maritimes (frontières)
Les frontières maritimes sont des limites entre les mers territoriales de deux États souverains. Lorsque les côtes sont plus éloignées que la somme des deux mers territoriales, il n'existe pas de frontière maritime entre les deux États mais deux limites séparées par les eaux internationales. Il ne faut pas confondre les limites de ZEE avec des frontières étatiques, car elles ne sont pas des espaces de pleine souveraineté mais des espaces d'exercice d'un droit d'exploitation des ressources. (...)
Mémoires et frontières
Les rapports entre mémoire et frontière politique sont devenus un objet d’étude pour les historiens, les politologues mais aussi les géographes. En effet, les frontières d'État sont inscrites dans les paysages plus souvent qu'on ne le croit, comme le souligne l'examen des cartes et de l'imagerie satellite. Pour l'œil exercé, les frontières sont le plus souvent visibles d'avion. Ainsi, si la limite entre l’ex-RDA et l’ex-RFA vue du ciel reste encore perceptible, ce n'est pas du fait de la (...)
Migrant
Un migrant est une personne qui change durablement de lieu de résidence, pour une durée souvent supérieure à un an, et pour des motifs autres que touristiques. Pour l'OIM (Office International des Migrations, agence spécialisée de l’ONU), c'est un « terme générique non défini dans le droit international » qui désigne « toute personne qui quitte son lieu de résidence habituelle pour s’établir à titre temporaire ou permanent et pour diverses raisons ». Cette définition a (...)
Migrations et frontières
Les migrations internationales impliquent le franchissement des frontières politiques mais, contrairement aux mobilités transfrontalières, elles sont définitives ou, au moins, de long terme. Elles s'inscrivent plus ou moins durablement dans le temps et l'espace : plus qu’un simple acte de passage de frontières, c'est un long processus qui affecte les vies des personnes impliquées.
Les flux migratoires, qui incluent les mouvements de réfugiés, les personnes déplacées et les migrants (...)
Mobilités transfrontalières
On nomme mobilités transfrontalières des mobilités d’échelle régionale pratiquées par des populations frontalières, c’est-à-dire vivant à proximité de la frontière. Ces populations jouent de la frontière par leurs différents types de mobilités (pour les loisirs, l'habitat, les achats, etc.) à des degrés divers en fonction de son ouverture ou de sa fermeture. Aussi, l’étude d’une frontière ne peut faire l’économie d’une analyse des territorialités des populations qui en (...)
Murs et barrières frontalières
Voir aussi : barriérisation
En géopolitique, on parle de murs, de murs-barrières ou de barrières frontalières pour qualifier les ouvrages visant à contrôler de façon drastique, voire à rendre impossible les flux illégaux de personnes, mais aussi de certains biens aux frontières. Ces ouvrages relèvent de la logique de la fermeture spatiale et de l’exclusion. La construction des murs à l’heure de la mondialisation relève ainsi d'un paradoxe qui consiste à briser des flux dans un (...)
Nodales (frontières)
Une frontière nodale est une frontière située sur un nœud de transport (aéroports, mais également gares par exemple). Ainsi, en France, l’aéroport de Roissy-en-France est la principale porte d’entrée (gateway) du territoire français.
Les mouvements contemporains de mondialisation ou de régionalisation à des échelles continentales (construction européenne par exemple) brouillent les frontières classiques héritées des XIXe et XXe siècles (frontières westphaliennes). À l'heure (...)
Pacte migratoire UE-Turquie
Le pacte migratoire UE-Turquie est un accord de lutte contre « les routes de migration irrégulières » entre le Moyen-Orient et la Turquie signé en 2016, dans le contexte de la guerre civile en Syrie et de la crise migratoire de 2015. Cet accord prévoit le renvoi vers la Turquie de tous les migrants entrés en Grèce et dont la demande d’asile a été refusée. En contrepartie, la Turquie a obtenu de l’Union européenne deux tranches de trois milliards d’euros destinés à la gestion des (...)
Piraterie
La piraterie maritime est aussi ancienne que la navigation. Elle signe son retour dans les années 1990, avec la fin de la Guerre froide : elle se concentre depuis lors au niveau des détroits et des passages stratégiques, notamment en Asie du Sud-Est (Malacca) et le long de grandes routes commerciales (golfe d’Aden). Sa présence est renforcée par l’existence de cachettes sur les côtes (golfe de Guinée) et elle est en grande partie liée à la faillite des pouvoirs politiques locaux (Somalie). (...)
Plateforme continentale ou plateau continental
La plateforme continentale ou plateau continental est un replat marin à pente faible, compris entre le littoral et le talus continental qui plonge vers des profondeurs voisines de 200 m. Sa largeur peut osciller de quelques kilomètres à plus de 1 000 km. Son modelé, hérité de formes terrestres immergées, est soumis à l’accumulation sédimentaire. 
Il s’agit de l’ancienne étendue des continents engloutis lors des périodes de transgression marine et entaillée par les tracés des (...)
Affiner les résultats par :