Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Le vocabulaire de la géographie à travers plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration depuis plus de 20 ans. Par ailleurs, plus de 950 entrées ont fait l'objet d'une relecture et d'une mise à jour systématiques entre 2019 et aujourd'hui.

Il existe 1567 termes dans le glossaire.

Il existe 109 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreOcéans et mondialisation
Flotte / flotille
Une flottille est un ensemble de navires d’un même type (navires de pêche, de plaisance, de guerre…) et souvent de taille modeste, situés en un même lieu (un port) et développant une stratégie d'exploitation commune.
Une flotte est l'ensemble des flottilles d'une région ou d'un pays, ou l’ensemble des flottilles d’un même État dans une même zone maritime.
(MCD) juillet 2014, dernière modification (SB et CB), janvier 2024.(...)
Géopolitique
La géopolitique est l'étude multiscalaire des conflits entre acteurs. Cette branche de la géographie ne se limite pas aux conflits armés et interétatiques : les luttes d'influence au sein des structures intercommunales ou les controverses autour d'un aménagement régional peuvent, par exemple, relever d'une étude géopolitique. La géopolitique n'est pas synonyme de géographie politique, puisque toute géographie du fait politique ne relève pas de l'étude des conflits entre acteurs.
(...)
Grenelle de la Mer
Le « Grenelle de la Mer », lancé en France en 2009, avait pour but de compléter les engagements du Grenelle Environnement pour les espaces maritimes et littoraux et de contribuer à la définition d'une stratégie nationale pour la mer et le littoral. Il a marqué l'esquisse d'une prise de conscience forte de la place des océans et des littoraux dans le développement durable de la part de la France, puissance maritime qui possède la 2e plus vaste ZEE du monde, 10 % de la biodiversité marine, (...)
Halieutique
L'adjectif halieutique, du grec halieutikos, qui a trait à la pêche, qualifie toutes les activités relevant de la pêche sous toutes ses formes, professionnelle ou de loisirs, en eau douce ou marine. Selon certains auteurs, la filière halieutique peut s'étendre aussi à la production aquatique.
(MCD) juillet 2014. Dernière relecture en septembre 2023.
Pour compléter avec Géoconfluences
- Hervé Théry, « Les territoires ultamarins des États-Unis au cœur de la première ZEE (...)
Halophile
Le terme halophile désigne l’ensemble des organismes vivant dans des milieux salés. Il caractérise notamment les plantes terrestres supérieures tolérant le sel, donc supportant la submersion par les pleines mers. Les plantes halophiles s'installent à la frange supérieure des estrans pendant les années dépourvues de très grandes marées. Elles sont surtout constitutives des prés salés, dont elles fixent les matériaux.
(ST) 2003 ; dernière relecture (SB et CB) septembre 2023.(...)
Haute mer, eaux internationales
Selon le droit de la mer, la haute mer, définie par la convention de Montego Bay (1982), est la partie de la mer située en dehors des zones de souveraineté et des ZEE des États côtiers. La haute mer comprend les eaux situées au-dessus du plateau continental juridique au-delà de la limite des 200 nautiques (370 km) à partir de la ligne de base.
En théorie, la haute mer n'appartient à personne (principe du « res nullius »), parce que nul n'a le droit de s'approprier ce qui pourrait (...)
Houle
La houle est un mouvement ondulatoire de la surface de la mer qui se propage sur de longues distances, indépendamment du vent local qui lui a donné naissance. Elle est caractérisée par une période plus régulière et plus longue, et par des crêtes plus aplaties que celles des vagues existant dans la zone d'action du vent (zone de fetch). Le profil des oscillations de la houle est approximativement sinusoïdal, ce qui permet de définir des crêtes, des creux, une amplitude, une longueur d’onde et (...)
Hydrolienne
L’énergie hydrolienne est produite par l’énergie des courants qui sont concentrés dans certains endroits près des côtes.
On appelle aussi hydroliennes les turbines hydrauliques sous-marines ou flottantes qui utilisent les courants marins ou fluviaux. Elles se distinguent des usines marémotrices qui utilisent, elles, la force de la marée (comme celle de la Rance en Bretagne).
Les recherches et les expérimentations se sont développées au début des années 2000 dans le cadre (...)
Hydrosphère
L’hydrosphère (du grec hydros, eau) est l’ensemble des eaux qui enveloppent le globe terrestre sous les trois formes : liquide, solide et gazeuse, soit 1 406 000 km³. Elle est composée à 97,5 % d’eau salée présente dans les mers et océans. L’eau salée des continents ne compte que pour 0,01 % des eaux continentales.
Les 2,5 % d'eau douce sont stockées pour les trois quart sous forme de glaces et pour un quart dans les eaux souterraines profondes. L’eau atmosphérique et les (...)
Ichtyophage
Un ichtyophage est, au sens strict, une personne ou un animal qui se nourrit essentiellement de poisson ou ichtyofaune. Par extension, on nomme ichtyophage une personne qui a l’habitude d’en manger. L’ichtyophagie se mesure par la quantité de produits de la mer consommée en kilogrammes par an et par habitant. La disponibilité halieutique moyenne (DAH) est de 19,5 kg/hab./an (2020) dans le monde.
L’ichtyophagie est une réalité plurifactorielle où se combinent des données naturelles (...)
Krill
Le krill est un nom générique, d'origine norvégienne, utilisé pour désigner des espèces de crustacés planctoniques qui ont l'apparence de petites crevettes pouvant atteindre jusqu'à cinq centimètres de long, notamment Euphausia superba. Ces espèces pélagiques qui pullulent dans l'océan Antarctique constituent la part prépondérante de l'alimentation des cétacés. Elles existent aussi en Arctique où elles font l'objet de pêches spéciales, notamment en Norvège, pour la fabrication de (...)
La Niña
La Ninã est un phénomène climatique de récurrence variable fonctionnant de façon contraire à El Niño (ENSO). Alors que pendant El Niño, le fonctionnement de l’océan Pacifique semble s’inverser, pendant un épisode La Niña, ses caractéristiques habituelles semblent s’accentuer. Ce phénomène se déploie pendant l’hiver boréal et l’été austral, puis il est suivi généralement d’une année plus fraîche que la moyenne. Il peut se produire plusieurs années de suite, ou ne pas se (...)
Lagon, passe
Un lagon est une étendue d'eau, peu profonde, en liaison restreinte avec la mer, et en partie fermée par une barrière corallienne. Le lagon peut être relié à la haute mer par une ou plusieurs passes, ou passes récifales, qui sont autant d’ouvertures au sein de la barrière coralienne.
L’étymologie de lagon est la même que celle de lagune (les deux provenant de l’italien lagone, grand lac). Alors qu’en anglais, le même mot (lagoon) désigne indistinctement lagune et lagon, le (...)
Laisses (de mer, de haute et de basse mer)
La laisse de mer est la bande qui marque la limite supérieure des eaux marines et où s’accumulent les débris naturels (algues, coquillages, bois mort...) et déchets anthropiques. La laisse de haute mer correspond au point atteint par le plus haut flot sur l'estran, la laisse de basse mer correspond au point atteint par la plus grande marée basse sur l'estran. La laisse de basse-mer est parfois utilisée pour cartographier la limite entre la terre et la mer.
(ST) 2003, dernière (...)
Ligne de base
La ligne de base est la ligne séparant les eaux intérieures d'un État et sa mer territoriale. Elle correspond habituellement à la laisse de basse mer, telle qu'elle est indiquée sur les cartes marines officielles de l'État côtier (en France, celles du SHOM, le Service hydrographique et océanographique de la Marine). Elle suit donc la ligne du zéro hydrographique. La ligne de base peut être dite « normale » ou « droite ». Dans le second cas, il s'agit de simplifier le tracé en adoptant (...)
Ligne à neuf traits, ligne à dix tirets, ligne discontinue
La ligne en neuf (de 1949 à 2016) puis dix (depuis 2016) tirets (ou traits) est le nom couramment donné à une ligne tracée par la Chine sur les cartes de la mer de Chine du Sud pour y matérialiser ses revendications, et qu'elle même nomme « ligne discontinue » (Lasserre et Alexeeva, 2024).
Elle a été rendue publique pour la première fois en 1935, mais la plupart des chercheurs mentionnent une première apparition officielle entre 1946 et 1948, dans un atlas créé pour les autorités (...)
Littoralisation
La littoralisation est un processus de concentration des populations et des activités humaines le long ou à proximité des littoraux. Elle est sous-tendue par deux grandes logiques d'attractivité :

