Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences en géographie-aménagement - Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 1292 termes dans l'ensemble de "vocabulaire et notions générales". Consultez l'aide à l'utilisation de "vocabulaire et notions générales".
Sinistre
Événement fortuit (incendie, explosion, cataclysme naturel, etc.) consécutif à un phénomène extérieur involontaire ayant occasionné l’endommagement ou la destruction d’un bien. Le code des assurances définit le sinistre comme la réalisation du risque garanti et, pour les assureurs de responsabilité civile, il n'y a sinistre que si la victime réclame un dédommagement au responsable assuré.

Mise à jour : mai 2005(...)
Site touristique
Un site touristique est un lieu de passage, mais non de séjour, car il est sans fonction d’hébergement, ou à capacité d’hébergement sans commune mesure avec sa fréquentation. Il s’agit d’un type de lieu touristique créé par invention, c’est-à-dire par le regard et l’usage des touristes.

Mise à jour : janvier 2011(...)
Situation géographique
1) Dans l'acception la plus courante en géographie, la situation s'oppose au site. Le site d'un lieu renvoie qu'à sa position topographique et géoréférencée, tandis que sa situation s'analyse dans sa relation aux autres lieux ou espaces (à différents niveaux d'échelle : local, régional, mondial... ), il s'agit donc d'une approche relative. L'étude peut se faire en termes :
- de réseau (accessibilité, systèmes de communication, etc.),
- du contrôle des ressources,
- de (...)
Skyline (silhouette urbaine)
La skyline (parfois au masculin) signifie, littéralement, la ligne d’horizon. Elle désigne la silhouette urbaine dessinée sur l’horizon par les gratte-ciel d’un centre-ville, et tend à être assimilée à la ville dans son ensemble dans les représentations collectives.
La skyline peut prendre une dimension emblématique lorsque certains des monuments sont reconnaissables au premier coup d'oeil, comme la Tour Eiffel à Paris ou le pont du Golden Gate à San Francisco. Elle peut alors (...)
Slikke (vasière)
La slikke est la zone de sédimentation très fine des rivages subhorizontaux (côtes de mer à marée, estuaires, deltas et certaines bordures lacustres et lagunaires) dans l'espace intertidal moyen et inférieur. Elle est largement dénudée. Les slikkes, « entendues selon leur définition la plus restrictive, sont faites de vases très fines où la marée développe des réseaux dendritiques de chenaux » (Verger, 1995). 
Pour compléter
- Fernand Verger, « Slikkes et Schorres : (...)
Smog
Le smog désigne un mélange de brouillard et de fumées formant une nappe épaisse, grisâtre ou jaunâtre, irrespirable. Le terme est un mot-valise d'origine anglaise formé à partir de la contraction des mots smoke (fumée) et fog (brouillard).
 
