Vous êtes ici : Accueil Glossaire

Glossaire

Publié le 13/12/2012
Auteur(s) : Sylviane Tabarly, professeure agrégée de géographie, responsable éditoriale de Géoconfluences de 2002 à 2012 - Dgesco et École normale supérieure de Lyon
Marie-Christine Doceul, professeure de chaire supérieure, responsable éditoriale de Géoconfluences - DGESCO, ENS de Lyon
Jean-Benoît Bouron, agrégé de géographie, responsable éditorial de Géoconfluences - DGESCO, Université de Lyon, ENS de Lyon.
Contributions de :
Jean-Louis Carnat
Laurent Carroué, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de Recherche à l’IFG - Éducation nationale, Université Paris VIII
Anne-Sophie Clémençon, Historienne des formes urbaines et de l’architecture - Chercheuse-photographe associée au laboratoire « Environnement, Ville, Société », Université de Lyon.
Samuel Depraz, maître de conférences en géographie-aménagement - Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3.
Étudiants de master de l'ENS de Lyon dirigés par Emmanuelle Boulineau
Auteurs des articles
Le vocabulaire de la géographie à travers des des propositions de définitions de termes et de notions géographiques. Plus d'un millier d'entrées pour découvrir des mots, faire des liens, consolider ses connaissances, trouver des pistes bibliographiques... Ce glossaire est en perpétuelle amélioration. Les définitions ne comportant pas de date sont les plus anciennes.

Il existe 30 résultats dans Glossaire correspondant aux critères suivants : Supprimer le critèreLa Chine, la modernisation encadrée d'un territoire global
 Organisation de coopération de Shanghai (OCS)
Le traité de coopération de Shanghai de 1996 regroupait cinq pays autour d'un objectif commun : stabiliser les frontières des républiques naissantes d'Asie Centrale. Il fut signé par la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan. L'Ouzbékistan les ayant rejoint, ce sont six pays d'Asie qui fondent en 2001 l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), une instance de sécurité commune. Des élargissements successifs ont concerné à la fois des États observateurs ou (...)
 Partenariat trans-Pacifique (TPP)
Le Partenariat trans-Pacifique (ou TPP, Trans-Pacific Partnership) est un traité multilatéral de libre-échange signé le 4 février 2016 à Auckland (Nouvelle-Zélande), qui reste à ratifier par les Parlements des douze pays signataires. Cet accord de libre-échange a été négocié depuis 2008 par les États-Unis avec le Japon, le Vietnam, la Malaisie, Singapour, Brunei, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ainsi que le Canada, le Mexique, le Pérou et le Chili, mais sans la Chine, dont (...)
 Plan quinquennal chinois
La planification quinquennale chinoise est un outil majeur du développement économique de la Chine socialiste depuis 1953, date du 1er plan. On compte, à ce jour, 13 plans quinquennaux depuis les premiers plans aux objectifs quantitatifs aux derniers plus qualitatifs. En effet, dans le XIe plan nommé "guide" (2006-2010), les objectifs comprennent non seulement un doublement du PIB par tête mais aussi l'efficacité énergétique, la compétitivité des entreprises, l'ouverture, l'éducation, la (...)
 Routes de la soie, nouvelle route de la soie
La nouvelle route de la soie (parfois aussi au pluriel) est un projet stratégique chinois visant à relier économiquement la Chine à l’Europe en intégrant les espaces d’Asie Centrale par un vaste réseau de corridors routiers et ferroviaires. Dans son versant maritime, ce réseau de routes commerciales inclut les espaces africains riverains de l’Océan indien.
Surnommé le « projet du siècle » par Xi Jinping, le programme OBOR, pour « One Belt, One Road » (« Une Ceinture, Une (...)
 Zones économiques spéciales (ZES ou SEZ)
Les ZES (Zones économiques spéciales) sont des zones franches, à l'échelle d'un port, d'un quartier ou d'une ville, fonctionnant comme des enclaves économiques et fiscales. Elles ont notamment été un outil permettant l'implantation d'entreprises capitalistes dans des pays à économie dirigée, et plus particulièrement dans les villes côtières chinoises. L'un des exemples les plus célèbres, en raison de sa réussite, est celui de la ville de Shenzhen, sur le delta de la Rivière des (...)
 Sinisation
La sinisation est une politique d'acculturation visant à contraindre les différentes ethnies vivant dans les frontières de la Chine à s'incorporer à l'ethnie dominante, les Han. Siniser signifie « rendre chinois » (sur le même modèle que franciser, américaniser, etc.). Cette politique passe par l'école, par le Parti, par le travail, mais également, dans les provinces dites autonomes comme le Tibet ou le Xinjiang, par une scolarisation forcée des enfants loin de leurs parents et par une (...)
 Tigres asiatiques
Les tigres asiatiques ou "bébés tigres" sont au nombre de cinq : la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie, le Vietnam et les Philippines. Ces États dits « nouveaux pays exportateurs » (NPE) sont des pays émergents qui succèdent à la vague de développement des "quatre dragons" asiatiques. Ils connaissent un processus de croissance économique tirée par les IDE des pays industrialisés.

Mise à jour : février 2016(...)
 Transition alimentaire
Transition : voir Coudroy de Lille Lydia , Rivière-Honegger Anne, Rolland Lisa, Volin Anaïs, 2017. « Notion à la une : transition », Géoconfluences
Transition alimentaire : Le modèle de la transition alimentaire est un modèle d'évolution développé dans les années 2000.
Il reprend le modèle de « transition nutritionnelle » introduit, dans les années 1990, par des nutritionnistes (Popkin, 1993). Celui-ci décrit la transition la plus récente, celle ayant affecté au XXe (...)
 Xinjiang
Le Parti communiste chinois exerce un contrôle étroit sur l'administration de la "région autonome ouïgoure" du Xinjiang ("nouvelle frontière" selon la désignation chinoise de l'ancien Turkestan oriental) située aux confins nord-ouest de la Chine et dont l'autonomie est largement fictive. La présence des Chinois d'ethnie han sur le territoire est passée de 6% à la fin des années 1940 à 41 % aujourd'hui, ils représentent une forte majorité dans certaines villes, dont Urumqi la capitale et ils (...)
 Yangzi
Le Yangzi est le troisième fleuve du monde par sa longueur (6 300 km). Il draine les eaux de 3 600 affluents. Son débit moyen est de 22 000 m³/s, et à l'embouchure, le débit annuel est de 980 milliards de m³.
Dans l'organisation de l'espace chinois, le Yangzi est une limite entre les terres organisées depuis les grandes plaines du Nord et les diverses périphéries méridionales du pays. Il est aussi un axe le long duquel un chapelet de foyers de peuplement constitutifs du monde chinois (...)
Actions sur le document