- une logique de l'ordre de la production matérielle qui vise à la recherche d'une efficacité économique croissante liée à la mondialisation et à la maritimisation des échanges et permise en particulier par la révolution des transports maritimes et terrestres. À cet égard, la (...)
Mangrove
La mangrove est une formation végétale des littoraux intertropicaux, constituée par l’association de plantes arborescentes ou arbustives halophiles regroupées sous le terme de palétuviers et qui se développent dans la zone de balancement des marées (l’estran).
Ainsi, entre 25°N et 25°S, les mangroves colonisent presque 75 % de la côte en situation abritée de la houle, y compris les deltas, et les estuaires, couvrant une surface estimée à 182 000 km². Localement, (...)
Marchandises (trafic maritime de)
Le trafic maritime de marchandises se décompose généralement en trois grandes masses :

- les marchandises diverses : conteneurs, remorques, palettes, fûts, caisses, tubes, sacs, colis, produits manufacturés…
- les vracs : marchandises non emballées et non arrimées constituant généralement la cargaison homogène d'un navire. Il existe deux sortes de vracs. Les vracs liquides sont principalement des produits pétroliers et chimiques, du gaz, ou des liquides (...)
Marée
Les marées sont des variations du niveau de la mer dues principalement aux actions combinées de la lune et du soleil. On distingue l'espace infratidal (de l'adjectif anglais tidal signifiant « relatif à la marée »), situé au-dessous du niveau de la basse-mer, l'espace intertidal situé entre la basse et la pleine mer (ou estran ), et l'espace supratidal, situé au-dessus du niveau de la pleine mer. L'amplitude de la variation de niveau est quantifiée par des coefficients de marée qui (...)
Affiner les résultats par :