Lionel Walden (1861 - 1933), Les docks de Cardiff. 127 x 193 cm, huile sur toile, Musée d'Orsay. Voir l'image en grand et une analyse historique de l'œuvre sur le site L'histoire par l'image.
(...)
Sneckdown (zébras naturels, bordures spontanées...)
Les sneckdowns ou snowy neckdown, qu'on pourrait traduire en français par « zébras naturels » ou « trottoirs spontanés », sont des parties de la chaussée qui sont recouvertes par la neige ou les feuilles mortes, et révèlent les portions de routes non utilisées par les véhicules ou les usagers. La conduite plus lente et plus prudente à cause des conditions climatiques se traduit, entre autre, par des virages plus serrés.
Les urbanistes peuvent utiliser ces signaux pour proposer (...)
Société civile
La société civile, à travers ses représentants, l'activité de ses associations, ses syndicats, ses groupes de consommateurs, fournit des acteurs et des contre-pouvoirs indépendants de l'État et du marché et essentiels au bon fonctionnement d'une démocratie. Ils peuvent, par exemple, peser sur le respect des droits de l'Homme, la transformation des rapports sociaux, les choix d'aménagement du territoire et sur l'ensemble des questions environnementales.
Société civile en Russie | (...)
Société de Géographie
Au XIXe siècle, voyageurs et explorateurs géographes ont accompagné l'expansion coloniale française. Ils ont contribué à forger les images, les sensibilités et les représentations des espaces "du lointain" à une époque où les supports d'information visuelle étaient encore peu développés et les Sociétés de Géographie ont relayé leurs témoignages et leurs études.
Celle de Paris est l’une des plus vieilles Sociétés savantes françaises (fondée en 1821 et reconnue d’utilité (...)
SOeS
Le Service de l'observation et des statistiques (SOeS) du ministère du développement durable a remplacé l'ancien IFEN (Institut français de l'environnement) en 2008.
Le site SOeS donne accès à :
- des chiffres clés
- des indicateurs clés de l'environnement
- un rapport sur l’environnement en France, réalisé tous les quatre ans. Il fait le point sur les composantes de l’environnement et les pressions que celles-ci subissent. Le derinier date de 2010.
- la (...)
Soft power (puissance douce)
Le soft power , ou « puissance douce », représente les critères non coercitifs de la puissance, généralement d'un État, et en particulier parmi ces critères l'influence culturelle.
Défini par le géopolitologue américain Joseph Nye en 1990 comme « l'habileté à séduire et à attirer » (Nye, 1990), le concept de soft power met en perspective la notion de puissance dans un cadre non conventionnel. À l'intérieur des relations interétatiques, la tradition géopolitique distingue (...)
Bilan naturel ou solde naturel
Différence entre le taux brut de natalité et le taux brut de mortalité pour une population étudiée. On parlait au XXe siècle de « croît naturel », on préfère aujourd'hui le terme de bilan ou de solde dans la mesure où dans certains pays les décès excèdent les naissances (bilan naturel négatif).
(SD) Mise à jour : janvier 2017(...)
Soudure
Dans les sociétés reposant sur une économie vivrière et une agriculture familiale, la soudure désigne la période qui précède la récolte et pendant laquelle la récolte précédente a été écoulée. Hier comme aujourd'hui, elle est une période délicate au cours de laquelle il est indispensable de diversifier l'approvisionnement alimentaire (par exemple avec les produits de l'élevage ou de la cueillette) ; tout aléa climatique venant retarder la récolte pouvant s'avérer critique.(...)
Soupe (de plastiques)
En 1997, l'océanographe américain Charles Moore a été le premier à découvrir des zones d'accumulation de déchets flottants dans l'océan Pacifique : la "grande zone de déchets du Pacifique" (Great Pacific Garbage Patch), dont la taille est encore discutée (de une à six fois la superficie de la France !). Sous l'effet du tourbillon (ou gyre) du courant subtropical du Pacifique Nord, les déchets s'accumulent dans cette zone à l'écart de routes commerciales et des zones de pêche. Des zones de (...)
Spatial mismatch (décalage spatial)
La théorie du spatial mismatch (décalage spatial), formulée la première fois par Kain (1968), postule que la distance entre les quartiers où vivent les classes populaires et ceux où se situent les emplois qualifiés contribue à accentuer les inégalités sociales. La distance est ici entendue autant comme distance kilométrique que comme distance-temps et distance coût. Pour le dire autrement : « en 1968, Kain avançait l’idée selon laquelle la déconnexion entre lieux de résidence et (...)
Spatialisation
"Les groupes humains façonnent les paysages en fonction d'un projet de mise en espace prédéterminé. (...) Les différentes modalités de structuration du territoire ont une influence directe sur les processus d'humanisation et leur intensité. La maîtrise de l'espace est assurée par des points forts, des noeuds, des carrefours, mais aussi par des lieux de passage obligés, des points de rupture de charge, des axes de contrôle et de circulation. (... ) Plus la spatialisation est intense, plus (...)
Spatialisme
D'après Samuel Depraz (2018), le spatialisme est « une forme de déterminisme qui consiste à expliquer des faits sociaux par l'espace, c'est-à-dire par des éléments physiques et matériels », plutôt que de considérer que les faits géographiques observés sont des construits politiques et sociaux. Roger Brunet (1993) écrit aussi que le spatialisme est une « attitude qui consisterait à croire que les phénomènes spatiaux et les lois de l'espace sont indépendants des sociétés ». Le (...)
Spécialisation (des fonctions urbaines)
Villes et métropoles trouvent souvent leur origine dans la valorisation d'un atout de localisation, d'un avantage comparatif (lieux d'interface, de passage comme les villes portuaires, de piedmont, de transit) ou de ressource (minières, climatiques, etc.). Ainsi héritent-elles de fonctions spécialisées qui, au fil du temps, tendent à se diversifier, à se complexifier, parallèlement à leur développement. Les analyses comparées de leurs différentes fonctionnalités peuvent donner lieu à des (...)
Sphères du conflit environnemental
D’après Lionel Laslaz (2016), les espaces d'un conflit environnemental s'inscrivent dans différentes sphères. La sphère de proximité concerne l'espace concerné par un projet ou un équipement, éventuellement occupé par une ZAD. La sphère de concernement se déploie à l'échelle de la commune ou des communes alentour, où s'expriment en général les violences les plus fortes, hors des grandes manifestations dans les pôles urbains proches. On repère ensuite une sphère de l'intéressement, (...)
Société publique locale d’aménagement (SPLA)
Une société publique locale d’aménagement (SPLA) est une entité juridique de droit public que la loi autorise à agir pour le compte d'une collectivité territoriale, par exemple pour la construction ou l'acquisition de biens immobiliers, dans le cadre d'opérations d'aménagement urbain. Créées par la loi du 13 juillet 2006, les SPLA sont confirmées, et leur champ d'intervention étendu, par la loi du 28 mai 2010.
(JBB) septembre 2020.
Source (...)

Actions sur le document

Affiner les résultats par :