Vous êtes ici : Accueil Informations scientifiques À la une Image à la une Image à la une : « La terre fout le camp ! », la lutte contre l'érosion des sols viticoles à Mercurey, Bourgogne

Image à la une : « La terre fout le camp ! », la lutte contre l'érosion des sols viticoles à Mercurey, Bourgogne

Publié le 25/03/2019
Auteur(s) : Sous la direction de :
Étienne Cossart, Professeur des universités en géographie physique - Université de Lyon, Jean Moulin (Lyon 3)
Mathieu Fressard, Chargé de recherches - CNRS
Avec la contribution de : Clément Alami, Guillaume Brun, Thomas Jusselme, Antoine Potot
Le terroir du vignoble de Mercurey en Bourgogne produit un vin de qualité mais il est confronté à l'érosion de ses sols, particulièrement depuis le XXe siècle. Or le sol est une ressource à renouvellement très lent. Combinant des facteurs climatiques (orages violents) et des facteurs anthropiques (pratiques culturales des viticulteurs), cette érosion menace la production et le travail des vignerons, d'autant que le cahier des charges de l'appellation interdit les apports sédimentaires exogènes. Parmi les réponses apportées, cette image montre une solution originale consistant à remonter mécaniquement la terre du bas vers le haut de la parcelle, version moderne du mythe de Sisyphe.

Bibliographie | citer cet article

Figure 1. Le remontage de la terre sur une parcelle de vigne

Guillaume Brun — Remontage de la terre à Mercurey

  • Auteur de l’image : Guillaume Brun
  • Date de la prise de vue : avril 2017
  • Localisation : commune de Mercurey, côte chalonnaise (département de Saône-et-Loire, région Bourgogne-Franche-Comté)
  • Légende : Le remontage de la terre sur une parcelle de vigne.
Mercurey vignoble grands crus localisation

Le regard des géographes

Un camion chargé de terre qui arpente le terroir viticole de Mercurey (Saône-et-Loire), voilà une image qui illustre à quel point le sol constitue une ressource dont la préservation est devenue un enjeu primordial pour les sociétés en général, et pour les agriculteurs en particulier (figures 1 et 2). Se définissant comme « la couche supérieure de la croûte terrestre composée de particules minérales, de matières organiques, d'eau, d'air et d'organismes » (Goudie, 2006), il est le support même de l’agriculture. Cette ressource au renouvellement lent (les sols des milieux tempérés se sont développés sur une dizaine de milliers d’années, depuis la dernière phase glaciaire) est aujourd’hui dégradée par l'influence de deux facteurs : l’un naturel (les aléas climatiques) et l’autre humain (l’agriculture). La combinaison de ces deux facteurs favorise une élévation des taux de dénudation : les valeurs de dénudation sont nécessairement très hétérogènes en fonction des contextes, mais on peut retenir que les taux augmentent d’un ordre de magnitude entre les sols sous couverture végétale primaire et sous agriculture, pour atteindre des valeurs de l’ordre de 1 à 2 mm/an (Goudie, 2006).

Si l’examen d’archives sédimentaires met en évidence les effets de l’agriculture sur l’érosion des sols dès le Néolithique, ces effets augmentent encore lors de la première moitié du XXème siècle : la mécanisation de l'agriculture a modifié les pratiques culturales, en permettant notamment l’exploitation de parcelles plus étendues, tout en intensifiant la sollicitation du sol (plusieurs récoltes par an, tassements liés aux passages d’engins, etc.). Les terroirs viticoles sont emblématiques de cette évolution : la vigne occupe aujourd'hui une surface de 8 000 000 d'hectares à l'échelle mondiale (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin), une emprise spatiale en hausse depuis les années 1970. De plus, la structure paysagère particulière des vignobles avec des parcelles souvent en pente (25° à 45° dans les hauts de versants à Mercurey), accompagnée de pratiques culturales singulières (le griffage du sol, la culture sous forme de rangs parallèles à la pente) rendent les sols particulièrement vulnérables (figure 2).

 
Figure 2. Croquis géomorphologique du bassin versant du Giroux 

Croquis Mercurey

 

Depuis l’essor de la culture de la vigne à l’époque médiévale, les viticulteurs du vignoble de Mercurey sur la côte chalonnaise connaissent l’importance de la préservation des sols et ont déployé des stratégies parfois informelles de prévention (Fressard et al., 2017). Cependant, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les modalités d’organisation de la viticulture ont évolué avec des exportations croissantes et une augmentation de la production de vin de qualité. La rentabilité de ce modèle économique a stimulé une augmentation continue de la surface du vignoble jusqu’au début de la décennie 1980 (650 hectares, contre 500 en 1936, date de la création de l’Appellation d’Origine Contrôlée Mercurey). Cette évolution dans l’occupation des sols s’est faite au détriment des pâtures, qui jouaient un rôle de zone tampon entre les parcelles de vignes, situées sur les versants et soumises au ruissellement érosif, et les zones habitées. En outre, de nouvelles pratiques sont apparues, comme l'utilisation de pesticides et d’engrais chimiques pour accroître les rendements, ou encore le recours à des engins mécaniques. Introduits dès 1960, ces engins viticoles ont remplacé systématiquement le cheval au début de la décennie 1970. L’apparition de la mécanisation suppose une reconfiguration des bordures des parcelles : afin de faciliter le passage des engins s’opère un démantèlement des murets et des « murgers », tas de pierre coniques placés en bas des parcelles. Or ces constructions visaient à piéger les particules de sol mobilisées par le ruissellement érosif, et à limiter la concentration des eaux.

