Vous êtes ici : Accueil Glossaire Entreprise ou firme transnationale (FTN, FMN...)

Entreprise ou firme transnationale (FTN, FMN...)

Publié le 07/06/2018

La mondialisation économique et la baisse généralisée des barrières douanières entre les pays encouragée par le GATT puis l'OMC ont permis aux entreprises de relocaliser leurs activités dans les pays dotés des meilleurs avantages comparatifs : le siège dans les grandes métropoles riches, les activités de haute technologie dans les espaces attirant la main d'oeuvre qualifiée, la production là où la main d'œuvre est la moins chère et les législations moins contraignantes.

Les entreprises transnationales sont les entreprises installées dans plusieurs pays. Les programmes scolaires tendent à imposer l'expression « firmes transnationales » ou le sigle FTN, tandis que le langage commun parle simplement des multinationales. On lit parfois aussi FMN pour « firmes multinationales ». Ces expression désignent toutes la même chose. L'expression « transnationales » apporte une nuance : ces entreprises ne se contentent pas d'être présentes dans plusieurs pays, elles passent à travers les frontières pour optimiser les bénéfices de leurs activités, elles passent en quelque sorte « à travers » les États, sans pour autant faire disparaître le rôle de ces derniers dans l'économie.

Les entreprises transnationales sont, avec les États, les institutions internationales et les organisations non-gouvernementales, les principaux acteurs de la mondialisation (l'augmentation des échanges de tous ordres) et de la globalisation (la généralisation mondiale du capitalisme). Elles sont le plus important acteur privé ; en tant qu'acteurs géographiques, elles jouent plusieurs rôles dans des domaines différents : 

— Dans le domaine économique, elles participent à l'emploi. Les relocalisations entraînent la destruction d'emplois dans un territoire et la création d'emplois dans un autre. Toutes les relocalisations ne sont pas dirigées des « Nords » vers les « Suds ». Elles contribuent aussi à la richesse nationale des pays où elles sont installées par le biais des impôts, même si elles privilégient la fiscalité la plus avantageuse pour elles, ce qui peut inciter les territoires à réduire les taxes pour les attirer (comme dans le cas des zones franches ou des ZES). Elles contribuent également à la métropolisation en accentuant la concentration dans les plus grandes villes des capitaux et de la main d'œuvre qualifiée. 

— Dans le domaine environnemental, les grandes entreprises jouent un rôle majeur dans le prélèvement des ressources, la production de gaz à effets de serre, et la production de déchets. C'est l'un des points sur lesquels elles peuvent entrer en conflit avec les ONG environnementalistes qui exigent que les entreprises assument les coûts environnementaux associés à leurs bénéfices économiques. Les entreprises cherchent à se prémunir de toute atteinte à leur image en se montrant les plus vertueuses possibles, soit par des actions réelles, soit par un simple verdissement de façade (le greenwashing). 

— Dans le domaine culturel, les entreprises transnationales contribuent à diffuser leur culture d'origine dans les pays où elles s'implantent. Historiquement, les échanges d'idées empruntaient les routes commerciales. Les exemples récents les plus évidents sont à puiser dans l'alimentation avec des marques comme Mac Donald ou Coca Cola, mais on peut également penser aux vêtements, aux géants du cinéma, aux entreprises liées à la télévision, aux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), mais également à la diffusion des pratiques bancaires, assurancielles, voire de logement : Claire Aragau donne l'exemple d'un lotissement construit par Bouygues en Pologne sur le modèle pavillonnaire « à la française » (source). Cette diffusion culturelle n'est donc une américanisation qu'en partie seulement : toutes les multinationales ne sont pas américaines, de plus certains de leurs produits phares viennent d'ailleurs (la pizza pour Pizza Hut...), et elles sont souvent contraintes d'adapter leurs produits aux besoins et aux habitudes des pays dans lesquels elles s'implantent. L'uniformisation est également architecturale et paysagère avec la généralisation de l'architecture internationale pour les tours de bureaux dans les grandes métropoles. Là encore, l'uniformisation n'est que partielle puisque chaque ville tient à se distinguer des autres par l'originalité des projets retenus.

— Dans le domaine politique enfin, les multinationales peuvent agir pour infléchir les législations nationales à leur avantage par lobbying, par exemple en empêchant l'interdiction d'un produit, en finançant des études censées prouver l'efficacité ou l'inocuité de leurs produits, en particulier dans les domaines de l'agro-alimentaire, de la chimie ou encore de la pharmacie.  D'une manière plus générale en diffusant un ensemble de valeurs qui leurs sont propres dans l'ensemble de la société, notamment grâce à une présence marquée dans l'espace public à travers la publicité. Les territoires, dans une recherche de compétitivité visant à attirer les entreprises et créer des emplois, peuvent être amenés à devancer leurs demandes, et donc à infléchir leur politique en direction d'actions que les dirigeants politiques estiment être attractives pour les entreprises. Certaines entreprises en jouent et mettent les territoires en concurrence sans s'en cacher, comme Amazon qui a lancé un appel à candidature entre les villes étatsuniennes pour accueillir un nouveau site et plusieurs milliers d'emplois.

Juin 2018.

Pour compléter avec Géoconfluences