Dans ce contexte d’une vulnérabilité accrue des sols, un orage dévastateur s'abat sur la commune de Mercurey le lundi 10 août 1981. Localement, on enregistre l’équivalent d’un mois de pluie en 24 heures, soit 119,5 mm d’eau (relevés pluviométriques non officiels d’un propriétaire récoltant à Mercurey). L’intensification de la mécanisation, l’extension des parcelles viticoles, la suppression des haies et des zones tampon sont alors directement identifiées comme responsables d’une partie du sinistre par les habitants. D’après les témoignages et les archives, le village n’avait pas connu d’inondation et de crues turbides de cette ampleur au cours du XXème siècle. Le temps de réponse très court entre l’abat d’eau et la genèse d’une crue turbide a surpris les habitants, laissant une empreinte forte dans la conscience collective (figure 3). À Mercurey, cet événement survenu en 1981, suivi d’un autre en 1983, a ainsi profondément marqué les habitants et les viticulteurs. Dans certains secteurs, plus de 50 % des parcelles avaient été dévastées à l’approche des vendanges, mettant les exploitants dans un état d’urgence organisationnelle.

Figure 3. L’orage de 1981 dans la presse locale

extrait de presse

Le 12 Août 1981, le journal Le Courrier titre « La viticulture moderne en accusation ». La protection des sols émerge très vite comme une priorité suite à l’orage de 1981. Source : Le Courrier du 21/08/1981 (extrait : cliquez ici pour voir toute la page).

Dans le but de préserver les sols de la commune, l’Association foncière, financée et gérée par le collectif des viticulteurs, a mis en place une politique de ré-aménagement des côtes viticoles. Cette politique, instaurée dès 1982, a organisé un remembrement au sein des parcelles de vignes. Une recomposition du maillage des parcelles viticoles est mise en œuvre afin de déployer un réseau de collecte et de transport de l’eau et des sédiments. Ce réseau a deux principaux objectifs : il permet de collecter les flux hydro-sédimentaire au sein même du vignoble (routes incurvées, fossés, conduites souterraines, etc.) afin ensuite de piéger les particules arrachées dans plusieurs bassins de décantation (Fressard et al., 2017 ; Cossart et Fressard, sous presse). Les sédiments bloqués grâce aux différents ouvrages sont récupérés, redistribués puis épandus au sein des parcelles soumises à l’érosion. Ce lourd travail de « remontage de la terre », qui n’est pas sans rappeler le mythe de Sisyphe, permet au cycle sédimentaire d’être en grande partie un circuit fermé à l’échelle du bassin-versant (figure 4). Le capital sol n’est ainsi pas perdu, ce qui est un enjeu majeur à double titre. Tout d‘abord la qualité du sol influence en grande partie le positionnement de la parcelle dans la hiérarchie qualitative des appellations. Ensuite, il est strictement interdit en appellation Bourgogne de procéder à des apports sédimentaires exogènes sur les parcelles, apports qui seraient susceptibles de modifier les caractéristiques originelles du sol.

 
Figure 4. Le cycle sédimentaire local, en partie fermé par les pratiques des viticulteurs depuis les orages de la décennie 1980.

Croquis de versant érosion des sols vignoble Mercurey

 

En conclusion, il ne s’agit pas ici de nier que la viticulture a nécessairement des effets environnementaux (notamment sur la qualité des sols). Cependant, les viticulteurs mercuréens ont, de façon empirique, considéré leur propre activité agricole non pas comme comme un forçage extérieur au « système sol », mais comme un agent à part entière du système pouvant, par le jeu d’interactions, être un gage d’homéostasie. Les viticulteurs mercuréens, à l’image des agriculteurs ayant déployé de vastes cultures en terrasses, montrent tout d’abord la qualité de leur connaissance vernaculaire et plus encore qu’il ne faut pas voir, dans l’élévation des taux d’érosion, l’effet systématique d'une emprise agricole.

 


Bibliographie

  • Goudie A., 2006, The human impact on the natural environment. Blackwell publishing, 354 p.
  • Cossart E., Fressard M., sous presse, « Érosion des sols viticoles : influence de la structuration globale du bassin-versant ». Revue des œnologues.
  • Fressard M., Cossart E., Alami C., Brun G., Potot A., Lejot J., Boulet R. et Christol A., 2017 : « Casser la connectivité hydrosédimentaire pour gérer la ressource en sol : cas du vignoble de Mercurey (Bourgogne) ». Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 23 - n° 4, 309-325.

 

Clément ALAMI, Guillaume BRUN, Thomas JUSSELME, Antoine POTOT
Étudiants du master « Gestion de l'environnement », Université de Lyon (Jean-Moulin Lyon 3).

Sous la direction de :

Étienne COSSART
Professeur des universités en géographie physique, Université de Lyon (Jean-Moulin Lyon 3)

Mathieu FRESSARD
Chargé de recherche, CNRS, UMR 5600 EVS (environnement, ville, société).

 

Mise en web : Jean-Benoît Bouron

 

Pour citer cet article :

Étienne Cossart et Mathieu Fressard (dir.), Alami, Brun, Jusselm et Potot, « "La terre fout le camp !", la lutte contre l'érosion des sols viticoles à Mercurey, Bourgogne », image à la une de Géoconfluences, mars 2019.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/image-a-la-une/la-terre-fout-le-camp

 

Actions sur le document
Navigation